La Vraie Mission de Hal Moore et son 1/7 Air Cav Bataillon à LZ X-Ray

Selon Coleman (1988),

A 17:00H le 13 novembre, Brown s’envole pour rencontrer Moore au poste de commandement de A Company au sud de Pleime et dit à Moore d’effectuer un assaut aéromobile dans Région Lime [région au pied du Massif Chu Pong] le lendemain matin. Comme d’habitude, Brown permet à ses commandants de bataillon de choisir eux-mêmes leurs zones de débarquement et de figurer eux-mêmes leurs plans de manœuvre. La directive du commandant de Brigade est que Moore doit effectuer l’opération de recherche le long de la crête des montagnes jusqu’au moins le 15 novembre. Brown est préoccupé à propos de la possibilité de contact lourd dans la région, bien qu’il y pas de forces américaines qui se sont aventurées si loin à l’ouest; le plus proche atteint par 1st Brigade est la bataille survenue le 4 novembre à peu près quatre kilomètres nord-est du Village Anta. Maintenant Brown a l’intention d’envoyer les forces directement aux pentes est de Chu Pongs. A l’arrière fond de son cerveau cette grande étoile rouge sur les cartes de situation du G-2 et S-2 s’impose, et pour cette raison, il dit à Moore de maintenir ses compagnies de fusilleurs proche l’un l’autre pour donner mutuel soutien.

[…]

Après avoir reçu les directives du commandant de brigade, Moore entre en action. Son S-3, capitaine Gregory “Matt” Dillon, commence une étude cartographique approfondie sur la reconnaissance de la région visée, cherchant des zones de débarquement possibles.

Et

Le dimanche du 14 novembre, la matinée est brilliant et clare; ce ne serait pas un autre jour chaud, sec sur le plateau occidental.

[…]

“Peu d’unités qui ont un rendez-vous avec la destine a un soupçon de leur destin jusqu’au moment historique les touche. C’est ainsi avec le 1/7 Cav le matin du 14 novembre”. C’est la manière que le rapport d’après action officiel de la the 1st Cavalry Division sur la Campagne Pleiku a débuté la section traitant avec LZ XRAY. Il aurait dû être une opération de routine, si toutes opérations pénétrant le territoire ennemi puissent être considérées comme une opération de routinière. Pas pour Hal Moore, évidemment. Il a vu l’étoile rouge menaçante sur les deux cartes de renseignement de the G-2 et S-2 et il est un guerrier trop sage et expérimenté pour être endormi par l’inactivité passée.

Ainsi, apparemment Hal Moore entre dan Chupong sachant qu’il rencontrerait l’ennemi en grand nombre, possiblement un ou deux ou même trois régiments ANV. Sa mission serait d’amorcer le premier contact avec une unité ennemie, puis de fixer cette dernière et, dépendant sur la grandeur des forces ennemies en contact, le Général Knowles empilerait une quantité d’unités d’Air Cav comme il faut afin de détruire l’ennemi.

Mais ce qui ce passe par la suite est diamétralement opposé au déroulement du concept opérationnel qui consiste à trouver, fixer et détruire l’ennemi.

Premièrement, le 14 novembre, après d’être inséré dans LZ X-Ray, Hal Moore n’avance pas dans une manœuvre de fouillage pour trouver l’ennemi, mais se préoccupe avec la tâche de sécuriser le périmètre de la zone de débarquement dans une posture défensive.

Secondement, lorsque l’ennemi fait assaut avec l’envergure de deux bataillons, le Général Knowles ne réagit pas avec un empilement massive de troupes et se limite de renforcer les lignes défensives avec tout juste un bataillon, le 2/7th Air Cavalry Battalion, et semble être satisfait lorsque l’ennemi se désengage et se repli le 16 novembre au lieu de le poursuivre.

Troisièmement, au lieu d’apporter davantage de troupes en vue d’une opération de poursuite, le Général Knowles effectue une rotation de troupes en substituant le 1/7th avec le 2/5th Battalion pour continuer à sécuriser LZ X-Ray.

