Journal de la Bataille Pleime
Colonel Hieu, Chef d'Etat Major du 2è Corps d'Armée

Le 19 octobre 1965

- 2300 heures, le Capitaine Moore, Commandant du camp Pleime rapporte au QG du 2è Corps d'Armée qu'une unité NVN ouvre le feu sur le camp avec des armes légères, de mortiers et des canons sans recule.

Le 20 octobre 1965

- Les troupes ennemies effectuent une série d'assauts. Le camp oppose une résistance rigide. Pendant toute la nuit, l'ennemi n'arrive pas à percer les positions défensives du camp.

- Donne un coup de fil au Général Vinh Loc, à son PC tactique dans la province de Binh Dinh, en train de conduire l'opération Than Phong 6, pour lui aviser qu'apparemment les activités militaires VC dans Binh Dinh ne sont que des tactiques de diversion et Pleime constitue l'attaque principale. Les VC sont en train d'appliquer les tactiques de "nhat diem luong dien", qui veut dire soit "un effort principal et deux efforts de diversion" ou "une attaque principale et deux attaques secondaires ".

Le Général Vinh Loc fait savoir qu'il retournera à Pleiku aussitôt que possible, immédiatement après le débarquement aérien des troupes dans les lieux soupçonnés de concentrations ennemies dans la région sud du District de Hoai An.

- A l'aube, les troupes ennemies lancent un assaut violent. Fait appel aux frappes aériennes, qui ont pu repousser l'attaque.

- Les missions de ravitaillement aériennes et l'évacuation des blessés par hélicoptère continuent à rencontrer le tir anti-aérien intense.

- Bien que subissant de lourdes pertes, les VC persistent à demeurer aux alentours du camp et au lieu d'un seul bataillon, leur force est plutôt de la taille d'un régiment.

- A part d'être surpassé en nombre, le camp est harcelé par des difficultés au point de vue de ravitaillement de provisions et de munition; l'évacuation des blessés est contrariée par le bombardement incessant des mortiers sur la piste d'aviation et de l'hélistation.

- Le Général Vinh Loc arrive à Pleiku dans l'après-midi.

- Il semble que cette fois-ci, l'ennemi ne se hâte pas à agir rapidement comme dans les attaques éclaires dans le passé. Il semble qu'il compte plutôt forcer nos forces à venir au secours et son objectif sera double; en premier la colonne de secours, et en second lieu le camp même. Ceci leur offrirait une proie plus grande et aussi plus de chance de réussite, grâce à une concentration plus large de ses forces.

- Notre côté décide de jouer le jeu de l'ennemi. Puisqu'il compte éliminer successivement nos forces, le plan de manœuvre est d'employer le mieux le facteur de temps et d'exploiter les faiblesses inhérentes de la disposition des troupes ennemies.

- En outre, nous avons, en coordination avec J3/MACV, étudier un plan d'utiliser les frappes aériennes B-52 pour détruite les trois 32e, 33e et 66e régiments que l'ennemi a prévu de déployer d'attaquer le camp Pleime, lorsque ces trois régiments se concentrent dans leurs zones de rassemblement en Chu Pong. Puisque l'ennemi n' utilise que les deux 32e et 33e régiments dans l'attaque du camp Pleime cette fois, nous devons retarder l'utilisation des frappes aériennes B-52 et deviser une contre-attaque appropriée, visant seulement à interdire l'ennemi d'envahir le camp et le forcer de rebrousser à Chu Pong afin de joindre force avec le 66è Régiment et de planifier pour attaquer de nouveau le camp Pleime avec cette fois-ci les trois régiments . À ce moment, nous aurons les frappes aériennes B-52 détruir les trois régiments ensemble.

- Rassemble une colonne de secours de Force de Frappe Blindée composant: QG, 3è Escadron de Cavalerie Blindée, un Bataillon de Rangers, une Compagnie d'APC M-113, une Compagnie de Chars M-41, une Batterie d'Artillerie et un Peloton de Génie.

- 1800 heures, la Force de Frappe s'approche de son lieu d'assemblement et bivouaque pour passer la nuit.

- Le Général Vinh Loc nomme le Lieutenant Colonel Nguyen Trong Luat Commandant de la Force de Frappe Blindée.

- Pendant toute la deuxième nuit, le camp Pleime est harcelé seulement par des mortiers ennemis et n'a subit aucune attaque.

Le 20 octobre 1965

- 0800 heures, donne l'ordre à la Force de Frappe du LTC Luat de se déplacer le long de l'axe Phu My-Pleime, mais d'effectuer seulement des patrouilles agressives à l'intérieur d'un rayon de 10 kms.

- Envoie plusieurs équipes de reconnaissance des Forces Spéciales de Rangers avec la mission de détecter les endroits d'embuscade ennemie le long du chemin conduisant au camp Pleime.

- Prépare le transport aérien des troupes de renforcement pour la Force de Frappe du LTC Luat de Kontum, et Binh Dinh à Pleiku, à effectuer aussitôt que les conditions météorologiques permettent les mouvements aériens.

- 0930 heures, fais transporter par hélicoptères deux compagnies du 91è Bataillon des Forces Spéciales de Rangers à environ 5 kms nord est du camp (1) pour évaluer la disposition des troupes ennemies aux alentours du camp et (2) pour secourir le camp qui a combattu pendant plus de 36 heures pour tenir coup contre une force ennemie cinq fois supérieure. Espérons que l'ennemi se tromperait en pensant qu'avec l'introduction de ces deux compagnies, la colonne de secours va se joindre dans l'après-midi avec elles.

