Un Général Effacé et Discret

Le Général Hieu était à la fois un stratège superbe et un tacticien chevronné. Néanmoins ce fait demeure inconnu en raison de sa nature effacée et discrète.

Un Parmi D'Autres Généraux Compétents

Un lecteur de la Page du Général Hieu commente: "On peut compter les Généraux compétents de l'ARVN avec les doigts de la main. Le Général Hieu était l'un d'eux." (Huynh Van Chau, #66). Un autre écrit: "L'ARVN possède plusieurs officiers très capables au niveau de régiment et au-dessous, mais pas assez au niveau de division et au-delà, la plupart ne possède pas de cette capacité de commander à l'échelon supérieure. Pour tenir les commandes d'une division et un corps d'armée, on doit être bon en stratégie et en état major. Beaucoup de généraux ne savent qu'attaquer tête baissée tel que le taureau devant le chiffon rouge, et sont trop juste en matière d'état major (par exemple l'opération Lam Son 719, le retrait du 2ème CA). J'admire énormément la compétence et la vertu du général Hieu, qui a la capacité de commander les troupes au niveau de division et bien plus haut encore." (Pham Khiet, #54)

La majorité des officiers de haut rang de l'ARVN, avant d'être élevés au rang de Général, ont été envoyé aux Etats-Unis pour étudier à l'U.S. Army College of High Command and General Staff. Pourtant on se demande pourquoi le Général Vinh Loc a fait la remarque suivante en parlant au sujet de commandement divisionnaire: "Même si l'on veut, on n'a pas l'espace suffisant pour déployer une division entière, pour ne pas mentionner que peu d'officiers ont été correctement formés dans le commandement d'une Grande Unité." (Lettres à un ami américain, page 71). Le Général Hieu est sorti du College of High Command and General Staff en juin 1963 avec l'observation suivante: "Le Commandant Hieu a établi un dossier académique excellent, démontrant une complète connaissance des principes enseignés dans cette université."

Le Général Hieu démontre sa capacité de grand stratège dans plusieurs exploits militaires affichés dans ce homepage, bien qu'ils ne soient pas en grand nombre en raison de la rareté des archives concernant la guerre du Vietnam après la perte de notre pays: Do Xa, Pleime, Griffe d'Aigle 800, Toan Thang 46, Toan Thang 8/B/5, Snoul, Svay Rieng.

Le Plus Compétent Général

Tran Hoai Thu écrit: "Juste hier, j'ai eu une conversation téléphonique avec mon ancien commandant de compagnie (la 405ème compagnie de reconnaissance, 22ème Division), à la question quel est le Général qu'il admire le plus, il m'a répondu sans hésitation: le Général Hieu." (Les commentaires des lecteurs, #12). Une autre remarque: "Il semble qu'il est l'un des meilleurs." (Glen Scarborough, #103)

Un Général américain confie: "Seul le Général Hieu est capable de commander les troupes au niveau de Corps d'armée, les autres ne sont aptes qu'au niveau de division."

Le Colonel Le Khac Ly, qui a servi en tant que Chef d'Etat Major de la 22ème Division sous les ordres du Général Hieu, et qui a été l'un des meilleurs chefs d'état major de l'ARVN, déclare: "J'admire au dessus de tout deux Généraux: l'un est le Général Do Cao Tri, l'autre est le Général Hieu."

Une chose est certaine: que ce soit ennemi ou ami, que ce soit la presse américaine ou vietnamienne, le milieu militaire ou civil, tout le monde est d'accord pour dire que le Général Do Cao Tri est le meilleur tacticien. Paradoxalement, Tri semble réserver de grande estime envers le Général Hieu.

