Pied d’Eléphant et Aile d’Ange

(Le Général Hieu, en tant que Commandant Adjoint d’Opérations du 3è Corps d’Armée, était sans aucun doute le principal joueur derrière les coulisses dans la campagne Svay Rieng. Le Colonel Le Gro, auteur de l’extrait de ce livre était une officier chef de renseignement, 2è Bureau/DAO - Tin Nguyen, 13/11/2005)

Un coup d’oeil sur la carte de Svay Rieng montre deux proéminences dont les noms décrivent leur formes. Sur le côté sud ouest était le Pied d’Eléphant, se montrant sur le point d’écraser Moc Hoa, la capitale de la Province de Dinh Tuong. Contre le dessous de la jambe d’éléphant était le village vietnamien de Long Khot, moins de 1.000 mètres de la bordure de Svay Rieng. Alors que l’ARVN poursuit vigoureusement la campagne Tri Phap, l’ANV augmente la pression contre les défenses ARVN autour du Pied d’Eléphant.

A l’opposé du Pied d’Eléphant, adjacent aux provinces vietnamiennes de Tay Ninh et Hau Nghia, était l’Aile d’Ange qui s’allongeait vers Go Dau Ha, le port sur la Song Vam Co Dong à travers laquelle passait la route nationale principale entre Tay Ninh et Saïgon. Le sommet sud de l’Aile d’Ange plongeait vers un camp de tir ARVN à Duc Hue, et la frontière de Svay Rieng seulement à cinq kilomètres qui enveloppait presque cette position exposée. L’Aile d’Ange et Duc Hue devenaient le cible d’action lourde au printemps et tôt été de 1974 comme l’ARVN cherchait à réduire la menace à la ligne de communication Saïgon-Tay Ninh et infligeait des dommages à la 5è Division ANV alors que celle-ci se concentrait au sud de Svay Rieng :

Peut être la 5è Division d’Infanterie ANV était la plus souple parmi toutes les divisions communistes; au moins elle était appelée à exécuter les missions d’extrême diversité. Dans l’offensive Nguyen Hue de 1972, elle participe dans la campagne Binh Long, et après avoir subi de lourdes pertes dans les forêts et plantations autour de An Loc, envahissait les rizières et marécages du Delta Mekong. Obligée de se retirer, elle envoie ses éléments pour soulager les forces ANV battues dans les forêts de Quang Duc. Tôt 1974, elle retire ces unités aux camps à Tay Ninh et envoie de nouveau quelque bataillons au delta pour essayer de sauvegarder les défenses en train de se désintégrer à Tri Phap. Cette mission échoue en face des attaques puissantes ARVN, et le COSVN ordonne à la division d’assembler les forces dans Svay Rieng sud. De là, généralement centrée sur Chi Phu, elle peut diriger les forces contre sud Tay Ninh, Hau Nghia, et Kien Tuong. Tôt février un élément avant du quartier général de la division commence à se déplacer vers l’Aile D’Ange de Tay Ninh, et vers mi-mars elle y établit à l’est de Chi Phu.

Bien que les unités des 6è et 174è Régiments de la 5è Division ANV aient combattu dans la bataille Tri Phap, les autres bataillons de ces deux régiments sont dans l’Aile d’Ange avec l’artillerie de la division. Au sud de Duc Hue, le K-7è Bataillon de Commandos de Long An est prêt à frapper. Le 27 mars à 0300, l’attaque commence au camp ARVN à Duc Hue. Défendant contre deux bataillons du 6è Régiment ANV est le 83è Bataillon de Rangers ARVN. A travers la frontière dans le Cambodge, l’artillerie de 105 mm ANV tire sur les défenseurs tandis que les canons sans recule et les mortiers lourds (120 mm) bombardent le garrison de plus près. Bien que 30 Rangers ARVN meurent, l’assaut de l’infanterie ANV échoue de briser la position; les deux bataillons du 6è Régiment ANV sont forcés de se retirer, laissant 95 morts sur le champ de bataille, ensemble avec d’innombrables armements.

Sous l’ordre de maintenir un siège desséré du camp Duc Hue, l’ANV, soutenue par le bataillon de commandos local, bloque l’approche par terre unique au camp et continue le bombardement d’artillerie mais abandonne l’idée de le prendre par tempête. Du côté ARVN, la 25è Division engage une Task Force composée d’un bataillon du 46è Régiment d’Infanterie, un bataillon du 50è Régiment d’Infanterie, et une compagnie de chars pour briser le sièg. La lutte fait rage dans les rizières à l’est et au nord du camp pendant plusieurs jours, et l’AFVN fournit un soutien efficace à la contre-attaque de l’infanterie, ayant perdu un avion A-1 de chasse-bombardier et un avion d’observation abattus par le tir de SA-7. Pendant ce temps, le commandement de la Task Force ARVN est touché par le tir de rockettes de 107 mm ANV et le commandant est parmi ceux qui sont tués.

