(Sans aucun doute, le principal auteur de ce rapport post-opérationnel Lessons Learned était Colonel Nguyen Van Hieu, Chef d'Etat Major du 2ème Corps, qui avait ébauché le plan de cette opération).

Opération de Nettoyage Routier

Dans le Sud-Est Asie, Vietnam est le seul pays où la saison de pluie annuelle se produit à des moments différents aux différents endroits du pays. Tandis que l'averse recouvre le Delta de la Rivière Mekong et les Hauts-Plateaux Centraux de mai à octobre, la période de mauvais temps dans les provinces côtières commence seulement tard septembre.

La diversité du temps a un effet important sur les opérations militaires. Dans la zone côtière, la tombée de pluie intense en hiver et printemps normalement cause des inondations dévastatrices et crée des difficultés aux activités des troupes amies. D'autre part, l'été et l'automne humides et nuageux dans les Hauts-Plateaux offrent des avantages tactiques réels aux Viet Cong parce que les forces amies, en particulier l'armée de terre et l'aviation de la force aérienne, sont sérieusement limitées dans leur mouvement et dans leurs opérations.

Les Viet Cong regardent la saison de pluie de 1965 non simplement comme une chance pour saisir l'initiative, mais comme l'occasion d'apporter un virage décisif à leur agression. Sous le couvert de la pluie, du brouillard, et de la voûte de la jungle, et avec l'infiltration massive du Nord Vietnam, ils croient qu'ils pourraient établir une "zone libérée" au sein du Sud Vietnam pour servir aux buts politique et moral comme la démarche qu'ils ont faite avec tant de succès à Dien Bien Phu 11 ans plus tôt.

La région des Haus-Plateaux est leur objectif et leurs activités coordonnées sont effectuées pour placer la région entière sous leur contrôle et dans une asphyxie économique.

A un certain degré, les Viet Cong ont réussi à couper l'accès aux Hauts-Plateaux. La situation devient une crise quand les routes de ravitaillement principales à cette région - Autoroutes 14, 19 et 21 - ont été interdites par une destruction systématique des ponts, des embuscades fréquentes, et d'activité de guérilleros intense (Image 1).

Durant juin 1965, le long de l'Autoroute 19 (environ 180 kilomètres de long), la population vivant dans les centres de réfugier et des "hameaux de vie nouvelle" a été forcée d'abandonner leurs fermes et d'évacuer aux arrondissements de Binh Khe et An Khe.

La vie dans la ville principale de Pleiku n'était pas meilleure. Tandis que le prix de la nourriture et des marchandises s'élève sans répit, dans certains cas plus le double en six mois, les activités intenses des Viet Congs surviennent aux alentours de la ville. La cité de Le Thanh, 40 kilomètres ouest de Pleiku, a été attaquée le 1 juin, et quelques jours plus tard les troupes du chef de province a été embusquées.

Evacuation et Panique

Le manque de nourriture et la pression croissante ennemie ont forcé beaucoup de gens à évacuer leurs familles à Saïgon. La tension dans Pleiku devient plus élevée que celle pendant les jours suivant l'attaque surprise des logements du Groupe des Conseillers du 2ème Corps et le terrain d'aviation du 52ème Bataillon d'Aviation en février. Dans les premiers jours de juillet, la population de Pleiku et Kontum était au bord de la panique.

Le 15 juin, avec la destruction des ponts principaux sur l'Autoroute 14, le dernier lien de Banmethuot et Saïgon à Pleiku et Kontum a été coupé. La région maintenant dépend au ravitaillement par air pour survivre. Les avions disponibles peuvent approvisionner seulement une fraction des besoins, même quand les équipements et approvisionnements militaires aux unités stationnées dans les Hauts-Plateaux ont été retardés pour donner la priorité première à la nourriture et aux médicaments.

Environ tôt juillet, les Autoroutes 1, 11, 14, 19, 20 et 21 ont été interdites à l'usage des troupes amies, et le seul lien entre les Hauts-Plateaux et la région côtière est par voie aérienne.