- Les équipes de reconnaissance rapportent qu'elles n'ont pas trouvé aucun endroit d'embuscade le long de la route menant au camp Pleime. Ceci signifie que l'ennemi a abandonné l'embuscade statique et adopte la tactique d'embuscade mobile. En agissant ainsi, il compte (1) maintenir le secret, (2) éviter les pertes causées par nos frappes préliminaires sur les endroits d'embuscade, (3) avoir la flexibilité pour faire face à n'importe quelle éventualité. En plus, l'ennemi peut se permettre ces tactiques mobiles parce qu'il a pu acquérir les moyens de communication adéquats. Il a bien appris la leçon de la bataille de Duc Co (août 1965), dans laquelle il a souffert de lourdes pertes à ses endroits d'embuscade statique.

- Les équipes de reconnaissance rapportent que les troupes appartenant au 32è Régiment ont quitté leur lieu de rassemblement près de Chu Prong et sont en train de s'approcher leur endroit d'embuscade sur la Route Provinciale 5. Ceci signifie que le Front de Campagne VC est convaincu que la première phase de son plan - tendre une embuscade à la colonne de secours - va bientôt prendre place.

- 1030 heures, en s'avançant vers le camp après le débarquement, le 91è Bataillon s'engage avec l'ennemi, tuant et blessant un nombre inconnu de VC et saisit un mortier de 82 mm, deux mitrailleuses de 50 mm, et plusieurs mitraillettes Chicom et fusilles russes. Ce contact fait preuve qu'aux alentours du camp, l'ennemi a dispersé ses troupes pour éviter d'être des cibles pour les frappes aériennes et aussi pour tendre l'embuscade aux forces de secours quand celles-ci débarquent par hélicoptères dans les alentours du camp.

- Les VC semblent découvrir que toutes les activités de nos troupes jusqu'ici visent seulement à les pousser à attaquer la colonne de secours; s'ils se hâtent à détruire le camp, la chance qu'ils ont si longtemps attendue avec patience ne se réaliserait pas.

- Ce qui explique pourquoi pendant cette nuit, leur pression autour du camp a augmenté. Le camp est harcelé par des coups de feu pendant toute la nuit mais aucun assaut ne s'est pas survenu. En faisant ainsi, l'ennemi veut simplement faire savoir qu'au moins les forces de secours seraient envoyées, ses troupes demeureraient et serreraient leur grippe.

- Ainsi, le Front de Campagne VC a décidé d'employer le 33è Régiment qui est moins expérimenté en combat (arrivant récemment aux Hauts Plateaux à peine quelques mois) pour attaque le camp Pleime et d'employer le 32è Régiment qui est plus aguerri au combat pour attaquer la colonne de secours. Ce régiment est arrivé au Sud Vietnam depuis janvier et a déjà à son crédit plusieurs attaques au niveau de bataillon et de régiment, qu'il a effectués dans les provinces de Kontum et Pleiku, telles que Plei Kleng (mars 65), Le Thanh (août 65) et Duc Co (août 65)

- Il semble que le plan VC se compose de trois phases: (1) le 33è Régiment encercle Pleime et harcèle les défenseurs, exerçant suffisamment de pression pour forcer le 2è Corps d'Armée à envoyer une force de réaction; (2) le 32è Régiment tend l'embuscade et détruit la colonne de secours; (3) tous les deux régiments se joignent pour envahir et détruire le camp même.

- Nous faisons face à une équipe d'adversaires formidable: le Général VC Chu Huy Man, Commandant de la 4è Région Militaire et ses deux assistants principaux, le Colonel Quan, Commandant Adjoint, et le Colonel Ha Vi Tung, Chef d'Etat Major. Pendant la guerre d'Indochine, Tung était commandant du 803è Régiment, qui avec le 108è Régiment constituaient les forces principales du Viet Minh dans les Hauts Plateaux. A leur crédit étaient l'occupation de Kontum et la défaite de la 100è Force de Frappe française sur l'Autoroute 19.

Le 22 octobre 1965

- La Force de Frappe du LTC Luat continue à patrouiller sur le même itinéraire.

- Le 91è Bataillon de SF Rangers continuent à avancer dans la direction du camp. Il fait contact deux fois de plus avec l'ennemi et saisit 4 mitrailleuses lourdes et plusieurs fusils.

- Dans l'après-midi, avec un appui aérien bien nourri, il arrive finalement à la destination pour renforcer le camp Pleime.

- Ce renfort rassure à un certain degré le camp. Mais c'est aussi en ce moment-ci que les difficultés s'accumulent. Pendant quatre jours, le feu de tir VC intense a empêché le camp de recevoir le ravitaillement d'eau potable à un ruisseau près de camp.

- 0510 heures, l'antenne principale de radio est abattue par le feu ennemi.

- Les activités de délai a permis au Commandement du 2è Corps d'Armée d'obtenir davantage d'information à propos de l'ennemi et de gagner plus de temps. A part la Force de Frappe du LTC Luat, seulement un Bataillon de Rangers reste à Pleiku. Même si le Commandement du 2è Corps d'Armée décide d'engager cette dernière unité, il n'y aurait pas d'avions disponibles car le 119th Helicopter Battalion est encore occupé avec l'opération Than Phong 6. Par ailleurs, l'état brumeux au Col de Mang et à An Khe ne permet aucune sortie aérienne.