Comme le mois d’avril s’écroule, la menace des nouveaux assauts sur Duc Hue par la 5è Division ANV demeure. La situation est particulièrement dangeureux parce que les 7è et 9è Divisions ANV sont en train de tâter agressivement la partie est de la 3è Région Militaire. Le Général de Corps d’Armée Pham Quoc Thuan, Commandant du 3è Corps d’Armée, détermine qu’il peut réduire la menace à son flanc ouest et le corridore Tay Ninh tandis qu'il a l’occasion d’agir ainsi. Et si ce qui devrait être fait, il le faudrait faire tôt pour devancer l’arrivée de la mousson du sud ouest. Après que la pluie ait commencé, la plupart du terrain autour de Duc Hue et d’Aile d’Ange serait innondé sous l’eau.

Le plan est compliqué mais faisable. Le Général Thuan emploie 18 de ses propres bataillons de manœuvre et s’envole à Can Tho où il coordonne avec le Général Nghi pour une attaque de soutien par deux bataillons du 4è Corps d’Armée du secteur Moc Hoa.

Les détailles et le moment choisi d’opération sont gardés soigneusement en secret, et très, si y en a, d’américains dans la mission américaine sait quelque chose sur ce sujet jusqu’au 27 avril quand 25 sorties frappent les objectifs dans le Cambodge et les camps connus ou soupçonnés de la 5è Division ANV. Ces frappes commencent la 1è Phase, qui dure à travers le 28 et incluse les balayages d’infanterie par deux bataillons FR entre la Song Vam Co Dong et l’épaule nord d’Aile d’Ange. Pendant ce temps là, le 49è Régiment d’Infanterie, moins un bataillon, et le 7è Groupe de Rangers, aussi moins un bataillon, quittent les régions d’assemblement près de Hiep Hoa sur la Song Vam Co Dong et avancent vers la direction ouest à travers les marécages, au delà de Duc Hue vers la frontière cambodgienne. Au sud, trois bataillons FR fournirent la sécurité en conduisant la reconnaissance dans la partie nord du Province de Svay Rieng, en général entre le Canal Bo Bo et la Song Vam Co Dong.

Un autre manœuvre de soutien, qui se développe rapidement en une opération majeure, est l’attaque dans la Province Svay Rieng au sud du Pied d’Eléphant par deux bataillons de la 4è RM. Le plus éloignés au nord des deux avances de la région frontalière au nord de Moc Hoa et établit une position de bloquage près de la route locale 1012 qui conduit vers l’est d’une région d’assemblement occupée par la 5è Division ANV. L’autre bataillon traverse à mi-chemin entre le Pied d’Elephant et le sommet du Bec de Perroquet et établit un pied à terre sur le côté sud du camp logistique et région d’assemblement ennemis dans Svay Rieng.

Tandis que la 1è Phase du balayage ARVN dans Svay Rieng s’apprête à commencer, le 28 avril l’ANV frappe fortement à Long Khot, un poste et cité de district ARVN à l’intérieur du bord du Pied d’Elephant. Que l’attaque soit calculée à l’avance ou réactionnaire, on ne le sait pas. N’importe, les chars ennemis sont rapportés en premier lieu par les défenseurs. Plus tard, les observateurs aériens déterminent correctement que les véhicules sont des transporteurs de troupes blindés M113 capturés. Les défenseurs tiennent le coup contre le 275è Régiment et le 25è Bataillon de Commandos ANV de la 5è Division ANV. Plus de 100 sorties sont effectuées le 28 contre les positions, armes et véhicules ANV dans la région Svay Rieng, plusieurs d’entre eux en soutien de Long Khot. En ce même jour, l’ARVN à Long Khot capture neuf prisonniers du 275è Régiment ANV et quatre de son unité d’artillerie de soutien, qui emploie les canons de 122 mm et de howitzers US de 105 mm, aussi bien de missiles anti-chars AT-3 et missiles anti-aériennes SA-7. Plusieurs armes ennemies sont capturées et 75 soldats ennemis sont morts sur le champ de bataille.

Non seulement les défenseurs de Long Khot tenaces et prêts en face de l’attaque, mais l’AFVN prouve sa valeur au point de vue de proche soutien comme elle vole 188 sorties tactiques et logistiques dans la Campagne Svay Rieng pendant deux jours, le 27 et le 28. Pas comme d’habitude, la 3è Division Aérienne soutenant le 3è Corps d’Armée dans la campagne Svay Rieng, établit un poste d’avance de commandement à Cu Chi à côté du poste d’avance de commandement du 3è Corps afin d’améliorer la coordination et la riposte. Les pilotes de combat retournent à leurs camps avec des rapports encourageants à propos des troupes ennemies jetant par terre leurs armes et s’enfuyant quand elles font face à des tirs de rafales rasants.