La pression lourde de l'ennemi dans les Hauts-Plateaux n'affecte pas seulement la population dans cette région éloignée, mais également a un effet moral grave sur la population du pays entier. Quelque chose doit être faite.

Là gise la difficulté, parce qu'il n'est pas simplement une question d'amasser suffisamment de troupes pour rouvrir les autoroutes. La décision devrait assurer un succès complet et, en même temps, refuser aux Viet Cong la capacité de retenir l'initiative en déplaçant leurs activités ailleurs. La décision également devrait prévenir aux Viet Congs de saisir l'avantage des handicaps du côté ami durant la saison de pluie pour appliquer leurs tactiques favoris et adroits d'embuscade sur le terrain rugueux ou de sacrifier leurs vagues humaines afin d'obtenir un succès spectaculaire comme çà été fait à Dien Bien Phu.

Concept d'Opération

Le 8 juillet 1965, le commandement et l'état major du 2ème Corps commencent à préparer un plan d'opération de nettoyage routier à grande échelle. Le concept de l'Opération Than Phong est de:

* Dissiper la pression ennemie et stimuler la population et les troupes dans les Hauts-Plateaux en déployant les forces de trois directions - est de Pleiku, ouest de Qui Nhon, et nord d'An Khe - pour occuper le haut terrain le long de l'Autoroute 19 et bloquer et détruire, sous un appui aérien de près, toutes concentrations ennemies dans la région des opérations.

* Positionner des forces de réserve fortes à Pleiku, Soui Doi, An Khe et le Col Mang pour être prêt à réagir avec des opérations héliportées rapides pour encercler l'ennemi et contreattaquer vigoureusement pour détruire leurs pénétrations. Mais l'essence de ce concept est de prévenir les embuscades plutôt que d'intervenir pour perturber et opposer les embuscades avec les forces de secours.

* Augmenter les activités de renseignement et la reconnaissance armée avant Jour-J jusqu'au retrait, tout en déclencher une diversion dans toutes les directions pour éparpiller les trois régiments ennemis et empêcher leur concentration.

* Procurer la sécurité maximale aux convois se déplaçant jour et nuit pendant la poussée.

Jour-J a été fixé pour le 16 juillet.

Basé sur ce concept, trois lignes de conduites ont été établies:

* Maintenir un secret maximum sur l'opération, même au sein de l'état major.

* Maintenir le momentum de l'attaque pour imposer une surprise complète sur l'ennemi.

* Organiser et distribuer les forces de manière que les Viet Cong ne puissent trouver aucune opportunité pour encercler les forces amies.

Le premier but est de réaliser un planning à deux phases dans lequel seulement le personnel autorisé participe. Ces réunions secrètes ont lieu comme des réunions régulières d'état major, et les précautions sont bien observées.

Un plan de diversion a été préparé par toutes les grandes unités disponibles.

La 22ème Division d'Infanterie et le 3ème Bataillon Blindé ont la tâche de rouvrir l'Autoroute 1 de Qui Nhon à Tuy Hoa.

La 2ème Force de Frappe des Parachutistes et les Forces de Groupe de Défense de Civils Irréguliers ont la tâche de rétablir la cité de Le Thanh, et au Nord Dak Sut la Force de Frappe Alpha de Marines et le 42ème Régiment ont la tâche de rouvrir l'Autoroute 14. Le Groupe du 20ème Génie a la tâche de réparer le pont à Le Bac et la Route Interprovinciale 7 de Phu Bon à Tuy Hoa (Image 2).

Trois Phases

Afin de maintenir le momentum de l'attaque et garantir une surprise complète, les opérations sont divisées en trois phases:

* D moins 6 à D plus 2. Les activités de diversion, la collection sur place des renseignements, le mouvement et l'emplacement des troupes, et la réouverture de la route et la réparation des routes et des ponts.

* D plus 3 à D plus 7. Mouvements des convois de cargaison.

* D plus 8 à D plus 9. Le Retrait des troupes.

