Un Charmant Général

Hieu est excellent dans plusieurs domaines, pourtant il reste très humble. De son intégration à l'académie militaire de Da-Lat à l'obtention de ses deux étoiles, il se considère avant tout comme un simple soldat et n'a jamais besoin qu’on lui accorde aucun régime de faveur: il prend ses repas à la cantine, vit modestement avec sa solde, prend soins lui-même de ses propres affaires, nettoie ses sanitaires, conduit en personne sa voiture.

Commandant Adjoint du 3ème CA

Hieu était de permanent au PCO de la 18ème DI. Nous occupions une chambre commune. J'avais remarqué qu'il aimait beaucoup la lecture, il avait constamment sur lui deux ou trois livres en anglais, et il partageait de bon coeur nos repas frugaux. Un matin, l'un de mes hommes s'apprêtait à cirer ses bottes, Hieu l'arrêtait et faisait le travail lui-même. (Gén. Le Minh Dao)

Mon unique rencontre avec le Gén. Hieu s'est passé dans l'aérodrome des hauts plateaux. Lui et ses collaborateurs attendaient l'avion. Je suis allé à sa rencontre pleine d’émotion, d'abord parce que c'était notre première retrouvaille après tant d'années de séparation, ensuite, Hieu est celui que j'admire le plus. Etant le moins gradé, je lui ai parlé avec déférence. Il m’a coupé court : "allons, pas trop de manières, STP ". Mais malgré sa recommandation, je continuais toujours avec des formules protocolaires à cause de son entourage, au point qu'il avait du mal à réprimer ses rires. (Col. Dinh Van Chung)

J’admire beaucoup le Gén. Hieu. Il était très fort, le meilleur peut-être de nos généraux, et pourtant il restait toujours modeste. Le premier jour où j’ai pris la fonction comme chef de bureau sous l’égide du Gén. Toan, Hieu passait me féliciter. Je me suis déplacé de derrière mon bureau pour aller le recevoir dans le salon, il ne me considérait pas comme son subalterne, mais en tant que compagnon d’armes. Il me racontait de sa vie militaire, de sa pratique linguistique et de ses déplacements à l’étranger…Il n’était pas du tout prétentieux, au contraire, il restait très humble en évoquant de son savoir. Sa placidité était connue de tous. La standardiste du QG/3èmeCA l’adorait de son parler sympathique, jamais un mot plus haut que l’autre, contrairement à la plupart d’officiers supérieurs qui s’énervaient, juraient à chaque fois que le réseau téléphonique était surchargé. Ce cas était hélas, assez fréquent. (Médecin-Col. Ly Ngoc Duong)

Commandant de la 5è DI

L'image d'un jeune général, beau mais s’habillant négligemment, sobre et sympathique reste vivante dans ma mémoire. (Col Nguyen Khuyen)

Une nuit, le Général Hieu se promenait dans la caserne, quand ses pas l'emmenèrent vers un cercle de jeux. Un joueur, ignorant que son Chef se trouvait juste à ses côtés dans la pénombre, le chassa : "eh toi là, va jouer ailleurs, depuis que t'es là, quelle poisse!". Sans broncher, Hieu quitta la place pour "aller jouer ailleurs". (L'anecdote rapportée par un soldat à l’épouse du Gén. Pham Quoc Thuan)

Après avoir cédé le commandement de la 5ème DI au col Le Van Hung en 6/1971, j'avais invité Hieu à un gueuleton en compagnie des officiers supérieurs dont le Général Lam Quang Tho, Cdt de la 18ème DI, Hieu décline l'offre en arguant des préparatifs urgents à faire. La fête terminée, je rentrais chez moi, et à la hauteur de Ben Cat, j'ai aperçu la jeep de Hieu à l'arrêt au bord de la route, je me suis approché et je l’ai vu en compagnie de son chauffeur, chacun sa baguette et son régime de bananes à la main. (Col. Ta Thanh Long)

En tant que Directeur de l’inspection générale, j’avais eu recours à des réunions hebdomadaires avec le Gén. Hieu, le responsable principal d’anticorruption, selon le souhait du Vice-président Huong qui lui, voulait éviter les confusions et le double emploi entre nos deux services. Ainsi, dès que l’un était sur une affaire, celui-ci avait la priorité, et vice-versa, par exemple. Bien avant la venue de Hieu, j’avais eu vent de son renom et notamment, ce fait incroyable : pendant une opération au Cambodge, le Commandant de la 5ème DI en personne ôta son uniforme, ne gardant que son maillot de corps et son caleçon, se jeta dans la boue pour épauler ses hommes à dégager un tank de son enlisement. (Le Dinh Lam)

