Talents en Commandement et Contrôle dans la Campagne Pleime

L'objectif de cet article est de montrer les talents de commandement et de contrôle du Colonel Nguyen Van Hieu, Chef d'Etat Major du 2è Corps d'Armée, dans la Campagne Pleime.

Cette Campagne s'étale du 20 octobre au 26 novembre 1965 et était la réplique du 2è Corps d'Armée à la Campagne Plâyme du Viet Cong. Dans cette Campagne, le 2è Corps d'Armée demande au I Field Force du renforcement de troupes avec les unités de l'US 1st Air Cavalry Division.

En tout premier lieu, il est à noter que durant l'entière campagne, le Commandement du 2è Corps d'Armée détient le contrôle de toutes les opérations - vietnamiennes aussi bien qu'américaines (Dan Thang 21 de la Force Blindée de Secours du 20/10 au 26/10, All the Way de la 1st Air Cavalry Brigade du 27/10 au 9/11, Silver Bayonet I de la 3rd Air Cavalry Brigade du 10/11 au 18/11, Silver Bayonet II de la 2nd Air Cavalry Brigade du 19/11 au 26/11 et Than Phong 7 de la Brigade de Parachutistes Vietnamiens du 18/11 au 25/11).

Lorsque les Viet Cong ouvrent le feu d'assaut sur camp Pleime la nuit du 19 octobre 1965, le Commandement du 2è Corps d'Armée accepte immédiatement le défi de l'ennemi et assemble tout de suite une colonne de secours dans l'après-midi du 20 octobre et envoie deux compagnies de Forces Spéciales américano-vietnamiennes pour renforcer le camp le matin du 21 octobre. Le Commandement du 2è Corps d'Armée ordonne le LTC Luat d'employer une tactique de diversion pour parer à la tactique d'embuscade mobile utilisée par l'ennemi, en faisant la colonne de secours piétiner aux alentours de Phu My pendant trois jours, jusqu'au 23 octobre avant de résumer l'avance vers le camp lorsqu'il est connu que les unités ennemies sont en train d'acheminer vers le lieu d'embuscade. Aussitôt le camp libéré, le Commandement du 2è Corps d'Armée a conçu un plan de poursuite derrière l'ennemi jusqu'au massif Chu Pong, avec la 1st Air Cavalry Division en tant que force principale et la Brigade de Paras Vietnamiens en tant que force de réserve. Le 9 novembre, le Commandement du 2è Corps d'Armée suggère au Commandement de la 1st Air Cavalry Division Command une tactique de diversion qui consiste à faire remplacer la 1st Air Cavalry Brigade avec la 3rd Air Cavalry Brigade tout en mettant le poids des opérations vers l'est avec l'intention d'induire l'ennemi à croire que le côté américain a perdu sa piste. Le 14 novembre, le 2è Corps d'Armée fait la 3rd Air Cavalry Brigade envoyer son 1/7 Air Cavalry Battalion dans le massif Chu Pong, à LZ X-Ray dans une position de blocage, puis coordonne avec l' US Air Force pour utiliser les B-52s pour le bombardement à tapis à l'arrière pour détruite les deux 32è et 33è Régiments ANV pendant les deux jours du 15 et 16 novembre, ensuite de faire sortir les troupes américains du LZ X-Ray le 17 novembre afin de permettre aux B-52s d'annihiler le 66è Régiment sur le zone de débarquement même. Le 17 novembre, le Commandement du 2è Corps d'Armée prend la décision d'introduire la Brigade de Paras Vietnamiens dans le champ de bataille en tant que force principale à la poursuite de l'ennemi avec la 2nd Air Cavalry Brigade en tant que force de réserve.

Le Général Westmoreland reconnaît la vision et les initiatives du Commandement du 2è Corps d'Armée pendant les trois phases de la Campagne Pleime:

Les succès notables des dernières phases n'auraient peut être pas pu être réalisés sans le jugement et vision du leadership vietnamien. L'effort initial de préparation pour permettre l'introduction de la 1st Air Cavalry Division, a été accompli par les forces vietnamiennes. Similairement le succès de la phase finale d'exploitation a été accompli largement par la Brigade de Paras Vietnamiens.

Mais alors, qui était le cerveau au Commandement du 2è Corps d'Armée? C'était le Colonel Hieu, Chef d'Etat Major du 2è Corps d'Armée, qui jouissait l'entière confiance du Général Vinh Loc, Commandant du 2è Corps d'Armée. Ce dernier accorde au Colonel Hieu la main libre dans la conduite de la Campagne Pleime.

Lorsque les Viet Cong entament l'assaut du camp Pleime le soir du 19 octobre 1965, le Général Vinh Loc était présent à Bong Son pour diriger l'opération Than Phong 6. Le matin suivant du 21 octobre, le Commandement de la I Field Force localisé à Nha Trang soulève la question demandant qui au quartier général du 2è Corps d'Armée peut prendre une décision au lieu du Général Vinh Loc (G3 Journal/FFV, 21 octobre à 08:20H):

- 08:20H: II Corps Capt Ushijima - Qui, s'il y a quelqu'un, à Pleiku peut prendre une décision du Commandant si nécessaire en l'absence de Vinh Loc? Prier de suivre de près les opérations Than Phong 6, Pleime et route 21 et être sûr que les infos soient relayés à ce QG à temps et correctement. Réponse: le Chef d'Etat Major est ici et est en contact avec GC sur le littoral. Question: Le CEM peut-il prendre une décision. Réponse: il devra vérifier avec GC avant de prendre une décision.

Le Colonel Hieu fait preuve de tact dans sa réponse: le Chef d'Etat Major peut prendre la décision seulement pas avant de consulter le Commandement. En fait, avec ou sans son absence au quartier général du 2è Corps d'Armée, le Général Vinh Loc était à l'aise avec les talents d'état major et de commandement du Colonel Hieu. Tous les détailles de planning étaient faites par les Colonel Hieu; le Général Vinh Loc se contentait d'y apposer son tampon et son signature et d'émettre ses ordres officiels. Néanmoins, le Colonel Hieu était très discret et délicat dans ses agissements au point que le Général Vinh Loc apparaît exercer son autorité en tant que Commandant aux yeux des spectateurs. En conséquence, lorsque la Campagne Pleime est terminé, il fut élevé au rang de Général de Division et fut salué par la presse comme le Héros de Pleime.

Pendant la Campagne Pleime, non seulement le Colonel savait comment se comporter avec le Général Vinh Loc, mais il le savait aussi avec les autres Généraux Commandants, vietnamiens aussi bien qu'américains, à I Field Force (Larsen, Smith), Etat Major Général (Vien), USMAC (Westmoreland, DePuy), 1st Air Cavalry Division (Kinnard, Knowles), Brigade de Paras (Dong), Group 5 US Special Forces (McKean), comme ils s'agissait d'une grande campagne au niveau de corps d'armée ou plus, nécessitant l'engagement des autorités militaires les plus hautes et de grandes unités.

Il est bien normal pour les officiers généraux qui sont octroyés un certain degré d'autorité d'étaler leur compétence et d'affirmer leur autorité, et d'être d'accord d'appliquer les idées des autres officiers de même rang ou inférieur seulement si ces idées s'avèrent exceptionnelles et sous condition qu'elles n'empiètent pas négativement sur l'aura de leur autorité.