Le 23 octobre 1965

- Tôt le matin, les équipes de reconnaissance de SF Rangers rapportent que les troupes d'embuscade du 32è Régiment ont atteint leur endroit d'embuscade. La décision est aussitôt prise de pousser la colonne de secours vers Pleime sans délai et à tous prix.

- 1000 heures, le 1/42è Bataillon ARVN est aéroporté de Kontum à Pleiku, et dès son arrivée, transporté par camions à Phu My pour renforcer la Force de Frappe du LTC Luat.

- 1100 heures, donne l'ordre au 22è Bataillon de Rangers ARVN - la dernière unité à demeurer à Pleiku - d'être prêt à être aéroporté par hélicoptères à 1400 heures.

- La force de toutes les unités assemblées, y compris la Force de Frappe Blindée compte à peu près 1000 soldats. Ce qui est encore inférieur à la force ennemie de la taille d'un régiment bien fortifiée aux endroits d'embuscade.

- Avec la dernière unité attachée à la Force de Frappe du LTC Luat, le cité de Pleiku est grande ouverte. Pour parer à toutes éventualités, fais appelle au Général de Division Stanley R. Larsen, US Task Force Alpha HQS Nhatrang) pour demander que les troupes américaines assument temporairement la sécurité de l'aéroport de Pleiku et de la cité de Pleiku.

- 1300 heures, Task Force Ingram comprenant un bataillon d'infanterie et d'une batterie d'artillery appartenant à la 1st Air Cavalry Division arrive à point.

- 1400 heures, le 22è Bataillon de Rangers ARVN est héliporté à un lieu de débarquement au côté ouest de la Route Provinciale 5, à 10 kms nord de Pleime avec la mission (1) de balayer vers la direction est et de canaliser l'ennemi vers la Route Provinciale 5; (2) de bloquer et détruire tout ennemi pris entre le bataillon et la Force de Frappe.

- 1400 heures, la Force de Frapper du LTC Luat fait départ de Phu My et attaque le long de l'axe de la Route Provinciale 5 pour secourir camp Pleime.

- 1700 heures, donne l'ordre à la Force de Frappe du LTC Luat de s'arrêter à mi-chemin pour permettre les frappes aériennes préalablement planifiées d'être effectuées à l'avance sur les concentrations soupçonnées de l'ennemi.

- 1750 heures, le LTC Luat rapporte alors qu'il s'avance lentement sur une pente et étroit chemin avec de la végétation épaisse des deux côtés, sa Force de Frappe rencontre le feu nourri venant du sud et est; et en même temps, l'arrière de la colonne qui comprend les trains de combat rapporte également qu'elle est attaqué par l'ennemi.

- Le terrain est complètement favorable à l'ennemi et son feu d'armes lourdes est bien distribué. Mais nos troupes réagissent avec rapidité avec la puissance de feu provenant des canons et des mitrailleuses des chars et des APCs.

- L'Air Force est immédiatement appelée à intervenir, et son intervention instantanée a contribué à créer un barrage efficace contre les vagues successives des attaques ennemies.

- Le tir de feu sporadique dure jusqu'à la tombée de la nuit sur tout le champ de bataille.

- La Force de Frappe réorganise rapidement ses positions car l'ennemi pourrait certainement résumer ses activités pendant la nuit.

- 0315 heures, l'ennemi attaque comme prévu, mais il n'arrive pas à pénétrer dans les positions de nos troupes.

- Fais appelle à l'Air Force, qui une fois de plus démontre une scène de tir de feu efficace et précis.

Le 24 octobre 1965

- Le matin, tandis que les missions de ravitaillement et d'évacuation des blessés sont en cours, la Force de Frappe envoie des troupes de patrouille aux alentours du champ de bataille et découvre 120 VC morts, 75 armes d'équipes et individuelles, avec quelques prisonniers.

- Task Force Ingram est renforcée avec une batterie d'artillerie en plus et se déplace de l'aéroport de Pleiku à la position 10 kms sud de Phu My afin de procurer le feu d'artillerie d'appui à la Force de Frappe quand il est nécessaire.

- 2400 heures, la 1st Brigade de la 1st US Air Cavalry Division arrive à l'aéroport de Pleiku.

- En manquant d'appliquer la première phase de leur plan, les VC ont également ruiné leur effort de détruire le camp Pleime. Le 32è Régiment reçoit l'ordre de se retirer au lieu de joindre le 33è Régiment, qui est entrain d'encercler le camp.

- Pendant toute la journée, la situation demeure complète tranquille.

- 0150 heures, le camp subit seulement le bombardement des mortiers.

Le 25 octobre 1965

- 1300 heures, la Force de Frappe du LTC Luat résume son avance vers Pleime.

- Après 5 kms, les APCs se déplaçant à l'avant de la colonne rencontrent le tir de feu ennemi, qui est rapidement réprimé par l'artillerie de la Task Force Ingram.

Le 26 octobre 1965

- Dans la matinée, une opération de ratissage autours du camp est immédiatement effectuée.