Mon fils, le Cdt Tran Ba fut tué pendant la bataille de Snoul. Ma belle fille, accompagnées de quelques autres épouses des soldats tombés dans la même occasion, ont passé au QG/5ème DI pour voir Le Gén Hieu et Le Col Dzan. Ces veuves pleuraient de désespoir, gémissaient, le bousculaient allant jusqu'à lui arracher la chemise, lui tambourinaient la poitrine. Hieu est resté inerte, sans bouger d'un millimètre sous les assauts féminins, attendant que l'orage passe. (Cdt Tran Lien)

Commandant de la 22è DI

Un jour, après le boulot, son chauffeur le ramène chez lui à Qui Nhon (le QG de Ba Gi se trouve à 10 Km de la ville). A mi-chemin, ayant aperçu une grosse caisse de lait concentré à l'arrière, il demande: "à qui appartiennent s'il vous plaît?". Le chauffeur: "je l'ai acheté pour vos enfants à la demande de votre Dame." Le général reste un instant songeur, puis: "Dite-moi, vous-même, aviez droit à combien de boites par mois?", "six boites, mon Général!" Hieu lui dit alors: "Retournons au QG, ramenez cette caisse au magasin de l'armée, et n'en prenez que six boîtes cette fois-ci, car figurez-vous, moi aussi, je ne suis qu'un soldat comme vous". (Col. Trinh Tieu)

Le Général prend de bon gré ses déjeuners avec nous au mess, et très souvent je me mets à côté de lui. Un après-midi, j'étais devenu blême à la vue d'une mouche flottant dans son bol de potage. Et il y a de quoi s'effrayer, en effet, j'étais chef d'EM à l'époque dont la cuisine aussi, est placée sous mes responsabilités. Tandis que moi-même, tout confus, ne savait plus quoi faire, j'avais assisté à ma grande surprise, à une scène quasi irréelle: Hieu, très calmement enlevait grâce à ses baguettes, l’objet en question de son bol, le remit à côté et continuait à consommer comme si rien n’était passé. Pas un mot ne s'échappait de sa part; ni offuscation, ni blâme. (Col. Le Khac Ly)

En 1966, j'ai été désigné par le Général Hieu, Cdt de la 22ème DI (Ba Gi, Qui Nhon) comme son attaché de presse. Après avoir travaillé pendant un an avec lui, j'ai été muté à l'Académie Militaire de Da Lat. En ce qui concerne sa simplicité, je me souviens du retour d'un vol en sa compagnie, un après-midi vers 13:00. Arrivant à la cantine, on nous fait savoir que l'heure du déjeuner est passée et qu'il n'y a plus rien à manger. Pas du tout offusqué, le Général remonte dans sa Jeep pour aller se reposer au QG. Une demi-heure plus tard, on nous invite par téléphone à revenir à la cantine. Quant au menu, il ne s'agissait que de l'omelette et des légumes cuites. Cependant, comme nous avions très faim, nous nous sommes régalés. (Nguyen Van Nho)

Élève Officier

Tous ses camarades de promotion l’aimaient pour son affabilité et sa modestie, et le mérite est encore plus grand quand on évoque de sa suprématie intellectuelle. (Nguyen Van Toan)

Si les actes, aussi infimes que ce soit, révèlent l’entité d’un être, alors j’ai encore dans ma mémoire quelques faits marquants parmi tant d’autres dont Hieu les a accomplis durant la période d’entraînement. Les campements, uniformes, outils et armements sont fréquemment contrôlés à la fin de semaines. L’inspecteur était le Cpt de Taine, Commandant du groupement des élèves officiers. A l’occasion de l’une de celle-ci, la paire de brodequin de Hieu a été pris comme modèle idéale du cirage. A vrai dire, dans l’ensemble, celles-ci étaient toutes rutilantes à la partie supérieure, mais si on les examine de près, on trouvera des traces de boue aux contours des clous. Seule la paire appartenant à Hieu était impeccable de haut en bas.

Les contrôles ont été également très stricts en ce qui concerne les sanitaires communs. J’avais remarqué qu’à chaque fois que son groupe était de service, Hieu s’attribuait les tâches les plus ingrates, à savoir le nettoyage total de la surface moyennant d’une serpillière en forme de "T". L’arroser, la gratter, l’essuyer, et la sécher. Peu avant l’inspection, si quidam s’est servi de l’eau et l’éclaboussait la surface, Hieu s’est remit à nettoyer en silence.

Vis-à-vis de ses amis ou de ses relations, Hieu s’est montré toujours conviviale et patient. (Quan Minh Giau)

Nguyen Van Tin
16 janvier 2005
Traduit par Thach Ngoc Long

generalhieu.com