Chapitre I
La Campagne Viet Minh de 1954
dans les Hauts Plateaux

Une Position Stratégique

Pour la plupart des gens, l'augmentation soudaine des activités viet minh dans les Hauts Plateaux Centraux en 1954 avaient pour cause les raisons suivantes:

1) Un nombre important des unités françaises ont été retirées pour renforcer Dien Bien Phu, ainsi laissant la région insuffisamment défendue avec des forces mobiles qui à l'époque consistaient seulement de la 100è Task Force Française (Groupement Mobile numéro 100), quelques Bataillons de Montagnards et la 11è Task Force Vietnamienne.

2) Les opérations Atlante ébauchées par les Français pour occuper la région littoral centrale étaient connues à l'avance par les Viet Minh qui, ainsi, se ruaient aux Hauts Plateaux afin d'être les premiers sur le champ de bataille, pour forcer les Français à disperser leurs forces.

3) En accélérant leurs activités ainsi sur les fronts plutôt tranquilles, les Viet Minh espéraient continuer garder leur dessus et maintenir leur initiative vis-à-vis du plan du Général Navarre visant à créer des forces mobiles musclées.

Cependant toutes les raisons ci-dessus mentionnées ne pourraient explique pourquoi les Viet Minh ont poursuivi avec ténacité leurs efforts jusqu'à l'Accord de Genève 1954 et contrôlent des territoires. Selon Dr Bernard B. Fall(1), lorsque le cessez-le-feu fut proclamé, l'autorité française contrôlait seulement les provinces de Darlac et Dalat.

Par conséquent, ce serait une grande erreur de considérer le tempo accélérant des activités Viet Minh dans les Hauts Plateaux en 1954 simplement comme une coordination au sein d'une vaste campagne ou comme une contre-mesure à l'expansion française. Parce que nous devrions toujours être conscients qu'aux points de vue à la fois des Français et des Viet Minh, le champ de bataille des Hauts Plateaux est considéré comme une part de la guerre sur le péninsule d'Indochine entier, y compris non seulement le Viet Nam mais aussi le Laos et le Cambodge.

Dans un document Viet Minh intitulé "Succès au Bas Laos" (page 3), l'ennemie a affirmé explicitement:

"Pour les Français, le Bas Laos, le Cambodge Est et les Hauts Plateaux Ouest forment un triangle stratégique d'où le Vietnam Sud, le Bas Centre du Vietnam, le Cambodge aussi bien que le Milieu et Bas Laos pourrait être conquis".

D'autre part, le Général de Division français Delange, alors Commandant de la 4è Région Militaire (QG à Banmethuot), a aussi écrit dans Campagne de l'Interzone du 1er Janvier au 31 Juillet 1954" (pages 9-10) le suivant:

"Dans le concept du Haut Commandement Viet Minh, la région s'étendant Est-Oust de Quang Ngai aux Plateaux de Bolovens et Nord-Sud de Quang Nam à Pleiku est "un compas stratégique" qui pourrait être utilisé comme un tremplin pour l'expansion vers presque toutes les directions:

- Sud vers les Plateaux Sud et Viet Nam Sud,

- Est vers le littoral,

-Ouest vers le Bas Laos et Cambodge.

"En plus, le Milieu Laos (à être libéré par Interzone IV), cette région constituera une grande base au milieu même du péninsule d'Indochine. Le contrôle de ce territoire par l'ennemie leur permettra de mieux coordonner leurs activités et réglementer leurs forces entre le Nord et le Sud et ainsi à préparer pour une "générale counter-offensive". Les positions et le terrain dans cette région formée par "les Plateaux Nord et le Bolovens" sont considérés bien conformes aux intentions de Viet Minh et doivent être libérés selon leurs plans."

Plus loin, le Général Delange écrit aussi:

"Les attaques Viet Minh dans les Hauts Plateaux Centraux en 1954 diffère énormément des celles des années précédentes. Cette fois-ci, la "zone libérée" sera défendue et étendue vers le sud afin de sécuriser leur base plus efficacement et être capable plus tard de mettre leur pression plus directement sur le Cambodge et le Sud Vietnam

Kontum et Route Nationale 19

Pour effectuer leur plan, en décembre 1953 et janvier 1954, l'avance Viet Minh dans le Milieu et Bas Laos saisit Thakket, détruit la totalité du cordon des postes français lelong de la Route Nationale 12 et 9, menace la base de Seno et encercle Vœune Sai (Cambodge Est).