Evidemment, avant la bataille Pleime, les généraux américains ne savaient pas grand chose sur les talents militaires du Colonel Hieu - et pour cette raison pourraient projeter une attitude de condescendante ou même hautain - excepté peut être le Colonel Mataxis, Chef Conseiller du 2è Corps d'Armée, qui a été témoin du Colonel Hieu en action dans des opérations dans les débuts de 1965 avant la bataille Pleime: K'Nak (7-8 mars, Route Nationale 19), Dan Tien 107 (29 juin-1 juillet, Thuan Man), Than Phong 1 (16-25 juillet, Route Nationale 19), Dan Thang 7 (3-18 août, Duc Co) Than Phong 3 (19 août-2 septembre, Route Nationale 21), Quyet Thang 165-169 (23 septembre-2 octobre, Phu Cu, Bong Son, Phu Ly). Il serait bien possible que le Colonel Mataxis, tout comme le Commandant Wagner, Chef Conseiller du 1er Corps d'Armée pendant 1957, a plus d'une fois tiré les généraux américains de côté et soufflé à leur oreille pour dire que celui-ci est "très doué".

Déchiffrer la Pensée de l'Ennemi

Dès le début, les Viet Cong emploient une tactique de diversion en attaquant simultanément le District de Hoai An, à Bong Son dans la région littorale et le camp Pleime, aux Hauts Plateaux. Tous les généraux américains évaluent le District Hoai An comme l'objectif principal et Pleime comme un subterfuge. Le Général Kinnard, Commandant de la 1st Air Cavalry Division, écrit (Pleiku, page 10):

Avant 19 octobre, les renseignements disponibles indiquent un engagement fort ennemi à l'est et nord-est de la région de base de la division. A cause de la menace à la récolte du riz dans les régions littorales de Tuy Hoa à Bong Son, l'accent sur le planning pour les opérations tactiques était dirigé à cette région générale.

En dépit des rapports périodiques dans la Zone Tactique du 2è Corps d'Armée que le camp Pleime CIDG serait attaqué (dont la plupart ont été écarté) l'attaque ennemi à 191900 octobre était légèrement surprenant. Mais, même avec le sentiment montant d'un engagement ennemi majeur, il y avait encore un consensus général que les pays bas littoraux demeurent une région de visée réelle des efforts des Viet Cong dans la région du corps d'armée.

Initialement, le Général Vinh Loc, qui était en train de diriger l'opération Than Phong 6 à Bong Son, était du même avis et catégorisait Pleime comme priorité 2 (G3 Journal/FFV, 20/10/65 à 16:50H):

Le Général Commandant du 2è Corps d'Armée prépare Than Phong 6 comme prévu, le secours de Pleime est de priorité 2.

Task Force Ingram

En conséquence, lorsque le Colonel Hieu exprime son intention de demander le Commandement d'I Field Force de procurer du renforcement de troupes au camp Pleime avec des unités de la 1st Air Cavalry Division, le Général Larsen laisse savoir de la réservation (G3 Journal/FFV, 20/10/65 à 12:35H):

Le 2è Corps d'Armée pourrait demander de l'aide de la 1st Air Cav Div. Murray avise Broughton que le Général Commandant n'est pas chaud à commettre le Cav dans la région en ce moment: Broughton dit seulement une alerte pour une demande possible et demande ce que cela affecterait l'opération Than Phong 6. Murray répète le point de vue précédent à propos de l'hésitation du GC.

Le Général Vien, Chef de l'Etat Major Général, considère également que le front Pleime n'est pas important; il était initialement d'accord de prêter au 2è Corps d'Armée dix huit hélicoptères pour le transport de troupes (G3 Journal/FFV, 20/10/65 à 16:10H):

L'EMG dispose 18 VNAF H-34's au 2è Corps d'Armée qui supposent arriver entre 1600 - 1630.

mais ensuite annule sa promesse (G3 Journal/FFV, /2010/65 à 18:25H):

Les 18 VNAF H-34's ont été annulés.

Personne parmi les autorités militaires n'apercevait l'importance du front de bataille de Pleime. Seulement le Colonel Hieu prévoit justement que les Viet Cong est en train d'utiliser la tactique "un effort principal et deux efforts secondaires" - avec la cité de Pleiku comme l'effort principal et avec Pleime et le District de Hoai An comme les deux efforts secondaires (Why Pleime, fin du chapitre II), et conseille au Général Vinh Loc de quitter Bong Son pour retourner d'urgence à Pleiku (Why Pleime, chapitre IV):

Lorsque les VC commencèrent leur attaque contre le camp Pleime, le Général Commandant du 2è Corps d'Armée et son poste de commande tactique étaient à Binh Dinh pour diriger en personne l'opération Than Phong 6. Immédiatement après l'héliportée des troupes sur les concentrations soupçonnées ennemies au sud du District de Hoai An, le Général Commandant du 2è Corps d'Armée revint à Pleiku dans l'après-midi du 20 octobre 1965.

De son côté, le Général Larsen, environ 22:45H, n'était pas encore prêt à soutirer Task Force Ingram de Bong Son pour renforcer le front de bataille de Pleime (G3 Journal/FFV, 20/10/65 à 22:45H):

Du Col Barrow (Info du Gen Larsen à travers Gen Smith): TF Ingram ne doit pas bouger de sa présente location à sa destination prévue (Réf: Than Phong 6). Elle doit demeurer sur place et se préparer pour assister Condor. (Groupe Conseiller du 2è Corps d'Armée). Ceci inclut le transport aérien associé (ailes fixes et Chinooks). Ordre transmit à 1st Cav.

Mais peu après, quinze minutes à peine - à 23:00H le 20 octobre- le Général Larsen finalement approuve la demande du Colonel Hieu (G3 Journal/FFV, 20/10/65 à 24:00H):

Le Gén Larsen annule la participation de TF Ingram dans Than Phong 6 à partir de 202300H, y compris le transport aérien de soutient et se préparera à assister le secours du camp Pleime le 21 oct.

Pour couvrir l'éventualité dans laquelle le Générale refuse de procurer TF Ingram, le Colonel Hieu a un plan prêt pour employer les deux forces de réserve générale de Paras et de Marines comme il a fait dans le secours du camp de Forces Spéciales Duc Co l'août dernier (G3 Journal/FFV, 20/10/65 à 22:20H):

- 22:20H: Conseiller du 2è Corps d'Armée (Sgt Albreago) 41 Regt, PC 962784; Mar TFA PC 863754; 1er Mar Bn 874765; 4( Mar Bn 862756; Bde de Paras PC 819886; 3è Paras Bn, 819886; 8è Paras Bn 819886; 5è Paras Bn, Bong Son; 6è Paras Bn, 819886; 7è Paras Bn, Bong Son; 4è Paras Bn, Phu My.

