Le Général Hieu, 3è Promotion Tran Hung Dao/AMVN

En 1949, quand le Général Hieu était un jeune homme de 20 ans et étudiant en 1è année à l’Université Aurore conduite par les Jésuites français à Shanghaï en Chine, Mao Tze Tung chassait Chiang Kai-Sheik à Taiwan, et l’Armée Rouge s’apprêtait à entrer dans Shanghaï. Cette année-là, il rapatria avec son père au Vietnam sur un destroyer de la Marine Française. L’image d’une grande armée, abondamment financiée par les Etats-Unis, vaincue simplement parce que ses officiers hauts gradés étaient corrompus au point de vendre les armes à l’ennemi, a affecté profondément Hieu. Lorsqu’il fut nommé Assistant Spécial au Vice-Président Tran Van Huong en charge de l’Anti-corruption en 1972, il avisait le Vice-President que si les efforts d’anti-corruption dans l’Armée n’apportaient pas du résultat, le Sud Vietnam subirait le même sort que le gouvernement de Chang Kai-Sheik; et le Vice-Président Huong a retransmis cette opinion à l’Ambassadeur américain Bunker et même au Président Thieu. En plus, le Général Hieu a dit à Thieu que "ou nous corrigeons nos fautes ou les communistes les corrigerons pour nous."

Quelques mois après le débarquement au port de Saïgon, M. Nguyen Van Huong, le père du Général Hieu, fut nommé Directeur Adjoint de la Police et Sûreté du Nord. Hieu faisait face à trois options: la première était de poursuivre les études à l’Université de Hanoï; la deuxième était de joindre les jeunes qui s’en allaient étudier en Amérique; la troisième était d’entrer à l’Académie Militaire d’Inter-armes de Dalat, qui fut récemment instituée par le Général De Lattre de Tassignie et l’Empereur Bao Dai pour procurer le cadre dirigeant à l’armée. Il a décidé de répondre à l’appel du pays. Ainsi Vietnam a pu bénéficier du cadeau d’un cadet brilliant et d’un guerrier exceptionnel.

Un Cadet Brilliant

" Les camarades de la promotion de Tran Hung Dao aimaient le Général parce qu’il possédait un caractère d'égale humeur, loyal et plaisant." (Cadet Hoang Xuan Lam, 01/03/1999).

"Hieu est celui que j'admire le plus. Il est très studieux, n'importe quand je regarde par la fenêtre, je le vois à sa table étudiant et lisant. Il est toujours jovial et très plaisant. Quiconque le rencontre la première fois l'aimerait immédiatement. Il est très franc envers ses camarades et remplie ses responsabilités à la perfection. Il a l'air d'un professeur, les instructeurs vietnamiens et français le respectent et l'aiment. Quand il remplie le devoir d'un "Sergent de la semaine", avec les responsabilités de superviser la préparation de la nourriture dans la cuisine, de distribuer les lettres aux cadets, d'accompagner les instructeurs faisant des tours d'inspection des chambres, ou de résoudre une multitude de problèmes de toutes sortes, il les remplie tous avec la plus haute conscience. L'Académie Militaire a pu le transformer en un officier, digne de ce nom, physiquement et mentalement." (Cadet Dinh Van Chung, 19/02/1999).

"Comme les autres camarades de classe, nous aimions tous Hieu, à cause de sa familiarité et de son caractère humble, bien qu'il ait été un jeune homme de niveau d'études élevé." (Cadet Nguyen Van Toan, 10/03/1999).

"Hieu était très doué dans les études. À l'examen final, il y avait 80 questions difficiles en math. Tout le monde mordit son crayon, sauf Hieu qui traversait la course avec facilité. Il était aussi bon dans les jeux sportifs, en particulier dans les courses à vitesse, 100 mètres en moins de 12 secondes." (Cadet Lu Lan, 26/09/1999).

"Parmi les cadets, Hieu était plutôt taciturne, affable et jovial, jamais vulgaire et querelleur. Toutes ses actions, même les plus insignifiantes, avaient un revêt de perfection. J'avais l'impression qu'au dessous de sa taciturnité avec son affabilité et un air professoral gît une âme forte et résolue, qui se dirigeait vers un idéal élevé.