Vers la nuit du 28 avril, 11 bataillons d’infanterie, FR, et Rangers ARVN sont en train d’effectuer des opérations de recherche, de blocage, et de reconnaissance en force comme une prélude à la 2è Phase du balayage Svay Rieng. Pendant ce temps, l’AFVN donne l’assaut sur les lieux et camps des troupes ennemies, et Long Khot repousse une attaque violente de blindée, artillerie, et commando-infanterie ANV.

Dans la 2è Phase, originalement conçue par le Général Thuan pour inclure seulement trios jours de balayages blindés dans les camps cambodgiens de la 5è Division ANV, trios colonnes avancent vers l’ouest, généralement en parallèle l’une à l’autre, traversant la frontière ouest de Go Dau Ha et pénètrent aussi profondément que 15 kilomètres dans Svay Rieng avant de virer sud et sud ouest dans a Province Hau Nghia. Effectuant l’effort principal et la plus profonde pénétration, est la 315è Task Force avec le 15è Escadron de Cavalerie Blindée, le 64è Bataillon de Rangers, et une compagnie de chars moyens comme sa Task Force. Soutenue part un assortiment d’artillerie de canons de 105 mm et 155 mm, cette colonne à l’extrême nort traverse la frontière à travers les rizières au sud de la Route Nationale 1 et attaque à l’ouest, virant vers le sud juste avant le terrain marécageux à l’est de Chiphu, suivant la route locale 1012 vers une position de bloquage tenue par un bataillon du 4è Corps d’Armée près de PhCheck. Il est parré sur son flanc droit par un bataillon mobile de Ranger qui avance le long de la Route Nationale 1 environ 12 kilomètres à l’intérieur de la frontière internationale. Le long de l’axe central ; qui débute environ 2.000 mètres au sud de la 315è Task Force, est la 318è Task Force, formée autour du 18è Escadron de Cavalerie Blindée, un bataillon de Rangers, une compagnie de chars, et une batterie de howitzers. Cette colonne avance vers l’ouest environ 10 kilomètres avant de tourner le balayage vers l’intérieur au sud de la 315è Task Force.

La 315è Task Force, la seule des trois colonnes attaquant sans chars, a un bataillon provenant de la 18è Division et un de la 25è Division et le 3è Troupe, 10è Cavalerie Blindée. Ensemble avec un bataillon de howitzers de soutien, elle traverse dans Svay Rieng juste au nord du sommet sud de l’Aile d’Ange, le long de la Route 1013, et vire sud à l’intérieure de la 318è Task Force, généralement le long de la frontière internationale.

En réserve à Go Dau Ha, le Général Thuan a deux bataillons de chars moyens du 22è Bataillon de Chars, une troupe de cavalerie du 1er Escadron de Cavalerie Blindée, un bataillon d’infanterie de la 18è Division, et une batterie de howitzers de 105 mm. Nommé 322è Task Force, cette puissante force est prête à exploiter les occasions dénichées par les échelons d’attaques.

La 3è Brigade Blindée contrôle les opérations de Go Dau Ha. Quarante-quatre hélicoptères UH-1 dédiés pour la campagne sont utilisés avec efficacité dans des assauts d’air de surprise sur les défenses ennemies. Le secret est rigidement renforcé dans cette campagne que peut être dans n’importe quelle opération comme le cessez-le-feu, en partie à cause il est important de surprendre la 5è Division ANV dans la garnison, en partie pour voiler, pour des raisons politiques, l’offensive ARVN dans le Camdodge.

Vers 29 avril, la 315è Task Force a pénétré environ sept kilomètres dans le Cambodge et, au prix seulement d’un blessé, a tué près de 50 ennemis et capturé un prisonnier. Au sud, la 318è Task Force a achevé la même réussite, tuant près de 60 et capturant 5, et subissant seulement 6 blessés. Le matin suivant, la 315è continue l’attaque, tuant davantage 40 et subissant de légères pertes. Pendant ce temps, l’AFVN est en train de frapper l’ennemi avec près de 200 sorties, réalisant près de 100 tués, détruisant plusieurs positions de stockage et de défenses, et annihilant des positions de mortier et anti-aériennes.