- 1015 heures, tandis que la Force de Frappe se déploie au sud du camp, un tir de feu ennemi violent s'est survenu soudainement. Par peur d'être écrasés par les lourds chars et APCs, les VC essaient obtenir le dessus en improvisant une embuscade, mais malheureusement ils sont dans uns position trop désavantageuse, cachés mais pas protégés contre le feu combiné intense provenant des véhicules blindés, artillerie et air force. Lorsque l'escarmouche est terminée, plus de 140 VC s'étalent morts sur le champ de bataille, 5 sont capturés et au moins 100 autres sont blessés, avec plus de 20 armes lourdes confisquées.

- Une importante réunion est convoquée au Centre d'Opération Tactique du 2è Corps d'Armée avec la présence des conseillers militaires américains et les commandants des unités.

- Donne la présentation suivante: "Les unités ennemies se sont retirées vers l'ouest dans la direction de la frontière cambodgienne. Ceci serait leur seule chance d'échapper car en addition de l'avantage du terrain, la base de Chu Pong et le refuge du Cambodge procurent non seulement l'abri mais également le ravitaillement et le remplacement dont les 32è et 33è Régiments sont en court. Pour la première fois depuis le commencement de la guerre dans la péninsule d'Indochine, les forces alliées ont l'opportunité d'arriver à une telle conclusion. A travers les hostilités depuis 1948, l'ennemi a toujours pu quitter le champ de bataille et se retirer sans dommage, d'abandonner le combat à leur gré. Ainsi, la chance qui est offerte à nos forces ne devrait pas être ignorée: les deux Régiments NVN doivent être poursuivis car sinon le danger persistera et l'ennemi aura du temps de réorganiser ses unités. En plus, il possible cette fois-ci de prendre cette décision car les forces de réserve sont disponibles, avec la présence de la 1st US Air Cavalry Division stationnée à An Khe, une unité majeure qui possède la mobilité au plus haut degré dans le monde entier et également l'équipement et l'armement les plus modernes."

- Les responsables militaires américains sont pleinement d'accord ave la décision prise par le Commandement du 2è Corps d'Armée d'exploiter les résultats de la première phase et de poursuivre l'ennemi et un accord est parvenu d'établir une coopération étroite des activités opérationnelles. La 1st US Air Cavalry Division constitue la force principale avec l'opération Long Reach et la Brigade de Parachutistes ARVN joue le rôle de réserve, prête à participer à l'ordre du 2è Corps d'Armée.

- Le Commandement américain est d'accord avec la procédure suivante: renseignements et activités de soutien en commun, partage du concept d'opération et résultats, régions d'opération tactique séparées, commandements séparés, déploiements des forces séparés, conduites des activités séparées et réserves séparées.

Le 27 octobre 1965

- L'opération de ratissage dure jusqu'à midi.

- Vers l'extrême sud du camp, aux alentours de la colline bien connue de Chu Ho, davantage de cadavres et armes ennemies sont découverts. Quelques artilleurs VC morts ont leurs pieds enchaînés à leurs mitrailleuses anti-aériennes.

- les équipes Eagle Flights provenant de la 1st Air Cavalry Division entrent en action. De l'aube jusqu'à la tombée de la nuit, elles volent infatigablement dans la région à la recherche de l'ennemi. Toute présence ennemie suspecte est soigneusement vérifiée et réglée, soit par des frappes aériennes soit par Eagle Flights même, soit par des forces de réaction. Ces tactiques forcent l'ennemi à se déplacer constamment, pour se désintégrer et fragmenter en petits groupes afin de n'être pas décelés.

Le 28 octobre 1965

- Fais venir par voie aérien la Force de Frappe Alpha de la Marine ARVN de Ban Me Thuot pour sécuriser la Route Provinciale 5 pour permettre à la Force de Frappe du LTC Luat de se retirer.

- Donne l'ordre au LTC Luat de retirer sa Force de Frappe de Pleime et de retourner à Pleiku, comme la présence de l'ennemi n'est plus enregistrée et les alentours du camp ont été complètement ratissés.

- Sur le chemin de retour, la Force de Frappe du LTC Luat ne rencontre aucune opposition, seulement 6 mines anti-char, qui ont été récupérées.

- Ainsi se termine l'opération Dan Thang 21 avec plus de 400 morts du côté ennemi.

Le 29 octobre 1965

Fais les arrangements pour avoir les Rangers des Forces Spéciales ARVN accompagner les Eagle Flights pour donner l'assistance aux troupes nouvellement arrivées de l'US 1st Air Cavalry.

- De nombreux traînards VC ont été capturés par les tactiques des Eagle Flights.

- Interrogation du Corporal NVN Nguyen Xuan Tien.

Le 30 octobre 1965

- Interrogation préliminaire des 3 prisonniers NVN qui se sont rendus.

- Ils révèlent qu'aussitôt que 19 septembre - un mois avant l'attaque - une préparation à fonds jusqu'au plus bas niveau a été effectuée. De nombreux exercices et répétitions ont été effectuées par chaque unité sur les cartes et les tables de sable. En même temps, les compagnies de transportation assistent les labeurs locaux forcés d'approvisionner à l'avance le riz et la munition.

Le 31 octobre 1965

- Interrogation préliminaire de Hoang Van Chung, 8è Co, 966è Bn, 32è Régiment.

- Document saisi: Ordre de Combat pour une embuscade par le 32è Régiment, adressé à Dinh Khan, commandant du régiment, préparé au quartier général du régiment/Plei-Luc-Chin, signé par le Chef d'Etat Major (Ha Vi Tung) à 15 heures, le 12 octobre 1965, Pleiku, Plei The (YA 815 008) avec carte; échelle 1/1000000 réalisé en 1962.