Equipe US Delta et Compagnie de Rangers Paras VN

A 12:35H du 21 octobre, le Colonel Hieu demande à I Field Force d'envoyer deux compagnies de Forces Spéciales, une vietnamienne et l'autre américain, pour renforcer camp Pleime (G3 Journal/FFV, 20/10/65 à 12:35H):

Du Lt Col Broughton G3 Adm pour Col Barrow. 2è Corps voudrait que les deux Co's Rangers Paras soient héliportées le plus tôt possible du camp Holloway à l'Aérodrome Pleiku où elles se préparent pour une opération air-sol d'assaut près de Pleime.

Ce qui a été enregistré dans le Journal tenu par G3/FFV révèle que simplement pour manœuvrer de deux, une vietnamienne et une américaine, compagnies de Forces Spéciales, le Colonel Hieu a dû surmonter de multiple obstacles: Col Hieu <=> Col Mataxis (2è Corps d'Armée) <=> Gen Larsen (FFV, re: Delta Team) <=> Col Bennett (Gr5SF) <=> Gen Vien (EMJ, re: équipe de Rangers Paras VN et H-34 hélicoptères pour le transport de troupes) (G3 Journal/FFV, 20/10/20/65):

- 13:25H: 2è Corps d'Armée (Capt Neary) - 2 Co's Rangers Paras sont à Phu Cat. Le Conseiller américain est Capt Gretz. L'effectif de chaque Co est de 100. Seront prêt à être héliportées à 1330 hrs. Les Co's ont été alertées à travers les canaux US en ce moment. Prier FFV de contacter SF Groupe et d'alerter les canaux ARVN.

- 18:25H: 2è Corps d'Armée Capt Ushijima - Possibilité de placer une Co Rangers Paras près de Pleime cette nuit. Col Bennett a été notifié par Chef Conseiller du 2è Corps d'Armée que l'action ne serait pas disponible jusqu'à après 1900 et l'héliportée est impossible cette nuit. Col Bennett ensuite demande que 10 américains soient introduits dans le Camp pour assister le contrôle des CIDG. Col Mataxis (Chef Conseiller du 2è Corps d'Armée) répond qu'à cause de la situation tactique ceci ne pourrait pas être fait. 18 VNAF H-34's ont été annulés. Il apparaît que c'était apparemment un rapport erroné. ZA 160050 est le coordonné correct pour Pleime. La Co de Rangers Paras en question est l'une des deux unités Delta sous le contrôle des SF. Ils sont à Pleiku.

- 19:00H: MACV (Col Rainey) - Qui sont les 50 américains qui sont mentionnés dans la demande pour le transport aérien. Réponse: Project Delta.

Une demande de renforcement souvent est accompagnée par d'exigence. Tout comme - à 18:25H - Col Bennett de US Group 5 Special Forces voulait d'introduire immédiatement 10 américains dans le camp, alors que le plan du Colonel Hieu était de faire débarquer les deux compagnies SF américano-vietnamiennes à 5 kilomètres du camp pour but d'étudier la distribution des troupes ennemies autour du coup en premier lieu (G3 Journal/FFV, 20/10/65 à 20:00H):

- 20:00H: Du Bureau du Chef Conseiller du 2è Corps d'Armée au Lt Col Patch. Le Chef Conseiller du 2è Corps d'Armée vient tout juste de retourner après un vol au-dessus du camp Pleime. Le camp a pu survécu le coup. Les avions d'illumination et les avions de combat continuent leur soutient. La Co A/1 Avn est retournée à Pleiku, à cause du mauvais temps. La demande du Lt Col Bennett, 5th SFG, d'introduire 10 américains dans le camp a été refusée.

1st Air Cavalry Brigade

Le Colonel Hieu savait comment canaliser l'agressivité du Général Kinnard afin de l'empêcher de piétiner sur le contrôle de la campagne du 2è Corps d'Armée en deux occasions.

Dans la première occasion, après que le Général Larsen ait été d'accord l'envoie de la Task Force Ingram, comprenant un bataillon d'infanterie et d'un bataillon d'artillerie appartenant à la 1st Air Cavalry Division à Pleiku, pour renforcer le 2è Corps d'Armée avec deux missions de sécuriser la cité de Pleiku et de procurer le soutien d'artillerie à la task force de secours, le Général Kinnard s'envole au camp Holloway le 23 octobre 1965. Puis, sentant que le conflit s'élargirait bientôt alors que le 2è Corps d'Armée manquait de troupes, il demande que l'unité de renforcement soit agrandie au niveau d'une brigade et souhaite avancer directement au camp Pleime. Il écrit dans son rapport d'après action Pleiku Campaign, page 16:

Le concept initial pour cette opération était de déployer par voie aérienne aux alentours du camp Holloway un bataillon d'infanterie renforcé pour procurer la sécurité des unités américaines et les installations dans la région de Pleiku et de procurer une force de réserve/réaction pour la région de Pleiku.

Pas plus long que quelques heures à peine, l'évaluation de la situation à Pleime a été révisée et l'engagement de la division s'étend à une task force de brigade. Puis le concept a été développé pour procurer des opérations offensives limitées, utilisant les techniques d'assaut aérien pour fournir le soutien de feu d'artillerie pour la Task Force Blindée ARVN se déplaçant pour secourir le camp Pleime aussi bien que celui du camp même; et de fournir la sécurité d'infanterie aux positions d'artillerie, tout en maintenant une force de réaction pas moins qu'un bataillon pour la défense de Pleiku.

G3 Journal/FFV, 23 octobre 1965 à 23:50H, parle de l'agissement derrière les coulisses du Général Kinnard:

- 23:50H: G3, Col Barrow - environ le Général Commandant reçoit un coup de téléphone du Col Mataxis et le Gén Knowles était avec lui. Basé sur info qu'ils ont passée au GC, GC approuve l'engagement demain de toute ou en parti de 1st Bde (PKU) à la discrétion du Gén Knowles. Gén Kinnard était avec Gén Larsen. Cette info a été passée au Gén Knozles et Col Mataxis environ 2315.

Note: Col Barron était avec G3/FFV; Col Mataxis, Chef Conseiller du 2è Corps d'Armée; Gen Knowles, Commandant Adjoint de la 1st Air Cavalry Division; Gen Kinnard, Commandant de la 1st Air Cavalry Division; Gen Larsen, Commandant de I Field Vietnam.

Dans la deuxième occasion, le Général Kinnard intervient personnellement en voulant forcer l'avance de la Task Force Blindée de Secours (Pleiku, page 21):

Pour essayer de faire avancer la colonne le 24 octobre, la 1st Brigade met une équipe de liaison d'artillerie avec la colonne blindée, ainsi garantissant le soutien de feu d'artillerie américain pour la task force. Cependant, le commandant de la task force choisit de demeurer sur place pour passer la nuit tout en envoyant un contingent à Pleiku pour chercher de ravitaillements supplémentaires. L'équipe de liaison d'artillerie arrive dans la task force sur l'un des hélicoptères médicaux tard dans l'après-midi du 24.

Dans la section sommaire de son rapport à la page 123 (Pleiku, page 123), le Général Kinnard revient à cette idée:

Après l'engagement de rencontre initial le 23 octobre entre la task force blindée et le 32è Régiment NVA, il y a plus qu'une petite reluctance de la part du commandant de la TF de faire rouler sa colonne vers Pleime. Ce n'est qu'après le garanti de soutien de feu des unités d'artillerie de la 1st Air Cav et le placement actuel d'une équipe de liaison d'artillerie provenant de la 1st Cav artillery au sein de la colonne que la task force se déplace de nouveau vers le camp CIDG.

