Le Général Patton Et Son Homologue Le Général Hieu

Le Général Hieu aurait dû lire le livre de Patton et a suivi ses suggestions, ou plutôt elles ont été avec lui dès le début. Il n'y a pas de doute que Patton a été le plus grand général de la Deuxième Guerre Mondiale, et probablement des temps modernes--en matière de connaissance et d'accomplissement. Le Général Hieu semble avoir été plus intelligent que le Général Patton, cependant, plus rapide dans l'analyse et peut être plus spirituel, mais Patton pour sa part a un certain sens de devoir et d'honneur valeureux, qui quant il vînt au champ de bataille--était simplement hors pair. J'essaierai de faire justice à ces deux grands généraux, l'un qui était extraverti, un acteur, et hautain; l'autre qui était plus réservé, modeste, et non prétentieux. Pourtant les similarités sont étonnantes. J'essaierai de leur faire justice. Ainsi il semble se compléter l'un l'autre.

Concernant le Général Patton des Etats Unis, le Général Montgomery d'Angleterre, le Général Rommel d'Allemagne, et le Général LeClerc de France, certaines clarifications sont de l'ordre ici. En premier lieu, je ne pense pas que le Général Montgomery d'Angleterre est de la même classe que Patton, et par extension--le Général Hieu. Il y a plusieurs raisons pour ceci--comme les critiques ont maintenu vis-à-vis des trois erreurs coûteuses commises par Monty à Deippe, Falaise Gap, et Arnheim. Egalement en Afrique du Nord, Monty n'a pas arrêté Rommel dans sa poussée vers l'Egypte, cet honneur va plutôt au Général Auchinleck, qui, avec moins d'équipements et d'hommes que Montgomery, finalement a battu l'initiative de Rommel et sa santé dans la première bataille d'El Alamein. En fait, Monty avait pu gagner avec l'avantage supérieur d'équipements et d'hommes seulement à travers une bataille d'attrition.

Rommel a été le vrai maître de L'Afrique du Nord.
Leclerc, je ne le connais pas beaucoup.
Le Général Powell entre temps n'a jamais tenu une position de commandant de division et il n'a pas du tout d'expérience au combat à aucun échelon élevé. En ceci, le Général Powell ressemble à Ike qui a été élevé de la même manière--poussée politique. Pourtant Eisenhower et Powell, dans leur ascension politique, ne peuvent pas être mesurés à Patton sur le champ de bataille.

Le Général Hieu, bien que non acclamé, a beaucoup d'expérience au combat au niveau de division.

En plus, en dépit des obstructions il a travaillé brillamment au niveau de corps.

J'ai étudié suffisamment d'histoire militaire, batailles, et armements, tactique, etc. pour voir et comprendre l'affaire de placer le Général Hieu dans l'histoire des guerres du 20ème Siècle. Une chose pour sûr est qu'il a beaucoup d'expérience au combat, et il a dû lutter contre un ennemi difficile à dénicher. Qu'il a fait cela avec distinction, l'a rendu un des meilleurs généraux des temps modernes, à mon avis.

Tout le monde est familier avec le Général George S. Patton, Jr., "vieux sang et intestins", le général de cape et d'épée, qui a gagné le plus grand nombre de batailles dans la Deuxième Guerre Mondiale, qui a été le sujet des films majeurs bien acclamés; pourtant peu de gens sont familiers avec son homologue tranquille au Sud-est Asie, le Général Nguyen Van Hieu, le patriote vietnamien et héro inconnu de l'ARVN. Ces deux capables officiers militaires--un bien connu et l'autre négligé, comme un était abrasif et l'autre réservé--semblent être aussi différents en style de leadership qu'on puisse imaginer. Ici l'Est et l'Ouest ne se rencontrent pas. Pourtant un examen de près montrera que ces officiers se ressemblent bien dans la conduite de leurs commandements de général. En fait les similarités entre les deux soldats sont frappantes--tellement que le cas peut être invoqué que le Général Hieu doit avoir lu le livre de Patton, l'a étudié, et l'a pris à coeur.

Sujet de comparison (page du livre de Patton):

- Loyauté de haut en bas (p. 346)
- Exemple des officiers (p. 378)
- Discipline parfaite (p. 377)
- Prendre son temps pour préparer une attaque (p. 381)
- Il n'y a pas question de pays réservés aux chars (p. 381)
- Emploi des véhicules au maximum (p. 331)
- Chars et infanterie (p. 324)
- Infanterie supportée par les chars (p. 388e)
- Les guerres ne sont pas gagnées par la défense (p. 319, 292)
- Coopération air-terre (p. 374)
- Donner le crédit aux autres (p. 336)
- Journal (p. 374)
- Maltraités par les supérieurs
- Tous deux morts vers la fin de la guerre

George S. Patton, Jr. War as I Knew It: The Battle Memoirs of "Blood 'N Guts, Annotated by Colonel Paul D. Harkins, (Bantam Books: 1980).

Patton possède une connaissance encyclopédique de l'histoire des batailles, une compréhension pénétrante des façons de faire et penser de l'ennemi, et une grande maîtrise des chemins et terrain--anciens et modernes-sur lesquels la campagne militaire doit parcourir.