Si les actions insignifiantes révèlent à un certain degré le caractère d'un individu, alors je me rappelle encore quelques anecdotes parmi les myriades comportements de Hieu pendant la période d'entraînement. Fréquemment, en fins de semaine, se déroulaient les inspections des quartiers, uniformes, équipements, armes de chaque cadet. L'officier d'inspection était le Capitaine De Taine, commandant de la Division des cadets. Dans une inspection, la paire de bottes de Hieu a été employée par le Capitaine De Taine comme le modèle du polissage de bottes. En réalité, une paire de bottes de n'importe quel cadet a été polie complètement à la surface supérieure, mais si la semelle était examinée de près, la majorité contenaient des traces de poussières aux alentours des clous. Mais la paire de bottes de Hieu était scintillante de haut en bas!

Pendant l'inspection, les commandants de l'Académie faisaient également attention à la propreté aux alentours des dortoirs et en particulier aux alentours des toilettes. Quand venait le tour de l'équipe de Hieu d'être en charge, je notais que Hieu se portait volontaire à assumer le boulot le plus dur, celui de nettoyer le parquet en ciment en utilisant une immense serpillère attachée à une canne à la forme de T. Tout d'abord verser l'eau, ensuite essuyer et brosser, finalement sécher. Avant le temps d'inspection, si quelqu'un entrait pour laver ses mains et répandait de l'eau sur le parquet, Hieu essuierait sans dire un mot.

Envers les amis occasionnels ou intimes, Hieu se montrait également affable et patient. Une fin de semaine, nous étions permis de sortir du camp militaire. Hieu m'invitait à aller visiter la plantation de thé d'Entreray par motobicyclette louée dans le centre de la ville de Dalat. En toute honnêteté, je ne savais pas monter une motobicyclette; j'avais essayé une fois et m'étais tombé misérablement, mais quand Hieu m'invitait et promettait de m'enseigner, j'avais envie d'aller. Ainsi, nous louons chacun une motobicyclette, mettons en marche les moteurs, et Hieu m'enseigne à changer de vitesses, à appuyer sur l'accélérateur, etc... et il roule lentement devant de moi, je roule derrière lui! En chemin, quand nous engageons sur certaines routes montantes, je tue le moteur à plusieurs reprises! Hieu se ralentit et me signale quand je dois changer de vitesse, à la 2ème, à la 3ème, et quand je dois reverser à la 1ère. C'était bien laborieux, mais enfin nous sommes arrivés à notre destination et sommes revenus sain et sauf. Pendant notre trajet, Hieu s'est montré jovial et patient, il ne dénote aucune plainte ou impatience au sujet de ma maladresse." (Cadet Quan Minh Giau, 23/10/1999).

Cadet Ton That Dong raconte que Cadet Hieu décrochait le premier prix de saut en hauteur et était le plus astucieux dans la calculation de la direction et dans la lecture de la cartographie; c’était pourquoi, dans les exercises d’opération, l’équipe du Cadet Hieu était toujours la première à atteindre la destination.

Il est sauf d’assumer que Cadet Hieu décrochait le premier prix dans les exercises de tir car, plus tard, le Capitaine Hieu gagnait le championat dans les concours de tir au pistolet organizes par le 1er Corps d’Armée dans les années 1957-1962.

Le Général Hieu continuait à bâtir sur la fondation établie par la période de formation à l’académie militaire plus tard dans sa carrière militaire en obtenant les insignes de parachutiste à la fois vietnamien et américain; en plus, il a appris à sky-diving, à piloter les hélicoptères et même les jets de combat A-37.

Un Guerrier Exceptionnel

Le Tandem Tri-Hieu

Le Général Do Cqo Tri, à part le Général Tran Van Don, était celui qui a reconnu et utilize les talents militaires exceptionnels du Général Hieu. Lorsque Hieu finit ses études à l’US Army Command and General Staff en mai 1963, le Général Tri nomma le Lieutenant Colonel Hieu au poste de Chef d’Etat Major de la 1è Division d’Infanterie; puis, quand il remplaçait le Général Le Van Nghiem en tant que Commandant du 1er Corps d’Armée, il fit Hieu Commandant de la 1è Division d’Infanterie. Ce fut en tant que tel que le Lieutenant Colonel Hieu a conduit une unité de cette Division pour encercler le palais résidentiel de Ngo Dinh Can, jeune frère du Président Ngo Dinh Diem, et de le rencontrer. Il a réussi à le persuader de donner l’ordre aux troupes de guarde de se rendre sans devoir tirer un seul coup de feu. Après le coup d’état de novembre 1963, le Colonel Hieu fut transferé à Danang pour devenir le Chef d’Etat Major du 1er Corps d’Armée; puis, il suivait le Général Tri à Pleiku quand ce dernier et le Général Khanh échangeaient respectivement le 1er et 2è Corps d’Armée et continuait à être son Chef d’Etat Major du 2è Corps d’Armée. Le 10/9/1964, le Général Tri nomma le Colonel Hieu Commandant de la 22è Division, mais à la suite il fut relevé de son commandement du 2è Corps d’Armée pour suspet d’avoir participé dans le pustch militaire mené par le Général Duong Van Duc qui a pris lieu le 15/9/1964. En moins de cinq mois, le 24/10/1964, le Colonel Hieu fut remis à son ancien poste de Chef d’Etat Major du 2è Corps d’Armée par le Général Nguyen Huu Co, qui a remplacé le Général Tri en tant que Commandant du 2è Corps d’Armée, jusqu’au moment où il fut nommé de nouveau Commandant de la 22è Division par le Général Vinh Loc pour remplacer le Général Nguyen Thanh Sang le 23/6/1966.

