La Campagne Pleime et la Campagne Pleiku

Après la participation de l'US 1st Air Cavalry Division dans la campagne Pleime, le Général de Division Kinnard, General Commandant, ébauche son rapport d'après action titré Pleiku Campaign. Le titre original était Long Reach Operation, qui esquisse les efforts de poursuite après les Viet Cong du camp Pleime aux cachettes de Chu Pong. Cette substitution de noms a été la cause que beaucoup de gens croient que la campagne dans laquelle l'US 1st Air Cavalry Division a pris part était entièrement différente de la campagne Pleime. Le Général Kinnard n'aurait pas bien conscient de l'effet négatif de son action, néanmoins la conséquence est que beaucoup d'historiens et auteurs américains, lorsqu'ils écrivent sur la bataille de Pleime, ont la tendance d'enfouir le nom Pleime et le rôle principal de l'ARVN, et de promouvoir le nom Ia Drang et d'attribuer le rôle principal à l'Armée Américaine en parallèle avec les Forces Armées des Communistes Nord-Vietnamiens.

Le Général Kinnard date son Pleiku Campaign le 14 mars 1965, et le soumet au Général Westmoreland, de l'US Military Assistance Command, Vietnam. Comme l'US 1st Air Cavalry Division était attaché au 2è Corps d'Armée ARVN dans la campagne Pleime, une copie de ce document classifié a été présenté au 2è Corps d'Armée ARVN. A la suite, le Colonel Hieu, Chef d'Etat Major du 2è Corps d'Armée ARVN, fait référence (numéro 30) du rapport du Général Kinnard dans le sien titré Pleime Campaign, signé par le Général Vinh Loc, et le soumet au Centre d'Opérations Tactiques de l'Etat Major Général. Dans son rapport, le Colonel Hieu a rempli certaines lacunes et rectifie certaines oublies avec tact trouvées dans Pleiku Campaign.

Une copie de Why Pleime a été envoyée au Général Kinnard qui a répondu avec une lettre accusant réception au Général Vinh Loc:

Le 20 décembre 1966
… J'ai fini la lecture de votre excellent livre Why Pleime et l'ai trouvé extrêmement agréable à lire et me suis trouvé revivant ces jours mouvementés et importants de l'automne de l'an dernier.
La mention que vous avez faite de moi dans votre livre était très gentille et, croyez moi, est rendu la pareille dans ma haute estime envers les caractéristiques de votre splendide leadership. Ce livre deviendra l'un que je garderai comme un trésor dans ma librairie personnelle …
Général de Division Harry W.O.Kinnard
Adjoint au Chef d'Etat Major pour le Développent d'Armée
The U.S. Department of the Army
Ancien Commandant de la 1st Air Cavalry Division
(An Khe)

1. Deviner la Pensée de l'Ennemi

Lorsque les Viet Cong commencent l'attaque contre le camp Pleime la nuit du 29 octobre 1965, l'US 1st Air Cavalry était en train d'être attachée dans l'Opération Than Phong 6 à Bong Son dans la région littorale. Cette opération était la réaction du 2è Corps d'Armée à l'attaque VC dans le District Hoai An qui a eu lieu simultanément avec celle contre le camp Pleime. Le Général Kinnard était de la même opinion du Commandant de I Field Force Vietnam et du Chef Conseiller du 2è Corps d'Armée que Hoai An, non pas Pleime, était la poussée principale (Pleiku, page 10):

En dépit des rapports répétés dans la Zone Tactique du 2è Corps d'Armée que le camp Pleime CIDG pourrait être attaqué (dont la plupart s'avèrent erronée) l'attaque ennemi à 191900 octobre constituait une surprise légère. Mais, même avec le sentiment montant d'un engagement ennemi majeur, il y avait encore un consensus général que les pays-bas littoraux demeurent une cible réelle des efforts VC dans la région du corps d'armée.

