Deux Perspectives de la Bataille de K'NaK

1. Soulevant le Rideau sur le Mystère de la Bataille Féroce à K'Nak Survenue au Mois de Mars 1965

Le camp K"Nak des Forces Spéciales s'accouche sur trois collines en ligne Nord-Sud et possède plusieurs avantages militaires: Ici la configuration montagneuse est favorable à l'établissement des périmètres défensifs et l'emplacement des troupes, des puissances de tir aussi bien que la localisation des points de départ d'attaques. Il y a aussi beaucoup de vallées marécageuses entourées par la rivière Ba et des ruisseaux; qui constituent les obstacles naturels que l'ennemi doive franchir s'il veut attaquer. Les Américains et leur allié ont construit un ensemble de camps comprenant des forteresses défensives, une piste d'aviation et un camp d'artilleries, dans le but d'interdire la communication ennemie entre Binh Dinh et Gia Lai. Nos troupes ont donné l'assaut au camp à maintes reprises dans le passé mais leurs efforts ont échoué chaque fois. Au printemps de 1963, le Comité Central, le Commandement de la 5è Région Militaire et le Commandement des Hauts Plateaux ont décidé de rassembler un grand nombre de forces pour attaque ce camp. Nos forces dépassaient de loin celles de l'ennemi avec 3 contre 1 et comprenaient: le 409è Bataillon de Sapeurs, une unité de sapeurs de la province de Binh Dinh, le 10è Régiment et l'unité du poste de command avant de la 5è Région Militaire. Le total comptait plus de 750 hommes.

A 2 heures dans l'après-midi du 3 juillet 1965, nos troupes prennent départ de Kong Ha Nung, plus de 20 kms de K'Nak. A 6 heures du soir, elles arrivent à 500 mètres du ruisseau sec d'eau. A 7 heures du soir, elles sont tout près du coup. Environ 11 heures du soir, nos troupes ont fini d'occuper les positions déterminées. Comme prévu, les sapeurs devraient commencer à détruire les positions principales. Les soldats d'infanterie emploieraient par la suite une grande poussée pour achever de dominer le champ de bataille. Cependant, parce que la démarche prise le mois précédent pour étudier l'emplacement faite par une équipe d'éclaireurs a laissé des signes compromettants, l'ennemi a eu connaissance à l'avance de notre attaque imminente. A 11 heures 30, nos troupes trébuchent sur les mines claymore et déclenchent les mines d'éclairage. Immédiatement, les tirs de feu ennemi pleuvent sur la tête de toutes nos troupes. L'ennemi illumine le ciel noir qui devient clair comme le plein jour avec des explosives lumineuses. Nos troupes attaquent dans des conditions atroces. Elles combattent avec du courage surhumain et ont pu conquérir les hauts points aux deux bouts du nord et du sud; cependant, la poussée au milieu a pu seulement établir une "tête de pont". Les tirs de feu bien nourris provenant des forteresses ont réussi à arrêter nos assauts. A 12 heures minuit le 8 mars, presque la totalité de nos troupes a été décimée. Leurs corps blanchissent les bordures du ruisseau et les collines de K'Nak. Les survivants ont été forcés de se retirer. L'ennemi de tirer en poursuite. Presque 500 blessés et morts ont été laissés en arrière pour les troupes en retraite. L'ennemi entasse les morts et les enflamme avec du kérosène et enterre le reste en les couvrant avec de la terre avec les bulldozers.

Le Camarade Nguyen Van Am, Commandant Adjoint Politique du 409è Bataillon, en charge des soldats blessés à la Station Trung Phau (8 kms de la position ennemi) a fait creuser 50 fosses à l'avance. Chaque rangée contient 10 fosses, 60-80 cm à part; mais seulement 8 camarades y ont été enterrés, y compris le Commandant de Bataillon Ngo Trong Dai et le héro Pham Van Thanh. Ces 8 camarades ont été blessés tout au début de la bataille et ainsi ont pu être évacués vers l'arrière. Les unités d'évacuation des blessés et les mains d'œuvres civiles de front étaient la plupart des montagnards; eux, aussi, ont tous été tués, mettant fin à l'opération d'évacuation des blessés. En comptant aussi ces effectifs, plus de 1.000 hommes ont sacrifié leur vie sur le champ de bataille K'Nak.

Hoang Anh Suong
Les Contes Mystérieux du Monde Psychique
Thế Giới Mới 700,pp 8-9
28 août 2006

2. Les Viet Cong Attaquent le Camp Kannak des Forces Spéciales p>Battus le long de la Route Nationale 19, les VC essaient par la suite d'envahir le camp des Forces Spéciales à Kannak. Ce camp au nord de la Route Nationale 19, et son camp jumelle au sud de la Route Nationale 19 à Plei Ta Nangh, ont été placés dans la Vallée d'An Khe en tant qu'avant-postes pour la Route Nationale 19. Bien qu'ils soient incapable de stopper l'infiltration des unités pour attaquer la Route Nationale 19, ils menacent l'arrière des unités des Viet Congs opérant le long de la route nationale. Ils sont particulièrement une menace dangereuse pour les Viet Cong au point de vue de ravitaillement et d'évacuation des blessés de ces contacts le long des routes nationales.

Les VC lancent leur attaque sur le camp des Forces Spéciales à Kannak à 1h50 le 8 mars. Des documents capturés indiquent que des éléments de deux bataillons participent. Ils attaquent en une action sanglante qui rappelle le combat amère de l'avant-poste en Corée à Pork Chop, T-Bone and Old Baldy au printemps 1953. Les deux petits avant-postes du camp sont initialement envahis. L'un des deux est repris plus tard par une contre-attaque par le GDIC. La partie centrale du camp tient ferme et les Viet Cong sont refoulés dans un désordre complet. Ils laissent 126 morts dans les fils barbelés et dans les positions de l'avant-poste qu'ils ont pu pénétrer. En plus aux plusieurs nouveaux armements y compris des mitrailleuses, des fusils sans recul 57 mm, des bipodes de deux mortiers 82 mm et plusieurs grenades, des torpilles bangalores et des charges de démolition sont abandonnés par les VC battus et désorganisés. Cette action finalement brise le dos de la première phase de l'offensive hiver-printemps des Viet Cong.

Colonel Theodore C. Mataxis
Attack and Counter-Attack on Highway 19
Army, October 1965
(Vietnam Center Archive)

generalhieu.com