Le Général Kinnard ne semble pas être conscient du fait que tous les agissements du LTC Luat, depuis le départ à Pleiku jusqu'à l'arrivée au camp, sont dictés par le Colonel Hieu, qui donne ordre spécifique au LTC Luat de s'attarder à Plu My en attendant que l'ennemi se montre le premier au lieu d'embuscade avant de faire avancer sa colonne. Le Général Kinnard interprète faussement la pause du LTC Luat pour reluctance (Pleime, chapitre IV).

Tôt le matin du 23 octobre, aussitôt le rapport du camp atteigne le Commandement du 2è Corps d'Armée, la décision a été immédiatement prise de pousser la colonne de secours vers Pleime sans délai et à tout prix.

Le Concept des Opérations Coordonnées

Le Colonel Hieu ne se sentait pas agacé par l'attitude d'intimidation du Général Kinnard; au contraire, il a su canaliser avec tact son énergie et son appétit d'action pour le bien en recommandant qu'il assume la mission de poursuivre l'ennemi jusqu'à leur bastion dans le Massif de Chu Pong par moyen de sa flotte puissante d'hélicoptères de sa 1st Air Cavalry Division. Dans cette phase, la 1st Air Cavalry Division joue le rôle principal avec opération Long Reach et la Brigade de Paras VN le rôle secondaire de réserve (Pleime, chapitre V). Néanmoins, afin de prévenir la tendance du Général Kinnard de piétiner sur l'autorité de contrôle du 2è Corps d'Armée, le Colonel Hieu a pris la précaution d'ébaucher une procédure spéciale d'opérations coordonnées entre le Commandement du 2è Corps d'Armée et celui de la 1st Air Cavalry Division comme suit (Pleime, chapitre VIII).

Dans la phase III, les opérations ont été performées à travers une coopération étroite entre les Forces ARVN et US: ce fut la plus récente procédure qui a été mise en application depuis la seconde Guerre Mondiale. Elle est caractérisée par:
- Activités communes de renseignement et de soutien.
- Partage des concepts d'opérations et de résultats.
- Régions d'opération tactique séparées
- Commandements séparés.
- Déploiements des forces séparés.
- Conduites des activités séparées.
- Réserves séparées.

La procédure ci-dessus a apporté beaucoup de bons résultats, en particulier dans un pays tel que le nôtre où la psychologie des gens est chargée de complexités et de subtilités. Je trouve aussi dans cette procédure un esprit compétitif réel entre les deux forces armées et entre les unités.

Le Général Kinnard était d'accord d'établir une Poste de Commande Tactique de la 1st Air Cavalry Division auprès du Quartier Général du 2è Corps d'Armée (Pleiku, page ii) pour faciliter et accélérer la coordination entre les deux commandements:

Notre capacité de travailler étroitement avec l'ARVN a été améliorée par l'établissement d'une PC tactique de division située à côté du Quartier Général du 2è Corps d'Armée ARVN à Pleiku.

En mettant en pratique cette procédure, le Colonel Hieu a pu contrôler - autrement dit - de faire le Général Kinnard agir selon ses idées parce qu'il a démontré des talents hors pairs dans deux domaines clés: activités communes de renseignement et partage des concepts d'opérations.

Activités Communes de Renseignement

Dans la phase de poursuite de l'ennemi, le problème clé est de détecter correctement les positions des unités ennemies parmi les jungles denses qui s'étendent du camp Pleime aux pieds du massif Chu Pong.

Le Général Kinnard fait confiance aux moyens technologiques pour obtenir les renseignements: les rapports de radar et infrarouge provenant de la surveillance aérienne et le peloton d'acquisition d'objectifs et l'unité de recherche radiophonique (Pleiku, page 128):

h. Détection et destruction des cibles. Les opérations par la division dans la région Pleiku raffine une technique précédemment testé de détection et réaction envers les cibles ennemies d'opportunité. Le Centre d'Opération Tactique reçoit les rapports directs de radar et infrarouge provenant de la surveillance aérienne et le peloton d'acquisition d'objectifs (OV-1 Mohawk) et les sources de l'USAF sources, plus les rapports et l'unité de recherche radiophonique.

Ces moyens technologiques de renseignement étaient bien sophistiqués, mais néanmoins pas très efficaces contre l'expertise en camouflage des Viet Cong sous la canopée dense de la jungle, en particulier lorsque l'ennemi s'allonge immobile et maintient le silence radiophonique.

L'information de renseignement du Colonel Hieu se base en gros sur les sources humaines: interrogations des prisonniers et des déserteurs, les missions de reconnaissance par les équipes Eagle Flights Montagnards et les équipes de Rangers Paras VN introduites au sein des territoires ennemis. Ce sont ces renseignements humains dont le Colonel Hieu fournit à la 1st Air Cavalry Division qui ont permis de connaître avec précision les positions de chaque unité ennemi, non seulement lorsqu'elle s'arrête en campement, mais également lorsqu'elle est en train de se déplacer.

Une revue des rapports quotidiens de renseignement que le Général Kinnard enregistre dans son rapport de la Campagne Pleiku pendant la phase que les unités de la 1st Air Cavalry Division effectuent les opérations de poursuite, commençant le 26 octobre jusqu'au 13 novembre, le jour précédent l'assaut à LZ X-Ray (Pleiku, pages 28-79), montrera que les renseignements humains contribués par le Colonel Hieu sont plus abondants et beaucoup plus importants que les renseignements technologiques fournis par le côté américain. Ils permettent au Général Kinnard d'ajuster ses manœuvres de troupes quotidiennement:

- 26 octobre:

Les officiers de renseignement, tandis que à présent ont identifié l'unité impliquée dans l'embuscade de la task force blindée comme étant lé 32è Régiment ANV, n'ont pas encore une identification positive réelle de l'unité dans et autour de Pleime. Il y a plusieurs références par des capturés au 101è Régiment, mais ceci est rejeté à cause de non agrément avec l'ordre de bataille actuel en mains.

Pendant ce temps, le 32è a déjà acheminé bien loin vers la base de régiment à Pleithe (YA820070). En ce moment il y a bien de suspicions qu'un quartier général de division ANV est en train de contrôler l'action ennemie. En fait, il a été déterminé plus tard que ce quartier général était en ce moment-là en train de se déplacer de sa location de bataille à Plei Bon Ga (ZA057155) à Plei Lao Tchin (YA807078) où il est localisé avec le 32è.

Pendant ce temps, les premiers éléments de l'unité en contact à Pleime commencent à se déplacer vers direction ouest à sa base d'avance au Village Kro (nom donné par l'ennemi) à (ZA080030).

- 27 octobre

Vers le 27, le régiment ANV responsable du siège de Pleime a été positivement identifié comme le 101B ou le 33è, cette dernière appellation serait utilisée exclusivement à partir d'ici.

Vers la fin du jour, les éléments de pointe du 33è se convergent dans la région d'assemblement avant, le village Kro, tandis que son bataillon d'arrière garde commence tout juste de couper contact au camp Pleime GIDG. Mais Kro est toute autre chose sauf un abri avec le nombre croissant des hélicoptères volant par dessus la tête.