Cependant, le Colonel Hieu a immédiatement déterminé que les Viet Cong sont en train d'exercer la tactique "un point et deux faces" (Pleime, fin du chapitre II), avec Pleiku en tant que "point", et Hoai An et Pleime en tant que les deux faces secondaire et primaire respectivement. Par conséquent, le Colonel Hieu conseille le Général Vinh Loc qui, à l'époque, est en train de diriger l'Opération Than Phong 6, qu'il ferait mieux de retourner à Pleiku le plus tôt possible (Pleime, début du chapitre III).

En plus, le Colonel Hieu estime que les Viet Cong sont en train de mettre en pratique la tactique "faire semblant d'attaquer un avant-poste pour détruire la colonne de secours" dans la bataille Pleime, en basant sur les éléments suivants (Pleime, chapitre IV):

1. Les Viet Cong emploient un régiment pour attaque Pleime et pourtant ils ne l'envahissent pas et se contentent d'y imposer un siège.

2. Ils encerclent le camp avec des armements anti-aériens afin d'interdire tout essai de secours par voie aérien et de forcer le 2è Corps d'Armée d'envoyer une Task Force de Secours par voie terrestre.

3. Le 33è Régiment ANV, qui fait pression contre le camp, a récemment infiltré le Sud Vietnam à peine un mois et était une force de combat plus faible que le 32è Régiment ANV, qui établit l'embuscade et était présent dans les Hauts Plateaux et déjà engagé dans maintes attaques depuis le commencement de 1965.

2. Le LTC Luat Retient la Task Force Blindée

Quand le Général Kinnard sent que le LTC Luat hésite de faire avancer la Task Force Blindée de Secours pendant quatre jours, du 20 au 24 octobre, il conclue que ce dernier est seulement rassuré lorsqu'il lui garantit le support d'artillerie de l'US 1st Air Cavalry Division (Pleiku, page 21):

Pour essayer de faire avancer la colonne de secours le 24 octobre, la 1è Brigade de Cavalerie met une partie de liaison d'artillerie avec la colonne blindée, garantissant ainsi le soutien d'artillerie américaine à la task force. Cependant, le commandant de la task force choisit de demeurer à cette position pour passer la nuit tout en renvoyant quelqu'un à Pleiku pour chercher des approvisionnements supplémentaires. La partie de liaison d'artillerie s'insère dans la task force sur l'un des hélicoptères d'évacuation médicale dans l'après-midi du 24.

Dans la section sommaire de son rapport à la page 123, le Général Kinnard fait de nouveau mention de l'attitude craintive du LTC Luat:

Après l'engagement initial le 23 octobre entre la task force blindée et le 32è Régiment ANV, il y avait plus qu'une légère reluctance de la part du commandant de la TF pour faire roulé sa colonne vers Pleime. Ce n'est qu'après la garantie de soutien de feu des unités d'artillerie de la 1è Brigade de Cavalerie et l'emplacement d'une partie de liaison d'artillerie de la 1è Brigade de Cavalerie dans la colonne que la task force avance de nouveau vers le camp CIDG.

Le Colonel Hieu corrige l'idée fausse du Général Kinnard en affirmant que toutes les actions prises par le LTC Luat depuis le départ à Pleiku jusqu'à l'arrivée au camp Pleime ont été liées par les ordres spécifiques du Colonel Hieu. Le 21 octobre, ce dernier a ordonné au LTC Luat de s'arrêter à Phu My où il fait semblant d'effectuer des patrouilles agressives dans un rayon de 10 kilomètres pour deux raison: premièrement, gagner du temps pour permettre de rassembler davantage de renforcements; et deuxièmement, parer la tactique d'embuscade mobile que le Viet Cong utilise cette fois-ci, au lieu d'embuscade statique qui est la pratique habituelle dans les attaques précédentes. Ce n'est qu'après que ces deux facteurs aient été remplis que le LTC Luat reçoit l'ordre d'avancer. (Pleime, chapitre IV).

