Un Génie Militaire en Action au Front de Bataille Pleime-Chupong-Iadrang

Le Front de Bataille Pleime-Chupong-Iadrang Battlefront dure 38 jours et 38 nuits, du 19 octobre au 25 novembre 1965, et inclue plusieurs campagnes, opérations, batailles qui s’entrelacent les uns les autres : Plâyme campagne (Front B3, 10/19-27), Pleime campagne (2è Corps, 10/19-11/25), Pleime-Chupong campagne (II Corps/1st Air Cavalry Division, 10/20-11/20), Pleiku campagne (1st Air Cavalry Division, 10/23-11/25), opération Dan Thang 21 (3è Task Force Blindée, 10/20-27), opération Long Reach (1st Air Cavalry Division, 10/27-11/25), opération All the Way (1st Air Cavalry Brigade, 10/27-11/9), opération Silver Bayonet I (3rd Air Cavalry Brigade, 11/9-18), opération Silver Bayonet II (2nd Air Cavalry Brigade, 11/18-25), opération Than Phong 7 (Brigade de Parachutistes, 11/18-25), bataille Vallée d’Ia Drang (1/7th, 2/7th, et 2/5th Air Cavalry Battalions, 11/14-17), bataille LZ X-Ray (1/7th Air Cavalry Battalion, 11/14-16), bataille LZ Albany (2/7th Air Cavalry Battalion 11/17).

Le Commandement VC au niveau de division, le Commandement Sud Vietnamien au niveau de corps d’armée et le Commandement Américain au niveau de division, tous engagent des unités de troupes de calibre de division dans ce front de bataille :

- Front B3: 32è Régiment (334è Bataillon, 635è Bataillon, 966è Bataillon), 33è Régiment (1er Bataillon, 2è Bataillon, 3è Bataillon), 66è Régiment (7è Bataillon, 8è Bataillon, 9è Bataillon), 415è Bataillon Force Locale, Bataillon de Mortiers 120 mm, Bataillon Anti Aérien 14.5 mm.

- 2è Corps d’Armée: 3è Task Force Blindée (3/5 Bataillon Blindé, 3/6 Bataillon Blindé, 21è Bataillon de Rangers, 22è Bataillon de Rangers, 1/24 Bataillon d’Infanterie, 91è Bataillon de Para Rangers), Brigade de Parachutistes (3è Bataillon, 5è Bataillon, 6è Bataillon, 7è Bataillon, 8è Bataillon ), Task Force Alpha de Marine Corps (1er Bataillon, 4è Bataillon) .

- 1st Air Cavalry Division: 1st Air Cavalry Brigade, 2nd Air Cavalry Brigade, 3rd Air Cavalry Brigade.

Le conducteur tenant le bâton qui dirige l’orchestre jouant la symphonie Pleime-Chupong-Iadrang est le Colonel Hieu, Chef d’Etat Major du 2è Corps d’Armée. Il démontre son talent de génie militaire dans ce front de bataille dans quatre domaines : contrôler et diriger les généraux commandants, lire la pensée de l’ennemi, concevoir les plans stratégiques, exécuter les manœuvres tactiques.

Contrôler et Diriger les Généraux Commandants

Le Front de Bataille Pleime-Chupong-Iadrang implique directement les officiers haut gradés suivants : le Général Stanley Larsen, Commandant de la First Field Force Vietnam, le Général Vinh Loc, Commandant du 2è Corps d’Armée, le Général Harry Kinnard, Commandant de la 1st Air Cavalry Division, le Général Richard Knowles, Commandant du Post de Commande Avant de la 1st Air Cavalry Division, le Colonel Williams Bennett, 5th Special Forces Group et le Colonel Theodore Mataxis, Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée. En plus, le Général Westmoreland, Commandant de la MACV et le Général Cao Van Vien, Chef d’Etat Major Général, sont également indirectement impliqués dans ce front de bataille. En général, quiconque détient quelque sorte de commandement appuie lourdement sur leur autorité. Le Colonel Hieu a dû exercer tous ses talents et dextérité pour faire que ces officiers haut gradés accepter et adopter toutes ses idées depuis le commencement jusqu’à la fin du front de bataille Pleime-Chupong-Iadrang.

- Le Général Stanley Larsen

Lorsqu’il reçoit la demande de la part du 2è Corps d’Armée de fournir deux compagnies de Forces Spéciales pour renforcer le camp Pleime encerclé depuis le 19 octobre, le Général Larsen pose la question pour savoir qui au quartier général du 2è Corps d’Armée soumet la demande en l’absence du Général Vinh Loc (G3 Journal/IFFV, October 21):

- 08:20H: 2è Corps d’Armée Capt Ushijima – Qui, s’il y en a quelqu’un à Pleiku puisse prendre une décision de Commandant, lorsque nécessaire en l’absence de Vinh Loc ? Prière de bien contrôler les opérations Than Phong 6, Plei My et Route 21 et de transmettre à temps et avec précision les informations à ce QG. Réponse : le Chef d’Etat Major est ici et est en contact avec le Commandant Général dan sa région littorale. Question : le Chef d’Etat Major peut-il prendre une décision. Réponse : He devra consulter le CG avant de prendre une décision.

Plus tard, lorsque le Colonel Hieu demande au Général Larsen to fournir Task Force Ingram formée d’un bataillon d’infanterie pour sécuriser Cité Pleiku et d’un bataillon d’artillerie pour soutenir l’opération de secours afin d’organiser la Task Force de Secours, la demande a été rejetée ( G3 Journal/IFFV, October 20):

- 12:35H: Le 2è Corps d’Armée pourrait solliciter l’assistance de la1st Air Cav Div. Murray fait savoir à Broughton que le Commandant Général n’est pas chaud d’engager la Cavalerie dans cette région en ce moment. Broughton dit que c’est uniquement un préavis d’une possibilité de demande et demande ce que cette demande affecterait l’opération Than Phong 6. Murray répète l’idée précédente vis-à-vis l’attitude tiède du Commandant Général.

- 22:45H: Du Col Barrow (Info du Gén Larsen via Gén Smith): TF Ingram ne doit pas être déplacée de sa location présente à sa destination prévue (Réf: Than Phong 6). Elle demeurera en place, prête à donner assistance à Condor. (Groupe de Conseillers du 2è Corps d’Armée). Ceci inclut l’aéroportée associée (ailes fixes et Chinooks). Transmettre à 1st Cavalry.

La raison pour laquelle le Général Larsen n’a pas voulu soutirer Task Force Ingram de Bong Son et la commettre à Pleiku était qu’il était convaincu que pour les Viet Cong, Pleime était seulement un appât alors que Bong Son était la cible (Pleiku, page 10):

Avant 19 octobre, les renseignements en mains indiquent un engagement fort ennemi à l’est et nord est de la région de base de la division. A cause de la menace à la moisson de riz dans les régions littorales de Tuy Hoa à Bong Son, l’accent dans le planning pour les opération tactiques est dirigé à cette région générale.

En dépit des rapports renouvelants dans la Zone Tactique du 2è Corps d’Armée que le camp CIDG Pleime pourrait être attaqué (la plupart s’avère non lieu) l’attaque ennemie à 191900 octobre constitue une légère surprise. Mais, même avec la croissance dans le sentiment d’un engagement majeure ennemi, il y a un consensus général que les pays bas littoraux demeurent la région cible réelle des efforts Viet Cons dans la région du corps d’armée.

Néanmoins, le Colonel Hieu a réussi de persuader le Général Larsen que Pleime est la cible et Bong Son est seulement une déception et obtient Task Force Ingram pour le front Pleime (G3/IFFV , 10202400H):

- 24:00H: Le Gén Larsen annule la participation de TF Ingram dans Than Phong 6 à partir de 202300H, y compris le soutien aéroporté qui sera préparé pour assister le secours du camp Pleime le 21 oct .

Pendant la phase d’opération Long Reach (All the Way de 1st Air Cavalry Brigade et Silver Bayonet I de 3rd Air Cavalry Brigade), le Général Larsen exerce encore le contrôle de l’opération. Les documents montrent qu’il intervient en personne le manœuvre des troupes dans trois cas :

- Dans le premier cas, le 8 novembre, il ordonne la 1st Air Cavalry Brigade de changer la direction opérationnelle des unités d’ouest à l’est (Pleiku, page 67):

Environ ce temps Field Force Vietnam a demandé la division de considérer déplacer ces opérations à l’est de Pleime s’il apparaît qu’il n’y a plus de contact imminent à l’ouest.

- Dans le second cas, le 12 novembre, le Général Larsen choque le Général Knowles en lui donnant l’ordre d’abandonner l’est et de rebrousser chemin vers l’ouest à la poursuite de l’ennemi (Coleman, page 196):

Ce jour là – le 12 novembre – le Général Larsen est en train de visiter le poste de commande avant dans l’enceint du 2è Corps d’Armée. Il demande à Knowles comment sont les choses. Knowles lui rapporte sur l’attaque sur Catecka la nuit précédente et puis lui dit que la brigade est en train de creuser un trou sec à l’est de Pleime. Larsen dit, “Pourquoi conduisez-vous les opérations là où il est sec?” La réponse de Knowles est, “Avec mes respects, général, ce que vous avez ordonné par écrit de faire.” Larsen répond que la mission primaire de la cavalerie est de “trouver l’ennemi et aller après lui.” Peu de temps après, Knowles visite Brown au poste de commande de la 3rd Brigade command post et lui dire d’envisager un plan d’assaut aéoporté près du pied de Chu Pong.