- 28 octobre:

Pour le 33è Régiment, la pression continue des hélicoptères armés près de sa base avant au village Kro (ZA080030) est devenue de plus en plus inconfortable. La peur de détection a commencé à briser les unités et maintenant plusieurs individus ont été séparés de leurs organisations et sont devenus des traînards.

Le 32è Régiment s'est déjà convergé à sa base sur la rive nord de l'Ia Drang, bien que la route qu'il a prise dans son repli du lieu d'embuscade demeure encore un mystère.

- 29 octobre:

Le retrait du 33è Régiment devient rapidement un cauchemar. De plus en plus nombreux sont les hélicoptères qui commencent à frapper les unités du régiment. Si près sont ces attaques pressant sa base avant que vers midi du 29, le cadre du régiment décide de maintenir le déplacement de l'unité vers l'ouest, cherchant l'abri. Cette fois il retourne à sa "maison" d'avant l'attaque de Pleime. C'est le Village Anta (appellation ANV) à YA940010, situé au pied du Massif Chu Pong. C'était ici que pendant début octobre, que le 33è a conduit des exercices et répétitions de ses attaques sur le camp Pleime CIDG.

- 30 octobre:

Maintenir l'intégrité de l'unité devient une tâche de plus en plus difficile pour plusieurs éléments du 33è Régiment comme les hélicoptères de la Cavalry semblent être partout, tirant dans les positions soigneusement camouflées et causant l'individu soit de se détacher et courir ou révéler les positions en retournant les feux des avions. Et un nouvel élément de danger a été introduit. Les unités d'infanterie commencent des assauts aériens à des points largement séparés à travers la région générale à travers laquelle le 33è doit passer.

En certains cas ces débarquements sont suffisamment éloignés des unités de régiment de sorte que la bataille puisse être évitée, mais dans d'autres cas, les cavaliers découvrent les éléments en repli et engagent des échanges de feu nourries, toujours coûteux à l'ANV. Et avec chaque engagement, davantage de fragmentation des unités ANV ont eu lieu.

Comme les actions des petites unités augmentent, la Cavalry obtient son premier prisonnier ANV et davantage et meilleur renseignement concernant les forces ennemies devient disponible aux commandants.

- 31 octobre:

L'harassement constant de l'air et le débarquement soudain et inattendu des troupes d'infanterie aux points à travers toute la région causent consternation aux rangs ennemis. Les unités continuent à se désintégrer et se fragmenter en petits morceaux ou, dans certains cas, des traînards individuels. Beaucoup de ces derniers, laissés à eux-mêmes, bientôt tombent dans les mains des unités de Cavalry. Contribuant aux problèmes di 33è est le manque de nourriture et médicaments comme plusieurs unités ne peuvent pas atteindre leurs points de ravitaillement à cause des poussées soudaines des troupes héliportées.

- 01 novembre:

Le 33è Régiment souffrait un coup de poing majeur avec la perte de sa station d'aide médical de régiment. Plusieurs des malades ont été capturés, avec beaucoup de défenseurs et, plus important encore, les approvisionnements médicaux déjà à sec.

En ce moment, le quartier général du régiment a atteint la base au village Anta, mais le gros du régiment est encore étendu entre Pleime et Chu Pong. Et ces unités continuent à attirer le feu des roquettes et mitrailleuses aériennes à travers le repli. Le bombardement et les attaques à raz sol des avions de l'USAF sont aussi dirigés contre les positions du régiment avec une précision croissante comme le système de détection de cible secondaire de la 1st Air Cavalry division commence à être mis en opération.

La précision des frappes a été si contrariante que le cadre du régiment convoque une conférence dans l'effort de découvrir ce qui a permis aux forces US de performer des frappes aériennes répétées et précises. Ils concluent que seuls des espions parmi leurs rangs ont pu fournir la location et le mouvement des unités du régiment.

La capture de la station d'aide médicale a été une trouvaille majeur pour la division et à part l'occasion qu'elle procure pour la destruction des forces ANV, elle cède également des documents, y compris une carte particulièrement de grande valeur, qui révèle les points d'approvisionnements et les routes d'acheminent de l'ennemi. Ceux-ci à leur tour sont convertis en renseignements qui mènent d'avantages de bombardements d'interdiction par l'Air Force.

- 02 novembre:

Le 33è Régiment reçoit maintenant les ordres de s'enfoncer plus loin dans le sanctuaire Chu Pong. Vers 0400 le 2 novembre, le PC du régiment est arrivé à Colline 762 (YA885106). Mais alors que la tête de la colonne a une sécurité relative, le corps et la queue s'étendent encore jusqu'à près de Pleime, et ne sont nullement saufs.

Pendant ce temps, le quartier général de division ANV (Front de Campagne) a une lueur de lumière dans un tableau plutôt déprimant. Le dernier de ces trois régiments est prévu arriver bientôt dans le Sud Vietnam et commence à entrer dans les régions d'assemblement dans la région Chu Pong-Ia Drang.

- 03 novembre:

La confidence du 66è Régiment nouvellement infiltré a été sérieusement ébranlée par l'embuscade audacieuse tendue par l'Escadron de Cavalerie, au cœur même du complexe Chu Pong-Ia Drang. Le 8è bataillon a coulé le sang avant qu'il est dans le pays à peine deux jours, en perdant un prisonnier, révèle sa présence dans le Sud Vietnam.

Pendant ce temps, le 33è Régiment essaye encore de tirer sa queue meurtrie et battue au sanctuaire Chu Pong. Mais il est devenu un autre jour d'harassement constant de l'air et du sol marqué par la perte davantage d'approvisionnements médicaux et de munitions.

- 04 novembre:

Après avoir échoué d'envahir les positions américaines au rive sud d'Ia Drang, le 8è Bataillon, 66è Régiment, interrompre son attaque et retire ses morts et blessés du lieu d'affrontement. La découverte apparente par les forces de Cavalry d'une unité ANV nouvellement infiltrée aurait causé le Front de Campagne de réévaluer sa position tactique et commence à trouver des moyens de contre-attaquer la pression continue.

Une action immédiate est d'ordonner le 33è Régiment hors de sa base à Colline 732, qu'il a la peine d'atteindre, et de se déplacer vers les pentes est de Chu Pong dans les alentours de YA922010 avec ses bataillons prendre positions de Colline 762, jusqu'au bas au Village Anta (940010) au Meur (980000).

Les morceaux fragmentés du régiment s'acheminent encore en général dans la direction ouest, se collant aux lits de ruisseau, utilisant tout couvert disponible pour éviter détection par les hélicoptères omni présents de la Cavalry. Il reste encore une unité raisonnablement intacte - le bataillon qui a agi comme arrière garde. Tard à faire le départ et se déplaçant plus lentement que le reste, elle est encore à l'est des positions principales de la Cavalry.

- 05 novembre:

La journée apporte peu de changement au tableau de renseignement. Le 66è Régiment continue à se converger dans les régions d'assemblement dans le sanctuaire Chu Pong et le 33è Régiment attend que ses forces en débris rejoignent l'unité mère. Le 32è Régiment et le Front de Campagne, pendant ce temps, demeurent intacts et non troublés au nord d'Ia Drang et adjacent à la frontière cambodgienne.

