Chapitre V
Phase 2
Les Opérations "Long Reach"
Du 27 Octobre au 17 Novembre 1965
Poursuite et Exploitation
La Bataille dans le Massif de Chu Pong

Offensive Illimitée

Le 26 octobre 1965, tandis que la colonne de secours et la garnison de Pleime sont en train d'effectuer un ratissage autour du Camp, une conférence a eu lieu au Centre d'Opérations Tactiques du 2è Corps d'Armée avec la présence des conseillers américains et les commandants des unités.

Toutes les informations reçues et l'analyse de la situation convergent à la même conclusion.

Les unités ennemies se sont retirées à l'ouest dans la direction de la frontière cambodgienne. Ceci serait leur seule chance d'échappement parce que en plus des avantages du terrain, la base de Chu Pong et le sanctuaire du Cambodge procurent non seulement les abris mais aussi les ravitaillements et les remplacements dont les 32è t 33è Régiments sont en court.

Pour la première fois depuis la guerre a éclaté sur la péninsule indochinoise, les forces amies ont l'opportunité de venir à une telle conclusion. A travers les hostilités depuis 1948, l'ennemi a toujours été capable de quitter le champ de bataille et de se retirer en sécurité, d'abandonner le combat à leur gré.

Ainsi la chance qui s'est offert aux forces amies ne devrait pas être ignorée: les deux Régiments ANV doivent être poursuivis parce que sinon, le danger persisterait et l'ennemi aurait du temps de réorganiser leurs unités.

A part cela, cette fois-ci il est possible de réaliser cette décision parce que les forces de réserve sont disponibles, avec la présence de la 1st US Air Cavalry Division stattionnée à An Khe, une unité majeure qui possède le plus haut degré de mobilité dans le monde entier et aussi les équipements et armements les plus modernes.(1)

Après deux années de manœuvre dans la jungle du South Carolina State, la Division a totalement réussi à développer et promouvoir de nouvelles tactiques. Dans une conférence de presse le 16 juin 1965, le Secrétaire de Défense américain McNamara dit,

"Les tactiques, les techniques, les procédures qui seront employés par cette nouvelle division résultera dans une approche nettement différente à la solution des problèmes tactiques. L'emploi de l'avion pour amener le personnel de combat directement au champ de bataille, pour les extraire du champ de bataille, procure une capacité que ni nous ni aucune autre armée dans le monde possède aujourd'hui".

Les Eagle Flights modestes sont devenus des troupes Air Cavalry dont les capacités illimitées ont été prévues par Samuel Johnson (1709-1784) dans les mots suivants:"Contre une armée glanant à travers les nuages, ni murs ni montagnes ou mers peuvent se permettre aucune sécurité".

La décision prise par le Commandement du 2è Corps d'Armée d'exploiter les résultats de la première phase et de poursuivre l'ennemi est pleinement acceptée par les autorités militaires américaines et un accord est arrivée d'établir une coopération intime des activités opérationnelles. La 1st US Air Cavalry Division effectue l'effort principal avec les Opération Long Reach et la Brigade de Parachutistes ARVN agit en tant que réserve, prête à participer sur l'ordre du Corps d'Armée.

Jusqu'au Bout de Pleime à Chupong

Le 27 octobre, les Eagle Flights de l'entrent en action. De l'aube jusqu'à la nuit tombante, ils volent sans fatigue sur la région à la recherche de l'ennemi. Toute présence suspecte ennemie est soigneusement vérifiée et réglée, soit par des frappes aériennes soit par les Eagle Flights elles-mêmes, soit par des forces de réaction. Ces tactiques obligent l'ennemi à se déplacer constamment, à désintégrer et fragmenter en petits groupes et ainsi ils ne puissent être détectés à vue.

De nombreux traînards VC ont été capturé à travers ce processus mais ce n'est que cinq jours plus tard que des résultats notables sont obtenus.

Le 1er novembre 1965, à 0730 heures, environ un peloton VC a été détecté à 10 kms Sud Ouest du Camp Pleime. Une force de réaction est immédiatement dépêchée par la 1è Brigade de la1st Air Cavalry Division. Seulement quelques minutes après, 20 VC sont tués et 19 capturés. Les troupes amies continuent à chercher et soudainement découvrent un hôpital militaire VC bien équipé avec des médicaments et instruments chirurgicaux fabriqués par les pays communistes. Tout le ravitaillement d'origine communiste est tous neuf et a une valeur totale d'environ 40000 dollars.