Cette contradiction dans l’attitude du Général Larsen peut être expliquée par le fait que l’idée de changer la direction opérationnelle en sens opposés n’est pas la sienne mais plutôt celle du Colonel Hieu qui emploie une manœuvre de diversion afin d’attaque l’ennemi par surprise. Il semble que le Général Larsen a seulement une vague idée du concept opérationnel du Colonel Hieu dans l’attaque de l’ennemi le 14 novembre, deux jours avant la date prévue par l’ennemi d’attaquer le camp Pleime pour une seconde fois le 15 novembre (Pourquoi Pleime, chapitre V) :

Convaincu que les forces amies ont perdu la trace de ses unités, le Front de Bataille VC prend rapidement une décision de retrouver son avantage avec une attaque. La cible est de nouveau Pleime et la date d'attaque est fixée pour 16 novembre. Le plan est connu parmi les rangs VC comme la deuxième phase de l'attaque de Pleime. Tous les trois régiments seront engagés cette fois aussi bien qu'un bataillon de mortiers de 120 mm et un bataillon de mitrailleuses antiaériennes à double corps qui sont tous deux sur le chemin d'infiltration et prévus d'arriver à temps pour l'attaque. Selon la déclaration d'un officier politique capitulé, le plan de la nouvelle attaque aurait pour objectif premier la destruction du camp. Le Suicide VC, 14 Novembre 1965 Mais le plan en question ne sera jamais mis en place parce que seulement quelques jours plus tard, la 3rd Brigade résume la poussée vers l'ouest. (Opération Silver Bayonet).

- Dans le troisième cas, le 16 novembre, le Général Larsen ne permet pas le Général Kinnard de soutirer ses troupes de LZ X-Ray et lui oblige de délayer le retrait pour un jour de plus (Cochran):

Au moment de la bataille à Xray, Swede Larsen était sous pression de la part du media lui demandant pourquoi nous n’avons pas quitté le champ de bataille. Ils ne savent pas comment notre unité combat. Avec une unité d’assaut aéroporté, nous faisons fiche du terrain. Vous pouvez aller partout. Le focus est sur l’ennemi. Vous allez où il est. A Xray, l’ennemi se remplit, nous n’avons pas quitter. Nous ne nous intéressons plus de rester à Xray. Ce morceau de terrain n’a aucun sens pour moi. Je voudrais aller où l’ennemi était. Mais Swede m’a ordonné de rester sur place, et j’ai resté là 24 heures supplémentaires.

La raison pour laquelle le Général Larsen n’a pas payé attention à la demande du Général Kinnard n’a pas été à cause de la pression provenant de la presse comme il pense, mais c’était afin d’exécuter le concept opérationnel du Colonel Hieu qui consiste à annihiler l’ennemi avec le bombardement en tapis des B52s : après deux jour de bombardement en tapis dans la région ouest de LZ X-Ray, le 15 et le 16 novembre, le 17 novembre la cible est la zone de débarquement même (Pourquoi Pleime , chapitre V) :

Il est digne de mentionner que depuis l'après-midi du 15 novembre, les stratoforteresses B52 ont aussi pris part dans la bataille avec cinq bombardements du massif Chu Pong chaque jour. Le 17 novembre, les cibles incluent également LZ X-ray et les deux bataillons amis ont reçu l'ordre de s'éloigner à 3 kms du LZ, vers le nord et nord ouest à un autre du nom de LZ Albany.

- Le Général Vinh Loc

Lorsque les Viet Cong commencent l’assaut contre le camp Pleime dans la nuit du 19 octobre, le Général Vinh Loc est en train de commander l’opération Than Phong 6 à Bong Son. Il est du même avis que les commandants américains que Pleime est seulement l’appât et Bong Son est la cible (G3/IFFV 10201650H):

- 16:50H: Le Commandant Général du 2è Corps d’Armée compte opérer Than Phong 6 comme prévu, le secours de Pleime est de priorité 2.

Mais alors, le Colonel Hieu a pu convaincre le Général Vinh Loc qui quite Bong Son pour retourner à Pleiku le jour suivant, 20 novembre, non pas pour prendre le contrôle du front Pleime mais seulement pour donner soutien au Colonel Hieu pour qui il a total confiance au point de vue de talents d’état major et de tactiques. De son côté, le Colonel Hieu est très discret et plein de tact au point les gens pensent qu’il exécute simplement les ordres de ses supérieurs. Il est toujours prêt de répondre à n’importe qui, tout comme le Général Larsen, met en doute de son autorité : “Le Chef d’Etat Major confère toujours avec le Commandant Général avant de prendre une décision”. Cependant, en général, il se contente d’offrir ses recommandations au Général Vinh Loc et lui laisse de les formuler en ordres. En fin de compte, le Général Vinh Loc est promu de Général de Brigade à Général de Division et proclamé le héro de Pleime par la presse.

G3 Journal/IFFV enregistre plusieurs contributions du Général Vinh Loc dans la campagne Pleime (G3/IFFV):

- 21/10, 11:45H: De Maj Conseiller FFV- Il y a environ 30 minutes que le Gén Larsen dans une discussion avec le Gén Vinh Loc, a décidé qu’ils n’engageraient pas le bataillon de Rangers maintenant à Pleiku en réaction contre les VC près de Pleime en ce moment. Car l’unité, bataillon près de Pleime est dans une position suffisamment forte pour tenir. Le bataillon de 1st Air Cav soutiendra la position jusqu’à ce que le bataillon de Rangers sorte de Pleiku. Pas de changement dans l’état de la 1st Air Cav en ce moment. La décision pourrait changer. Le Général Larsen désire que le Gén Smith soit avisé de cette décision.

- 22/10, 17:50H: Le CG appelle le Chef d’Etat Major quelque temps avant 1700. Than Phong 6 terminera demain. TF Amos sera enlevée demain. TF Ingram doit se déplacer à Pleiku dans la matinée.

- 26/10, 19:00H: Capt Valley au Centre d’Opération Tactique - Capt Valley informee G3 que le CG a donné l’instruction à 1st Cav de commettre comme nécessaire tous les éléments de la 1st Bde à la région Pleiku - Pleime pour assister dans le secours de Pleime et la destruction des forces VC dans cette région. Le Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée informe et demande d’aviser le Gén Vinh Loc que si nécessaire un bataillon supplémentaire de Cav serait positionné à Pleiku pour assumer la sécurité de cette ville.

- 27/10, 12:30H: De Capt Reich, 2è Corps (avec le Gén Larsen): les Généraux Larsen, Kinnard et Knowles, et le Colonel Mataxis sont en reunion avec le Gén Vinh Loc en ce moment pour mettre à point l’extension ou modification de la région d’opération tactique présente de la 1st Air Cav Div TAOR aux alentours de Pleime pour se conformer aux instructions orales de MACV pour développer une région d’opération tactique plus grande centrée autour de Pleime afin de trouver, fixer et détruire les VC dans la région. Le Gén Larsen appelle le Gén Collons demandant que MACV contacte l’EMG afin que des instructions similaires en Vietnamien soient transmises au Gén Vinh Loc. 1st Cav a des éléments sur sol aux alentours de Pleime qui sont en train de chercher autour du côté ouest du camp en se déplaçant vers le sud. L’opération est soutenue par des mortiers localisés à 4 kilomètres au sud du camp. L’ARVN est en opération de 360 degrés à 270 degrés autour du camp à un rayon de 3 kilomètres. Le soutien est procuré par des chars. Cependant, le terrain limite ce soutien. Le Gén Larsen dit au Gén Kinnard d’arrêter l’opération à Tuy Hoa pour évaluation en réf ordre de COMUSMACV. Le Gén Vinh Loc compte extraire les deux compagnies de Para Rangers de Pleime. (Passé à G3).

- Le Général Harry Kinnard

Le Général Kinnard démontre un caractère hautain. Il se considère comme étant le plus compétent dans la tactique d’assaut héliporté. Il objecte farouchement envers le Général Westmoreland qui voulait séparer les trois brigades de la 1st Air Cavalry Division et les utiliser pour renforcer des régions éloignées les unes des autres (Cochran):

A peine quelques heures après mon arrive au Vietnam, le Général Westmoreland me dit qu’il veut couper la division en trois brigades séparées à des distances éloignées les unes des autres à travers tout le Vietnam. Je sais que je dois opposer ceci avec force – et j’ai agit ainsi en expliquant les rudiments de l’organisation de l’assaut et le concept de déploiement héliportés. Il ne savait pas cela car il n’était pas aux Etats-Unis dans l’expérimentation de l’assaut héliporté.

(…)

Vous devez vous rappeler que j’étais le seul qui a jamais commandé une division d’assaut héliporté. (…) Seulement le Général Gavin a commandé plus longtemps que moi: Je savais d’une manière ou autre que personne hors moi possède une connaissance des vrais capacités et limitations d’une division d’assaut héliporté.

Lorsque le 2è Corps d’Armée demande au Général Larsen de fournir une bataillon d’infanterie et un bataillon d’artillerie pour renforce la 3è Task Force Blindée dans la mission de secours du camp Pleime, le Général Kinnard manipule pour apporter une brigade de cavalerie entière et pour assumer le rôle d’aller au secours du camp (G3 Journal/IFFV, 10/23):

- 23:50H: G3, Col Barrow - environ 2300H, le CG reçoit un appel du Col Mataxis et du Gén Knowles était avec lui. Selon l’information qu’il passe au CG, le CG approuve l’engagement demain de toute ou en partie de la 1st Bde (Pleiku) à la discrétion du Gén Knowles. Le Gén Kinnard était avec le Gén Larsen. Cette information est passée au Gén Knowles et au Col Mataxis environ 2315H.