Trois ans plus tard, le 14/8/1969, le Général Hieu fut appelé par le Général Tri, Commandant du 3è Corps d’Armée, pour commander la 5è Division d’Infanterie. Parmi les trois Commandants de la 5è, 18è et 25è Divisions dans le 3è Corps d’Armée, selon l’observation du Colonel Nguyen Khuyen, qui était à l’époque le Chef de la Sécurité Militaire du 3è Corps d’Armée, le Général Tri “semble préférer le Général Hieu le plus”. Il compte en particulier sur le leadership militaire du Général Hieu avec sa 5è Division pour raser à plat les sanctuaires VC de Duong Minh Chau et Ho Bo, et en se faisant, interdire aux unités du Front de Libération du Sud et au Commandement Central du Sud un lieu sécure et elles sont obligés de se réfugier à travers la frontière dans le territoire du Cambodge. Au début de 1971, le Président Thieu voulait nommer le Général Tri Commandant de l’Opération Lam Son 719 en remplacement du General Hoang Xuan Lam afin de secourir la situation en péril de l’Opératon, le Général Tri a voulu que le Général Hieu le remplace en tant que Commandant du 3è Corps d’Armée, cependant Thieu n’était pas d’accord et lorsque le Général Tri meurt soudainement dans un accident d’hélicoptère en 2/1971, Thieu nomma le Général Nguyen Van Minh pour remplacer le Général Tri.

Tout le monde reconnait que le Général Tri était un général compétent; mais, seulement un petit nombre de gens, y compris le Général Tri, sait que le Général Hieu était aussi un général compétent. Pour prouver ce fait, passons en revue quelques accomplissements militaires du Général Hieu.

Opération Do Xa

Le Général Tri confie au Colonel Hieu, Chef d’Etat Major du 2è Corps d’Armée, la planification et l’exécution de l’Opération Quyet Thang 202 visant directement au bastion VC impénétrable à Do Xa, incrusté profondément dans les Chaînes Montagneuses Annamites, à la jonction de trois provinces de Kontum, Quang Ngai et Quang Tin, du 27avril à 27 mai 1964.

Comme participantes dans l’opération étaient les unités du 50è Régiment de la 25è Division sous le commandement du Commandant Phan Trong Trinh, quatre battalions de Rangers sous le commandement du Commandant Son Thuong et un bataillon de Parachutistes sous le commandement du Capitaine Ngo Quang Truong.

Les troupes sont transportées aux deux lieux de débarquement par trois escadrons d’hélicoptères: USMC HMM-364 Squadron, 117th et 119th Squadron de l’US Army 52nd Aviation Battalion.

Les VC attaquent férocement les hélicopters pendant les débarquements des troupes les deux premiers jours, puis disparaissent dans les montagnes, évitant les contacts avec les envahisseurs. L’opération Do Xa a obtenu les résultats suivants: un réseau de communication du commandement VC composé de cinq stations, dont l'une servait pour communiquer avec Nord Viet Nam, et les quatre autres pour communiquer avec les unités VC provinciales, a été détruit; l’enemi a perdu 62 tués, 17 capturés, deux mitrailleuses de 52 calibre, une mitrailleuse de 30 calibre, 69 armes individuelles, et une large quantité de mines et grenades, des équipements de génie, des explosives, médicaments, et des documents; en outre, 185 installations, 17 tonnes de nourriture et 292 hectares de récolte ont été détruits.