Tandis que l'évacuation par hélicoptères du butin se déroule, une force ennemie de la taille d'un bataillon se déplace furtivement vers les troupes amies et tente d'encercler leurs positions. Le premier engagement entre les éléments de la 1st US Air Cavalry Division et le VC a eu lieu. Il dure pendant cinq heures jusqu'à la nuit tombante. Quand l'ennemi finalement se désengage et se retire, il a été pour eux un coup mortel par le "First Team": 99 VC sont tués (cadavres comptés), 44 autres VC réguliers capturés avec 40 armes. Mais au moins plus de 200 autres VC sont probablement tués et blessés.

La prise du poste de secours constitue une découverte majeure pour l'Air Cavalry Division et à part l'opportunité qu'elle procure à la destruction des forces VC, elle fournit aussi des documents, y compris une carte d'une valeur particulière révélant les routes de ravitaillement et de déplacement de l'ennemi. Ceux-ci à leur tour sont convertis en renseignements qui conduiront plus tard à d'autres succès:

- Le 3 novembre, à 2100 heures, une embuscade audacieuse au cœur même du complexe Chu Pong-Iq Drang est infligée au 8è Bataillon du 66è Régiment récemment infiltré: 112 tués (cadavres comptés), plus de 200 autres estimés tués et blessés, 30 armes capturées.

- Le 4 novembre, une large cache d'armes est découverte à 5 kms Ouest du Camp Pleime, aux environs de la rivière Ia Meur.

- Le 6 novembre, le 6è Bataillon du 33è Régiment est quasi annihilé après un engagement tenant place Nord de la rivière Ia Meur: 77 tués (cadavres comptés), près de 400 autres estimés tués et blessés.

Jusqu'à ce point, la 1è Brigade de la First Air Cavalry Division dans son opération de déploiement "All the Way" (2) sur une région d'environ 2500 kilomètres carrés a asséné des coups sévères aux unités retraitantes VC mais à travers les contacts faits et relatés ci-dessus, aucune trace n'a été détectée concernant le 32è Régiment. Bien que le nombre de victimes VC est de 1500, y compris ceux qui ont souffert dans la première phase, un autre régiment - le 66è Régiment - a été ajouté à l'ordre de bataille de l'ennemi.

Il y a fort soupçon que les éléments du 32è Régiment aurait parti discrètement vers l'est.

Le 9 novembre, les mouvement et le changement dans l'accent de l'ouest à l'est commence et le 10 novembre, l'US 3rd Brigade relève l'US 1st Brigade.

Mais, en réalité, les unités VC sont localisées vers ce moment dans les lieux suivants, comme prouvés plus tard par les opérations subséquentes lancées au cœur même du complexe Chu Pong-Ia Drang:

- les trois bataillons du 66è Régiment s'étalent le long de la rive nord de la rivière Ia Drang,;

- le 32è Régiment est aussi au nord dans la même région;

- le 33è Régiment maintien ses positions dans les alentours du Village Anta (appellation VC), east des montagnes Chu Pong.

Convaincu que les forces amies ont perdu la trace de ses unités, le Front de Bataille VC prend rapidement une décision de retrouver son avantage avec une attaque. La cible est de nouveau Pleime et la date d'attaque est fixée pour 16 novembre. Le plan est connu parmi les rangs VC comme la deuxième phase de l'attaque de Pleime. Tous les trois régiments seront engagés cette fois aussi bien qu'un bataillon de mortiers de 120 mm et un bataillon de mitrailleuses antiaériennes à double corps qui sont tous deux sur le chemin d'infiltration et prévus d'arriver à temps pour l'attaque. Selon la déclaration d'un officier politique capitulé, le plan de la nouvelle attaque aurait pour objectif premier la destruction du camp.

Le Suicide VC, 14 Novembre 1965

Mais le plan en question ne sera jamais mis en place parce que seulement quelques jours plus tard, la 3rd Brigade résume la poussée vers l'ouest. (Opération Silver Bayonet).