Le Général Kinnard fait mention de son action visant à saisir le pouvoir comme suit dans son rapport (Pleiku, page 16)

Le concept initial pour cette opération est de déployer par voie aérien aux alentours du Camp Holloway un bataillon d’infanterie renforcé pour procurer la sécurité aux unités et installations américaines dans la région Pleiku et de procurer une force de réserve/réaction pour la région Pleiku.

A peine après quelques heures l’évaluation de la situation à Plei Me est révisée et l’engagement de la division s’étend à une task force de brigade. Ensuite le concept se développe pour procurer des opérations offensives limitées, utilisant des techniques d’assauts aéroportés pour fournir le soutien de tir d’artillerie à la Force de Frappe Blindée ARVN en voie de porter secours au camp Plei Me aussi bien que le soutien pour le camp même ; and pour procurer la sécurité d’infanterie pour les positions d’artillerie, tout en maintenant une force de réaction pas moins d’un bataillon pour la défense de Pleiku.

Il s’avère bien chanceux que le Colonel Hieu n’a pas permis au Général Kinnard d’aller au secours du camp Pleime par hélicoptères car ces derniers seraient sans aucun doute abattus par les canons antiaériens VC localisés tout autour du camp (Pourquoi Pleime, chapitre IV) :

Dans leur cheminement vers le Camp après le débarquement, le 91è Bataillon s'engage avec l'ennemi à 1030 heures, tue et blesse un nombre inconnu de VC et capture un mortier de 82 mm, deux mitrailleuses de 50 cal., plusieurs mitraillettes communistes chinoises et des fusils russes. Ce contact prouve qu'aux alentours du Camp, l'ennemi disperse ses troupes pour éviter d'être des cibles aux frappes aériennes amies et aussi pour embusquer nos forces de secours quand elles sont héliportées dans les alentours.

Ne pas être permis d’aller au secours du camp, le Général Kinnard essaie encore de saisir le pouvoir lorsque, ne connaissant pas l’emploi de la tactique de délai utilisée par le Colonel Hieu pour parer à la tactique d’embuscade mobile utilisée par les VC en ordonnant à la 3è Task Force Blindée de s’attarder aux alentours de Phu My, attendant le moment propice avant d’avancer, il pousse le LTC Luat d’avancer sans crainte (Pleiku, page 21):

Afin de faire avancer la colonne le 24 octobre, la 1st Brigade place un parti de liaison d’artillerie avec la colonne blindée, ainsi garantissant le soutien de feu d’artillerie pour la task force. Cependant, le commandant de la task force choisit de rester sur place pour la nuit tandis qu’il renvoie quelques troupes à Pleiku pour chercher des approvisionnements supplémentaires. Le parti de liaison d’artillerie joigne la task force sur l’un des hélicoptères d’évacuation médicale tard dans l’après-midi du 24.

Après que camp Pleime ait été libéré, le Commandement du 2è Corps prend la décision de poursuivre l’ennemi en retrait et demande au Général Larsen et au Général Westmoreland de permettre à la 1st Air Cavalry Division d’agir comme force principale et la Brigade de Parachutistes comme force de réserve (G3 Journal/IFFV, 10/27):

- 12:30H: De Capt Reich, 2è Corps (avec le Gén Larsen): les Généraux Larsen, Kinnard et Knowles, et le Colonel Mataxis sont en réunion avec le Gén Vinh Loc en ce moment pour mettre à point l’extension ou modification de la région d’opération tactique présente de la 1st Air Cav Div TAOR aux alentours de Pleime pour se conformer aux instructions orales de MACV pour développer une région d’opération tactique plus grande centrée autour de Pleime afin de trouver, fixer et détruire les VC dans la région. Le Gén Larsen appelle le Gén Collons demandant que MACV contacte l’EMG afin que des instructions similaires en Vietnamien soient transmises au Gén Vinh Loc. 1st Cav a des éléments sur sol aux alentours de Pleime qui sont en train de chercher autour du côté ouest du camp en se déplaçant vers le sud. L’opération est soutenue par des mortiers localisés à 4 kilomètres au sud du camp. L’ARVN est en opération de 360 degrés à 270 degrés autour du camp à un rayon de 3 kilomètres. Le soutien est procuré par des chars. Cependant, le terrain limite ce soutien. Le Gén Larsen dit au Gén Kinnard d’arrêter l’opération à Tuy Hoa pour évaluation en réf ordre de COMUSMACV. Le Gén Vinh Loc compte extraire les deux companies de Para Rangers de Pleime. (Passé à G3).

Environ minuit du 29 octobre, la région étendue d’opération tactique de la 1st Air Cavalry Division a été approuvée entre le Colonel Hieu (2è Corps d’Armée) et le Colonel Williams (I Field Force VN) et passée aux commandements impliqués (G3 Journal/IFFV, 10/30):

- 00:50H: 2è Corps d’Armée (Major Black) - Réf Plei Me: le camp reçoit des obus de mortiers, quelques déclenchements lumineux ont explosés et des tirs d’armes légères. Rien de sérieux. 7 victimes, évacuation médicale demandée. A 292350 le Col Williams appelle le Col Hieu, Chef d’Etat Major du 2è Corps d’Armée. Le 2è Corps d’Armée demande que la TAOR de la 1st Cav soit étendue pour inclure la région Pleime à l’exception du camp même. De la présente ligne sur ligne NS ZA14 est à ligne NS AR77, sur ligne EO ZW/AR15, sud sur AR77 à EO ligne, puis ouest sur ligne NO ligne ZW14. Le Col Buchan, le Gén Knowles, le Col Williams et le Col Mataxis sont d’accord.

- 00:12H: 2è Corps d’Armée Col Williams – Demande que l’extension de TAOR (comme esquissée dans la conversation téléphonique du Maj Black à 0005) soit approuvée par FFV. Le Col Barrow a été notifié ; demande approuvée 0025 ; 2è Corps d’Armée notifié 0030 ; 1st Cav notifiée 0040.

Néanmoins, afin d’empêcher le Général Kinnard d’être trop ambitieux, le Colonel Hieu ébauche une procédure d’opérations conjointes (Pourauoi Pleime, chapitre VIII):

Dans phase III, les opérations ont été conduites à travers une coopération intime entre les forces ARVN et US: ce fut le plus moderne procédure qui soit mis en application depuis la seconde Guerre Mondiale. Il est caractérisé par:

- Renseignement et activités de soutien communs.
- Concept des opérations et résultats partagés en commun.
- Régions d'Opérations Tactiques séparées.
- Commandements séparés.
- Déploiement des forces séparés.
- Conduite des activités séparées.
- Réserves séparés.

Cette procédure a produit des bons résultats, en particulier dans un pays comme le nôtre où la psychologie du peuple est chargé de complexités et subtilités. Je trouve aussi que cette procédure constitue une vrai esprit compétitif entre les deux forces armées et entre les unités.

Dans phase 3 de Pleime campagne, après la bataille à LZ X-Ray aux pieds du massif Chu Pong, le Général Kinnard de nouveau veut un morceau d’action en ayant sa 2nd Air Cavalry Brigade poursuivre l’ennemi au-delà de la frontière cambodgienne (Cochran):

J’ai recommandé à Swede et montant la chaîne que je sois permis de les poursuivre jusqu’au Cambodge. Ceci n’est pas bien connu, mais ma requête a été approuvé à traves les canaux qui incluent l’Ambassadeur Henry Cabot Lodge mais désapprouvé à Washington… Je voulais détruire l’ennemi. Ceci aurait été mon étape prochain, ceci est ce que je voulais la 2nd Brigade faire…

Mais cela n’a pas été ce que le Commandement du 2è Corps d’Armée voulais. Ceci veut assumer la responsabilité d’en finir avec l’ennemi et a seulement besoin que la 1st Air Cavalry Division fournisse le soutien d’artillerie en établissant une nouveau camp de feu près de la frontière cambodgienne à LZ Crooks soutenant la Brigade de Parachutistes dans son opération Than Phong 7 visant à annihiler les deux survivants bataillons ennemis, le 635è et le 334è ; la 2nd Air Cavalry Brigade joue le rôle de force de réserve (Pleime, chapitre VI):

Le Commandement du 2è Corps d'Armée pense qu'il est temps de commettre la force de réserve afin de mettre fin à la bataille qui a duré à peu près un mois. A part d'avoir subi de lourdes pertes, l'ennemi est forcé de tomber dans la piège conçue par les forces amies et est canalisé dans des routes de retrait que nous avons prévues.

Cette fois-ci l'effort principal est effectué par la Brigade de Parachutistes vietnamiens dont la mission consiste à détruire les unités en fuite VC et toutes leurs installations autour de la vallée d'Ia Drang. La 1st Air Cavalry Division qui a jusque là épaulé le fardeau de l'attaque continuerait à exercer une pression de l'Est à l'Ouest et à procurer le soutien d'artillerie à la Brigade de Parachutistes.

L'opération - baptisée "Thần Phong 7" - commence dans l'après-midi du 18 novembre lorsque la brigade est héliportée dans la région des opérations, immédiatement à l'arrivée dans Pleiku.

- Le Général Richard Knowles

Le Général Kinnard confère au Général Knowles plein pouvoir dans le commandement des trois brigades de la 1st Air Cavalry Division dans l’opération Long Reach qui comprend trois phases : All the Way, Silver Bayonet I et Silver Bayonet II. Le Poste de Commande Avant de la 1st Air Cavalry Division a été établi à côté du Commandement du 2è Corps d’Armée et le Général Knowles avec son état major logent dans le casernement des Conseillers Américains du 2è Corps d’Armée, tandis que le Général Kinnard demeure au QG de la division à An Khe et suivre l’opération de loin (Cochran):

Je déménage un Poste de Command Avant à Pleiku avec un de mes assistants de commandant de division, le Général Dick Knowles. Ceci est mon "modus operandi" chaque fois que l’action devient chaud. Mon style de leadership personnel a toujours été d’accorder absolu et maximum latitude aux gens jusqu’au bout de la ligne. Je ne veux pas mettre ma main dans ces choses de An Khe.