- Ce document montre que le Commandement de Campagne VC anticipe que "après l'attaque initiale sur Pleime, le GVN enverra très probablement une colonne de secours. La colonne de secours sera probablement composé d'un Groupe de Bataille ARVN et un Groupe de Bataille Blindée provenant de la 24è Spéciale Zone Tactique. Il y aura peut être un ou deux bataillons américains en réserve."

- Ce que le Commandement de Campagne VC manque de prévoir est le renforcement d'US Ingram Task Force, en particulier le bataillon d'artillerie qui est amené à Phu My, près de la région d'embuscade. Cette puissance de feu d'artillerie a pu faire taire la puissance de feu lourde de l'ennemi au lieu d'embuscade composé de mitrailleuses, des canons sans recul de 57 mm et des lance-roquettes de 90 mm (B.40) et des mitrailleuses anti-aériennes.

Le 1 novembre 1965

- Le Commandement de l'US 1st Air Cavalry Division rapporte qu'à 0730 heures, environ un peloton VC est découvert à 10 kms sud ouest du camp Pleime. Une force de réaction est immédiatement envoyée par la 1st Brigade de la 1st Air Cavalry Division. Seulement quelques minutes après, 20 VC sont tués et 19 capturés. Les troupes américaines continuent leur fouille et soudainement découvrent un hôpital de campagne VC bien équipé avec des médicaments et des instruments chirurgicaux fabriqués dans les pays communistes.

- Pendant l'évacuation des trophées par hélicoptères, une force ennemie de la taille d'un bataillon furtivement approche les troupes amies et essaie d'encercler leurs positions. Le premier engagement entre les unités de la 1st US Air Cavalry Division et celles des VC a eu lieu. Il dure pendant cinq heures jusqu'à la tombée de la nuit. Lorsque l'ennemi finalement arrête le combat et se retire, il subit une lourde perte de la part du 'First Team': 99 VC tués, 44 autres VC de la force régulières capturés avec 20 armes. Mais au moins plus de 200 VC sont probablement tués et blessés.

- Le saisissement de la station médicale a aussi fourni des documents, y compris une carte d'une valeur significative qui révèle les routes de ravitaillement et de déplacement de l'ennemi. Ceux ci, à leur tour, sont convertis en renseignement qui conduisent à d'autres réussites.

- Interrogation des 13 prisonniers NVN capturés à l'hôpital de Régiment.

Le 2 novembre 1965

- Interrogation initiale de Tran Ngoc Luong, membre de la C-18è Co., 101è Régiment.

Le 3 novembre 1965

- Interrogation initiale du Sgt Cao Xuan Hai, membre du 2è Bn, 324è Régiment.

- 2100 heures, une embuscade audacieuse au cœur même du complexe Chu Pong-Ia Drang infligée par le 8è Bataillon au 66è Régiment NVN nouvellement infiltré: 112 tués (comptant), plus de 200 autres estimés tués et blessés, 30 armes capturées.

Le 4 novembre 1965

- Une large cache d'armes est découverte à 5 kms ouest du camp Pleime, aux alentours de la rivière Ia Meur.

Le 6 novembre 1965

- Le 5è Bataillon du 33è Régiment est presque annihilé après l'engagement qui a eu lieu au Nord de la rivière Ia Meur: 77 tués (comptant), presque 400 autres estimés tués et blessés.

Le 7 novembre 1965

- Jusqu'à ce point-ci, la 1st Brigade de la 1st US Air Cavalry Division dans son déploiement 'All The Way' sur une région d'environ 2500 kilomètres carrés a dépensé un coup sévère aux unités en retraite VC mais à travers les contacts effectués, aucune trace n'a été trouvée concernant le 32è Régiment. Bien que la perte des VC monte à 1500, y compris subite dans la première phase, un régiment de plus - le 66è Régiment - a été ajouté à l'ordre de bataille ennemi.

- Un fort soupçon que les éléments du 32è Régiment se sont évadés vers l'est.

- Interrogation de Hoang The U, membre du 8è Bn 66è Régiment.

- Interrogation du Sgt Pham Sam, membre de la Compagnie de Transmission, 101èB Régiment.

Le 8 Novembre 1965

- Propose the concept de changer la direction des opérations s'éloignant du massif Chu Pong comme une tactique de diversion. L'idée a été transmise au Général Kinnard à travers le canal du Général Larsen, Commandant de I Field Force VN.

Le 9 novembre 1965

- La 1st US Air Cavalry commence un virement de troupes de l'ouest vers l'est (s'éloignant du massif de Chu Pong).

- C'est une ruse visant à faire l'ennemi penser que nos forces ont perdu la trace de ses unités, qui en réalité - que nous savons à travers les interrogations des prisonniers et le rapport des renseignements obtenus - sont en train de se concentrer dans le complexe Chu Pong-Ia Drang: (1) les trois bataillons du 66è Régiment s'alignent le long du rive nord de la rivière Ia Drang; (2) le 32è Régiment est également quelque part au nord dans la même région.; et (3) le 33è Régiment garde ses positions aux alentours du village Anta, à l'est des montagnes de Chu Pong.

Le 10 novembre 1965

- La US 3rd Brigade remplace la US 1st Brigade.

- L'opération All the Way est terminée, l'opération Silver Bayonet commence.