Opération Than Phong

En 1965, les Communistes attaquent partout dans les Hauts Plateaux appartenant à la 2è Région Militaire. En juin 1965, trois régiments ANV (32è, 33è et 66è) isolent complètement les Hauts Plateaux. Les unités ARVN ne pouvaient pas utiliser les Routes Nationales 1, 11, 14, 19 et 21, et tous les ravitaillements devraient être opérer par air.

Le 8 juillet 1965, le Général Vinh Loc confie au Colonel Hieu, Chef d’Etat Major du 2è Corps D’Armée, la planification et l’exécution du plan de débloquer la Route Nationale 19.

Contraire à la pratique général d’opération de déblocage routière qui consiste à concentrer les troupes nécessaires pour détruire en étapes graduelles les embuscades établis par l’ennemi le long de la route, le Colonel Hieu a l’intention d’interdire l’ennemi d’établir les points d’embuscade en recourant à la tactique de diversion. De J-6 à J+2, il ordonne à la 22è Division et le 3è Escadron de Blindés d’attaquer de Qui Nhon à Tuy Hoa le long de la Route Nationale 1; à la 2è Force de Frappe de Parachutistes ensemble avec les Forces Régionales et le Groupe de Défense de Civiles Irréguliers de reprendre le District de Le Thanh; à la Force de Frappe Alpha MCVN et au 42è Régiment d’attaquer de Pleiku vers le nord à Dak Sut sur la Route Nationale 14; et au 20è Groupe de Génie de Combat d’attaquer de Phu Bon à Tuy HOa pour réparer la Route Interprovinciale 7.

Après avoir semé la confusion parmi les troupes ennemies avec les grandes opérations simultanées ci-dessus mentionnées, le Colonel Hieu, "presse les Viet Cong de trois directions avec des mouvements déclenchés de Pleiku et Qui Nhon et un enveloppement vertical du nord d'An Khe. Ces manœuvres sont exécutés par une force de frappe du secteur Pleiku partant de Pleiku, deux forces de frappe de la 22ème Division d'Infanterie partant de Qui Nhon, et une force de frappe de deux bataillons de parachutistes héliportés au nord d'An Khe et attaquant vers le sud avec la force de frappe Alpha de la brigade de marines effectuant le renouement," et "positionne des réserves fortes composées de trois bataillons (un ranger, un marine, et un parachutiste) et deux troupes blindées aux points tactiques: Pleiku, Soui Doi, An Khe, et Mang Pass." Toutes ces actions ont pour résultat le libre parcours des convois de transports pendant 5 jours depuis J+3 à J+7, "permettant un amassement initial de 5.365 tonnes d'approvisionnements à Pleiku." Après quoi, les unités opérationnelles se retirent à leurs camps pendant J+8 et J+9.

Comme un résultat de l’Opération Than Phong, "les convois ont transfusé une nouvelle vie aux Hauts-Plateaux. Avec une baisse immédiate de 25 à 30 pour cent du prix de nourriture et de marchandises, la population a retrouvé leur sentiment de sécurité, de confiance et d'espoir. Les écoliers à Pleiku se sont portés volontiers pour donner un coup de mains pour décharger les cargaisons, et les gens qui ont commencé à évacuer maintenant retournent à leurs fermes."

La Bataille de Pleime

Après un essai non réussi de saisir le camp de Force Spéciale de Duc Co en août 1965, le Général Vo Nguyen Giap lance la Campagne Hiver Printemps visant à découper le Sud Vietnam, en deux pièces, de Pleiku dans les Hauts Plateaux à Qui Nhon dans la région littorale. Le plan du Général Chu Huy Man, Commandant VC était le suivant; 1. le 33è Régiment ANV fait semblant d’attaquer le camp Pleime pour inciter le 2è Corps d’Armée d’envoyer une colonne de secours de Pleiku; 2. le 32è Régiment ANV établie une embuscade pour détruire la colonne de secours (une cible facile sans le support d’artillerie d’alentour); 3. après la destruction de la colonne de secours, le 32è Régiment ANV joint force avec le 33è Régiment ANV pour saisir le camp Pleime; 4. pendant ce temps, avec la défense de Pleiku affaiblie par l’envoi des troupes de secours à Pleime, le 66è Régiment AVN entame une attaque préliminaire contre le quartier général du 2è Corps d’Armée, attendant le 32è et 33è Régiments ANV de saisir le camp Pleimet et joindre froces pour attaquer et occuper Pleiku.