Les deux sont devenus amis intimes dès 1955, quand Le Lieutenant Colonel Do Cao Tri reçoit l'ordre du Premier Ministre Ngo Dinh Diem, suivant le conseil de M. Nguyen Van Huong, l'ex-Directeur du Bureau de Police et Sûreté du Nord Vietnam et père du Général Hieu, de faire venir les Parachutistes de Nhatrang à Saigon pour mater la rébellion de Binh Xuyen qui en ce moment là occupe et prend le contrôle de celui du Sud Vietnam. Pendant ce temps, le Capitaine Hieu travaille au 3ème bureau de l'Etat Major Général (EMG) à Cho Quan. Par la suite, tous deux accompagnent le Général Tran Van Don au 1er Corps d'armée (CA) à Da Nang. Tri a repéré les dons militaires cachés et qui a deviné les talents de commandement du Commandant Hieu. Il recommande que ce dernier soit envoyé pour suivre la formation supérieure à l' U.S. Army College of Command and General Staff à Leavenworth. À sa sortie en juin 1963, le Général Tri, qui est alors le Commandant de la 1ère Division d'infanterie (DI), et concurremment Commandant du 1er CA, remplaçant le Général Le Van Nghiem, élève le Commandant Hieu au grade de Lieutenant Colonel et le nomme Chef d'E M de la 1ère DI. Après le coup d'état qui a renversé le Président Ngo Dinh Diem, Tri nomme le Colonel Hieu au poste de Chef d'EM du 1er CA. Quand Tri cède le 2ème CA au Général Khanh, il prend sous ses ailes son Chef d'Etat Major Hieu à Pleiku. Dès leurs arrivées, les deux complices rassemblent leur effort pour attaquer Do Xa, le coeur même du sanctuaire des Viet Cong(VC), situé aux abords du triangle de Kontum, Quang Tin et Quang Ngai. Après le coup militaire du 13 septembre 1964 manigancé par le Général Duong Van Duc, Tri est expulsé par le Général Khanh et est forcé d'accepter le poste d'ambassadeur à la Corée du Sud. Quelques jours auparavant, le 07 septembre 1964, le Général Tri a nommé Hieu au poste de Commandant de la 22ème DI. Pour pas longtemps car le Général Nguyen Huu Co, le nouveau chef de corps, dès sa première décision, retire au Colonel Hieu le commandement de la 22ème DI et le place de nouveau comme Chef d'EM du 2ème CA le 24 octobre 1964.

Pendant l'exile du Général Tri, Le Colonel Hieu a eu l'occasion de démontrer ses capacités de stratège dans l'opération de sauvetage du Camp Pleime des Forces Spéciales, et a brisé l'épine dorsale de la Campagne Dong Xuan (Hiver-Printemps) du Général Vo Nguyen Giap, dont l'intention était de couper le Vietnam en deux parties dans l'axe de Pleiku, dans les Hauts-Plateaux à Qui Nhon, dans les régions côtières en 1965-1966. Le Général Hieu a également l'opportunité de perfectionner ses capacités de tacticien quand il commande la 22ème DI durant les années 1966-1969, avec comme résultat, cette dernière a été évaluée comme étant la meilleure division de combat dans le rapport d'évaluation de l'an 1969.

En juin 1968, quand le Général Tri est de retour et demandé par le Président Thieu de prendre la tête du 3ème CA, à la place du Général Le Nguyen Khang avec la mission de revigorer ses troupes, Tri pense immédiatement à faire appel au Général Hieu pour venir l'assister dans cette tâche, non en tant que stratège à l'état major, mais en tacticien en lui confiant le commandement de la 5ème DI. Cependant, le Président Thieu n'est pas de cet avis. Ce n'est qu'en août 1969 qu'il a réussi à surmonter la réticence de Thieu en le plaçant à la place du Général Pham Quoc Thuan à cette même fonction. Le Colonel Nguyen Khuyen, Chef de la Sécurité Militaire du 3ème CA remarque: "Quand le Général Tri prend les commandes du 3ème CA, par coïncidence tous les Commandants des trois Divisions du 3ème CA sont issus de la même 3ème promotion de l'AMVN. Le Général de Division Nguyen Xuan Thinh commande la 25ème Division, le Général de Division Hieu la 5ème, et le Général de Brigade Lam Quang Tho la 18ème. Parmi ces trois Généraux, le Général Tri semble respecter le Général Hieu le plus parce que ce dernier a été son Chef d'Etat Major au 1er et 2ème CA en 1963. Pendant la période où Tri exerce le commandement au 3ème CA, les 5ème, 7ème et 9ème Divisions nord-vietnamiennes ont dû souffrir le maximum de pertes. Tri a transformé sa posture de défense en celle d'attaque, repoussant les troupes de la Libération du VC vers l'autre côté de la frontière. Duong Minh Chau et Ho Bo, ces deux zones sous le contrôle des VC, sont littéralement rasées, les sanctuaires de Commandement Centrale de ces derniers sont rayées de la carte."

Comme au bon vieux temps de Da Nang et Pleiku, maintenant à Bien Hoa, le Général Tri est très en phase avec son allié substantiel Hieu. Ce dernier continue à être son cerveau, son complément de son agressivité. En tous, que ce soit de nature stratégique ou tactique, Tri se concerte toujours avec son "complice" Hieu. Sur son conseil, il abandonne sa tactique d' "Aigle Plongeant" et adopte celle de "l'enlacement" avec la formule de tandem infanterie blindée. Par conséquent, Tri étend le potentiel de la Brigade Blindée du 3ème CA à la puissance d'une Force de choc, reflétant le modèle qui a été appliqué avec succès par Hieu d'un Escadron Blindé de la 5ème DI. La caractéristique commune de ce duo Tri - Hieu est de ne pas se reposer et attendre, mais plutôt de prendre l'initiative et de toujours attaquer au coeur même du quartier général de l'ennemi.