Le Général Knowles n’était pas d’un type d’officier passif qui ne sait que suivre les ordres ; il préfère être en commandement et exige complet contrôle lorsqu’il assume un poste de commande. Tôt, lorsqu’il conduit Task Force Ingram pour renforcer le 2è Corps d’Armée, il démontre ce trait intransigeant (Coleman, page 87):

Après l’emplacement de son quartier général de champ de bataille au-dehors du commandement du 2è Corps d’Armée dans la Cité Pleiku, Knowled […], il appelle Kinnard et dit, “Patron, avec les communications telles que nous disposons à présent, nous avons en potentiel des problèmes avec la façon dont elles sont établies. Si vous et Swede n’avez pas assez de foi en moi, alors faites venir quelqu’un d’autre qui a votre confiance.” Knowles n’a pas à travailler dur pour convaincre Kinnard, qui est un croyant dans la délégation aux subordonnés. Mais Kinnard doit convaincre Larsen que Knowles a besoin d’avoir la flexibilité pour opérer. Ceci était encore très tôt dans l’engagement actif américain dans la guerre, et les commandants supérieurs tâtonnent en général pour atteindre leurs positions de dominance. En conséquence, les ordres à Knowles sont amandés pour lire : “Assister l’ARVN si demander de faire ainsi, et obtenir permission si le temps et les communications permettent.” Essentiellement, ce fut carte blanche pour Knowles.

Parce qu’il n’a pas conduit l’opération et seulement suit de loin de An Khe, le Général Kinnard ne savait pas les détailles des batailles qui se sont parvenues à Chu Pong et Ia Drang, ce qui explique que

- 1) il n’a pas choisi d’aller à Chu Pong (Cochran):

Le choix d’entrer à Chu Pong, une bastion ennemie de longue date près de la frontière cambodgienne où l’ARVN n’a jamais allé, n’a pas été le mien. C’est ou celui du Général Knowles ou du commandant de brigade. Nous n’avions pas regardé dans cette région. Ce ne fut pas le renseignement qui nous y a amené. Si pour cause, ce ne fut pas le renseignement, et il apparaît un lieu logique.

- 2) il croyait que les troupes de cavalerie se sont allés à Chu Pong tout en n’ayant pas une idée claire où se trouvait l’ennemi, comme mentionné ci-dessus. En réalité, le 2è Corps d’Armée a passé au Général Knowles les emplacements exacts des trois régiments Viet Cong (Pleiku, page 76):

La disposition du 66è le 11 novembre a ses trios bataillons, le 7è, 8è et 9è , étirés le long de la rive nord d’Ia Drang (centre de mass Voisinage 9140).

Le 33è Régiment maintient encore ses positions au voisinage du Village Anta (YA940010).

Le 32è Régiment est encore au nord d’Ia Drang (YA820070).

- 3) il n’a pas compris le concept opérationnel conçut par le Colonel Hieu dans l’emploi du bombardement en tapis des B52s pour détruire les troupes ennemies et par conséquent il s’étonne pourquoi le 32è Régiment n’est pas venu joindre le 66è Régiment pour attaque le 1/7th Air Cavalry Battalion à LZ X-Ray le 15 novembre (Pleiku, page 88):

Il n’y a pas non plus une explication pour la défaillance d’engager le 32è Régiment qui apparemment a été détenu à ses positions à 12-14 kilomètres au nord ouest sur la rive nord de Ia Drang.

et il a mal interprété l’attitude du Général Larsen en ne lui permettant pas de soutirer les troupes de LZ X-Ray le 16 novembre, comme ci-dessus mentionné (non pas à cause de la pression provenant de la presse mais afin de préparer le bombardement en tapis des B52s à même le zone de débarquement).

Le Général Knowles a été la personne qui a coordonné avec MACV dans l’exécution du concept opérationel utilisant le bombardement en tapis des B52s dans cette compagne (Pleiku, page 9):

Le plan original d’employer les bombardiers stratégiques en soutien de la division a été présenté par le Commandant Adjoint de Division via Commandant Général de Field Force Vietnam à J3 de US Military Assistance Command, Vietnam.

Il n’y a pas de documents, y compris les deux sources primaires Why Pleime et Pleiku Campaign qui parlent de la relation au niveau personnel entre le Général Knowles et le Colonel Hieu ; cependant, il y a mention regardant la proche relation de travail entre le 1st Air Cavalry Division Forward Command et le Commandement du 2è Corps d’Armée. Plusieurs documents montrent clairement que le Commandement du 2è Corps d’Armée partage avec le 1st Air Cavalry Division Forward Command des rapports de renseignement quotidiens et en temps réel aussi bien que les concepts opérationnels : canaliser les troupes ennemis, changer les directions des opérations en tant que manœuvre de diversion, déterminer le temps d’assaut à LZ X-Ray pour établir une position de blocage, et utiliser le bombardement en tapis des B52s pour détruire l’ennemi.

Il est étonnant pourquoi le Général Knowles a choisi de ne pas rapporter avec transparence au Général Kinnard que toutes ses actions étaient basées sur les idées et suggestions du Colonel Hieu. Par exemple, vers 3 heures de l’après-midi du 14 novembre, lorsque le 1/7th Air Cavalry Battalion commence à engager deux bataillons Viet Cong à LZ X-Ray, le Général Kinnard s’étonne pourquoi le Général Knowles a l’idée d’insérer les troupes à cette location (Coleman, page 219):

Quand il arrive, Knowles lui montre la carte de situation qu’il a apposé contre un palmier. Kinnard jeute un coup d’œil et dit, “Que faites-vous dans cette région?” Evidemment, quelqu’un a empêcher le patron de prendre connaissance de l’information vis-à-vis de la direction de Larsen d’aller après l’ennemi même si cela veut dire d’abandonner les trous secs dans l’est. Knowles dit à Kinnard, “L’objectif de l’exercice est de trouver l’ennemi, et pour sûr nous l’avons trouvé!” Knowles se souvient d’un pause gêné avant que Kinnard dit avec calme “Bien, c’est tout à fait bien. Laissez moi savoir ce dont vous avez besoin.”

Dans paragraphe 1) ci-dessus, il a été mentionné que le Général Kinnard dit à Cochran, “Le choix d’entrer à Chu Pong, une bastion ennemie de longue date près de la frontière cambodgienne où l’ARVN n’a jamais allé, n’a pas été le mien. C’est ou celui du Général Knowles ou du commandant de brigade.” Pourquoi le Général Knowles demeure silencieux au lieu de révéler au Général Kinnard que c’était l’idée du Colonel Hieu!

Permettez-moi d’ouvrir la parenthèse en indiquant que comme le Général Kinnard n’avait seulement une vague connaissance de la campagne Pleime, alors que Pleiku Campaign Est un rapport très détaillé et précis, il est sauf de déduire que quoiqu’il arbore la signature du Général Kinnard, son contenu provient du Général Knowles et son secrétaire est J.D. Coleman, un capitaine et un membre de l’état major de la 1st Air Cavalry Division. Dans la section de Remerciement de son livre Pleiku, The Dawn of Helicopter Warfare in Vietnam, 1989, page xv, Coleman écrit:

Un remerciement spécial aussi au Général de Corps d’Armée Richard Knowles pour sa patience avec moi dans ses entretiens initiaux vingt-deux années auparavant, et plus récemment, dans des heures de consultation sur les aspect de la campagne qui n’a pas apparu dans le rapport d’après action.

- Le Colonel Theodore Mataxis

L’une des raisons les documents ne mentionnent pas la relation entre le Général Knowles et le Colonel Hieu pourrait être parce que le Colonel Hieu habituellement communique avec celui-ci, aussi bien que les autres officiers américains, par le biais du Colonel Mataxis, Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée.

Le G3 Journal/IFFV enregistre maintes contributions du Colonel Mataxis dans la champagne Pleime (G3/IFFV):

- 20/10, 12:35H: De Lt Col Broughton G3 Adm pour Col Barrow. 2è Corps d’Armée voudrait avoir deux Compagnies de Paras Rangers et l’aéroportée déplacer aussitôt que possible au Champ d’Aviation Pleiku Camp Militaire Holloway où ils s’apprêtent pour une opération d’assaut aéroporté aux alentours de Pleime. LTC Broughton demande de nouveau vis-à-vis les équipements offerts. A été dit que 12 passables, 14 H35 et 4 hélicoptères armés, pas de CH47. LTC Broughton a été demandé quelles troupes seront engagées par le 2è Corps d’Armée. Réponse négative en ce moment, réponse solide vers 1315 après le retour du Chef Conseiller. Mais le 2è Corps d’Armée pourrait demander l’assistance de la 1st Air Cav Div. Murray fait savoir à Broughton que le Commandant Général n’est pas chaud à l’idée d’engager la Cavalerie dans cette région en ce moment. Broughton dit que c’est seulement un préavis de la possibilité d’une telle demande et demande ce que ceci impacterait l’opération Than Phong 6. Murray répète la pensée du Commandant Général qu’il n’est pas favorable.