Vers fin janvier 1954, le 27, ils attaque simultanément Mang Buk, Plateau Gi (à présent la cité de Chuong Nghia ) et Konbrai. Puis ils transfèrent leurs efforts au Nord Kontum et coupe ce dernier de Pleiku. Le 2 février, toutes les postes dans Nord Ouest Kontum, y compris Dakto, ont été envahis et le 5 février, tous les ponts Nord Kontum, ont été détruits. Les Forces Expéditionnaires Françaises sont forcées de quitter Kontum le 7 février et se sont retirées à Pleiku. La 100è Task Force qui venaient de mettre les pieds aux Hauts Plateaux moins de deux mois auparavant - le 17 décembre 1953 - et de la en mouvements constants était une fois de plus forcée de battre en retraite une seconde fois! (La première fois le 28 janvier 1954 de Tuy Hoa à Kontum).

Dix jours après, le 27 février, le Viet Minh résume la poussée vers l'est et le sud: ils saisissent Dakdoa, harassent Pleibon et attaquent La Pit (10km Nord Pleiku, sur la Route Nationale 14) comme si pour forcer les Français à quitter aussi Pleiku.

Mais le 15 janvier, les Task Forces Atlante débarquent à Song Cau et Tuy Hoa. Le Viet Minh alors ajuste leur objectives après le 15 mars:

1) en détruisant le point fort d'An Khe et au moins en interdisant la Route Nationale 19 afin d'isoler Pleiku et ne permettant aucun contact entre An Khe et Qui Nhon aux troupes françaises.

2) en déclanchant d'autres fronts aux Hauts Plateaux et le long du littoral afin de dissiper les forces françaises.

Le 29 mars, ils commencent leurs activités sur la Route Nationale 19 avec une embuscade et une attaque contre la poste à Deo Mang. Pendant le mois suivant, ils piègent de nouveau une embuscade et attaquent quatre fois dans la région étendant d'An Khe à Pleiku, infligeant des lourdes pertes aux éléments de la 100è Task Force.

En même temps les efforts ennemis augmentent sur la Route Nationale 14 et la Route-interprovinciale 7, dans la direction de Cheo Reo. Ils lancent également des attaques incessantes contre Plei Ptao, Lei Ring, B. Hioan Cham, Le Bac.

A part les principaux fronts ci-dessus mentionnés - An Khe et Front Song Ba - effectués par des unités régulières appartenant à Interzone V, deux autres fronts secondaires sont organisés par des unités régionales pour harasser l'arrière des forces françaises, un dans Phu Yen et Darlac, l'autre dans Khanh Hoa, Ninh Thuan, Binh Thuan et Djiring.

En mai 1954, pour donner support à leur négociation à la Conférence de Genève, le Viet Minh déploie tous leurs efforts partout dans la région. A partir de ce point jusqu'à l'armistice, ils attaquent incessamment les positions et convois français sur toutes les Routes Nationales 19, 21, 14 et 1. Les postes françaises dans Tuy Hoa sont constamment encerclées et harassées. Ce fut pendant cette période que les Forces Expéditionnaires Françaises étaient contraintes d'abandonner An Khe (29 June 1954) et dans leur retraite à Pleiku, la 100è Task Force a été décimée par des embuscades ennemies. Après un autre piège tendu par le Viet Minh qu Col Chu Drek sur Route Nationale 14, le 2è Bataillon Coréen (Français) cesse d'exister!

La ténacité du Viet Minh dans l'implémentation de leur plan et leurs activités continues et sans répit ont montré le degré de l'importance qu'il ont conféré aux Hauts Plateaux. En face de l'échec, le Général Delange écrit après profonde méditation la conclusion suivante, avant de quitter Viet Nam:

"Quelque soit le future, à cause de leur position stratégique, leur rugueux terrain et le peu de population, les Hauts Plateaux continue à procurer les meilleures routes naturelles d'infiltration pour l'ennemie, aussi long qu'elle n'abandonne pas sa rêve d'agression du Sud Viet Nam. A travers ces corridors, toutes les liaisons entre les deux régions se s'effectueraient harmonieusement et avec un total secret".


(1) Street Without Joy, The Stackpole Company, Chapter 9̣, page 169.

Général de Division Vinh Loc
Colonel Hieu, Chef d'Etat Major du 2è Corps d'Armée
(Why Pleime - Avril 1966)

generalhieu.com