A midi le 14 novembre, des hélicoptères dégorgent des troupes et artillerie de la 1st Air Cavalry aux pieds mêmes des montagnes Chu Pong. Au lieu de lancer une attaque sur Pleime, le Front de Bataille VC se trouve engagé dans une lutte pour défendre sa base même. La zone de débarquement nommé L.Z. X-ray est environ 25 kms du Camp Pleime, aux pieds est du massif Chu Pong. Le terrain est plat et constitué de broussailles de 100 feet de hauteur, d'herbes d'éléphant variant en hauteur d'un foot à cinq feet et des collines de fourmis éparpillées partout à travers la région jusqu'à huit feet de hauteur avec d'épais buissons et d'herbes d'éléphant au-dessus et autour d'elles. Le long du côté ouest du LZ, les arbres et herbes sont en particulier dense et s'étendent au-delà jusque dans la jungle sur les contreforts de la montagne.

Après une préparation de tubes d'artillerie de 20 minutes, et de feu d'artillerie aérienne de 30 secondes, le débarquement du 1/7 Cavalry Battalion commence. Le commandant du bataillon, Lieutenant Colonel Harold G. Moore, lui-même avec la compagnie d'assaut - Company B - débarque précisément à 1048 heures le 14 novembre 1965.

Tandis que des hélicoptères retournent à Pleime pour charger Company A, le commandant de B Company sécurise la zone de débarquement en ayant un peloton dépêcher ses escouades dans différentes régions, 50 à 100 mètres hors de la zone de débarquement pour faire une reconnaissance. Vers 1120 heures un prisonnier est pris. Il déclare qu'il se nourrit seulement de bananas pendant cinq jours et qu'il y trois bataillons VC sur la montagne.

A 1210 heures, un nombre suffisant des éléments de Company A se sont débarqués, la mission de sécurité du LZ est confiée à cette compagnie et Company B est ordonné de fouiller la portion basse de la région de la montagne avec l'accent sur le doigt menant vers X-ray.

Vers 1245 heures, l'élément de pont de Company B commence de s'engager dans un combat de feu d'intensité modérée. Peu après, vers 1330 heures, le commandant de la compagnie rapporte qu'il est attaqué lourdement par au moins deux compagnies d'ennemi et que son peloton 2B1/7 à droite est en danger d'être encerclé et coupé du reste de la compagnie par une force numériquement supérieur. Le combat de feu devient intense. Aussi quelques volées de mortiers de 30 et 81 mm commencent à tomber dans le LZ et sur la Company B.

Peu après le commencement de ce combat, le dernier peloton de Company A et les éléments de pont de Company C débarquent. Company A est alors ordonnée d'avancer vers la gauche de Company B, pour établir un contact physique avec celle-ci, pour protéger son côté gauche et d'envoyer un peloton en avant pour assister Company B dans l'effort de joindre le peloton qui est en danger. Company C est ordonné de prendre une position de blocage hors de la zone de débarquement vers le sud et sudouest pour prévenir le LZ d'être envahi dans cette direction et de donner protection au côté gauche de A Company. Des feux de frappes aériennes et d'artillerie sont appelés dans la périphérie basse des contreforts de la montagne et asséner la montagne et les avenues d'approche de l'ennemi au LZ de l'ouest et du sud. Mais il n'a pas de traits bien définis du terrain pour aider et les broussailles et arbres se ressemblent. L'air est rempli de fumées et de poussières. Le fait que le peloton 2B1/7 séparé est en avant des Companies A et B retardent le déchargement de feux efficaces en soutien de ces deux compagnies. Cependant, employant la technique de feux descendant la montagne du sud et ouest, les feux sont placés où ils peuvent donner l'aide à ces deux compagnies. En dépit de tous ses efforts, Company B renforcé est seulement capable d'approcher à 75 mètres du peloton séparé et ne peut pas avancer davantage.