- 20/10, 16:50H: 2è Corps d’Armée (Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée). G3 à D Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée. Si TF Ingram est délayée, un bataillon pourrait être déplacé à Pleiku demain pourvu que la météorologie soit favorable. Est-ce que qui soit voulu ? demande le Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée à G3. A/1 et 119th Air Mob Co's en route à Bong Son. Le Commandant Général du 2è Corps d’Armée compte que Than Phong 6 continue comme prévue, le secours de Pleime est de priorité secondaire. Il déplacera les forces par voie terrestre pour secourir le camp.

- 20/10, 18:25H: 2è Corps d’Armée Capt Ushijima –Possibilité de placer une Compagnie de Paras Rangers au voisinage de Pleime cette nuit. Col Bennette est avisé par le Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée que l’accord ne serait disponible jusqu’à après 1900 et l’aéroportée impossible cette nuit. Col Bennett alors demande que 10 américains soient introduits dans le Camp pour assister le contrôle des soldats montagnards. Col Mataxis (Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée) répond que à cause de la situation tactique ceci ne pourrait pas être accompli. 18 VNAF H-34's ont été annulés. C’était apparemment un faux rapport. ZA 160050 est coordonnée correcte pour Pleime. La Compagnie de Paras Rangers en question est l’un des deux Delta éléments sous le contrôle de la Force Spécial. Ils sont à Pleiku.

- 20/10, 20:00H: De Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée à LTC Patch. Le Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée est tout juste de retour d’un vol au-dessus du camp Pleime. Le camp tient debout encore. Les avions d’illumination et les avions de combat sont encore en soutien. A/1 Avn Co retourne à Pleiku, à cause du mauvais temps. La demande du LTC Bennett, 5th SFG, d’insérer 10 Américains dans le camp a été refusée. Forces Blindées : QG de 3è Blindée, 21è Bataillon de Rangers, Compagnie 3/5 de Chars, Compagnie 2/6 Blindée d’Infanterie fait départ de AR 780480 et avancera à AR 765274 cette nuit et établira des positions de blocage, avancera demain. 2 Compagnies de Paras Rangers assisteront demain.

- 20/10, 22:20H: Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée (Sgt Albreago) 41è Regt, CP 962784; Mar TFA CP 863754; 1er Mar Bn 874765; 4è Mar Bn 862756; Bde Paras CP 819886; 3è Bn Paras, 819886; 8è Bn Paras 819886; 5è Bn Paras, Bong Son; 6è Bn Paras, 819886; 7è Bn Paras, Bong Son; 4è Bn Paras, Phu My.

-21/10, 10:00H: Msg, CG à Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée – N’importe quelles 3 circonstances résulterait à engager le Bataillon de Cavalerie à Pleiku. La réserve de Pleiku, un bataillon de Rangers est soutiré pour renforcer. Il apparaît si Pleiku est en danger d’être attaqué. Si les conditions météorologiques sont telles que le Bataillon de Cavalerie doive être soutiré avant An Khe, Pleiku ou région entre ces deux ne permettent pas les vols.

- 22/10, 18:30H: 2è Corps d’Armée (Capt Beasley) – Rapport du Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée disant qu’un Contrôleur Aviation Avant a un contact de radio, le pilote A1E abattu à 220100H Oct. Couvert aérien au-dessus, l’état d’effort de repêchage inconnu (Réf log article 4).

- 23/10, 15:50H: Le Général Larsen a approuvé le déplacement d’un autre Bataillon de 1st Air Cav Div à Pleiku estimé 1600 d’être accompli avant tombée de nuit. Demande passée de Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée1st Air Cav au Général Smith au Général Larsen. L’accord donné au CG de la 1st Air Cav Div via Général Smith.

- 23/10, 19:45H: Msg, sujet: Echange d’Information Opérationnelle, à 1st Cav et Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée, prise de Admin pour l’envoi.

- 23/10, 23:50H: G3, Col Barrow – vers 2300 le CG reçoit appelle du Col Mataxis et le Général Knowles est avec lui. Basé sur info qu’ils passent au CG, le CG approuve l’engagement demain de toute ou en partie de la 1st Bde (PKU) à la discrétion du Général Knowles. Le Général Kinnard était avec le Général Larsen. Cette information est passée au Général Knowles et Col Mataxis vers 2315.

- 26/10, 19:00H: Capt Valley à TOC - Capt Valley informe G3 que le CG a donné ordre à 1st Cav d’engager comme nécessaire tous les éléments de la 1st Bde dans la région Pleiku-Pleime pour assister dans le secours de Pleime et la destruction des forces VC dans cette région. Le Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée informe et demande que le Général Vinh Loc soit avisé que si nécessaire davantage de bataillons de Cavalerie pourraient être placés à Pleiku pour assumer la sécurité de cette ville.

- 27/10, 12:30H: De Capt Reich, 2è Corps d’Armée (avec le Général Larsen): les Généraux Larsen, Kinnard et Knowles et le Col Mataxis sont maintenant en conference avec le Général Vinh Loc pour étudier l’extension et modification de la région de responsabilité d’opérations tactiques de la 1st Air Cav Div TAOR au voisinage e Pleime pour se conformer aux instructions orales de MACV de développer une région de responsabilité d’opérations tactiques plus élargie centrée autour de Pleime pour trouver, fixer et détruire les VC dans cette région. Le Général Larsen appelle le Général Collins demandant que MACV contacte avec l’EMG afin que des instructions similaires en Vietnamien soient passées au Général Vinh Loc. La 1st Cav a des éléments au sol au voisinage de Pleime qui sont en train de fouiller autour du côté ouest du camp se déplaçant vers le sud. L’opération est soutenue par des mortiers localisés à 4 kms au sud du camp. Du soutien provenant des chars. Cependant, le terrain limite le soutien. Le Général Larsen dit au Général Kinnard de stopper l’opération à Tuy Hoa pour évaluation réf l’ordre de COMUSMACV. Le Général Vinh Loc compte extraire les 2 Compagnies de Paras Rangers de Pleime. (Passée à G3)

- 30/10, 00:50H: 2è Corps d’Armée (Major Black) - Réf Plei Me: le camp reçoit quelques obus de mortiers, quelques mines d’illuminations ont été déclenchées et quelques tirs d’armes légères. Rien de sérieux. 7 victimes, évacuation médicale demandée. A 292350 Col Williams appelle Col Hieu, Chef d’Etat Major du 2è Corps d’Armée. Le 2è Corps d’Armée demande que la région de responsabilité d’opérations tactiques de 1st Cav soit étendue pour inclure la région Pleime à l’exception du camp même. De la présente ligne sur ligne NS ZA14 est à ligne NS AR77, sur ligne EO ZW/AR15, sud sur AR77 à EO ligne, puis ouest sur ligne NO ligne ZW14. Le Col Buchan, le Gén Knowles, le Col Williams et le Col Mataxis sont d’accord.

- Le Colonel William McKean

Le camp Pleime était un avant-poste des Forces Spéciales. Ces deux commandants étaient le Captain Harold Moore et le Capitaine Tran Van Nhan, et étaient sous le contrôle du Colonel Bennette, Commandant de 5th Special Forces Group. Le Quartier Général de ce dernier était situé avec I Field Forces Vietnam à Nha Trang.

Le Colonel McKean est l’autorité qui procure le Delta Team Américain et la Compagnie de Forces Spéciales Vietnamiennes qui ont été dépêchées au camp Pleime par le Commandement du 2è Corps d’Armée. Le Colonel Hieu dépose ces deux équipes de Forces Spéciales à 5 kilomètres nord est du camp avec une double mission : premièrement pour étudier la distribution des troupes ennemies autour du camp pour déterminer l’intention de l’ennemi qui pourrait être soit d’envahir le camp immédiatement soit d’attirer et détruite la force de secours ; secondement pour renforcer le camp (Pourquoi Pleime, chapitre IV):

Dans leur cheminement vers le Camp après le débarquement, le 91è Bataillon s'engage avec l'ennemi à 1030 heures, tue et blesse un nombre inconnu de VC et capture un mortier de 82 mm, deux mitrailleuses de 50 cal., plusieurs mitraillettes communistes chinoises et des fusils russes. Ce contact prouve qu'aux alentours du Camp, l'ennemi disperse ses troupes pour éviter d'être des cibles aux frappes aériennes amies et aussi pour embusquer nos forces de secours quand elles sont héliportées dans les alentours. Comme davantage de renseignements sont acquis au sujet des intentions ennemies et leur disposition, le VC eux-mêmes deviennent graduellement conscients du stratagème ami.

Néanmoins, le Colonel McKean, à travers l'intermédiaire du LTC Bennett, Conseiller des Forces Spéciales au quartier général du 2è Corps d'Armée; est anxieux que le Delta team américain aille dans le camp immédiatement pour aider le commandant du camp de contenir une rébellion possible de la part des soldats montagnards (G3 Journal/IFFV, 10/20):

- 18:25H: Capt Ushijima –Possibilité de placer une Compagnie de Paras Rangers au voisinage de Pleime cette nuit. Col Bennette est avisé par le Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée que l’accord ne serait disponible jusqu’à après 1900 et l’aéroportée impossible cette nuit. Col Bennett alors demande que 10 américains soient introduits dans le Camp pour assister le contrôle des soldats montagnards. Col Mataxis (Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée) répond que à cause de la situation tactique ceci ne pourrait pas être accompli.

Le Colonel Hieu refuse la demande (G3 Journal/IFFV, 10/20):

- 20:00H: De Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée à LTC Patch. Le Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée est tout juste de retour d’un vol au-dessus du camp Pleime. Le camp tient debout encore. Les avions d’illumination et les avions de combat sont encore en soutien. A/1 Avn Co retourne à Pleiku, à cause du mauvais temps. La demande du LTC Bennett, 5th SFG, d’insérer 10 Américains dans le camp a été refusée.

