La Situation Militaire Du 10 Avril 1975

Les Communistes Resserrent Leur Poigne De Main Sur Les Routes Menant A Saigon
Malcolm W. Brown, spécial correspondant deThe New York Time

Saigon, Sud Vietnam, jeudi 10 avril 1975 - Les forces communistes resserrent leur poigne de main sur les routes menant à Saigon hier et aujourd'hui lorsqu'elles pénètrent un capital provincial situé à 36 miles nord est et temporairement coupe une route principale située à 18 miles sud ouest d'ici.

Hier, Xuan Loc, chef-lieu de la province de Long Khanh, a été attaqué au deuxième jour, avec les communistes versant de milliers d'obus dans la cité.

La cité a été rapportée presque entièrement détruite le combat d'hier, lorsque les troupes communistes envahissent presque la totalité de la cité. Hier, un porte-parole gouvernemental dit qu'à la suite d'un barrage d'artillerie tôt ce matin les troupes nord vietnamiennes ont été repoussées hors de Xuan Loc.

Mais le porte-parole dit que les communistes sont encore dans la cité et il n'est pas claire si les forces gouvernementales seraient capables de tenir leurs positions.

Hier a vu le commencement des attaques majeures apparemment en vue d'isoler Saigon. Bien que la plus grande menace vise sur Xuan Loc, les forces communistes frappent aussi fort sur le chef-lieu de la province de Tan An au sud ouest et temporairement coupe Route 4, sur laquelle il est situé.

La route, la ligne de vie de Saigon à sa source principale de riz et d'autres nourritures dans le Delta du Mekong, a été coupée à un point dans la province de Long An après que les artilleurs communistes aient fait feu sur Tan An. Mais vers 3 ou 4 heures de l'après-midi, les troupes gouvernementales ont percé l'obstruction et la route est dite en sécurité pour voyager.

Néanmoins, du fait que la route ait été coupé indique qu'il y a trouble plus sérieuse à l'avance, en particulier en vue que de larges troupes ennemies sont en train de s'assembler dans la région.

Hier les troupes communistes mettent également la pressure sur la ville de Tay Nin à 50 miles nord ouest de Saigon.

Les rapports provenant de Tay Ninh disent que deux barrages de roquettes de 122 mm se sont écrassés dans la ville, créant un certain nombre de tués et blessés.

L'une des roquettes est tombée sur un dépositoire de munition et a causé des explosions qui ont duré presque une heure.

Tandis que l'assaut principal des communistes au nord est de Saigon est centré sur la petite cité de Xuan Loc, les troupes nord vietnamiennes semblent également essayer d'isoler les défenseurs avec des attaques aux alentours. Hier soir, des chars et des troupes d'infanterie attaquent un camp arrière de poste de commande situé à un mile est de la cité et une seconde poste de commande située à deux miles plus loin à l'est a été bombardée apparemment en préparation pour une attaque, dit le porte-parole gouvernemental.

Xuan Loc est situé aux abords d'une région forestière dense connue comme Zone D, une bastion traditionnelle des communistes. La cité s'allonge sur la route conduisant à Bien Hoa, une cité clé 12 miles nord est de Saigon, dont le camp d'aviation important est le centre d'opérations le plus important pour les avions de chasses et bombardiers encore debout.

Le camp d'aviation a été bombardé hier matin, et 26 obus ont touché terre tuant deux hommes militaires et blessant 15 autres personnes.

Les dépêches tardives transmises à Saigon parlant de l'action des communistes au sud de la capitale dit qu'un certain nombre de chefs-lieu dans la province de Kien Giang et autres provinces limitrophes du Cambodge ont été bombardées la nuit de mardi.

Dans une escarmouche près de Sadec le mardi, les forces gouvernementales ont tué 47 soldats ennemis, tout en ne subissant qu'un blessé. Ce qui signifie que le chiffre de morts ennemis a dû être le résultat des frappes aériennes et d'artillerie.

Enquête Sur La Mort Du Général Hieu

Le porte-parole de Saigon a dit hier qu'un enquête est en court à propos de la mort du Général de Division Nguyen Van Hieu, commandant adjoint de la 3è Zone Tactique, entourant Saigon, mardi soir.

Selon la version officielle, Général Hieu se soit tiré sur lui-même par accident après avoir réparé le pistolet P-38 de fabrication allemande, parce qu'il n'est pas familier avec le mécanisme de ce pistolet.

Mais lorsqu'on lui demande combien de balles sont entrées dans le corps du Général, le porte-parole répond qu'il ne sait pas.

Le Général Hieu, qui a été en tête de la comité d'anti-corruption, a la réputation d'être honnête et farouche à la poursuite des mauvaises conduites des fonctionnaires. Beaucoup de rapports parlent d'une dispute entre le Général Hieu et son supérieur, le Général de Corps d'Armée Nguyen Van Toan.

Le porte-parole de Saigon rapporte que tôt ce matin l'une des barges qui transportent les réfugiés du Centre Vietnam au port de Vung Tau s'est heurté à une mine ici. Le porte-parole dit que dégât n'est pas sérieux et qu'il n'y a pas de blessé.

Nguyen Van Tin
Le 29 juin 2008

generalhieu.com