Quatrièmement, le 17 novembre, afin de faire place aux frappes aériennes B-52, au lieu d’un extraction rapide des troupes par héliportée, le Général Knowles donne ordre au 2/7th et 2/5th de quitter la zone de débarquement à pied et marcher vers LZ Columbus et LZ Albany respectivement.

Basé sur ces quatre faits, il est évident que la mission de Hal Moore n’était pas du tout une opération de chercher et détruire routinière. En fait, sa mission spécifique – bien qu’il n’en soit pas conscient – était d’effectuer un manœuvre de diversion, qui vise à faire distraire les troupes ennemies aux régions de mise en place prêtes à se déplacer pour attaquer le camp Pleime pour une seconde fois et les induire à demeurer immobiles en ces lieux pendant que le Commandement du Front B3 est en train de refocaliser son plan d’attaque envers la nouvelle menace; et ainsi faisant, les troupes ANV restent immobiles plus longtemps à ces régions de mise en place et devenir des cibles pour les frappes aériennes B-52.

La manœuvre de diversion est le dernier composant dans une préparation à trois étapes pour le concept opérationnel qui consiste à annihiler les trois Régiments ANV – le 32è, 33è et 66è – avec les frappes aériennes B-52 stratégiques. Les deux composants précédents sont: regrouper les troupes ennemies éparpillées au complexe de Chupong-Iadrang et induire l’ennemi à prendre une posture d’attaquer afin d’obtenir une plus grande concentration de troupes dans les régions d’assemblement et de mise en place.

Contrairement à la croyance commune, le Général Knowles sait exactement les positions des quartiers généraux des trois régiments ennemis, ainsi que celles de leurs respectives unités en tout temps et traque leurs déplacements attendant le moment propice lorsque la concentration des troupes ennemies deviennent des cibles pour les frappes aériennes B-5.

- Le 27/10, les éléments de pont du 33è sont arrivés à leur région de rassemblement avant, le village Kro (ZA080030);

- Le 28/10, le 32è Régiment se trouve presque au complet sur la rive nord de Ia Drang;

- Le 29/10, le 33è Régiment décide de maintenir son unité en marche vers l’ouest au Village Anta (YA940010), situé au pied du Massif Chu Pong;

- Le 1/11, le quartier général du 33è Régiment arrive au Village Anta (YA940010);

- Le 2/11, vers 0400 heures, le PC du régiment arrive à Colline 762 (YA885106);

- Le 5/11, les unités du 66è Régiment continuent à arriver aux régions de rassemblement dans le complexe Chupong-Iadrang;

- Le 7/11, le 33è Régiment en voie d’épuisement lèche ses blessures et attend le retour des retardataires, tandis que le reste des forces du Front B3 demeurent tranquilles

- Le 8/11, seulement des unités fragmentées et des retardataires restent à l’est du complex Chupong-Iadrang;

- Le 9/11, le 33è Régiment recueille ses dernières unités organiques;

- Le 11/11, les trois bataillons du 66è Régiment s’étirent le long de la rive nord de la rivière Ia Drang (centre de masse à 9104), le 32è Régiment est également au nord dans la même région (YA820070), le 33è Régiment maintient ses positions dans les alentours du Village Anta (YA 9400027);

- Le 14/11, lorsque le 1/7th Air Cavalry Battalion est inséré à LZ X-Ray (YA935010), il est à peine “200 mètres de la location de notre 9è Bataillon 66è Régiment ” (Nguyen Huu An);

- Le 15/11, les forces du Front B3 (centre de masse alentour YA8702) où les B-52s larguent leurs premières tonnes de bombes.

En bref, contrairement à la croyance commune que“Pour la première fois dans le conflit vietnamien, les frappes aériennes stratégiques ont été utilisées en appui direct des plans de manœuvres d’infanterie. (Pleiku campaign, 17 Nov, page 93), c’est plutôt l’opposé : les plans de manœuvres d’infanterie – c’est-à-dire du 1/7th Air Cavalry – sont effectués en appui direct des frappes aériennes stratégiques.

TubeHome.com Video from everywhere!


(Coleman, J.D., "Pleiku, the Dawn of Helicopter Warfare in Vietnam", St. Martin’s Press, New York)

Nguyen Van Tin
21 Mars 2013

generalhieu.com