Hieu est tranquille pendant la délibération pourtant décisif en exécution, un maître des cartes et briefings pourtant tacticien accompli sur le champ de bataille, communicatif avec les alliés, exhaustif sur le plan étendu pourtant bon avec les détails, et possédant un avantage en technologie.

Tous deux viennent d'un héritage riche en histoire et culture.

En quelque sorte Hieu était plus spirituel--tandis que Patton atteignait sa gloire et célébrité sur terre--le héro inconnu de l'ARVN gagnera peut être son lustre au ciel quand la bataille finale aura lieu entre le bon et le mal. Ici les armes seront différentes, le bilan de la bataille certain. Plus de pertes, ou de blessés, et finis seront les cries des mourants et les trahisons amères des amis devenus ennemis. Dans cette guerre de la stratégie parfaite tenue du haut et de la tactique sans faille d'en-bas, la trompette sonnera. Sur le champ de bataille apparaîtra St. Michel et ses glorieuses troupes, y compris le commandant doué Nguyen Van Hieu; les ordres seront donnés, envoyés, exécutés, et avec un cri de force les forces du mal tomberont devant la puissance énorme de Celui que nous appelons Seigneur. Victoire! Victoire! Victoire! sera la nôtre en fin! Le Bonheur écoulera! Rapidement les âmes du juste gagneront et le pauvre hérite la terre. Maintenant les esclaves sont libérés; et ceux qui ont faim nourris. La Charité reigne. Rien ne reste à dire, et puis, comme nous voyons silencieusement quand nos coeurs sont purs. Que l'âme du vaillant Général Nguyen Van Hieu, un soldat infatigable et un patriote intrépide du Vietnam, un fils fidèle comme il est, incorruptible dans sa vie et dans sa mort, se repose éternellement en paix. Ainsi soit-il.

J'ai continué ma recherche et ai trouvé davantage d'évidence au sujet de la grandeur de votre frère et aux comparaisons dans l'histoire militaire. Un tel exemple est le Général Richard Taylor, fils du président des Etat Unis Zachary Taylor (et héro de la Guerre Mexicaine). Le Général Taylor était du type littéraire (comme votre frère) qui était également versé dans l'histoire de guerre. Le Général Taylor était instrumental dans le succès de la campagne Shenandoah du Général Stonewall Jackson en 1862, tout comme la façon que votre frère le Général Hieu était derrière le crédit que les autres généraux ont reçu dans la guerre du Vietnam. Il n'y a certainement rien de nouveau dans le phénomène de généraux "signataires".

Il y a d'autres comparaisons qui puissent illustrer l'histoire de votre frère et faire sortir sa vraie place dans l'histoire militaire. Je n'ai pas le temps de les tous mettre sur la table. Le Général Taylor n'a pas été aussi permis de gagner des victoires, comme il l'a dit, par les officiers "bureaucratiques" sous la commande desquels l'armée a langui. Il n'y a pas de doute que le Général Hieu devrait être trouvé dans les rangs des Généraux Robert E. Lee, Stonewall Jackson, Richard Taylor, et George S. Patton, Jr. A propos, le grandpère de George Patton a été tué dans la Bataille de Winchester dans la campagne Shenedoah, la même campagne que le Général Taylor a aidé le Général Jackson gagnée!

Le parallèle avec l'histoire de guerre du Général Taylor est approprié, car il montre un autre général qui est du type littéraire comme l'a été Hieu, il montre également une figure historique reconnaissable (fils du Président américain et le Général Zacharie Taylor) qui a clairement et largement contribué au succès du Général Stonewall Jackson, tout à fait à la même façon que Hieu a aidé le Général Tri. Le Général Taylor a également écrit un livre sur son temps et expériences de la guerre, avec ses évaluations des tactiques et stratégies, un important livre de la part du vainqueur de la Bataille de Winchester que le Général Patton a sans aucun doute lu et étudié.

J'ai également trouvé un article sur les manoeuvres militaires américains à Louisiana avant le commencement de la IIème Guerre Mondiale. Ceci a eu lieu dans mon état d'origine et sur le même terrain que le Général Taylor a gagné une bataille importante dans la campagne Red River. C'était là que le Colonel Eisenhower s'est fait remarqué pour sa nomination ultérieure au poste de Commandant Suprême des Alliés, et la même guerre dans laquelle le Général Patton a participé.

L'importance de ce fait historique est qu'il montre comment l'Armée Américaine a choisi ses généraux dans une manière objective, utilisant les critères que, s'ils ont été utilisés par l'ARVN en conjonction avec les accomplissements du Général Hieu au Vietnam, lui aurait assuré la position au sommet du leadership dans la hiérarchie militaire du Viet Nam. En somme, un compte-rendu historique franc offrira une évaluation impartiale de la place du Général Hieu dans l'histoire militaire moderne. Ceci est la raison pourquoi j'ai décidé d'inclure la guerre civile américaine dans mon article.

James Miguez
(bric à brac notes)

generalhieu.com