- Le Général Westmoreland

Le Général Westmoreland suit de près le front de bataille Pleime-Chupong-Iadrang deouis son début. Le 26 octobre, il est présent au quartier général de la 1st Air Cavalry Brigade et après l’écoute d’un briefing il approuve le plan du 2è Corps d’Armée de poursuivre les troupes ennemies en repli (Coleman, page 99):

Dans l’après-midi du 26, les Généraux Westmoreland, Larsen, Kinnard, et Knowles se rencontrent pour une conférence au poste de commande de la 1st Brigade à LW Homecoming. […] Dans la conférence entre Westmoreland et les officiers de division, Kinnard tamponne sur le theme que les forces américaines doivent maintenant faire plus que simplement contenir l’ennemi ou simplement renforcer l’ARV. L’ANV, il croit, doit être recherchée agressivement et détruire. Bien sûr, autant que Westy est concerné, Kinnard est en train de chanter à la chorale ; Westmoreland a toujours voulu l’occasion se présenter pour aller à l’offensive. Kinnard et Knowles dépensent également considérablement du temps à la conférence pour explique à Westmoreland et Larsen exactement ce que la division est capable de faire et à quel point elle peut le faire. Eventuellement, Westmoreland tourne à Larsen et dit : “Lâchez le cou à Kinnard.”

Le 22 octobre, G3 Journal/IFFV enregistre :

- 21:10H: Pour votre information, le Général Westmoreland appelle à 2045 pour obtenir information attaques à Pleime et Quang Duc.

Le 26 octobre 1966, le Général Westmoreland écrit comme suit sur la campagne Pleime (Pourquoi Pleime):

Du point de vue de l'emploie des forces communes, la bataille de Plei Me était un classique. Les réussites des dernières phases ne pourraient peut être jamais réalisées sans le jugement et clairvoyance du leadership vietnamien. L'effort préparatoire initial sur le terrain, ouvrant la voie à l'introduction de la 1st Air Cavalry Division, a été accompli par les forces vietnamiennes. De même, la réussite de la phase finale d'exploitation a été largement accomplie par la Brigade de Parachutistes vietnamienne. L'efficacité de cet effort extrêmement bien organisée, intimement intégré et coopératif n'a pas souvent été rivalisé dans la guerre moderne.

Il évalue correctement le rôle clé du Commandement du 2è Corps d’Armée dans la première et finale phases de la campagne. Cependant, il ne sait pas que même dans la deuxième phase lorsque la 1st Air Cavalry Division était à la recherche des troupes ennemies, les résultats ont été obtenues grâce au concept opérationnel qui consiste à utiliser le bombardement en tapis des B52s que le Commandement du 2è Corps d’Armée a suggéré au Général Knowles, Commandant du Poste de Commande Avant de la 1st Air Cavalry Division.

- Le Général Cao Van Vien

Parce que l’attaque VC contre le camp Pleime est grande, le 2è Corps d’Armée a besoin du soutien de la part de l’Etat Major Général à Saigon.

Initialement, l’Etat Major Général a promu de fournir 18 hélicoptères H-34 pour le transport des deux compagnies des Forces Spéciales pour aller au secours du camp, mais plus tard il a changé son esprit (G3 Journal/IFFV, 10/20):

- 16:10H: 2è Corps d’Armée (Capt Neary) – EMG met à la disposition du 2è Corps d’Armée 18 VNAF H-34's qui sont supposés arrivés au 18 VNAF H-34's entre 1600 - 1630.

- 18:25H: 2è Corps d’Armée Capt Ushijima –Possibilité de placer une Compagnie de Paras Rangers au voisinage de Pleime cette nuit. Col Bennette est avisé par le Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée que l’accord ne serait disponible jusqu’à après 1900 et l’aéroportée impossible cette nuit. Col Bennett alors demande que 10 américains soient introduits dans le Camp pour assister le contrôle des soldats montagnards. Col Mataxis (Chef Conseiller du 2è Corps d’Armée) répond que à cause de la situation tactique ceci ne pourrait pas être accompli. 18 VNAF H-34's ont été annulés. C’était apparemment un faux rapport. ZA 160050 est coordonnée correcte pour Pleime. La Compagnie de Paras Rangers en question est l’un des deux Delta éléments sous le contrôle de la Force Spécial. Ils sont à Pleiku.

Quand la campagne atteint la 2è phase, l’EMG est d’accord de procurer au 2è Corps d’Armée toute la Brigade de Parachutistes comme une force de réserve tandis que la 1st Air Cavalry Division assume le rôle d’effort principal avec l’opération Long Reach.

Quand la campagne atteint la 3è phase, l’EMG permet au Commandement du 2è Corps d’Armée de rassembler les cinq bataillons de parachutistes éparpillés dans différentes locations (Phu Yen, Vung Tau, Bien Hoa, Saigon) et de les transporter à Pleiku pour former l’effort principal dans la recherche et destruction des deux bataillons VC restants avec l’opération Than Phong 7

Lire la Pensée de l’Ennemi

Le Front B3 Viet Cong a préparé méticuleusement sa campagne Playmê. Cette campagne fait partie de la campagne Hiver-Printemps 1965-1966 campagne que le Commandement Suprême Nord Communiste commence la planification depuis début 1965 visant à prendre contrôle des Hauts Plateaux et à découper en deux le Sud Vietnam le long de la Route Nationale 19 de Pleiku jusqu’à Qui Nhon.

Le Colonel Hieu a pu lire la pensée de l’ennemi. En premier lieu, il remarque que le Front B3 répète les tactiques que le Viet Minh a employées dans les Hauts Plateaux en 1954 avec quelques modifications consistant en une séries d’attaques inquisitrices. Puis lorsque le Viet Cong attaque Bong Son et Pleime simultanément, il a compris immédiatement son intention de disperser les forces du 2è Corps d’Armée, en le forçant d’engager à Bong Son toutes ses forces de réserve – 1er Task Force de Parachutistes avec ses quatre bataillons et Task Force Alpha Marine avec ses deux bataillons, 4 bataillons de la 22è Division d’Infanterie et les trois compagnies d’hélicoptères de transport de troupes américaines (Pourquoi Pleime, chapitre VIII):

Ils comptent nous surprendre parce qu'ils sont convaincus que les opérations à An Lao et Kim Son, Nord de Binh Dinh ont attaché 6 bataillons de la Réserve Générale ARVN, 4 bataillons de la 22è Division d'Infanterie ARVN et trois compagnies d'hélicoptères américaines au littoral.

En plus, le Colonel Hieu sait également que le Viet Cong emploie la tactique d’“une attaque principale et deux attaques secondaires de diversion”, avec Bong Son et Pleime comme les deux attaques de diversion, et Pleiku comme l’attaque principales, ce qui signifie de faire semblant d’attaquer Bong Son tout en visant Pleime comme le but de transition conduisant à la prise de Pleiku, l’objectif final de l’entière campagne.

Lorsque le Viet Cong attaque camp Pleime, base sur la distribution des troupes ennemies, avec le 33è Régiment au camp et le 32è Régiment au lieu d’embuscade, le Colonel Hieu déduit que le Viet Cong n’a pas l’intention d’envahir le camp et emploie la tactique de “attirer et embusquer” avec le camp comme une diversion (le 33è Régiment est une force de combat plus faible que le 32è) et l’embuscade comme l’attaque principale (le 32è Régiment a plus d’expériences en combat que le 33è). En plus, le Colonel Hieu sait que, pas comme dans le passé, cette fois le Viet Cong emploie la tactique d’embuscade mobile, au lieu de statique, ayant acquis des équipements de transmission plus moderne lui permettant d’établir une bonne communication entre les quartiers généraux de régiment et ses unités d’embuscade (Pourquoi Pleime, chapitre IV):

Il serait intéressant de mentionner que des embuscades à grande échelle tendues par le VC ont été dans récemment effectuées dans la charpente de la tactique de la guerre de mouvement. Il n'existe plus comme un guet-apens statique. Un tel changement du manœuvre de forces ennemi est déterminé par les raisons suivantes:

1) le secret pourrait être maintenu;

2) le VC pourrait éviter les pertes infligées par les frappes préalables amies sur les lieux d'embuscade;

3) flexibilité pour répondre à n'importe quelle éventualité;

4) Ils sont capables d'applique telles tactiques parce qu'ils disposent en ce moment des moyens adéquats de communications.

Quand le Viet Cong est oblige de battre en retraite, le Colonel Hieu sait que le Front B3 attend l’arrivée du 66è Régiment à Chu Pong afin de tenter une seconde attaque pour conquérir le camp Pleime.

Afin de pourvoir lire exactement la pensée de l’ennemi, le Colonel Hieu a employé tous les moyens de renseignements qu’il dispose : interception radiophonique, équipes de reconnaissance, interrogation des prisonniers et déserteurs, analyse des documents capturés et journaux individuels des combattants ennemis.

Concevoir les Plans Stratégiques

Après avoir déterminé les intentions que le Viet Cong veut accomplir et les tactiques qu’il va utiliser, le Colonel Hieu déploie ses talents stratégiques pour parer contre tous ses plans.