Comme la menace au camp de la 5è Division ANV dans la partie sud de Svay Rieng devient critique, l'ANV est forcée de réduire la pression à Long Khot et concentre sur un effort de soulager les E-6è et 174è Régiments et les installations logistiques éparpillant sur le chemin au nord des deux avances de la région frontalière au nord de Moc Hoa et établit une position de blocage près de la route locale 1012 qui conduit vers l'est d'une région d'assemblement occupée par la 5è Division ANV. L'autre bataillon traverse à mi-chemin entre le Pied d'Eléphant et le sommet du Bec de Perroquet et établit un pied à terre sur le côté sud du camp logistique et région d'assemblement ennemis dans Svay Rieng

Tandis que la 1è Phase du balayage ARVN dans Svay Rieng s'apprête à commencer, le 28 avril l'ANV frappe fortement à Long Khot, un poste et cité de district ARVN à l'intérieur du bord du Pied d'Eléphant. Que l'attaque soit calculée des poussées blindées ARVN. D'autre part, la vitesse, l'audace et la supériorité de la coordination air-terre qui caractérisent l'attaque ARVN a limité les pertes amies à un niveau très bas: seulement 21 tués et 64 blessés. En fait, la réussite est si marquante que le Général Thuan a opté de prolonger l'opération de quelques jours de plus.

Vers l’ouest, dans le Pied d’Eléphant, les choses sont en train de devenir désespérés pour le 275è Régiment ANV et ses troupes de soutien. La 7è Division ARVN a déplacé un avant-poste de commande dans Moc Hoa et est en train de contrôler l’opération des deux task forces engagées alors dans le Pied d’Eléphant. L’une est composée du 15è Régiment d’Infanterie, 9è Division ARVN, et une partie du 16è Escadron de Cavalerie Blindée; l’autre incluse l0è Régiment d’Infanterie et éléments du 6è Escadron de Cavalerie Blindée. Dans les 12 jours de combat dans la région frontalière, ces deux task forces mobiles tuent 850 soldats ANV, capturent 31, collectent plus de 100 armes, et subissent moins de 300 pertes, y compris 39 tués.

Effectuant les ajustements demandés par la situation, en particulier le fait que les contacts avec l’ennemi les plus rentables sont faits dans les balayages au sud des 318è et 310è Task Forces, le Général Thuan ordonne la 315è Task Force d’être retirée de l’axe nord le 2 mai et de retourner à Go Dau Ha où elle redevient une réserve. Pendant ce temps, la 322è Task Force est engagée et avance environ quatre kilomètres au centre de l’Aile D’Ange, et les bataillons d’infanterie de la 25è Division ARVN continue leur balayage entre Duc Hue et Go Dau Ha. Vers 6 mai la route menant au camp Duc Hue est sécurisée et est en train d’être améliorée par le génie de combat ARVN, la menace à la jonction de la route vitale à Go Dau Ha est substantiellement réduite, et l’ARVN a complètement maîtrisé le champ de bataille. La 322è Task Force ayant un grand nombre de chars vire vers le sud et se dirige à Ba Thu, le camp longtemps tenu par l’ANV au bord sud ouest de Duc Hue. Le 10 mai, l’offensive est terminée, les dernières forces ARVN commencent leur marche vers leur maison. Leur sortie a tué près de 300 soldats ANV, capture 17, collecte 100 armes, et perturbe sérieusement les communications et logistiques de la 5è Division ANV.

Mais ce fut la dernière offensive majeure des Sud Vietnamiens. Les limitations sérieuses imposées sur les dépenses en munitions, l’emploi de carburant, les heures de vol ne permettent pas de nouvelles initiatives. Bien que l’ARVN puisse réagir fortement contre les menaces à l’intérieur des distances de soutien des camps majeurs, celles qui sont plus éloignées sont au-delà de leur capacité d’en faire face. Pour le Sud Vietnam, un déclin a commencé de se développer tôt en 1974 et s’avèrerait irréversible.

Note sur les Sources

DAO Monthly Intelligence Summary et Threat Analyses pour la période octobre 1973 à février 1974 sont utilisés en tant que base pour la première partie de ce chapitre, aussi le récit du Général Van Tien Dung de l’offensive finale.

Le données opérationnelles sur les batailles à Tri Phap et au Cambodge viennent des compte-rendus, rapports et sommaires hebdomadaires de renseignement de DAO Saïgon, aussi bien que des sommaires hebdomadaires du 2è Bureau/EMG. Les autres informations sont comblées par des références aux notes de l’auteur et les rapports des bureaux de l’Embassade américaine à Saïgon.

Colonel William E. Le Gro
Chapter 9 - 1974, Year of decision
Vietnam: Cease Fire To Capitulation
US Army Center of Military History -CMH Pub 90-29 – 1985

* Pied d’Eléphant et Aile d’Ange
* Les Fronts de Bataille de Binh Duong
* Le Dernier Noël: Phuoc Long
* Le Dernier Acte dans le Sud

generalhieu.com