- 06 novembre:

Il y a peu de changement dans la situation ANV comme le 33è Régiment attend encore la clôture de son bataillon d'arrière garde dans la base du régiment. Le matin du 6 novembre, le bataillon est la seule force de combat cohésive dont l'ennemi a à l'est d'Ia Drang. A la tombée de la nuit, il a cessé d'exister en tant qu'unité efficace.

- 07 novembre:

Dans le sanctuaire Chu Pong le 33è Régiment affaibli lèche ses blessures et attend que ses traînards rentrent. Le reste des forces du Front de Campagne est tranquille.

Dans la région de bataille il y a une diminution d'activité. Un soldat ANV se rend avec un laissez-passer.

- 08 novembre:

Seuls les unités fragmentées et les traînards demeurent à l'est du complexe Chu Pong-Ia Drang comme le 33è Régiment commence à faire le bilan de ses pertes.

Les renseignements amis à ce point ne sont pas encore réellement sûrs que la totalité du 33è Régiment soit retiré à l'ouest. Un prisonnier pris à Pleime déclare positivement qu'après la bataille son unité a marché pendant deux nuits vers le sud et est. En plus, il y a grand suspicion que les unités du 32è Régiment pourraient s'échapper vers l'est après l'embuscade. Environ ce moment, Field Force Vietnam a demandé à la division de considérer déplacer ses opérations vers l'est de Pleime s'il apparaît qu'il n'y a plus de contact imminent dans l'ouest.

- 09 novembre:

Le 33è Régiment rassemble ses dernières unités organiques et commence à compter les nez. Il y a beaucoup disparus. Le régiment établit le bilan de pertes suivant:

Unités*Effectif avant PleimePourcentage ou Nombre de Pertes
1er Bataillon50033% tués
2è Bataillon 50050% tués
3è Bataillon 50033% tués
Compagnie de mortiers12050% tués
Compagnie d'AA 15060% tués
Compagnie de transmission 1204 tués -16 disparus
Compagnie de transport 15050% tués
Compagnie médicale4080% tués ou disparus
Compagnie de génie6015 tués ou disparus
Compagnie de reconnaissance509 tués

* Non compris la Compagnie de 75 mm. Chiffres non disponibles ou impossible d'obtenir.

En tout, le bilan montre 890 hommes de 2200 débutants tués, avec plus de 100 disparus et encore davantage souffrant des blessures handicapantes. Les pertes en matériel sont aussi lourdes avec la compagnie d'anti-aérien perdant 13 de ces canons et la compagnie de mortiers perdant 5 de ses tubes. Six mortiers supplémentaires ont été perdus par les bataillons, avec la plupart des fusils sans recul. Les pertes en munitions, nourriture et médicaments sont aussi lourdes.

Au quartier général du Front de Campagne nord d'Ia Drang, ce fut une journée d'analyse de la situation. Le tableau 15 ébauche le tableau de renseignement comme il apparaît aux yeux des commandants le 9 novembre.

- 10 novembre:

Il y a peu ou pas de changement dans la situation comme la transition entre les brigades continue. Le déplacement et changement d'accent de l'ouest à l'est a pour but de stimuler une décision prochaine provenant du quartier général de division ANV.

- 11 novembre:

Le Front de Campagne, après avoir évalué la situation, a pris une décision. Avec les unités américaines semblablement se retirer vers l'est de Pleime, la décision était d'essayer de regagner l'avantage initial avec une attaque. La cible encore une fois est le camp Pleime CIDG. Le quartier général de division choisit la date d'attaque au 16 novembre, et donne l'ordre à ses trois régiments.

Le 32è Régiment, bien sûr, demeure une force de combat cohésive, malgré les pertes subies pendant l'embuscade de la Task Force Blindée ARVN sur la route vers Pleime.

Le 33è, comme déjà vu, subit de pertes énormes dans son attaque et le repli de Pleime, mais il est engagé tout de même de nouveau. En prévision de son engagement futur, le cadre du 33è commence à réorganiser les bataillons affaiblis en une unité de combat éclectique.

Cependant la vraie force d'attaque est le 66è Régiment nouvellement infiltré, tout fraîche du Nord Vietnam et désireux de combattre. Il serait le point de lance des trois régiments donnant l'attaque contre Pleime.

La disposition du 66è le 11 novembre a ses trois bataillons, le 7è, 8è et 9è, s'allonger côté nord d'Ia Drang (centre de la mass près 9104).

Le 33è Régiment maintient encore ses positions près du Village Anta (YA940010).

Le 32è Régiment est encore au nord d'Ia Drang (YA820070).

Pour ajouter le coup de poing à l'attaque, le Front de Campagne a également décidé de commettre un bataillon de mortiers 120 mm et un bataillon de canons anti-aériens 14.5 mm. Ces deux unités sont en route d'infiltration et sont prévues arriver à temps pour l'attaque. Les cinq jours suivants sont dépensés en préparation pour l'attaque.

Ainsi, pour la première fois, une division ANV entière serait commise offensivement contre une cible dans le Sud Vietnam.

- 12 novembre:

Les unités du Front de Campagne continuent les préparations et répétitions pour l'attaque prévue contre Pleime.

- 13 Novembre:

Les forces du Front de Campagne commencent à s'assembler dans la région Chu Pong-Ia Drang en préparation pour le déplacement vers Pleime et l'attaque prévue pour le 16 novembre. Quelques partis de reconnaissance et unités de transport ont déjà parti.

Tous les prisonniers VC capturés par les unités de la 1st Air Cavalry Division pendant la phase de poursuite sont transférés au centre d'interrogation situé au quartier général du 2è Corps d'Armée pour exploitation (G3 Journal 3/FFV, 28/10/1965 à 11:00H):

- 11:00H: 2è Corps d'Armée (Capt Campbell) Prisonniers de guerre (aux mains 2è Corps d'Armée): 1) Capturé par 1st AC: Sergent Suon Hai. 2) Capturé par SF: Cpl Nguyen Suon Lynn. 3) Capturé par SF: soldat Hoang Van Chung du 32è Regt. 4) Capturé par 1st AC: nom inconnu, décédé à l'arrivée au centre d'interrogation, était blessé. 5) 2è Corps d'Armée a aussi deux Montagnards soupçonnés être employés par les VC en tant que gardes. Insignifiant comme valeur de renseignement.

Les informations de renseignement produites de la part des prisonniers et déserteurs VC contribuent grandement à comprendre avec clarté la situation ennemie. Le Colonel Hieu met l'accent sur ce point lorsqu'il liste 24 rapports d'interrogation parmi les 32 sources de référence de "Why Pleime" (Pleime, Référence Documents). Les deux pièces majeures de renseignement que les prisonniers VC ont révélées sont l'intention d'une deuxième attaque contre le camp Pleime prévu pour le 16 novembre 1965 et les pertes énormes subies par le 33è Régiment ANV.