Le matin du 21 octobre, la Task Force de Luat avance le long de l'axe Phu My-Pleime mais pour effectuer simplement des patrouilles agressives dans limites d'un rayon de 10 kms! L'ordre a été expressément donné par le Commandant du 2è Corps d'Armée au Commandant de la TF, le Lt Col Luat, pour simuler une approche imminente d'une colonne de secours au camp Pleime, tandis qu'en réalité, il devrait attendre pour des attachements plus adéquats et plus suffisants qui viendront par air de Kontum et Binh Dinh à Pleiku, aussi tôt que les conditions météorologiques permettent les déplacements aériens.

3. L'idée de Poursuivre l'Ennemi Après le Secours du Camp Pleime

Lorsqu'il fait mention des circonstances dans lesquelles l'US 1st Air Cavalry reçoit la mission de poursuivre l'ennemi après le secours du camp Pleime, le Général Kinnard écrit (Pleiku, page 31):

Les 26-27 octobre marquent le point tournant de l'opération de la division à Pleime. Le 26, le Général William C. Westmoreland, Commandant des Forces Américaines au Vietnam, visite le poste de commande avant de la Brigade à Homecoming. Même avec des renseignements limités disponible à l'époque, il est apparent que l'effort ANV à Pleime a été quelque chose de plus que la routine, opération de "baptême de feu". Dans la conférence entre le Général Westmoreland et les officiers de la division le thème discuté est que les Forces Américaines devraient maintenant faire plus que simplement contenir l'ennemi; elles doivent le dénicher agressivement et le détruire.

Et le Général Kinnard produit également le télégramme qu'il a reçu du Commandant de la I Field Force Vietnam qui définit la mission officielle (Pleiku, page 15):

Phase II: (Message 1312 du CG- FFV, to CG, 1st Air Cav Div, date 310145 Oct 65)

"Sujet: Confirmation de l'Ordre Oral du CG FFORCEV au CG, 1st Air Cav Div, 28 Oct 65.

"Réf:
A. Msg 1097 du AVF-CG-CP, date 221421Z
B. Msg 38215 du MAC J311, date 270629Z (NOTAL)

"Les unités de la 1st Air Cav div actuellement déployées environ Pleiku coordonneront et établiront une région d'opérations environ le camp Pleime CIDG et effectueront des opérations pour fixer et détruire les forces VC qui menacent la région générale."

Dans la section 10. Concept of the Operations (Pleiku, page 16) et section 11. Execution (Pleiku, page 17), le Général Kinnard ne fait pas mention que la phase de poursuite de l'ennemi était l'initiative du Commandement du 2è Corps d'Armée, et que l'US 1st Air Cavalry continue à être une unité attachée au 2è Corps d'Armée.

Le Colonel Hieu rectifie cette lacune en rapportant que la réunion importante tenue le 26 octobre au Centre d'Opération Tactique du 2è Corps d'Armée avec la présence des Conseillers Américains et de tous les commandants d'unités. Dans cette réunion, le Colonel Hieu recommande la poursuite de l'ennemi jusqu'au cœur même des sanctuaires de Chu Pong avec les moyens de mobilité aérienne de l'US 1st Air Cavalry. Dans cette phase, l'US 1st Air Cavalry joue le rôle d'effort principal avec Opération Long Reach et la Brigade de Paras ARVN en tant que force de réserve (Pleime, chapitre V).

Le Colonel Hieu donne également une définition très précise du concept opérationnel conjoint entre les deux Commandements du 2è Corps d'Armée et de la 1st Air Cavalry Division (Pleime, chapitre VIII).

Dans phase III, les opérations ont été conduites à travers une coopération intime entre les forces ARVN et US: ce fut la plus moderne procédure qui soit mis en application depuis la seconde Guerre Mondiale. Il est caractérisé par:

- Renseignement et activités de soutien communs.

- Concept des opérations et résultats partagés en commun.

- Régions d'Opérations Tactiques séparées.

- Commandements séparés.

- Déploiement des forces séparées.

- Conduite des activités séparées.

- Réserves séparés.

Cette procédure a produit des bons résultats, en particulier dans un pays comme le nôtre où la psychologie du peuple est chargée de complexités et subtilités. Je trouve aussi que cette procédure constitue un vrai esprit compétitif entre les deux forces armées et entre les unités.