Pour parer contre la tactique d’ “une attaque principale et deux attaques de diversion”, le Colonel Hieu déploie les troupes d’une façon appropriée et arrive à faire face avec succès à tous les trois fronts – au camp avec deux compagnies de Forces Spéciales, à l’embuscade avec la Task Force Blindée de Secours, à la Cité Pleiku avec le 2/12th Air Cavalry Battalion. L’ingéniosité de cette distribution de troupes a capturé l’attention du Général Westmoreland (Pourquoi Pleime, chapitre VIII):

Nos promptes manœuvres ont reversé la direction telle qu'ils deviennent surpris à leur tour et perdent l'initiative. Extrait du mémorandum signé par Colonel Daniel B. Williams, A/DSA II Corps MACV envoyé au Commandant Général du 2è Corps le 25 octobre 1965: A 1500 heurs le 24 octobre le Général Westmoreland appelle et demande une présentation sur la situation, … Il conclue la conversation en demandant que ses félicitations personnelles soient passées au Général Vinh Loc sur sa façon de conduire ses troupes pour faire face aux différentes situations d'émergence."

Pour parer contre la tactique de “attirer et embusquer”, le Colonel Hieu dépêche une petite force de deux companies de Forces Spéciales suffisantes pour contenir le 33è Régiment, et une Task Force Blindée comprenant deux compagnies blindées et environ un millier troupes d’infanterie et de rangers pour engager le 32è Régiment. En plus, il réserve une surprise aux troupes d’embuscade en faisant venir l’artillerie lourde par d’énormes hélicoptères près des lieux d’embuscade pour offrir le soutien à la task force de secours au moment où celle-ci affronte les troupes d’embuscade. Il dit qu’il est prêt “de jouer le jeu de l'ennemi” (Pourquoi Pleime, chapitre IV):

Le Commandant du 2è Corps d'Armée décide de jouer le jeu de l'ennemi. Comme le VC s'attend à éliminer successivement nos forces, le plan de manœuvre devrait utiliser au mieux le facteur TEMPS et exploiter les faiblesses inhérentes de la disposition de troupes ennemies.

Pour parer contre la tactique d’“embuscade mobile”, le Colonel Hieu appliqué la tactique de délai pour la neutraliser, en forçant les troupes ennemies de se montrer au lieu d’embuscade tout de même avant l’arrivée de la colonne de secours et de subir les frappes aériennes et d’artillerie préparatoires. Il ordonne au LTC Nguyen Van Luat de faire piétiner la Task Force Blindée au voisinage de Phu My (Pourquoi Pleime, chapitre IV):

Le matin du 21 octobre, la Task Force de Luat avance le long de l'axe Phu My-Pleime mais pour effectuer simplement des patrouilles agressives dans limites d'un rayon de 10 kms! L'ordre a été expressément donné par le Commandant du 2è Corps d'Armée au Commandant de la TF, le Lt Col Luat, pour simuler une approche imminente d'une colonne de secours au camp Pleime, tandis qu'en réalité, il devrait attendre pour des attachements plus adéquats et plus suffisants qui viendront par air de Kontum et Binh Dinh à Pleiku, aussi tôt que les conditions météorologiques permettent les déplacements aériens.

...

Tôt le matin du 23 octobre, aussi tôt que le rapport provenant du Camp atteint le Commandement du 2è Corps d'Armée, la décision a été immédiatement prise de pousser la colonne de secours à Pleime sans délai et à tout prix.

Entrant dans la 2è phase de la poursuite de l’ennemi en repli, le Colonel Hieu démontre son trait de génie militaire en concevant un concept opérationnel exceptionnel et le partage avec le Général Knowles qui l’effectue dans l’opération Long Reach opérée par la 1st Air Cavalry Division.

Jusqu’aujourd’hui, tout le monde, même les officiers hauts gradés américains qui sont directlement ou indirectement impliqués dans la conduite de cette opération et les historiens et érudits de la Guerre du Vietnam, pensent que le concept opérationnel consiste à “trouver l’ennemi, le fixer, puis le détruire avec des assauts aéroportés”. Si cela est correct alors la 1st Air Cavalry Division n’a pas récolté beaucoup de résultats. Les forces de cavalerie se sont affrontées avec les troupes ennemies que quatre fois (Pourquoi Pleime, chapitre V): la première fois, le 1/11, à l’hôpital du 33è Régiment, pertes ennemis: 299 tués et blessés, 44 capturés; le 3/11, embusquer le 8è Bataillon/66è Régiment à Chu Pong, pertes ennemies: 312 tués; le 6/11, affronter le 6è Bataillon/33è Régiment à la rivière Ia Meur, pertes ennemies: 477 tués et blessés; le 14/11, engager avec les deux 7è et 9è Bataillons du 66è Régiment à LZ X-Ray, pertes ennemies: environ 1800 tués, 6 capturés; le 17/11, affronter le 8è Bataillon/66è Régiment et le 1er Bataillon/33è Régiment à LZ Albany, the 1st Battalion/33rd Regiment at LZ Albany, pertes ennemies: 503 tués.

Selon Coleman, l’opération All the Way conduit par la 1st Air Cavalry Brigade était avec sans difficulté, comme “une promenade dans le parque” (Coleman, page 189):

Après que les bataillons de la 1st Brigade aient généralement perdu contact avec les unités restantes du 33è Régiment le 7 novembre, Kinnard dit, dans Army Magazine, que, “j’ai fait le plan de remplacer la First Brigade qui est courageuse mais dépensée avec la Third Brigade, commandée par le Colonel Thomas W. Brown, et ceci apparaît un moment logique de ce faire ainsi.” Le général aurait se laisser tenter un peu d’hyperbole. Les unités de la 1st Brigade était sans aucun doute courageuses, mais dépensées ? Le 2/12 Cav a dépensé la plus longue période dans le champ de bataille, en tout dix huit jours – mais ces jours de contact comptent environ cina. Le 2/8 avait quatorze jours dans la vallée et seulement deux jours de dur contact. Une compagnie de 1/8 Cav avait un jour de contact, tandis que les autres n’avaient aucun. Et le 1/12 Cav avait seulement son peloton de reconnaissance vraiment tirée sur avec colère. Comparés au temps dans le champ de bataille par les unités plus tard dans la guerre, ceci a été une promenade dans le parc.

Aussi selon Coleman, après que la3rd Air Cavalry Brigade remplace la 1st Air Cavalry Brigade et effectue l’opération Silver Bayonet I dans la recherché de l’ennemi dans l’est, les unités de cette brigade ne rencontre seulement que des “trous secs” jusqu’au moment qu’elles retournent vers l’ouest et entre dans LZ X-Ray (Coleman, page 196):

Ce jour là – le 12 novembre – le Général Larsen visite le poste de commande avant de la division dans l’enceint du 2è Corps d’Armée. Il demande à Knowles comment vont les choses. Knowles lui donne un briefing sur l’attaque à Catecka la nuit dernière et puis lui dit que la brigade est en train de creuser un trou sec à l’est de Pleime. Larsen dit, “Pourquoi conduisez-vous des operations là si c’est sec?” La réponse de Knowles est, “Pardon mon général, mais c’est votre ordre par écrit qui nous a instruit quoi faire.” Larsen répond que la première mission de la cavalerie est de “trouver l’ennemi et aller après lui.” Peu de temps après, Knowles visite Brozn au poste de commande de la 3rd Brigade et lui dire de rédiger un plan d’opération d’assaut aéroporté près du pied de Chu Pong.

Le concept oporétionnel du Colonel Hieu apparaît extrêmement simple (Pleime Contre-attaque dans le Complexe de Chupong-Iadrang):

La recherche et la poursuite des deux 32è – avec ses 334è, 635è et 966è Bataillon- et 33è Régiment – avec ses 1er, 2è et 3è Bataillon – ne constitueraient pas tâche trop difficile pour la 1st Air Cavalry Division avec flotte d’hélicoptères (435 au lieu de 101 pour une division d’infanterie régulière). Néanmoins, afin de détruire une force ennemie qui s’est brisée en petits morceaux et en cachette dans une vaste région couvertes d’herbes d’éléphant, de broussailles et d’arbres, ce serait une tâche effrayante qui requiert des mois sinon des années pour dénicher puis de détruire toutes ses unités dispersés une après l’autre.

Il sera mieux de pouvoir attaquer et tuer l’ennemi lorsque ses unités se rassemble en un lieu. Ceci pourrait bien avoir la chance de se produire comme le Commandement du Front de Campagne B3 a donné ordre as ses forces attaquantes à retourner à leurs régions d’assemblement initiales dans le complexe Chupong-Iadrang, tout en attendant l’arrivée du 66è Régiment.

Cependant, afin d’annihiler une force de la taille d’une division comprenant trois régiments, il serait nécessaire de recourir à une force trois fois plus large, ce qui signifie trois divisions, dont le Commandement du 2è Corps d’Armée ne possède pas.

Une meilleure alternative disponible est l’emploi des bombardements en tapis des B-52s pour annihiler les troupes ennemies en concentration.

Par conséquent le concept opérationnel de cette opération comprendrait deux phases :

Iè Phase: canaliser les déplacements des unités ennemies dispersées vers une région commun de groupement. Cette tâche est confiée à la 1st Air Cavalry Brigade avec opération All the Way.

IIè Phase: détruire l’ennemi avec des bombardements en tapis des B-52s. Le Général Knowles coordonnera opération avec le Commandement MACV à Saigon pour l’emploi de cet armement à caractère stratégique.

Les bombardements seraient préparés par une tactique de diversion effectuée par la 3rd Air Cavalry Brigade avec opération Silver Bayonet I.

