Quyet Thang 202

Vers fin avril 1964, les Marines du Colonel Merchant se joignent avec les unités de l’AFVN et l’Armée US pour lancer ce qui deviendrait un assaut héliporté le plus coûteux et le plus opposé effectué au Sud Vietnam pendant la période de 1962-1965. Le 26 avril, le Colonel Merchant, le Lieutenant La Voy et le Lieutenant Colonel George Brigham, officier en charge des unités opérationnelles, volent à Quang Ngai et Pleiku pour participer aux phases finales de planning pour une offensive héliportée de plusieurs bataillons dans la région Do Xa, un bastion montagneux Viet Cong situé le long de la frontière Nord du 2è Corps d’Armée. A Quang Ngai les responsables du QG du 2è Corps d’Armée on déjà achevé les plans généraux pour l’Opération Quyet Thang 202 (Que les Marines américains traduisent en Sure Wind 202), dont l’envergure demande l’emploi de tous les hélicoptères de transport disponibles à la fois dans les 1er et 2è Corps d’Armée. Les représentants des Marines apprennent que le rôle de HMM-364 dans l’opération prochaine serait d’héliporter un bataillon de 420 hommes du Sud Vietnam de l’aérodrome Quang Ngai à la Zone de Débarquement Bravo, une cible située environ 30 miles à l’ouest du point d’embarquement. Simultané à cet assaut, une compagnie d’hélicoptère de l’Armée US basée à Pleiku était prévue de transporter deux bataillons ARVN (960 troupes) de Gi Lang, un avant-poste situé à 24 miles ouest sud-ouest de Quang Ngai, à une seconde zone de débarquement environ huit miles ouest sud-ouest de la Zone de Débarquement Bravo. L’opération devrait commencer le matin du 27 avril, avec les premières vagues d’assaut prévues à débarque à 0930. A cause de la distance entre ces deux zones de débarquement montagneuses et à cause des deux différentes unités d’hélicoptères qui effectueraient le transport des troupes, le plan d’opération traite ces deux assauts comme étant des opérations séparées. Un avion U-10 de l’US Air Force a été assigné pour transporter le Colonel Merchant, le TACA [Tactical Air Controller, Airborne], et les autres représentants d’ASOC [Air Support Operations Center] qui coordonneraient l’héliportée à la Zone de Débarquement Bravo. Vingt Skyraiders A-1H vietnamiens ont été assignés pour fournir l’appui tactique aérien pour la portion des Marines de l’opération. Douze de ces avions d’attaque sont prévus de conduire des frappes préparatoires sur et autour des zones de débarquement, quatre devraient orbiter au-dessus de la région après que le débarquement par hélicoptère débute, et le restant des quatre devraient être tenus prêts à la piste d’atterrissage à Danang. Cinq hélicoptères armés UH-1B de l’Armée US sont assignés pour escorter les UH-34Ds des Marines à et de la zone de débarquement.

Les frappes aériennes préparatoires autour de la Zone de Débarquement Bravo commencent comme les premières équipes héliportées embarquent les 19 hélicoptères des Marines et deux de l’ARVN à Quang Ngai. Suivant les frappes aériennes de l’AFVN, les hélicoptères armés d’escorte de l’Armée US balaient l’endroit pour une mission de reconnaissance avant le débarquement. Ils rencontrent le feu des mitrailleuses Viet Cong de 50 et 30 mm. Les hélicoptères armés ripostent avec des attaques de roquettes et de mitrailleuses sur les positions ennemies qui peuvent être repérées mais non pas réduire en silence les armes Viet Cong. Entre temps, les hélicoptères chargés des Marines et de l’AFVN quittent Quang Ngai et approchent l’objectif. Après que les UH-1Bs dépensent toute leur charge de munitions et presque toute leur essence dans l’effort de neutraliser le feu ennemi, le Colonel Merchant ordonne à tous les hélicoptères, de transport et de combat, de retourner à Quang Ngai pour réarmer et remplir l’essence. Avec les hélicoptères de transport et de combat en route à Quang Ngai, l’ASOC appelle les A-1Hs de l’AFVN de garde d’attaquer les positions Viet Cong. Pendant les frappes qui s’ensuvient un Skyraider est endommagé gravement par le feu de mitrailleuse de 50 mm. Le pilote vietnamien tourne son avion en fumée vers l’est dans un effort non réussi pour l’amener à la piste d’atterrissage de Quang Ngai. Le bombardier d’attaque crashe à moins d’un mile de l’extrémité Ouest d’une piste d’atterrissage.