Simultanément, Company A minus aussi s'engage lourdement avec une force large d'au moins une compagnie ennemie qui est en train de s'avancer le long du lit sec d'un ruisseau parallèle au côté ouest du LZ. Un combat lourd se déclenche immédiatement. Company A souffre des victimes légères et impose une lourde perte à l'ennemi. Une peloton est dans une telle position qu'il est capable décharger un feu de côté de près sur 50-70 VC comme ils continuent à se déplacer à travers leur front.

Juste au moment le combat de Company A déclenche, les derniers éléments de Company C et les éléments de pont de Company D débarquent; Le commandant de Company C directe ses éléments en position le long de ses autres éléments qui ont débarqué cinq minutes avant, une force de 175-200 ennemis se dirigent vers le LZ et s'enfoncent à tête butée contre Company C. Ils sont tenus à distance et beaucoup parmi eux sont tués tentant de parvenir à la zone de débarquement. L'action continue pendant environ une heure et demie jusqu'à ce que l'ennemi, désorganisé et décimé, se désengage sous les feux d'artillerie lourde et de frappes aériennes amis, traînant plusieurs de ses morts et blessés

A 1500 heures, comme le reste des éléments tactiques du bataillon finalement débarquent, et le feu ennemi diminue, grâce aux actions des Company C et Company D, le commandant du bataillon a pu rapidement donner les ordres nécessaires pour le repositionnement de ses troupes. Après cela, deux attaques sont lancées pour atteindre le peloton 2B1/7 encerclé. Mais ils sont rencontrés par une force supérieure ennemie qui, des positions camouflées, essaie de couper les forces attaquantes en deux. Vers 1740 heures, le Colonel Moore décide de retirer Company A et Company B sous couvert des feux de soutien lourds à la frange de la zone de débarquement et d'établir un périmètre de défense serré pour la nuit. Le bataillon est encore en bonne communication avec le peloton encerclé et annelé par le feu défensif de l'artillerie proche. Vers 1800 heures, Company B du 2/7è Bataillon débarque pour renforcer 1/7è.

Le 15 Novembre 1965

A cause des lourdes pertes qu'ils ont souffert dans cet après-midi, l'ennemi effectue seulement quelques sondages attaques séparées de l'ennemi mais grâce à la protection par les feux d'artillerie proche, à la levée du jour, de nombreux ennemis morts gisent autour du peloton.

Mais comme le soleil apparaît, l'ennemi réapparaît et attaque simultanément de trois directions: du sud, sud ouest et sud est. Vers 0730 heures, l'ennemi s'approche tout près des tranchées individuelles de combat du périmètre en dépit d'avoir subi de lourdes pertes causées par l'artillerie, mortiers et le soutien aérien proche. Il y a de considérables combats mains à mains. A 0755 heures, toutes les positions du peloton sont ordonnées de jeter une grenade de fumée colorée pour définir visuellement aux observateurs aériens la périphérie du périmètre et tout feu de soutien est apporté de très près, parce que le feu ennemi est si lourd que les mouvements vers et dans la section de défense ont comme résultats davantage de victimes amies. Quelques feux d'artillerie amie tombent à l'intérieur du périmètre même et deux bidons de napalm sont délivrés dans la région du PC du bataillon.

Vers 0910 heures, Company A, 2/3è Bataillon débarque pour renforcer. Vers 1000 heures, l'attaque ennemi est finalement repoussée, des cadavres, des morceaux de corps, des armes et des équipements de l'ennemi s'éparpillent en profusion autour et à l'avant du périmètre. Il y a de preuve massive que beaucoup d'autres morts et blessés ennemis ont été traînés hors de la région.

Le secours du peloton séparé a lieu dans l'après-midi et effectué par le 2/5è Bataillon qui a été dépêché par la 3è Brigade et venant à pied du LZ Victor, atteignait LZ X-ray à 1205 heures. Peu de résistance est rencontrée et le peloton est rejoint à 1510 heures. Le peloton a encore de munition, est en bon esprit et souffre seulement 8 tués et 12 blessés.