Les Conseillers américains du 2è Corps d'Armée relaient cette idée de poursuite aux autorités les plus élevées américaines et reçoivent le d'accord des Commandants de la I Field Force Vietnam et COMUSMACV.

Après la Campagne Pleime, le Général Westmoreland loue hautement le concept opérationnel conjoint conçu par le 2è Corps d'Armée (Pleime, préface):

L'efficacité de cet effort extrêmement bien organisée, intimement intégré et coopératif n'a pas souvent été rivalisé dans la guerre moderne.

4. Le Rôle Joué Par Les CIDG Eagle Flights

Le Général Kinnard admet que le soutien prêté par les CIDG Eagle Flights que le 2è Corps d'Armée attache à la 1st Air Cavalry Division pour être utilisés comme des équipes d'éclaireurs et de reconnaissance. Ces équipes sont en particulier attachées au 1/9 Cavalry Squadron du 1er novembre (Pleiku, page 46) au 15 novembre (Pleiku, page 58). Cependant, le Général Kinnard semble mépriser ces équipes de reconnaissance montagnardes quand il les rencontre la première fois le 25 octobre, pendant la phase de secours du camp Pleime (Pleiku, page 24):

B 2/9 Cav Sqdn est retourné au contrôle de l'escadron à 1230 heures et l'escadron (-) commence les opérations de recherche dans la région du Chef-Lieu du District de Le Thanh (ZA246245) avec des Special Forces CIDG "Eagle Flights" attachés. L'attachement, malgré la connotation aérienne, actuellement est un groupe de reconnaissance montagnarde terrestre qui consiste de six pelotons composés chacun de cinq éclaireurs.

Cependant, pour le Colonel Hieu, il semble que ces équipes d'Eagle Flight étaient des pièces de vitrine du 2è Corps d'Armée (Pleime, chapitre V). Elles ont été créées comme des pelotons de pompiers prêts à sauter dessus pour éteindre les feux allumés par les sapeurs VC aux avant-postes isolés des régions du 2è Corps d'Armée.

Le 27 octobre, les Eagle Flights de l'entrent en action. De l'aube jusqu'à la nuit tombante, ils volent sans fatigue sur la région à la recherche de l'ennemi. Toute présence suspecte ennemie est soigneusement vérifiée et réglée, soit par des frappes aériennes soit par les Eagle Flights elles-mêmes, soit par des forces de réaction.

5. Le Rôle Joué par les Equipes de SF Rangers

A part le rôle de soutien des Eagle Flights Montagnardes, le 2è Corps d'Armée fournit également à 1st Air Cavalry des équipes de reconnaissance de SF Rangers dans les missions de recherche et de destruction par hélicoptères. Le Général Kinnard demeure muet sur ce point. Le Colonel Hieu fait mention indirectement sur les activités des équipes de SF Rangers en attachant à son rapport un document VC capturé décrivant les activités de la 1st Air Cavalry à Pleime et Ia Drang (Pleime, document B). Voici quelques citations:

2è Phase: employer des petits détachements et coordonner avec les Forces Spéciales de Rangers vietnamiens pour effectuer des raids dans notre arrière (28 octobre à 11 novembre 1965).

Débarquement vertical par "sauts de grenouille" dans notre arrière par hélicoptères (28 oct. à 10 nov. 1965). Forces utilisées: de un bataillon à une compagnie de troupes américaines ou deux compagnies de troupes américaines coordonnées avec des SF Rangers vietnamiens.

Avant le débarquement. Reconnaissance des zones de débarquement par reconnaissance aérienne répétée ou par de petites équipes de SF Rangers vietnamiennes.

Vietnamese SF Rangers or US reconnaissance elements always land first to secure the LZ for the landing of riflemen, fire support elements and CP.

Après le débarquement. Les SF Rangers vietnamiennes normalement s'enfoncent loin en patrouilles.