Les renseignements collectés par les équipes de reconnaissance Rangers Paras VN infiltrés au sein des territoires ennemis fournissent les positions des unités ennemies de tous niveaux, y compris les quartiers généraux de division et de régiment, aussi bien que leurs déplacements; ils sont si précis au point que l'ennemi était convaincu qu'il aurait avoir des espions parmi leurs rangs (Why Pleime, chapter VII):

Les cadres du 33è Régiment, frustrés par la précision des frappes aériennes amies tiennent une conférence dans l'effort de découvrir ce qui a permis de telles frappes aériennes répétées si correctes: il est conclu que seulement des espions parmi les rangs puissent fournir aux forces amies la location et les mouvements des éléments du régiment.

Les manœuvres - insertion et extraction par hélicoptères et par opérations de reconnaissance en force - des équipes de reconnaissance Rangers Paras étaient très délicates parce que leurs endroits et positions parmi les troupes ennemies devraient être maintenus secrets et en même temps des précautions devraient être prises afin qu'elles ne soient pas touchées lorsque les unités amies, en particulier artillerie, blindée et air force, ouvrent le feu and bombardent les troupe ennemies ( G3 Journal 3/FFV, 29/10/1965 à 10:35H et 11:00H): .

- 10:35H: 2è Corps d'Armée (Sgt Minney)(message codé) Demande de savoir les locations de Delta Tea, et les zones d'interdiction de feu pour eux.

- 11:00H: 2è Corps d'Armée (Capt Ushijima) Réf votre message codé (Concernant loc des Delta Tms). 2è Corps d'Armée ne possède aucune connaissance de leurs locations.

Evidemment, le 2è Corps d'Armée savait bien; ce ne fut une autre manière de dire de "foutes le camp, l'affaire ne te concerne pas".

Partage des Concepts d'Opérations

Bien que la 1st Air Cavalry Division opère indépendamment pendant la phase de poursuite, le Colonel Hieu n'hésite pas de partager ses concepts d'opérations avec le Général Kinnard. Et ce dernier se souscrit à ces concepts et les fait exécutés; sans doute, il les trouve si bien à propos.

Après avoir réussit à rassembler les unités des trois régiments ennemis, le 32è, le 33è et le 66è, à leur arrière dans Chu Pong et après avoir acquis leurs positions respectives (voir le sommaire de renseignements du 11 novembre), saisissant l'occasion lorsque le Général Kinnard effectue la rotation des unités entre la 1st et la 3rd Air Cavalry Brigade, le Colonel Hieu lui suggère l'emploi d'une tactique de diversion qui consiste à changer la direction opérationnelle de l'ouest à l'est, c'est-à-dire quittant la région Chu Pong et retourner au camp Pleime, afin d'induire l'ennemi à penser que les troupes américaines ont perdu sa piste, en préparation pour une attaque surprise (Pleime, chapitre 5).

Ce concept opérationel a été communiqué au Général Kinnard à travers I Field Force le 8 novembre (Pleiku, page 67):

Environ ce moment, Field Force Vietnam a demandé à la division de considérer déplacer ses opération à l'est de Pleime s'il apparaît "qu'il n'y a plus de contact imminent dans l'ouest.

Le 10 novembre 1965 (Pleiku, page 73), le Général Kinnard enregistre dans son rapport que début 9 novembre

Le déplacement et le changement d'accent de l'ouest vers l'est a pour but de stimuler davantage une décision prochaine provenant du quartier général de division ANV.

Puis le Colonel Hieu suggère au Général Kinnard de donner l'ordre à la 3rd Air Cavalry Brigade de faire l'assaut à LZ X-Ray le 14 novembre 1965, avant que l'ennemi puisse rééquiper ses unités avec des canons anti-aériens et des morties lourds, afin d'éviter aux hélicoptères débarquant les troupes d'être battus et aux troupes derrière les lignes de défenses d'être assommées avant les assauts - le bataillon de mortiers 120 mm et le bataillon de canons anti-aériens 14.5 mm sont encore à deux jours de marche avant d'atteindre le champ de bataille (Pleime, chapitre V):

Le quotient qui monte à 1/10 montre combien le 1/7 bataillon est chanceux car c'est bien surprenant que des collines qui juchent au-dessus de zone de débarquement, l'ennemi n'a pas placé des armes lourdes pour appuyer son attaque. Une telle situation ne pourrait être expliquée que par les raisons suivantes:

- L'ennemi a perdu presque toutes ses armes lourdes pendant la première phase.

- Il a été surpris par l'attaque du 1/7 bataillon et leurs commandants ont failli d'utiliser le terrain à leurs avantages.

- Ses tactiques comptent surtout sur "les vagues humaines" et il est trop confident que son attaque causerait très rapidement le chaos au 1/7 bataillon.

Le Colonel Kinnard s'est rendu bien compte de la clairvoyance du Colonel Hieu (Pleiku, page 88):

L'effort ANV a été entravé sans aucun doute par le délai inexplicable à faire venir les bataillons de mortiers et d'anti-aériens lourds à temps au champ de bataille.

En plus, le Colonel Hieu propose un concept d'opération bien plus merveilleux au Général Kinnard, qui consiste à utiliser les armes stratégiques B-52 pour annihiler les unités ennemies, et pas seulement les soldats de terre de la 3rd Air Cavalry Brigade: le 1/7th Air Cavalry Battalion qui est héliporté à LZ X-Ray est seulement une force avec la mission d'établir une position de blocage interdisant l'ennemi d'aller direction sud tandis que les B-52's bombardent à tapis au-dessus de la tête des troupes concentrées plus au nord (Pleime, chapitre V):

Il est à noter que depuis l'après-midi du 15 novembre, les bombardiers stratosphériques B52 ont également pris part dans la bataille avec cinq bombardements quotidiens du massif Chu Pong. Le 17 novembre, les cibles incluent aussi LZ X-ray et les deux bataillons amis ont été ordonnés de se déplacer à 3 kms du LZ, directions nord et nord ouest à un autre avec le nom de LZ Albany.

Le Général Kinnard fait aussi mention de l'emploi des bombes B-52 dans son rapport (Pleiku, page 88):

Le 15 novembre est aussi marqué par l'introduction d'un nouvel armement par les forces américaines et un qui sème la terreur dans les cœurs du soldat ennemi même le plus durci. Peu après midi, une vaste région dans les environs de YAA8702 soudainement éclate avec de centaines d'explosions tonnantes qui se déplacent à travers le sol comme un tapis en train d'être déroulé. Les bombardiers B-52 ont frappé. Pour les cinq jours suivants les bombardiers énormes labourent systématiquement de larges régions du massif Chu Pong. Les soldats ANV sont terrifiés par ces attaques parce qu'ils croient que chaque raid couvre une région de 20 km et il est dit que les tranchées et abris individuels ne procurent aucune protection.

Dans l'emploi des B-52's, le Colonel Hieu travaille sur le plan directement avec le Général Knowles, Commandant Adjoint de la 1st Air Cavalry Division (Pleiku, page 9):

Le plan original pour procurer les bombardiers stratégiques pour le soutien de la division a été présenté par le Commandant Adjoint de division à travers le Général Commandant de Field Force Vietnam au J-3 de l'US Military Assistance Command, Vietnam.