Le 16 Novembre 1965

La nuit est relativement tranquille jusqu'à 0400 heures quand une force de 250-300 ennemi attaque du sud est. L'illumination aérienne est appelée et continue jusqu'à 0454 heures. L'attaque est repoussée par les feux d'armes légères et d'artillerie. At 0432 hours, A 0432 heures, une autre attaque par 200 ennemis vient de la même direction mais l'artillerie assène un grand coup. Vers 0500 heures, le poids de l'attaque ennemie vire davantage vers le sud est mais est repoussée une demi-heure plus tard. A 0627 heures, une autre attaque vient directement vers le PC. A 0641 heures, l'ennemi est battu en retraite et traîne des cadavres sous feu.

Une fouille et ratissage sont effectués à 0810 heures par toutes les unités sur le périmètre. Des morts ennemis jonchent partout dans la région et de nombreux armes sont collectées.

La bataille entière a durée continuellement pendant 48 heures et l'ennemi a souffert à X-ray presque un tiers de leurs pertes totales à travers toutes les trois phases:

- tués (cadavres comptées): 834

- tués(estimés): 1215

- capturés: 6

- armes capturées: 141

- armes détruites: 100

Quant à 1/7è Bataillon, 79 soldats sont tués et 125 blessés.

Le quotient qui est de 1/10 a prouvé à tel point le 1/7è Bataillon a été chanceux car il est plutôt surprenant que des collines qui dominent le LZ, l'ennemi n'a pas positionné des armes collectives pour soutenir leur attaque. Une telle situation ne pourrait être expliquée seulement par les raisons suivantes:

- L'ennemi a perdu tous leurs armes collectives lourdes pendant la première phase.

- Ils ont été surpris par l'attaque du 1/7è Bataillon et leurs commandants ont manqué d'utiliser aux mieux le terrain.

- Leurs tactiques comptent pour la grande part aux "vagues humaines" et ils sont trop confident que leur attaque désorganiserait très rapidement le 1/7è Bataillon.

Le 1/7è Bataillon quitte le LZ X-ray à 1040 heures le 16 novembre et est remplacé par 2/7è et 2/5è Bataillons.

Le 17 Novembre 1965

Il est digne de mentionner que depuis l'après-midi du 15 novembre, les stratoforteresses B52 ont aussi pris part dans la bataille avec cinq bombardements du massif Chu Pong chaque jour. Le 17 novembre, les cibles incluent également LZ X-ray et les deux bataillons amis ont reçu l'ordre de s'éloigner à 3 kms du LZ, vers le nord et nord ouest à un autre du nom de LZ Albany.

Le déplacement est aussi basé sur l'estimation que l'ennemi s'est retiré dans cette direction. Dans l'après-midi du jour précédent, un hélicoptère ami a été abattu dans cette région-là, le mouvement de l'ennemi pourrait aussi viser à attaquer la position d'artillerie est de X-ray qui a fourni le soutien efficace au 1/7è Bataillon pendant les deux derniers jours. Les deux bataillons se déplacent dans deux différentes directions, le 2/7è vers le nord et le 2/5è vers le nord ouest.

Le premier bataillon tombe dans la suite dans une embuscade VC effectuée par une unité VC de la taille d'un bataillon, au moment où il arrive presque à ses objectifs.

Mais de nouveau, le VC s'offrent eux-mêmes comme cibles des frappes aériennes et le feu d'artillerie:

- tués (cadavres comptées): 403

- tués(estimés): 100

- armes capturées: 112

Le 18 novembre, une attaque est effectuée contre la position d'artillerie, ayant comme résultat environ 220 VC tués et plus de 20 armes capturées.

Décimé par les échecs et pertes successifs et la base de Chu Pong détruite par les B52s, le VC finalement abandonne leurs tentatives et se disperse en petits groupes, ils se retirent dans la direction de la frontière.


(1) Après la période d'expérimentation qui commença en 1963, la Division est officiellement activée en juin 1965 et arriva au Viet Nam en septembre 1965. En comparison avec les autres Divisions américaines, la 1st Air Cavalry a moins de troupes (15787 au lieu de 15900) et véhicules (1600 au lieu de 3200) mais davantage d'avions (435 lieu de 101). Le déplacement de 3000 soldats sur une distance de 160 kms prend seulement 59 minutes (US Army Information Digest, août 65, page 36)
(2) Nom des opérations effectuées par la Brigade.

Major General Vinh Loc
Colonel Hieu, ghostwriter
(Why Pleime - April 1966)

generalhieu.com