Le 11 novembre 1965

- Le rapport de l'interrogation de plusieurs prisonniers VC révèle que le Commandement de Campagne VC a décidé sur "une seconde phase de l'attaque de Pleime". Tous les trois régiments participeront cette fois-ci aussi bien qu'un bataillon de mortiers de 120 mm et un bataillon de mitrailleuses à double canons de 14,5 mm qui sont tous deux en route sur la piste d'infiltration et prévus d'arriver à temps pour l'attaque. Selon la déclaration d'un officier politique, le plan de la nouvelle attaque aura pour premier objectif la destruction du camp.

- Rencontre en personne le Général Kinnard au camp An Khe pour discuter au sujet du Jour J de l'attaque ennemi et d'esquisser le plan avec le Commandement de la 1st US Air Cavalry de frapper l'ennemi au son cœur même avant son Jour J (le 16 novembre).

- Le prisonnier sympathisant, Sous Lieutenant VC Bui Van Cuong, officier politique, Compagnie de Transmission/33è Régiment estime que son 33è Régiment a perdu 40% de sa force initiale de 2200 hommes, avec une perte de 60% des 150 hommes et 13 mitrailleuses anti-aériennes dans sa compagnie anti-aérienne. Cette dernière chiffre est particulière intéressante au Commandement de la 1st US Air Cavalry, qui exécute la guerre par hélicoptères.

Le 12 novembre 1965

- Les activités de l'US 3rd Air Cavalry Brigade continue son virement de troupes de l'ouest vers l'est, s'éloignant du massif Chu Pong et s'approchant du camp Pleime.

Le 13 novembre 1965

- Le rapport de renseignement des Rangers des Forces Spéciales ARVN indique que les troupes VC dans le complexe Chu Pong-Ia Drang semblent relaxées tout en préparant pour la seconde phase de l'attaque sur le camp Pleime.

- Le Commandement du 2è Corps d'Armée et celui de la US 1st Air Cavalry sont d'accord pour une frappe au pied même de la montagne Chu Pong, pour demain.

Le 14 novembre 1965

- 1200 heures, les hélicoptères débarquent les troupes de la 3rd Air Cavalry à L.Z. Xray, environ 25 kms du camp Pleime, au pied est du massif Chu Pong.

- Après une préparation d'artillerie de 20 minutes et un feu aérien de 30 secondes, le 1/7è bataillon de Cavalerie commence son débarquement. Son Commandant est le Lieutenant Colonel Harold G. Moore.

- Il apparaît que les tactiques de diversion ont réussi: l'ennemi n'a aucune réaction au LZ Xray. La mission de sécurité du LZ est confiée à la Compagnie A, et la Compagnie B reçoit l'ordre de se répandre à la recherche de l'ennemi.

- 1245 heures, des feux de combat légers avec l'ennemi commencent, devenant plus sévères vers 1330 heures.

- Pendant ce temps, la Compagnie C et la Compagnie D continuent à se dégorger à LZ Xray.

- 1740 heures, le LTC Moore rassemblent ses compagnies et établit un périmètre défensif pour passer la nuit.

- 1800 heures, la Compagnie B du 2/7è Bataillon débarque pour renforcer le 1/7è.

- L'ennemi effectue seulement quelques légers sondages autour du périmètre pendant la nuit.

Le 15 novembre 1965

- A l'apparition de la première lumière, l'ennemi réapparaît et attaque simultanément de trois directions.

- 0730 heures, l'ennemi approche tout près des tranchées de combat individuelles en dépit de lourdes pertes provenant de l'artillerie, mortiers et de l'appui aérien. Plusieurs combats de main à main se sont survenus.

- 0910 heures, la Compagnie A, 2/7è Bataillon débarque pour renforcer.

- 1000 heures, l'attaque de l'ennemi est finalement repoussée. Les cadavres et parcelles de cadavres, armes et équipement de l'ennemi s'éparpillent en profusion aux alentours et à l'avant des périmètres. Il y a beaucoup de preuves que de nombreux ennemis morts et blessés ont été entraînés hors de la région.

- 1510 heures, le 2/5è Bataillon venant à pied du LZ Victor arrive et secourt le peloton isolé avec peu de résistance ennemie.

- Les bombardiers B52 ont aussi pris part de la bataille avec cinq bombardements du massif Chu Pong par jour.

- La nuit est relativement tranquille à LZ Xray.

Le 16 novembre 1965

- 0400 heures, l'ennemi attaque du côté sud est. Les avions d'illumination sont appelés. L'attaque est repoussée par le tir des armes légères et de l'artillerie.

- 0432 heures, une autre attaque par l'ennemi venait de la même direction, mais l'artillerie a repoussé l'attaque.

- 0500 heures, l'ennemi vire l'attaque un peu plus vers sud ouest mais est repoussé une demi heure après.

- 0627 heures, une autre attaque vise directement le PC.

- 0641 heures, l'ennemi bat en retraite et entraîne les cadavres sous le feu.

- 0810 heures, une recherche et ratissage est conduit par toutes les unités au périmètre. Les cadavres ennemis s'éparpillent partout dans la région et de nombreuses armes sont recueillies.

- La bataille entière a durée continuellement pendant 48 heures avec 79 tués et 125 blessés du côté du 1/7è Bataillon, et 634 tués (comptant), 1215 tués (estimés) , 6 prisonniers du côté du 9è Bataillon NVN.