6. L'Evénement du 9/11/1965

Le 10 novembre 1965 (Pleiku, page 73), le Général Kinnard écrit dans son rapport que le 9 novembre

le mouvement et le changement de direction de l'ouest vers l'est avait pour but de stimuler la décision prochaine de quartier général de la division ANV.

et le 10 novembre, la 3rd Air Cavalry Brigade remplace la 1st Air Cavalry Brigade.

Le Général Kinnard ne spécifie pas ce qu'il veut dire par "une décision prochaine de quartier général de la division ANV". Cependant, avant de chercher une explication de cette décision, parlons du changement de la direction opérationnelle de l'ouest vers l'est.

Le 8 novembre, le Colonel Hieu suggère au Général Kinnard ce concept de changement de direction opérationnelle à travers la I Field Force (Pleiku, page 67):

Vers ce moment la Field Force Vietnam a prié la division de considérer déplacer ses opération à l'est de Pleime si il apparaît "qu'il n'y a plus de contact imminent dans l'ouest.

Ce fut là la tactique de diversion du Colonel Hieu qui causerait le Viet Cong à croire que la 1st Air Cavalry Brigade a perdu ses pistes et de se décontracter, pour permettre au 2è Corps de le surprendre avec une manœuvre tactique inattendue (Pleime, chapitre V):

9 novembre, les mouvements et le changement dans l'accent de l'ouest à l'est commence et le 10 novembre, l'US 3rd Brigade relève l'US 1st Brigade.

Mais, en réalité, les unités VC sont localisées vers ce moment dans les lieux suivants, comme prouvés plus tard par les opérations subséquentes lancées au cœur même du complexe Chu Pong-Ia Drang: les trois bataillons du 66è Régiment s'étalent le long de la rive nord de la rivière Ia Drang,; le 32è Régiment est aussi au nord dans la même région; le 33è Régiment maintien ses positions dans les alentours du Village Anta (appellation VC), est des montagnes Chu Pong.

Convaincu que les forces amies ont perdu la trace de ses unités, le Front de Bataille VC prend rapidement une décision de retrouver son avantage avec une attaque. La cible est de nouveau Pleime et la date d'attaque est fixée pour 16 novembre. Le plan est connu parmi les rangs VC comme la deuxième phase de l'attaque de Pleime. Tous les trois régiments seront engagés cette fois aussi bien qu'un bataillon de mortiers de 120 mm et un bataillon de mitrailleuses antiaériennes à double corps qui sont tous deux sur le chemin d'infiltration et prévus d'arriver à temps pour l'attaque.

7. Concept de l'Attaque sur Landing Zone X-Ray le 14/11/1965

Et voici la "décision prochaine du quartier général de la division ANV": attaque le camp Pleime pour une deuxième fois. Le Colonel Hieu étudie immédiatement un plan d'attaque préventive à LZ X-Ray et ce concept opérationnelle a été exécutée par les unités de la 1st Air Cavalry Division.

En tout premier lieu, le Colonel Hieu choisit le 14 novembre 1965 comme le Jour J, deux jours avant le jour que les Viet Cong ont fixé pour l'attaque du camp Pleime pour la deuxième fois, parce qu'en ce moment, les unités ennemies ne sont pas encore rééquipées avec les armes anti-aériennes et les mortiers lourds qu'ils ont perdu pendant la première attaque sur le camp Pleime - le bataillon de mortiers de 120 mm et le bataillon d'anti-aérien de 10,05 mm n'ont pas arrivé au champ de bataille. (Pleime, chapitre V):

Le quotient qui est de 1/10 a prouvé à tel point le 1/7è Bataillon a été chanceux car il est plutôt surprenant que des collines qui dominent le LZ, l'ennemi n'a pas positionné des armes collectives pour soutenir leur attaque. Une telle situation ne pourrait être expliquée seulement par les raisons suivantes:

L'ennemi a perdu tous leurs armes collectives lourdes pendant la première phase.

Ils ont été surpris par l'attaque du 1/7è Bataillon et leurs commandants ont manqué d'utiliser aux mieux le terrain.