Il est important de noter que tous les mouvements des troupes, leur emplacement, et la réouverture de la route prennent place actuellement seulement pendant cinq jours, de D moins 2 à D plus 2.

Le plan général des manoeuvres de l'effort principal de l'Opération Than Phong est le suivant:

* Presser les Viet Cong de trois directions avec des mouvements déclenchés de Pleiku et Qui Nhon et un enveloppement vertical du nord d'An Khe. Ces manoeuvres sont exécutés par une force de frappe du secteur Pleiku partant de Pleiku, deux forces de frappe de la 22ème Division d'Infanterie partant de Qui Nhon, et une force de frappe de deux bataillons de parachutistes héliportés au nord d'An Khe et attaquant vers le sud avec la force de frappe Alpha de la brigade de marines effectuant le renouement.

* Positionner des réserves fortes composées de trois bataillons (un ranger, un marine, et un parachutiste) et deux troupes blindées aux points tactiques: Pleiku, Soui Doi, An Khe, et Mang Pass.

Avec ce plan de manoeuvres, la portion la plus dangereuse de la route où les embuscades ennemies sur l'Autoroute 19 ont eu lieu normalement est sauvegardée par une attaque coordonnée avec l'effort principal avançant vers l'arrière de l'ennemi.

L'organisation des forces de frappe permet au 2ème Corps de dénier à l'ennemi la capacité d'embusquer par la mobilité des éléments blindés de renfort et la protection du feu d'artillerie (Image 3).

Exécution

En plus des nombreuses grandes sorties de frappe et 66 missions de reconnaissance et d'escorte, 30 B-52 ont bombardé la région autour du Col Mang Yang avec des bombes de 500 tonnes à 7h30 le 17 juillet.

Les forces de frappe sont contrôlées de près dans leur avancement. Elles détiennent une liberté d'action complète, mais le planning du 2ème Corps les a forcées d'occuper les hauts lieux le long de l'autoroute et de se déplacer à bonds successifs. Bien que l'opération demande la rapidité d'action, l'adoption de cette mesure de prévention soignée s'avère être plus rentable que celle de briser l'embuscade qui est apparemment économique mais actuellement coûteuse.

Avec ces tactiques, seulement des contacts mineurs se sont survenus parce que l'ennemi a été dénié l'avantage qu'il avait possédé dans le passé.

Tandis que le déploiement des forces et les tactiques adéquats ont forcé les Viet Cons à rester presque passifs et ont créé sans problème aux opérations, les activités logistiques ont rencontré des difficultés à cause d'une pénurie de transport.

Pour satisfaire aux besoins, tous les véhicules des unités stationnées à Pleiku et Qui Nhon ont été rassemblés pour former un réservoir pour ajouter aux capacités des unités de transport. Cette mesure, ensemble avec le renforcement d'un horaire journalier serré et des régulations du trafic strictes, ont permis un amassement initial de 5.365 tonnes d'approvisionnements à Pleiku en cinq jours (D plus 3 à D plus 7).

Les convois ont transfusé une nouvelle vie aux Hauts-Plateaux. Avec une baisse immédiate de 25 à 30 pourcent du prix de nourriture et de marchandises, la population a retrouvé leur sentiment de sécurité, de confiance et d'espoir. Les écoliers à Pleiku se sont portés volontiers pour donner un coup de mains pour décharger les cargaisons, et les gens qui ont commencé à évacuer maintenant retournent à leurs fermes.

Suivant les convois militaires, les bus commerciaux peuvent circuler librement et tous seuls, mais les véhicules qui transportent du riz doivent se joindre aux convois escortés par des troupes.

Les résultats suivants à la bataille de Duc Co (3 à 18 août), la réouverture réussie de l'Autoroute 21 (19 août à 2 septembre), et la poursuite et l'exploitation de 36 jours par la 1ère Division de Cavalerie américaine à Plei Me ont redressé la situation générale dans les Hauts-Plateaux.

Général de Division Vinh Loc
Military Review, Avril 1966

(Vietnam Center Archive)

generalhieu.com