Par conséquent, le Colonel Hieu n’est pas du tout préoccupé du fait que les unités de la cavalerie américaine n’ont pas découvert beaucoup d’unités ennemies en retraite de Pleime à Chu Pong, et il concentre plutôt son attention à suivre les mouvements et positions des unités ennemies, grandes et petites, attendant patiemment le moment où elles se rassemblent toutes à Chu Pong et de les annihiler avec le bombardement en tapis des B52s (Pourquoi Pleime, chapitre VI):

Pendant cinq jours consécutifs, du 15 au 19 novembre, les bombardiers géants B52 ont effectué un total de 96 sorties. L'une après l'autre, les régions du massif Chu Pong - chacune de 20 miles carrés - subit un tremblement de terre systématique répandue de l'Ouest à l'Est. Les bunkers et tranchées VC qui jusque là ont résisté les frappes par des avions tactiques et l'artillerie commencent à être assénés par des bombes de 750 pounds. La canopée dense de la jungle cesse d'être efficace pour à la fois la dissimulation et l'abri. La "porte arrière" au Cambodge est fermé et pour échapper, le reste des VC est réduit à utiliser la vallée étroite de Ia Drang.

Le Colonel Hieu continue à révéler son trait génie militaire dans la 3è phase de la campagne dans opération Than Phong 7 effectuée par la Brigade de Parachutistes. Normalement, le commandant du champ de bataille prend les décisions sur les manœuvres tactiques comme requises par la situation militaire sur place. Cependant dans cette instance, le Colonel Hieu prend direct contrôle de l’entière opération des parachutistes et dicte toutes les manœuvres effectuées par les unités des paras sous le commandement du LTC Ngo Quang Truong (G3 Journal/IFFV , le 19/11):

- 16:55H: 1st Cav (Arrière) Capt Parham – Poste de Commande Avant dit que les éléments dans la région de la TF de Paras sont coordonnés aux niveaux plus hauts que G3 Avant. La TF de Paras a connaissance sur ce sujet.

Le Colonel Hieu fait toutes préparations et arrangements ; le LTC Truong n’a qu’à exécuter les ordres. Le résultat est que les deux bataillons survivants du Frong B3 – le 334è et 635è – sont facilement coincés dans la vallée Ia Drang, ce qui amène Major Schwarzkopf s’étonne lorsqu’il témoigne d’un phénomène extraordinaire qu’il attribue aux capacités surprenantes du LTC Truong. S’il était en connaissance de ce qui s’est réellement survenu il aurait réservé son admiration et fait justice au Colonel Hieu.

Exécuter les Manœuvres Tactiques.

Dans la préparation de la champagne Plâyme, le Front B3 calcule méticuleusement la disponibilité du 2è Corps d’Armée au point de vue de troupes et équipements. Par exemple, le le document capturé Ordre de Combat pour une Embuscade par le 32è Régiment , montre que l’état major du régiment a prédit avec précision les composants de la Task Force Blindée, le nombre des unités américaines qui pourraient être attachées et comment la task force de secours se déploierait:

Après l'attaque initiale sur Pleime, le GVN enverra probablement une colonne de secours. Celle-ci sera probablement composée d'un Group de Bataille ARVN et un Groupe de Bataille Blindé de la 24è Zone Tactique Spéciale. Il y aura probablement un ou deux bataillons US en réserve. Les forces de secours pourraient venir par air ou par terre, lequel soit le plus approprié. Elles pourraient arriver à la région de bataille en un ou deux jours. La formation de bataille pourrait opérer jusqu'à un kilomètre de la route. Elles pourraient avoir des éléments d'infanterie et de blindée interposés l'un l'autre; comme un exemple un élément blindé de pont avec l'infanterie 50 mètres à un kilomètre en arrière. Après que les éléments ARVN sont embusqués, ils se retireraient à la région O-Gri pour se regrouper. Les forces ARVN derrière les éléments embusqués se déplaceraient probablement à la région de Po Post (20-14), O-Gri (22-18) et Klan (26-22).

Le Front B3 a aussi réussit à détourner la force de réserve du 2è Corps d’Armée comprenant cinq bataillons de Parachutistes et de Marine Corps aussi bien que les unités de la 22è Division à Bong Son, avec les trois compagnies d’hélicoptères américaines avant l’attaque contre le camp Pleime et en même temps a pris la décision de devancer la campagne Plâyme un mois plus tôt que prévu afin d’éviter l’intervention de la 1st Air Cavalry Division qui est encore en train d’aménager de Qui Nhon à An Khe.

Mais le Front B3 a été pris par maintes surprises parce que le Colonel Hieu pare à toutes ses manœuvres avec des mesures tactiques adroites en connaissant comment utiliser les différents types des forces d’unités qui lui sont disponibles, en particulier ceux qui sont soudainement mis à ses dispositions : Forces Spéciales américaines et vietnamiennes, Paras Rangers, équipes Eagle Flights montagnardes, Rangers, Paras, Marine Corps, 3è Task Force Blindée et les unités d’infanterie du 24è Zone Militaire Spécial, unités de la 1st Air Cavalry Division. Plusieurs unités ont été aéroportées de Kontum, Ban Me Thuot, Phu Yen, Tuy Hoa, Vung Tau, Bien Hoa, Saigon, An Khe. Toutes ces unités ont été insérées et soutirées des différents champs de batailles d’une façon bien coordonnée dans un front de bataille qui a duré pendant 38 jours et 38 nuits. Chaque unité a été donné une tâche qui correspond à ses capacités ; par conséquent, chaque mission a été accompli sans trop d’effort et aboutissant au résultat prévu.

Au sujet de l’emploi de la 1st Air Cavalry Division, le Colonel Hieu a démontré qu’il sait comment l’utiliser d’une façon plus pertinente que le Général Kinnard et le Général Knowles. L’opération tactique du Général Kinnard pour parer à la guerre de guérillas était (Cochran):

de clôturer la région dans laquelle les guérillas sont en train d’opérer, de les séparer de leurs sources de renforcement, d’approvisionnements et d’armements.

Et la tactique d’assaut héliporté qu’il a développé était:

Juste après la libération de Pleime, je sens qu’il dépend de moi de trouver ces VC qui ont été autour du camp. C’est pourquoi nous avons conçu un “modus operandi” de recherche dans lequel le Cav Squadron va patrouiller dans une région bien large et j’emploierai une brigade d’infanterie pour déposer un bataillon d’infanterie et fouiller une région ici et là. Je sens que nous devons casser en groupes relativement petits de manière à pouvoir couvrir davantage de région et aussi pour que l’ennemi pense qu’il peut nous tromper. On ne peut pas déposer un bataillon entier là dehors et tâtonner à l’aveuglette. On doit diviser en unités de taille de compagnie et peloton. On doit fait confiance au fait qu’avec l’hélicoptère on peut répondre plus rapidement que quiconque dans l’histoire. J’ai appris ensuite, tout à fait nouveau pour moi, que chaque unité qui n’est pas en contact, en fait, est une réserve qui pourrait être prise et utilisée. C’est là ma stratégie. Commencer quelque part, diviser en petits groupes, dépendant au terrain, et travailler dans cette région pendant que le Cav Squadron vadrouille partout. Le point essentiel est le contact. On chercher n’importe quel sorte de contact – un hélicoptère recevant des coups de tir, trouver un feu de campement, trouver un sac, des herbes foulées.

En tout premier lieu, le Colonel Hieu sait que le Général Kinnard n’est pas capable de clôturer une région bien étendue de 40 kilomètres x 50 kilomètres couverte de jungles, même avec plus de 500 hélicoptères et trois brigades de cavalerie. En second lieu, il sait bien également que les troupes Viet Cong sont très habiles à éviter contact avec les troupes de cavalerie américaine. Et il raisonne que pour détruire une armée de troupes qui s’éparpillent partout comme des rats se cachant dans les trous et crevasses, il n’y a qu’un seul moyen, celui de surveiller et attendre patiemment jusqu’au moment ils s’assemblent en un lieu, puis les terminer avec le bombardement en tapis des B52s. C’est pourquoi il ne considère pas la 2è phase comme une phase de poursuite mais plutôt celle de canalisation ( Pleime Contre-attaque dans le Complexe de Chupong-Iadrang ).

A part les troupes d’armées, le Colonel Hieu a aussi démontré son talent dans l’emploi de toutes sortes d’armements, petits et grands, anciens et modernes : artillerie, blindé, avions à ailes fixes et jet, hélicoptères armées, avions forteresses stratégiques B52s, comme dicté par les situations du champ de bataille.

Conclusion

A travers ses talents dans le domaine de contrôle et direction des généraux commandants, dans celui d’anticipation de la pensée de l’ennemi, dans celui de planification stratégique, et dans celui de manœuvres tactiques, le Colonel Hieu a démontré qu’il possède le trait d’un génie militaire. En comparaison avec les autres officiers hauts gradés impliqués dans cette campagne, aussi bien ennemis qu’amis, il était au bas fond du totem hiérarchique – un colonel au milieu d’une galaxie d’étoiles -, le plus jeune – 36 ans , et le moins expérimenté dans le commandement tactique, tandis que les autres étaient d’anciens combattants de la Deuxième Guerre Mondiale, de la Guerre de Corée, de la 1è Guerre d’Indochine et de la bataille de Dien Bien Phu contre l’Armée Française. Tenant dans sa main un ciseau pour la première et pourtant étant capable de tailler une pièce de sculpture chef d’œuvre ne pourrait être défini un comme un trait de génie.



- Cochran, Alexander S., "First Strike at River Drang", Military History, Oct 1984, pp 44-52, Per. Interview with H.W.O Kinnard, 1st Cavalry Division Commanding General.
- Coleman, J.D., "Pleiku, the Dawn of Helicopter Warfare in Vietnam", St. Martin’s Press, New York, 1988.

Nguyen Van Tin
31 Octobre 2011

generalhieu.com