Leurs tactiques comptent pour la grande part aux "vagues humaines" et ils sont trop confident que leur attaque désorganiserait très rapidement le 1/7è Bataillon.

Le Général Kinnard s'est bien rendu compte de la prévoyance du Colonel Hieu (Pleiku, page 88):

L'effort ANV a été indéniablement entravé par le délai inexplicable de faire sortir les bataillons de mortier lourd et anti-aérien des pistes d'infiltration à la zone de bataille.

En second lieu, le Colonel Hieu a fait débarqué les unités de la 3rd Air Cavalry Brigade au côté sud de la région où les trois régiments ANV se sont concentrés, au pieds du massif Chu Pong, plutôt que de pénétrer plus loin au nord, et non pas pour embusquer l'ennemi à ses bases arrière, mais pour établir une position de blocage pour prévenir les soldats de ces trois régiments de se déplacer vers le sud, afin que les bombes des B-52 puissent les asséner à mort:

Il est digne de mentionner que depuis l'après-midi du 15 novembre, les stratoforteresses B52 ont aussi pris part dans la bataille avec cinq bombardements du massif Chu Pong chaque jour. Le 17 novembre, les cibles incluent également LZ X-ray et les deux bataillons amis ont reçu l'ordre de s'éloigner à 3 kms du LZ, vers le nord et nord ouest à un autre du nom de LZ Albany.

Le Général Kinnard fait aussi mention à propos de l'emploi des bombes des B-52 dans son rapport (Pleiku, page 88):

Le 15 novembre marque également l'introduction d'une nouvelle arme par les forces américaines et une qui sème la terreur dans les cœurs des soldats les plus durcis. Peu après midi une large région dans les environs de YA8702 éclate soudainement avec des explosions gigantesques qui se déplacent à travers la terre comme un tapis géant en train de se dérouler. Les bombardiers B-52 ont frappé. Pendant les cinq jours qui suivent les bombardiers énormes labourent systématiquement de larges régions du Massif Chu Pong. Les soldats ANV vivent dans la peur de ces attaques parce qu'ils croient que chaque raid couvre une région de 20 kilomètres carrés et on les a dit que les tranchées et trous de combat n'offrent aucune protection.

Par conséquent, les efforts principaux de l'attaque dans les arrières ennemies dans le massif Chu Pong du 14 au 17 novembre ne sont pas ceux de 1/7 Air Cavalry Battalion du Colonel Hal Moore au LZ X-Ray, mais plutôt les bombardements en tapis des B-52 visant à la totalité des trois régiments ANV, spécifiquement le 32è et 33è pendant les deux jours du 15 et 16 novembre, et spécifiquement le 66è pendant le 17 novembre à LZ X-Ray. Les bombardiers B-52 ont tué environ 2,000 combattants ANV.

8. L'Evénement du 19/11/1965

Le 18 novembre 1965, le Général Kinnard fait savoir qu'une nouvelle position d'artillerie a été établie à LZ Crooks, mais sans dire un mot à quoi çà sert (Pleiku, page 96):

Juste avant l'attaque, le the 2/5 Cav, se déplaçant à l'ouest à une position de blocage, saute par hélicoptère sur L-Z Crooks (YA875125) ensemble avec la batterie d'artillerie. Le bataillon effectue des patrouilles de la nouvelle base et durant la nuit reçoit des sondages légères et le feu d'harcèlement des armes légères et des mortiers.

Le Colonel Hieu est plus spécifique en disant que le 17 novembre 1965 (Pleime, chapitre VI):

Le Commandement du 2è Corps d'Armée pense qu'il est temps de commettre la force de réserve afin de mettre fin à la bataille qui a duré à peu près un mois. A part d'avoir subi de lourdes pertes, l'ennemi est forcé de tomber dans le piège conçu par les forces amies et est canalisé dans des routes de retrait que nous avons prévues.

Cette fois-ci l'effort principal est effectué par la Brigade de Parachutistes vietnamiens dont la mission consiste à détruire les unités en fuite VC et toutes leurs installations autour de la vallée d'Ia Drang. La 1st Air Cavalry Division qui a jusque là épaulé le fardeau de l'attaque continuerait à exercer une pression de l'Est à l'Ouest et à procurer le soutien d'artillerie à la Brigade de Parachutistes.