Finalement, après que la 1st Air Cavalry Division ait réussi à détruire 2/3 des troupes ennemies du 14 au 17 novembre, le Colonel Hieu décide d'introduire la Brigade de Paras VN comme force principale dans la poursuite de l'ennemi à partir du 18 novembre, tandis que la 2nd Air Cavalry Brigade joue le rôle de force de réserve en soutien de la Brigade de Paras VN.

Opération Than Phong 7

Lorsqu'il dirige la dernière phase de la Campagne Pleime, le Colonel Hieu contrôle méticuleusement l'opération Than Phong 7, depuis l'assemblement et le transport des cinq bataillons dispersés de la Brigade de Paras VN à Saigon, Bien Hoa, Vung Tau et Phu Yen à Pleiku, depuis l'arrangement pour l'établissement d'une nouvelle base d'artillerie à Crooks spécifiquement pour soutenir cette opération, depuis l'insertion des équipes de reconnaissance de Rangers Paras pour assister la Brigade de Paras, depuis l'indication des pistes de retrait que le 2è Corps d'Armée a prédit l'ennemi va utiliser (Pleime, chapitre VI), et finalement depuis la direction des manœuvres tactiques sur le champ de batailles (G3 Journal 3/FFV, 19/11/,1965 à 16:55H):

- 16:55H: 1st Cav (arrière) Capt Parham - PC avant dit que les unités dans la région de la TF de Paras sont cordonnées à des niveaux plus hauts que G3 avant. La TF de Paras est conscient de cela.

Génie Militaire

La Campagne Plâyme Viet Cong visant à contrôler les Hauts-Plateaux a été une opportunité pour le Colonel Hieu de démontrer ses capacités d'un génie militaire en menant la contre-attaque avec la Campagne Pleime:

- La capacité de vaincre une force d'embuscade beaucoup plus puissante composée de 2000 hommes avec une task force de secours beaucoup plus faible composée de 1000 hommes. Avant le lancement d'assaut contre le camp Pleime, les Viet Cong ont ligoté les deux forces de réserve du 2è Corps d'Armée - la Task Force A de Paras et la Task Force Alpha de Marines - au front de bataille de Hoai An à Bong Son, avec l'escadron d'hélicoptères américain dédié au transport de troupes.

- La capacité de déchiffrer la pensée de l'ennemi et d'anticiper rapidement ses tactiques: un effort principal (Pleiku) et deux efforts secondaires (Hoai An, Pleime), attaquer un avant-poste isolé pour attirer et détruire les troupes de secours, embuscade mobile.

- La capacité d'utiliser une variété de tactiques: enveloppement, contre-embuscades, secours, poursuite, embuscades, exploitation, attaque et détruire.

- La capacité d'être également bon en défensive qu'en offensive.

- La capacité de préserver la vie de ses troupes en déclenchant un assaut au moment l'ennemi est à son plus faible point.

- La capacité d'utiliser le terrain à son avantage et de visualiser le terrain pour deviner correctement les mouvements que l'ennemi est sur le point de choisir.

- La capacité d'un stratège avec une vision large combinée avec la capacité d'un tacticien avec un esprit méticuleux. Autrement dit, la capacité de planification aussi bien que d'exécution d'une opération.

- La capacité de répondre rapidement à tous changements soudains de situation sur le champ de bataille.

- La capacité d'utiliser à propos tous les moyens et ressources logistiques disponibles.

- La capacité de mener des opérations petites et simples aussi bien que grandes et compliquées.

- La capacité de coordonner une variété d'unités: cidg Montagnards, forces spéciales, rangers paras, infanterie, blindée, rangers, paras, marine corps, artillerie, air force, hélicoptères armées, avions à ailes fixes, avions de réaction, bombardier B-52.

- La capacité d'utiliser des soldats de tous niveaux d'efficacité de combat de bas - cidg, infanterie - à élevé - paras, marine corps, rangers, forces spéciales, rangers paras - selon des demandes spécifiques du champ de bataille.

- La capacité d'utiliser les armements les plus modernes de l'U.S. Army: hélicoptères armées, jets de combat F-100, bombardiers B-52. En plus, le Colonel Hieu ose également utiliser les armes traditionnelles avec un particulier twist, comme d'encourager les chars à manœuvrer avec audace sans le besoin de la protection d'infanterie (Pleime, chapitre VIII):

Nous avons aussi appris que dans la bataille précédente de Duc Co, les Viet Cong ont toujours essayé de prendre avantage de la nuit pour donner l'assaut aux unités blindées. Cette fois à Pleime, ils ont utilisé la même tactique, offrant aux unités blindées une autre occasion d'accomplir des exploits, et augmente la fierté au 3è Escadron Blindée (stationnée à Pleiku), la plus ancienne unité blindée dans l'ARVN qui a pris part dans le combat féroce à Ninh Binh, Nam Dinh, Vinh Yen au Nord Vietnam, avant le cessez-du-feu en 1954.

Le terrain à Pleime est couvert par une dense végétation mais le sol est dur, les petits ruisseaux rares et les cavaliers blindés se sentent bien chez soi.

Dans la plupart des cas, la protection d'infanterie est requise pour assurer la sécurité des colonnes blindées. La bataille de Pleime, au contraire, était un cas typique dans lequel les éléments d'infanterie limitent considérablement la mobilité et les capacités des tourelles blindées. Pour cette raison, les commandants de compagnie blindée ne devraient pas dans le future s'attacher aux principes de tandem infanterie-blindée et il vaudrait mieux s'exposer audacieusement au lieu de limiter leur mobilité avec une protection de près d'infanterie. Ceci procurerait non seulement de la liberté d'action mais aussi les arguments pour se défendre au cas pris par surprise.

- La capacité de promouvoir un concept d'opération coordonnée unique et très réussi entre les forces armées vietnamiennes et américaines tout en préservant le contrôle et suprématie nationaux: partage de renseignements, de soutiens et de concepts opérationnels et résultats, mais séparation de régions d'opérations tactiques, de commandement, de déploiement de forces, de conduite des activités et réserve.

- La capacité d'exploiter les sources de renseignements - technologie moderne aussi bien que traditionnelle, prisonniers, déserteurs - pour obtenir une clairvoyance de la situation et des activités de l'ennemi, au niveau de quartier général aussi bien que de combat, de division, de régiment jusqu'à bataillon.

- La capacité de communiquer les concepts d'opération avec simplicité et clarté à tous niveaux de commandement.

- La capacité de diriger une opération tout en ayant seulement un contrôle indirect et sans un commandement direct.

- La capacité de convaincre les niveaux plus élevés de commandement d'agir sur ses idées, vietnamiens aussi bien qu'américain, tandis que le Colonel Hieu se situe au bas du totem hiérarchique sous des 1, 2, 3 étoiles généraux: Vinh Loc, Du Quoc Dong, Kinnard, Knowles, Larsen, Smith et DePuy. Son aura d'autorité imposante émane de sa compétence inhérente et non pas de son rang ou position.


Références

1. Pleime Campaign
2. Pleiku Campaign
3. G3 Journal/I Field Force VN - section Pleime
4. G3 Journal /I Field Force VN - section Than Phong 7

Nguyen Van Tin
12 Juillet 2010

generalhieu.com