Les frappes aériennes des A-1Hs sur et autour de la Zone de Débarquement Bravo continuent jusqu’à 1225. Peu de temps après l’arrêt des frappes, le Colonel Merchant ordonne la première vague d’hélicoptères de transport de débarquer la force d’assaut ARVN. Les UH-1Bs d’escorte sont encore en train d’attirer le feu alors que le premier vol de trois UH-34Ds approche la zone de débarquement contestée. Cependant cette fois les pilotes des Marines et de l’AFVN ne sont guère dissuadés. Les premiers UH-34Ds touchent le sol à 1230 avec leurs mitrailleurs déversant des jets de traceuses oranges dans la jungle environnante. Malgré le haut volume de feu suppressif, plusieurs hélicoptères de la première vague empochent des balles des armes Viet Cong. Un, gravement endommagé, crashe dans la zone de débarquement. Les membres d’équipage, dont tous échappent les blessures, sont ramassés par un autre hélicoptère des Marines, piloté par le Commandant John R. Braddon, qui a été désigné comme étant l’avion de cherche et de secours pour l’opération. Un autre UH-34D avec des dommages de bataille se dirige vers l’avant poste d’où les missions d’hélicoptères de l’Armée US proviennent et exécute un atterrissage d’urgence.

La deuxième vague d’assaut est retardée tandis que les Skyraiders AFVN renouvellent leurs efforts de déloger l’ennemi de ses positions autour de la zone de débarquement bataillée. L’héliportée résume à 1355 faisant face à la résistance communiste bien que réduite mais têtue. Pendant cette phase du transport de troupes, un AFVN et plusieurs hélicoptères des Marines sont touchés par le feu ennemi de 50 mm. L’hélicoptère vietnamien, qui a perdu les contrôles de son rotor de queue, tourbillonne âprement tandis qu’il essaie de décoller et crashe près du centre de la zone. Ses membres d’équipage échappent les blessures et sont ramassés par l’hélicoptère de secours du Commandant Braddon.

Après cet incident, comme les soldats sud-vietnamiens commencent à se déployer de la zone de débarquement et à forcer les mitrailleurs communistes à se retirer dans la jungle, le débarquement se fait plus rapidement. Le quatrième et dernier assaut s’effectue à 1730, après quoi 357 des 420 ARVN troupes ont été transportées dans la Zone de Débarquement Bravo. Pendant le premier jour de l’opération, 15 des 19 UH-34Ds des Marines participants sont touchés. Seulement 11 hélicoptères des Marines et de l’AFVN originairement assignés pour soutenir l’opération sont en état de voler. La portion héliportée d’assaut de Quyet Thang 202 est achevée le matin suivant. Quatorze UH-34Ds de HMM-364, dont plusieurs ont été réparés pendant la nuit, et quatre UH-1Bs de l’Armée US héliportent le reste du bataillon sud-vietnamien dans la zone de débarquement. En ce moment là l’intensité de l’action ennemie dans les collines environnantes a diminué grandement. Seulement un hélicoptère des Marines est touché et subit seulement un dommage mineur. Ayant accomplissant leur tâche, les hélicoptères de HMM-364 se dirigent vers Gi Lang, l’avant poste d’où la compagnie d’hélicoptère de l’Armée US opèrent, pour l’aider à achever sa portion d’héliportée d’assaut.

Les pertes d’avions pour l’opération continuent d’accumuler le deuxième jour lorsqu’un UH-34D des Marines est accroché dans le bain de rotors des autres hélicoptères descendants et crashe pendant l’approche sur la piste d’atterrissage à Quang Ngai. L’hélicoptère plonge dans un canal d’irrigation adjacent à la piste d’atterrissage, se retourne et se dépose sur son côté, et submerge complètement. L’équipage réussit à s’en sortir indemne mais l’hélicoptère est une perte totale.

Le 29 avril, trois UH-34Ds transportent une équipe d’inspection et de d’entretien et un peloton de sécurité des Marines de Danang à la Zone de Débarquement Bravo pour évaluer les dommages subis par les deux hélicoptères qui ont été abattus le premier jour de Quyet Thang 202. L’équipe d’inspection découvre que quatre balles ont frappé l’hélicoptère des Marines. Celui de l’AFVN, d’autre part, est criblé par presque 30 balles, y compris une cartouche de 50 mm qui a tranché le câble de control du rotor de queue. L’équipe d’inspection conclue que le degré de dommage subi par tous les deux hélicoptères est irréparable et les détruit au lieu même où ils sont tombés.

Originairement, les planificateurs du MACV et du 2è Corps d’Armée ont anticipé que les hélicoptères des Marines ne seraient requis pour soutenir Quyet Thang 202 au-delà de l’assaut initial. Il devient cependant apparent que les besoins journaliers pour l’opération dépassent les actifs d’aviation disponibles dans le 2è Corps d’Armée. Le commandement américain à Saigon, par conséquent, donne l’ordre au responsable des unités opérationnelles du Colonel Merchant de continuer à fournir le soutien pour la durée de l’offensive. Par conséquent, le commandant des unités opérationnelles assigne un officier de liaison au QG de la 2è Division ARVN. Cet officier a la tâche de coordonner les besoins journaliers d’hélicoptères. Quand Quyet Thang 202 finalement termine le 25 mai, les équipages de HMM-364 ont contribué 983 sorties et 800 heures de vol à l’effort des Sud-vietnamiens dans la partie nord ouest du 2è Corps d’Armée.

Capitaine Robert H. Whitlow, USMCR
(The Advisory & Combat Assistance Era: 1954-1964, pp 152-154)

generalhieu.com