Afin de parer les mouvements astucieux du Général Chu Huy Man; le Général Hieu, Chef d’Etat Major du 2è Corps d’Armée, confère avec l’US 1st Cavalry Division et a conçu le plan suivant: 1. le 2è Corps d’Armée fait semblant de mordre l’appât en renforçant le camp Pleime avec une unité de US Delta Force et d’une unité de Parachutistes Commandos ARVN; 2. et envoie une force de frappe de Pleiku pour secourir le camp Pleime; 3. l’US 1st Cavalry Division prête une brigade pour renforcer la défense de Pleiku; 4. et transporte par hélicoptère les batteries d’artillerie à plusieurs emplacements près du lieu d’embuscade pour supporter la colonne de secours quand elle est attaquée.

Ce plan neutralize le 66è Régiment ANV qui demeure inactive dans la région de Chu Prong, détruit le 33è Régiment ANV au point d’embuscade, et le 32è Régiment ANV a dû abandonné le siège du camp Pleime et bat en retraite découragé dans les forêts environnantes.

Opération Dai Bang 800

En juin 1966, le Général Vinh Loc nomme le Colonel Hieu au poste de commande de la 22è Division d’Infanterie. En février 1967, ce dernier lance l’Opération Dai Bang 800. Pendant trois jours précédents l’opération vietnamienne, les unités de l’US 1st Cavalry Division n’ont pas réussi à découvrir l’ennemi dans leurs régions opérationnelles. Au lieu de chercher l’ennemi, le Colonel Hieu a été plus ingénu en recourant à la ruse d’attirer l’ennemi, en envoyant un régiment réduit pour établir un campement de nuit dans la région de Phu My, sachant bien que les espions ennemis se faufilant parmi les fermiers locaux rapporteraient l’état des troupes en opération. Pendant ce temps, le Colonel Hieu positionne un bataillon motorisé d’infanterie et un escadron de chars à 10 kilomètres, en dehors de la vue ennemie. Pensant qu’il a un cible facile, l’ennemi attaque le campement avec un régiment appartenant à la 3è Division AVN à 2 heures du matin. Mis en alarme par le commandant du régiment, le Colonel Hieu dépêche ses forces de réserve pour couper la route de retraite à l’ennemi et à joindre force avec les défenseurs en une tactique d’enclume et de marteau pour le détruire. Après une féroce bataille de trois heures, l’ennemi bat en retraite avec plus de 300 morts et de tas d’armes parsemés partout sur le champ de bataille.

Opération Snoul

En août 1969, le Général Tri offre au Général Hieu le commandement de la 5è Division d’Infanterie. Fin 1970, le Général Hieu propose au Général Tri le plan d’attirer l’ennemi avec un régiment placé à Snoul situé dans le territoire cambodgien, au nord de Loc Ninh sur la Route Nationale 13. Les Communistes ont 3 Divisions (5è, 7è et 9è) en opération dans cette région. Le 3è Corps D’Armée est prêt à engager toutes ses 3 Divisions (5è, 18è et 25è) dans le cas les Communistes osent introduire une, deux ou toutes trois divisions dans le champ de bataille. Malheureusement, le Général Tri meurt soudainement dans un accident d’hélicoptère vers fin février 1971, et le Général Minh, son remplaçant, ne veut pas poursuivre la ruse jusqu’au bout, lorsque la 8è Force de Frappe a réussi à attirer l’ennemi qui s’amasse autour de Snoul avec deux divisions. Les troupes assiégées de la 8è Force de Frappe, lorsque la colonne de secours et les bombardiers B-52 n’apparaissent nulle part à l’horizon, sont sur le point de lever le drapeau blanc. Cependant, le Général Hieu exécute à temps son plan de retraite pour ramener ses troupes à Loc Ninh. Le repli des troupes se fait en trius étapes: (1) le 29/5/1971, le 1/8è Bataillon perce à travers la ligne de blocage ennemie à l’avant-poste au nord pour rejoindre le Poste de Commande de la 8è Force de Frappe situé au marché de Snoul; (2) le 30/5/1971, la 8è Force de Frappe utilise le 1/8è Bataillon comme tête de lance pour percer la ligne de blocage ennemie, suivi par le 2/8è Bataillon, le Poste de Commande de la Force de Frappe, le 1er Escadron Blindé avec le 2/7è Bataillon couvrant l’arrière, pour se retirer de Snoul à l’emplacement défendu par le 3/8è Bataillon à 3 kilomètres sudest sur la Route Nationale 13; (3) le 31/5/1971, le 3/8è Bataillon remplace le 1/8è Bataillon comme tête de lance pour percer la ligne de blocage ennemie, suivi par le 3/9è Bataillon, le 2/7è Bataillon, le Poste de Commande de la Force de Frappe, le 1er Escadron Blindé avec le 1/8è Bataillon couvrant l’arrière, permettant à la 8è Force de Frappe d’atteindre la frontière sur un parcours de 3 kilomètres et de retourner à Loc Ninh.