Au début de 1971, quand le Président Thieu veut mettre Tri à la place du Général Hoang Xuan Lam en tant que Commandant opérationnel Lam Son 719, afin de redresser la situation catastrophique de cette expédition à travers la frontière du bas Laos, Tri exprime au Président Thieu son souhait de voir Hieu s'installer à sa place au 3ème CA. Mais ce n'est qu'un vœu pieux car quelques jours plus tard, il s'est tué dans un accident d'hélicoptère.

Thieu est bien conscient de la compétence du Général Hieu, c'est pourquoi il utilise ses capacités stratégiques en le maintenant à son poste de Commandant Adjoint du 3ème Corps jusqu'au dernier moment, mais en même temps par étroitesse d'esprit et par méfiance, il n'ose pas à lui confier les troupes en lui nommant à la tête du 3ème CA.

Un Général Discret

Bien que le Général Hieu soit aussi compétent, il demeure quand même inconnu, ignoré et rarement mentionné. Il est sorti de la 3ème promotion de l'AMVN avec un total de points le plus élevé, mais n'est placé qu'en seconde pour des raisons politiques. Il est de la même promotion que les Généraux Hoang Xuan Lam, Nguyen Xuan Thinh, Lam Quang Thi, Lam Quang Tho, Nguyen Van Toan, Lu Mong Lan, Bui Dzinh, Ly Ba Hy, Nguyen Ngoc Oanh. Il est l'aîné par rapport aux Généraux Nguyen Van Minh (4ème), Nguyen Viet Thanh, Pham Quoc Thuan, Du Quoc Dong, Nguyen Vinh Nghi (5ème), Ly Tong Ba, Tran Quang Khoi, Tran Dinh Tho (6ème), Tran Van Hai (7ème), Pham Van Phu (8ème), Le Minh Dao, Tran Van Nhut (10ème), et quelques autres Généraux qui sont issus de l'Académie Militaire de Thu Duc (officiers de réserve): Nguyen Khoa Nam (3ème), Ngo Quang Truong, Bui The Lan, Le Quang Luong (4ème), Le Van Hung (5ème). En dépit de cela, les noms de ces Généraux ont été plus fréquemment cités par la presse que celui de Hieu.

Colonel Raymond Battreall, de la Cavalerie Américaine (en retraite), a servi trois ans et demi au Vietnam, et est le 1er conseiller auprès de l'Ecole d'application de l'arme blindée Vietnamienne en 1965-1966 et 1970-1972 à Thu Duc, près de Lai Khe, Binh Duong, où se trouve le quartier général de la 5ème DI de Hieu. Son rôle est de conseiller les commandants de division dans la création des unités motorisées au niveau de division. Il connaît les Généraux Do Cao Tri, Nguyen Van Toan et Tran Quang Khoi. Il trouve la biographie du Général Hieu fascinante. Et pourtant il n'a jamais rencontré le Général Hieu. Il se demande encore pourquoi.

Ce phénomène provient indiscutablement de la nature effacée et discrète de Hieu. Il est si excellent dans l'emploi de la formule de tandem infanterie blindé et pourtant le 1er conseiller de cette arme a manqué de le rencontrer car, fidèle à son image, il s'applique ses devoirs discrètement et délègue les déclarations, démonstrations publiques à ses subalternes.

Colonel Le Khac Ly dit que le 1er conseiller américain auprès de la 22ème DI a l'habitude de se plaindre que le Général Hieu écoute toujours attentivement ce qu'il a à dire, mais conclurait toujours à la fin avec la phrase suivante: "Merci mon Colonel, permettez-moi de consulter d'abord mon Etat Major, ensuite, je reviendrai vous faire part de mon opinion et ma décision finale."

Dans l'opération Griffe d'Aigle 800, le Général John Norton, Commandant de la 1ère DCA, arrive en pleine nuit dans le QG du Général Hieu avec l'intention de lui faire changer le cours de l'opération commune américano-vietnamo-coréenne. Hieu avec calme fait appeler Le Commandant Trinh Tieu, son Chef de renseignement, pour briefer le Général John Norton des positions de l'ennemi dans les zones opérationnelles, puis poliment mais fermement conclut qu'il vaut mieux se maintenir au plan initial. Puis quand la 22ème DI a pu infliger une lourde défaite à l'ennemi, Norton arrive en hélicoptère au champ de bataille et se dirige directement vers le Commandant Trinh Tieu, lui serrer sa main et le féliciter d'un travail bien fait, puis se retourne vers Hieu et le réprimande: "Afin de gagner une bataille, on doit avoir des renseignements exactes." Comme d'habitude, Hieu sourit modestement et reçoit "les conseils" d'une légère inclination de la tête en signe d'acquiescement.