L'opération - baptisée "Than Phong 7" - commence dans l'après-midi du 18 novembre lorsque la brigade est héliportée dans la région des opérations, immédiatement à l'arrivée dans Pleiku.

Dans l'après-midi du 17 novembre 1965, le Colonel Hieu fait des arrangements pour

le C130's Squadron de la 7th US Air Force qui, en seulement quelques heures ont transporté: Le QG de la Brigade de Parachutistes, les PCs des 1ère et 2è Task Forces de Parachutistes, les cinq bataillons de Parachutistes: les 3è, 5è, 6è, 7è et 8è de différentes locations éloignées, telles que Saigon, Bien Hoa, Vung Tau et Phu Yen à Pleiku. C'est grâce à leur contribution que l'opération a pu commencer exactement comme prévue.

En même temps, le Colonel Hieu demande à la 1st Air Cavalry Division d'établir une nouvelle base de feu d'artillerie à (YA875125) afin que les régions opérationnelles prochaines de la Brigade de Paras ARVN soient dans la portée d'artillerie.

Dans cette phase de la Campagne Pleime, le Général Kinnard dit qu'à partir du 20 novembre, la 2nd Air Cavalry Brigade remplace la 3rd Air Cavalry Brigade et continue les opérations de fouiller et détruire et son avant poste de commande est placé au camp Duc Co (Pleiku, page 102):

La 3è Brigade déplace ses unités de combat aux LZ Crooks et Golf, qui s'ajustent bien dans le plan de manœuvre de la 2è Brigade, qui est en train d'assumer le contrôle des unités de combat dans la zone de bataille. Après avoir passé le contrôle des unités dans le champ de bataille, la 3è Brigade commence à se déplacer à la base d'An Khe avec le 1/7 Cav et les autres unités attachées et organiques. Quant à la 3è Unité de Soutien Avant, ce fut le premier soulagement depuis que la campagne débute le 23 octobre.

La 2è Brigade fait un plan d'utiliser le Camp des Forces Spéciales Duc Co (YA840252) comme une base d'opération pour son Poste de Command Avant, et s'y rassemble dans l'après-midi. Le 1/5 Cav effectue la patrouille de LZ Golf, et 2/5 patrouille de LZ Crooks.

Mais il omet de mentionner que la 2nd Air Cavalry Brigade était attaché à la Brigade de Paras ARVN. Sa mission est d'effectuer des opération de l'est à l'ouest, comme le Colonel Hieu l'indique dans la citation ci-dessus mentionnée, afin d'exécuter le plan du 2è Corps visant à prévenir l'ennemi de glisser vers le sud et d'assister la Brigade de Paras ARVN à canaliser les deux bataillons ennemis restants au corridor que le Commandement du 2è Corps d'Armée a anticipés qu'ils utiliseraient pour échapper vers leurs sanctuaires situées dans le Cambodge.

9. Le Crédit de la First Air Cavalry Division dans la Campagne Pleime

Dans la section sommaire de son rapport, le Général Kinnard énonce une question clé (Pleiku, page 123):

La question alors demeure: est-ce que la menace pourrait être arrêtée sans la 1st Air Cavalry Division?

Sa réponse est évidemment négative. Il avance les facteurs suivants pour soutenir son jugement: un, le 2è Corps d'Armée n'a pas suffisamment de troupes disponible pour monter une force de secours effectif qui s'enfoncerait à travers l'embuscade tendue par le 32è Régiment ANV comprenant 2,000 combattants; deux, le LTC Luat hésite de faire avancer sa task force de secours jusqu'au moment le Général Kinnard arrive à le persuader de foncer en lui promettant le soutien d'artillerie américaine; trois, la task force de secours, après la libération du camp Pleime, a échappé d'être déchiquetée par l'ennemi lorsqu'elle effectue une opération de balayage autour du camp, avec le soutien d'artillerie fourni par la 1st Air Cavalry Division; quatre, le 2è Corps d'Armée n'est pas capable de poursuivre l'ennemi jusqu'à son arrière dans le massif Chu Pong; cinq, même lorsque la Brigade de Paras ARVN entre dans le champ de bataille pour remplacer la 3rd Air Cavalry Brigade, son commandant de brigade a admis que c'était l'artillerie de la 1st Air Cavalry qui a infligé à l'ennemi plus de victimes que les unités de Paras sur le sol.