Y a-t-il un repli de troupes plus bien executé que celui-ci dans les annals militaires de l’ARVN?

Opération Svay Riêng

En 1974, en tant que Commandant Adjoint d’Opérations/3è Corps d’Armée, assistant au Général Pham Quoc Thuan, le Général Hieu a effectué la tactique Blitzkrieg (guerre éclaire) afin de soulager la pression exercée par la 5è Division ANV provenant de la Province Svay Rieng dans la région du Bec de Perroquet à l’intérieur du territoire cambodgien visant au camp Duc Hue. En premier lieu, il utilise vingt bataillons mobiles d’infanterie pour encercler la région du Bec de Perroquet. En second lieu, le 27 avril, il lance le 49è Régiment d’Infanterie et le 7è Groupe de Rangers à travers marais autour de Duc Hue vers la direction de la frontière cambodgienne, et les avions de l’AFVN pour attaquer les positions des unités de la 5è Division AVN. En même temps, il dépend sur deux bataillons de la Force Régionale appartenant au 4è Corps d’Armée pour se déplacer de Moc Hoa vers le nord afin d’établir des positions de blocage sur le côté sudouest de la région de bases logistiques et de repos de troupes de la 5è Division ANV.

Le 28 avril, le Général Hieu lance onze bataillons sur le champ de bataille pour effectuer l’opération préliminaire en préparation de l’offensive principale.

Le matin du 29 avril, trois escadrons blindés de la Force de Frappe d’Assaut du 3è Corps foncent à travers la frontière cambodgienne de l’ouest Go Dau Ha, visant directement le quartier general de la 5è Division ANV.

En même temps, une force de frappe composant l’infanterie et l’unité blindée du 4è Corps d’Armée, de Moc Hoa, manœuvre à travers la frontière cambodgienne dans la région du Pied d’Eléphant pour menacer la retraite du 275è Régiment AVN. Les trois escadrons blindés continuent leur avance en trois filées jusqu’à 16 kilomètres à l’intérieur du territoire cambodgien avant de virer sud vers le Province de Hau Nghia, et les hélicoptères débarquent par surprise les troupes sur les positions ennemies, tandis que d’autres unités ARVN effectuent des opérations rapides dans la région entre Duc Hue et Go Dau Ha.

Le 10 mai, lorsque les dernières unités ARVN retournent à leur camp, les réseaux de communications et de ravitaillements ennemis ont été saccagés à fond. Les Communistes ont souffert 1.200 morts, 65 prisonniers, et de tonnes d’armes capturées; tandis que, grâce à la vitesse, le secret et la coordination d’une opération à multi-facettes, l’ARVN a seulement souffert moins de 100 morts.

Cette bataille de Svay Rieng a été la dernière grande bataille menée par l’ARVN avant la perte du pays avec la participation concertée et simultanée des unités équivalentes à trois divisions appartenant au 3è et 4è Corps d’Armée.

Parmi les six batailles ci-dessus mentionnées, à l’exception de Dai Bang 800 et Snoul, les credits de la bataille étaient attribués à d’autres généraux: Do Xa à Do Cao Tri; Than Phong et Pleime à Vinh Loc; et Svay Rieng à Pham Quoc Thuan.

Conclusion

Le Général Hoang Xuan Lam écrit dans sa lettre datée le 01/03/1999: "Nous, promotion de Tran Hung Dao, sommes très fiers d'avoir un ami aussi loyal et aussi confidant que le Général de Division Nguyen Van Hieu."

Et le Général Lu Lan écrit dans sa lettre datée le 01/09/1999: " Quelques années auparavant, Colonel Trinh Tieu, Chef du 2ème Bureau du 2ème Corps, a écrit, avant sa mort, quelques articles concernant son service dans l'ARVN, dans lesquels il a mentionné le Général de Division Nguyen Van Hieu, avec un amour et respect absolus envers un Commandant qui a été gallant, honnête et le plus vénérable. "

Nguyen Van Tin
Le 12 décembre 2004

generalhieu.com