- If vaut la peine de noter que l'ennemi n'a positionné aucune arme lourde pour appuyer son attaque du haut de la colline au-dessus du LZ. Une telle situation ne peut être expliquée seulement que par les raisons suivantes:

- (1) L'ennemi a perdu presque toutes les armes lourdes pendant la première phase.

- (2) L'ennemi a été surpris par l'attaque du 1/7è Bataillon et leurs commandants ont manqué d'utiliser au mieux le terrain.

- (3) Ses tactiques dépendent largement sur les 'vagues humaines' et il est trop confident que son attaque désorganiserait très rapidement le 1/7èBataillon.

- 1040 heures, le1/7è Bataillon quitte LZ Xray et est remplacé par les 2/7è et 2/5è Bataillons.

- Dans l'après-midi, un hélicoptère a été abattu dans la région de LZ Albany.

Le 17 novembre 1965

- Les deux bataillons amis sont ordonnés de sortir de LZ Xray car les cibles des B 52s incluent LZ Xray aujourd’hui.

- Ils sont ordonnés de se déplacer à 3 kms en dehors de LZ Xray, le 2/7è Bataillon en direction nord et le 2/5è en direction nord ouest vers LZ Albany.

- Le déplacement est basé sur l'estimation que l'ennemi s'est retiré dans cette direction, apparemment visant à attaquer la position d'artillerie à LZ Albany, qui a procuré efficacement l'appui au 1/7è Bataillon pendant les deux derniers jours.

- Le 2/7è Bataillon tombe dans une embuscade VC effectuée par une unité de la taille d'un bataillon, lorsqu'il est presque arrivé à son objectif.

- Mais de nouveau, les VC se sont offerts eux-mêmes comme cibles pour les frappes aériennes et le feu d'artillerie: 403 tués (comptant), 100 tués (estimés) et 112 armes saisies.

- Le renseignement estime sur les capacités ennemies d'aujourd'hui indique que presque 2/3 de leur force a été éliminée à travers les engagements dans les Phases 1 et 2.

- Les B52s continuent à bombarder systématiquement les régions du massif Chu Pong - chaque boîte de 20 miles carrés - de l'ouest à l'est. Les bunkers et tranchées VC qui ont résistés jusqu'à présent les frappes des avions tactiques et l'artillerie commencent à céder devant les touchées directes des bombes de 750 pounds. Le dense couvert de la jungle cesse d'être efficace pour à la fois la dissimulation et le couvert. La porte arrière vers Cambodge est verrouillée et pour échapper, les deux 334è et 635è Bataillons VC appartenant au 32è Régiment sont réduits à utiliser la vallée étroite d'Ia Drang.

- Prends précaution que les équipes des Rangers des Forces Spéciales sortent en dehors des régions que les bombardiers B52 s'apprêtent à frapper; puis les renvoie à y retourner pour évaluer les dommages infligés aux troupes et installation ennemis causés par ces bombardiers.

- Le Commandement du 2è Corps d'Armée pense qu'il est temps d'engager la réserve de la Brigade de Parachutistes ARVN afin de mettre fin à la bataille qui a durée presque un mois.

- La 1st Air Cavalry Division continue à exercer la pression de l'est à l'ouest et est demandé d'établir une puissance de feu d'artillerie nouvelle basée à LZ Crooks (YA 875125), à 7 kms nord est de la région où la Brigade de Parachutistes ARVN conduira l'opération de nettoyage.

- La 1st Air Cavalry Division héliporte la batterie d'artillerie en position dans l'après-midi.

- Le QG de la Brigade de Parachutistes, les QG des 1er et 2è Force de Frappe de Parachutistes, les cinq bataillons de Parachutistes: 3è, 5è, 6è, 7è et 8è à Saigon, Bien Hoa, Vung Tau et Phu Yen sont avisés de se tenir prêts à être transporter à Pleiku le lendemain matin.

- Avise le QG de la Brigade de Parachutistes que l'opération nommée Than Phong 7 sera appuyé seulement par la puissance de feu d'artillerie provenant de LZ Crooks et LZ Columbus et le Commandement de la Brigade de Parachutiste devrait s'assurer de l'aide d'un conseiller militaire américain qui fera appel à l'artillerie quand il serait nécessaire.

Le 18 novembre 1965

- Tôt le matin, les énormes avions de transport de C130's Squadron appartenant à la 7th US Air Force transportent l'entière Brigade de Parachutistes ARVN de quatre différents aéroports à l'aéroport de Pleiku en quelques heures.

- Le Lieutenant Colonel Ngo Quang Truong, le Chef d'Etat Major du Général Du Quoc Dong, est nommé Commandant de Brigade pour cette opération.

- Remarque que le LTC Truong a choisi le Commandant Schwarzkoft en tant que son conseiller. Me souviens d'avoir vu ce dernier pendant le siège du camp Duc Co; il a osé tenir tête au Général Vinh Loc et venir à la défense du Commandant Nghi, Commandant de la 1è Force de Frappe des Parachutistes ARVN, qui a refusé d'attaquer sans avoir le temps nécessaire pour préparer l'opération de secours du camp. Il ressemble bien à John Wayne, un bon et fiable type.