Le Général Kinnard est bien correct dans tous les points. En plus, considérant les pertes humaines de l'ennemi dans la Campagne Pleime, parmi le total d'environ 6,000 Viet Cong combattants tués, les trois brigades de cavalerie comptent à leur crédit 3561 VC tués et 1178 VC blessés, les B-52 environ 2,000 tués, tandis que les unités ARVN ont tués seulement 450 VC (200 autour Pleime dans Opération Dan Thang 21 et 250 à Ia Drang dans Opération Than Phong 7).

Cependant, le Général Kinnard a oublié que toutes les victoires que la 1st Air Cavalry Division a accompli pendant la Campagne Pleime ont été rendues possible grâce aux calculs astucieuses d'une tête au 2è Corps d'Armée: un, le Colonel Hieu a deviné juste que cette fois-ci les Viet Cong emploient la tactique d'embuscade mobile, sinon l'artillerie de la 1st Air Cavalry Division aurait tiré sur des emplacements pas encore peuplés par les troupes ennemies; deux, le Colonel Hieu a fourni les renseignements provenant de l'interrogation des prisonniers et déserteurs VC, et de la part des SF Rangers infiltrés au cœur même des territoires ennemies, regardant les positions des trois régiments ANV qui se sont concentrés dans le massif Chu Pong; trois, le Colonel Hieu a suggéré la tactique de diversion qui consiste à changer la direction des opérations de l'ouest à l'est le 9 novembre qui a rendu possible de monter une attaque de surprise; quatre, le Colonel Hieu a conseillé à la 3rd Air Cavalry Brigade d'attaquer dans Chu Pong le 14 novembre et ainsi a pu minimiser les pertes infligés aux hélicoptères américains et aux soldats américains au moment où les Viet Congs n'ont pas à leur disposition les canons anti-aériens et les mortiers lourds; cinq, le Colonel Hieu a eu l'idée d'employer pur la première fois les armes stratégiques des B-52 comme armes tactiques sur le champ de bataille du Viet Nam; six, le Colonel Hieu a fait placé l'artillerie de la 1st Air Cavalry Division à Crooks d'où le soutien d'artillerie puisse couvrir la région d'opération de la Brigade de Paras ARVN. En bref, le Colonel Hieu a su comment utiliser (Pleime, chapitre V):

une unité majeure qui possède le plus haut degré de mobilité dans le monde entier et aussi les équipements et armements les plus modernes.

Sans les talents de contrôle du Colonel Hieu, la puissance gigantesque de la 1st Air Cavalry Division serait réduit à être tout simplement un coup de poing lancé dans l'espace vide, sans être capable de délivrer un coup de poing sur un ennemi qui sait manier avec dextérité les tactiques furtives. Le Général Westmoreland a mieux formulé une évaluation concernant le rôle joué par le 2è Corps d'Armée dans la Campagne Pleime lorsqu'il écrit (Pleime, préface):

Les réussites des dernières phases ne pourraient peut être jamais réalisées sans le jugement et clairvoyance du leadership vietnamien. L'effort préparatoire initial sur le terrain, ouvrant la voie à l'introduction de la 1st Air Cavalry Division, a été accompli par les forces vietnamiennes. De même, la réussite de la phase finale d'exploitation a été largement accomplie par la Brigade de Parachutistes vietnamienne. L'efficacité de cet effort extrêmement bien organisée, intimement intégré et coopératif n'a pas souvent été rivalisé dans la guerre moderne.

Nguyen Van Tin
03 Août 2010

generalhieu.com