Bataille de Xuan Loc

Les forces de l'ARVN défendant Saïgon étaient disposées à couvrir les cinq routes principales qui conduisaient à Saïgon. Au nord de Saïgon, la 5ème Division de l'ARVN défendait contre une attaque ennemie sur la Route Nationale 13. Au nord-est de la capitale, la 18ème Division de l'ARVN tenait Xuan Loc couvrant la Route Nationale 1 et la cité et le terrain d'aviation de Bien Hoa. Au sud-est de Saïgon, deux brigades de parachutistes et un groupe de rangers (tous à 50 pourcent force) défendaient contre la poussée ennemie sur la Route Nationale 15. Au sud-ouest de Saïgon, la 22ème Division de l'ARVN réactivée et rééquippée barrait la Route Nationale 4, la route principale du Mekong Delta à Saïgon. Finalement, au nord-ouest, la 25ème Division de l'ARVN tenait la Route Nationale 1 entre Tay Ninh et Saïgon.

Ces positions initiales de bloquage étaient situées quelque dix-sept à trentes miles des bords de Saïgon. Le Général Truong, qui après son évacuation de Da Nang était devenu le chef adjoint de l'Etat Major Général en charge des plans de la défense de Saïgon, voyait qu'il n'y aurait pas une vraie ligne de défense autour de Saïgon. Le cercle défensif était trop large et la force des troupes trop faible. Pourtant à ramener le cercle défensif plus proche de Saïgon signifierait abandonner des biens immobiliers précieux et d'énormes cantonnements (construits par l'armée américaine) à Bien Hoa, Chu Chi, et Lai Khe, plus la base logistique principale de l'ARVN à Long Binh, et l'énorme terrain d'aviation à Bien Hoa. Egalement, si l'Etat Major Général ramenait les lignes défensives trop proches de Saïgon, ceci exposerait la cité au tir d'artillerie dévastateur des cannons de 130 mm de l'ANV.

L'attaque de l'Armée Nord-Vietnamienne sur Xuan Loc, avril 1975.

Le plan de l'ANV de saisir Saïgon reflétait le plan de l'ARV de la défendre. Dung adoptait avec des changements mineurs le plan de Tran Van Tra d'une poussée concentrique à cinq tentacules sur la capitale de Saïgon. Dung se souvenait qu'il y avait eu une dévastation considérable dans Saïgon pendant l'offensive du Têt. Il voulait prévenir la destruction, et ce qui était plus important, il ne voulait compresser les forces de l'ARVN à une défense "de rat coincé" à l'intérieur de Saïgon. En conséquence, il devisait un plan qu'il espérait surmonter les problèmes présentés par les dispositions de l'ARVN. Premièrement, il donnait à chacun des ses cinq corps un axe principal d'avancement. Deuxièmement, il ordonnait ses corps d'essayer d'encercler ou d'anéantir les défenseurs de l'ARN dans leurs positions défensives périphériques, ainsi éviter une dernière ligne de défense dans Saïgon même. Troisièmement, il donnait à ses troupes cinq cibles importants dans Saïgon. C'étaient: le Palais de l'Indépendance (la Maison Blanche Sudvietnamienne), le QG de l'Etat Major Général (près du terrain d'aviation Tan Son Nhut), le terrain d'aviation Tan Son Nhut même, le QG de la Police Nationale, et le QG de la Zone Capitale du commandant qui contrôlait les troupes à l'intérieur et aux alentours de Saïgon. Dung raisonnait que si ses installations succombaient rapidement avant la lutte sérieuse dans Saïgon commençât, la bataille pour Saïgon serait terminée.

Et étant des Communistes nordvietnamiens, ils devraient avoir un plan pour un Grand Soulèvement dans Saïgon pour accompagner la Grande Offensive. En dépit du fait qu'un plan pour un soulèvement était totalement inutile, et qu'aucun des soulèvements anticipés pour Têt 1968 ou 1972 avait réussi, les Communistes devisaient un plan laborieux our un "dau tranh" politique impliquant un programme de "dich van" parmi le peuple sudvietnamien et une programme de "binh van" visant l'ARVN.

Avant la poussée communiste sur Saïgon puisse commencer, l'AVN a dû conduire deux opérations préliminaires - la prise de Xuan Loc et la coupure de la Route Nationale 4. Les Communistes voulaient couper la Route Nationale 4 pour prévenir les mouvements des renforcement de l'ARVN venant du Delta à Saïgon et pour sécuriser une région stagiaire pour une attaque ultérieure sur la capitale même. Xuan Loc était un objectif plus important de l'ANV. Elle était située au bord extrême à l'est des lignes de défenses périphériques de Saïgon. En plus, la ville contrôlait les routes de l'est à Saïgon, Bien Hoa, et Vung Tau, et couvrait les deux grands terrains d'aviation à Bien Hoa et Tan Son Nhut. Tous les deux côtés considéraient Xuan Loc à être le clé de la défense de Saïgon.

Aucune de ces opérations préliminaires allaient bien. L'effort de l'ANV à couper la Route Nationale 4 échouait, coupant la Route Nationale 4 et puis repoussés par des contre-attaques efficaces de l'ARVN. La bataille pour Xuan Loc a produit une des batailles épiques de n'importe quelle guerre d'Indochine, certainement la résistance la plus héroïque de l'ARVN dans la Guerre d'Indochine III. Le 9 avril, Dung attaque la 18ème Division de l'ARVN (renforcée) avec l'entière IV Corps de l'ANV consistant de trois division d'infanterie (eventuellement renforcées à quatre) plus chars et artillerie. Le combat inclue des attaques en masse de l'infanterie de l'ANV soutenue par des tirs lourds d'artillerie (les troupes de l'ARVN à Xuan Loc ont subi plus de 20 000 obus d'artillerie et de roquettes). L'ARVN a tenu jusqu'au 22 avril et puis a dû se retirer. La 18ème Division de l'ARVN a perdu environ 30 pourcent de sa force (presque tous ses soldats); en revanche, elle a détruit 27 chars de l'ANV et tué plus de 5 000 attaqueurs communistes. Dans cette résistance épique finale, l'ARVN a démontré pour la dernière fois que, quand conduite proprement, elle a "ce qu'il faut."

Phillip B. Davidson
"Vietnam at War"
Novato: Presidio Press, 1988.

generalhieu.com