- Donne un briefing au sujet de l'opération Than Phong 7 à l'entier Commandement de la Brigade de Parachutistes. Fais savoir au LTC Truong qu'il aura l'appui d'artillerie de la 1st US Air Cavalry provenant de LZ Crooks et LZ Columbus et l'aide discrète des équipes des Rangers des Forces Spéciales ARVN insérées à l'intérieur des territoires ennemies. En particulier, lui indique la vallée étroite d'Ia Drang par laquelle les deux bataillons VC survivants utiliseraient pour se faufiler au Cambodge.

- La principale mission de la Brigade de Parachutistes constitue à détruire les unités VC en fuite et leurs installations autour de la vallée de Ia Drang.

- Tous les efforts de ces derniers jours - bombardements des B52s, les manœuvres des unités de l'US 1st Air Cavalry - visent à canaliser les unités VC survivants vers la dernière piste d'évasion offerte par la vallée étroite d'Ia Drang.

- 1500 heures, le QG de la 1è Force de Frappe, les 3è, 5è et 6è Bataillons sont héliportés à (84,09), nord de la rivière de Ia Drang.

- Le 3è Bataillon commence immédiatement une opération de ratissage en direction Ouest vers Plei The

- Le 6è Bataillon également entament une opération de ratissage en direction ouest mais plus au sud et parallèle la direction du 3è Bataillon vers Plei Leo.

- Les équipes de Rangers des Forces Spéciales rapportent qu'une force ennemie de la taille d'un bataillon embauche furtivement le pas des troupes du 3è Bataillon.

Le 19 novembre 1965

- 1100 heures, le 3è Bataillon reçoit l'ordre d'attirer les troupes ennemies en remorque à descendre vers le sud à (81,08), nord de la rivière d'Ia Drang, où le 6è Bataillon établit une embuscade.

Le 20 novembre 1965

- 1440 heures, les unités ennemies en remorque entrent dans l'embuscade. Près de 200 VC appartenant au 635è Bataillon/32è Régiment qui se tenait à l'écart et sans une égratignure pendant toute la deuxième phase sont finalement trouvés et sont forcés de combattre, bien qu'il s'efforce d'éviter le contact le plus que possible.

- Capture important du Sous Lieutenant Bui Van Cuong, officier politique, compagnie de transmission, 32è Régiment NVN. Obtiens de ce prisonnier, qui se porte volontaire à parler, des renseignements significatifs à propos des deux 334è et 635è Bataillons, 32è Régiments et à propos de leur route d'évasion.

- Pendant leur opération de ratissage en direction ouest, les deux 3è et 6è Bataillons détruisent 3 centres d'entraînement, une cache d'équipements et 75 cabanes.

- 1745 heures, le 8è Bataillon est héliporté à (82,08).

- Le QG de la 1è Force de Frappe, les 3è, 5è et 6è Bataillons reçoivent l'ordre de marcher à (82,08)

- Sommaire des identifications des unités VC/NVN procurées par les prisonniers.

Le 22 novembre 1965

- 1100 heures, le QG de la 2è Force de Frappe, les 2è et 7è Bataillons sont héliportés pour joindre le 8è Bataillon à (82,08)

- 1350 heures, la Brigade de Parachutistes en entier se trouve à (82,08), point de rassemblement et est ordonnée à traverser au côté sud de la rivière de Ia Drang, et de grimper la montagne jusqu'au sommet à (81,06).

Le 23 novembre 1965

- 1115 heures, le LTC Truong et sa brigade atteigne (81,06), et prépare le plan d'embuscade à la vallée étroite au côté sud de la rivière d'Ia Drang.

- Interrogation de Nguyen Nghe Thung, membre du 635è Bn, 32è Régiment.

Le 24 novembre 1965

- 0945 heures, le 3è Bataillon fait contact avec les troupes ennemies à (80,07).

- 1050 heures, le 6è Bataillon fait contact avec les mêmes troupes ennemies à (82,06).

- Les troupes ennemies sont coincées entre deux positions de blocage. L'artillerie est appelée à intervenir.

- Après au bout d'une demi-heure, les 7è et 8è Bataillons chargent vers le bas de la montagne et poussent les troupes ennemies contre la rive sud de la rivière d'Ia Drang.

- Résultat: 65 VC tués, 10 VC capturés et 58 armes capturées.

- Comme il n'y a plus de contact avec l'ennemi, la Brigade de Parachutistes est ordonnée de quitter la région d'opération, terminant ainsi la 3è phase de la Bataille de Pleime:

Note: Ce journal a été récréé en utilisant les mots mêmes du Colonel Hieu soutirés de Why Pleime. C'est en fait l'inverse de ce que le Colonel Hieu a fait, lorsque, afin de rédiger son rapport d'après l'action de la Bataille de Pleime, il consulte les notes de son journal pour obtenir les faits, les dates et ses propres pensées qu'il avait notés alors que la bataille se déroulait. Le Colonel Hieu est bien connu comme quelqu'un qui avait l'habitude de maintenir un journal, même avant qu'il joigne l'armée; son père a découvert l'amour secret de son fils en lisant son journal; son père a également pu lire les derniers mots que le Général Hieu note dans son journal, après avoir téléphoné sa femme: "ne laisses pas les enfants jouer dans la rue"; le Colonel Le Khac Ly, son Chef d'Etat Major de la 22è Division, dit: "Il porte toujours un bloc-notes dans la poche de sa chemise. N'importe quand il donne l'ordre aux champs de bataille, il les note toujours sur son bloc-notes."

Nguyen Van Tin
17 mars 2009

generalhieu.com