C'est à cause de ce trait effacé et discret que les mérites qui auraient du être accordées à sa faveur en raison de sa contribution aux multiples victoires, sont plutôt attribués par la presse aux profits des autres Généraux: Do Cao Tri en référence de l'opération de Do Xa et les expéditions Cambodgiennes; Vinh Loc en référence de l'opération de Pleime; Pham Quoc Thuan, de An Dien et Svay Rieng, par exemple.

Permettez-moi d'avancer un fait qui illustre comment la nature effacée et discrète du Général Hieu a pour effet de rendre presque invisible sa présence à l'entourage. Après qu'il ait été relevé de la 5ème DI le 9 juin 1971, il est muté à Da Nang et nommé Commandant Adjoint du 1er CA, sous l'autorité directe du Général Hoang Xuan Lam. Il reste dans cette fonction jusqu'en janvier 1972, quand il retourne à Saigon pour assumer la charge d'Assistant Spécial du Vice Président Tran Van Huong responsable de l'anticorruption. Par conséquent, Hieu a tenu cette position de Commandant Adjoint du 1er CA pendant 08 mois, de juin 1971 à janvier 1972. Et pourtant, quand je m'enquiers au sujet de cette carence dans sa carrière, personne - absolument personne: tous les officiers sans exception - ne se souviennent de son passage à Da Nang. Même le Général Lam, son chef direct, quand interrogé par Le Colonel Ta Thanh Long dans une réunion le 1 février 1999, ne se rappelait pas que le Général Hieu avait été son assistant à cette époque. Deux mois après, dans une lettre datée le 1 mars 1999, Lam demande pardon d'avoir contredit Long et se souvient: "Le Général Hieu a en fait venu à Da Nang pour occuper la fonction de Commandant Adjoint du 1er CA pour une brève période." Ainsi, Général Hieu, où est-ce que vous cachiez-vous pendant cette "période brève" de 08 mois?! (Cette photo montre le Général Hieu avec son père, M. Phan Huy Quat, et M. Tran Nhu Thuan; ils sont venus de Saigon à Da Nang pour visiter le Commandant Adjoint du 1er CA).

Le Général Hieu est si discret qu'au point que sa femme et ses enfants ne savent que très peu de ses activités. Non seulement ils ignorent de ses exploits militaires, mais de plus, ils ne se rendent même pas compte de ses récompenses et sont incapable de dire de quelle sortes de médailles il a obtenu.

Un Être Sûr De Soi Et Fier De Ses Faits

Ceux qui sont proches du Général Hieu le trouvent toujours aimable, humble et jovial. Le Général Toan écrit: "Nous n'étions pas très proches, mais comme tous les autres cadets de la 3ème promotion, j'aime Hieu, parce qu'il est aimable et humble, bien qu'il possède un niveau d'éducation élevé." Le Général Lam écrit: "Il est calme, direct et plaisant. Nous tous de la promotion Tran Hung Dao aimons le Général Hieu et gardons de bons souvenirs de lui à la suite des réunions annuelles de la 3ème promotion et des rencontres de "réflexion sur la situation militaire". [...] Nous sommes extrêmement fiers d'avoir un ami aussi franc et aussi majestueux que le Général Nguyen Van Hieu." Le Colonel Phan Huy Luong, Assistant au Commandant Adjoint/Opérations du 3ème CA, qui a l'habitude de dîner avec lui au mess des officiers dit: "Je prend plaisir à tenir de longues conversations avec le Général Hieu. Il n'est pas comme d'autres Généraux. Il a plutôt l'air d'un intellectuel que d'un soldat."

Le Général Hieu s'exprime plus avec ses yeux qu'avec les paroles. Personne ne l'a jamais vu hausser le ton ou entrer en colère pour réprimander ou pour montrer son pouvoir. Une fois, une plainte adressée au Chef d'EM du 2ème CA, à propos des comportements indisciplinés d'un groupe de Rangers, aboutit à son bureau. Le Colonel Hieu fait venir leur Commandant: "Alors, mon Capitaine, qu'est ce qu'ont fait nos soldats pour attirer les foudres de la population? Voulez-vous m'aider à résoudre cette affaire?" Celui-ci répond: "Bien sûr, mon Colonel." Et voilà que l'entretien est terminé, aussi simple que bonjour.

La personnalité du Général Hieu émane un air de confiance pacifique au sujet de ses capacités personnelles et du travail bien fait, il se contente de la réussite dans ses entreprises. La gloire, la vanité le laisse indifférent. Son seul souhait est de faire ses devoirs tranquillement pour le bien de tous en restant à l'écart des profits et de l'assouvissement personnel.


Nguyen Van Tin
17 septembre 1999.

Mis à jour le 16.09.2002
Révisé le 23.08.2003

generalhieu.com