La Situation du Vietnam en Avril 1975

(Bien que le nom du Général Hieu ne soit pas mentionné dans ce memorandum, mais en tant que Commandant Adjoint du 3ème Corps - qui n'a pas peur d'exprimer ses opinions personnelles - il était certainement consulté par son auteur. Un examen attentif révèlerait que certains points de vue exprimés dans ce papier coïncident avec les lignes de pensées du Général Hieu à cette époque-là. Il est à remarquer que - selon une dépêche d'UPI - le Général Hieu a été trouvé mort le 8 avril 1975 à la suite d'un argument avec le Général Toan sur la tactique de défense de Saïgon.Nguyen Van Tin)

CONSEIL NATIONAL DE SECURITE

5 avril 1975

Memorandum Pour: Le Général Scowcroft
De La Part De: Clinton E. Granger
Sujet: Rapport sur Vietnam

Le Général Weyand a achevé son tour du Vietnam, et son évaluation pour le Président, en brouillon, est ci-joint. Le rapport final a été achevé, mais le Général Weyand a décliné de le divulguer excepté au Président, bien qu'une copie ait été livrée au Sécrétaire Schlesinger - et pourrait être disponible de la part du Général Wickham. Il n'y a que peu de changements entre le brouillon et le texte final. Le rapport au Président est objectif, et reflète son jugement considéré. Je suis d'accord avec son analyse, et j'ai prêté main dans certains détails de la préparation du rapport.

Cependant, comme supplément au rapport final, le Général Weyand fera des commentaires verbaux au Président qui amplifieront certains points généralisés dans son rapport. Il a exprimé son inquiétude au sujet de la viabilité politique du Président Thieu, et au sujet des capacités de plusieurs généraux dans l'Armée vietnamienne; il présentera ces points au Président.

En addition, il communiquera probablement certaines impressions similaires aux miennes, qui suivent. Le rapport écrit, aussi bien que d'autres rapports soumis pas l'Ambassadeur Martin, reflète la nécessité que tous deux ressentent à trouver une solution positive à un problème quasi impossible. Selon mon jugement, le Général Weyand et l'Ambassadeur Martin se sentent peut être contraint à maintenir une attitude américaine "peut faire" en face de l'adversité; mes commentaires procurent une balance plus pessimiste.

La principale question est si le GVN peut survivre à court terme. Sans l'assistance substantielle des Etats Unis, je ne pense pas que le GVN survivra jusqu'à la fin d'avril. Avec un remplacement rapid des armes clés par les Etats Unis, la situation pourrait être tenue jusqu'à mi ou fin mai. Ceci est, bien sûr, sous la supposition que les Nordvietnamiens utiliseront leurs opportunités et poursuivent leurs opérations militaires présentes quand ils jouissent d'un avantage très décisif. Les renseignements à l'époque ceci est rédigé - et c'est une situation qui change très rapidement - indiquent que l'AVN est en train de transférer très rapidement leurs atouts militaires au sud pour maintenir l'initiative.

En gros termes, le GVN avait 13 divisions avant l'offensive de l'ANV. Ils ont maintenaant seulement 6 divisions, plus des fragments qui se sont retirés au Sud des provinces du nord. Les six sont disposées avec trois dans la Région Militaire (RM) III, sur les approches de Saïgon, et trois dans la RM IV, défendant le Delta. Contre ceci les Nordvietnamiens ont 11 divisions dans les provinces du nord et comme réserve stratégique, et huit autres dans le sud au total 19. De nouveau en gros termes, le quotient des forces de combat est à peu près 3:1 contre les Sudvietnamiens.

L'ANV a plus de 600 chars fournis par la Russie ou la Chine; l'ARVN a seulement un peu plus de 100 dans leur entier inventaire. Les bataillons de manoeuvre de l'ANV (armure et infanterie) sont soutenus par l'artillerie adéquate, et ont démontré la capacité d'utiliser leurs forces dans une guerre conventionnelle d'une manière hautement professionnelle. Ils ont un stock de munitions plus qu'adéquat pour supporter une action offensive en continu jusqu'à une conclusion finale.

L'ANV demeure disciplinée à un très haut degré dans leurs opérations, en dépit d'une période d'entraînement relativement courte pour certains de leurs remplacements. Leur commande et contrôle est excellent, leur permettant d'utiliser les forces efficacement dans les opérations offensives.

Les divisions de l'ARVN dans les RM III et IV sont intactes, la discipline est raisonablement solide, mais le moral a souffert sérieusement des désastres sans précédents dans le nord. Elles ont été, et demeurent dans un esprit défensif, et avec chaque succès de l'ANV, leur résistance envers des opérations soutenues continuera à rétrécir. Le moral a été détérioré à une vitesse rapide la semaine dernière.

L'ANV est en train d'opérer en tant qu'unités militaires, avec leurs familles au Nord Vietnam. Par contre, l'ARVN est préoccupée par le future de leurs familles, et dans les régions sous combat où les familles sont localisées, ils mettraient davantage leur responsabilité envers la famille qu'envers le Gouvernement qui n'est probablement pas capable de protéger ces familles. Je crois que ce seul facteur, plus qu'aucun autre, explique la déroute dans les RM I et II. L'ANV a l'air d'un vainqueur, tandis le l'ARVN a une philosophie d'un vaincu.

Avec ceci comme contexte général, je ne pense pas que l'ARVN sera capable de soutenir une défense du moitié restant du Sud Vietnam - à moins que les Nordvietnamiens ne pressent pas leur avantage, et permettent au GVN le temps de reconstruire son armée. La probabilité de ceci est très basse, comme les renseignements indiquent que l'ANV est en train d'avancer pour exploiter le succès.

Le GVN, si accordé le temps pour rebâtir leurs forces, comme décrit dans le rapport du Général Weyand, et avec l'équipement et provisions fournis par le budget supplémentaire pour 722 million USD dans l'année fiscale 1975, pourrait probablement défendre les régions territoires réduites, en particulier considérant les lignes réduites de communication et les avantages des lignes intérieures dans une guerre conventionnelle. Ceci exigerait doubler leurs atouts dans une période relativement courte. Il est hautement improbable que l'AVN s'arrêtera dans leur opérations présentes suffisamment long pour que cette réorganisation de reconstruction de l'ARVN soient achevées. Il est plus raisonable de supposer que les Nordvietnamiens utiliseront tous leurs atouts, qui en toute appararence ont souffert très peu de dommages dans leur conquête de la RM I et la RMII - pour maintenir leur initiative et pour chercher une solution militaire rapide.

J'ai parlé longuement avec le Général de Corps Toan, le commandant dans la RM III (ayant opéré comme une équipe avec lui quand il commandait la 2ème Division de l'ARVN en 1967. Nous échangions nos vues comme de vieux soldats, ayant les même expériences combattant contre un ennemi commun dans le passé). Voici l'homme qui sera en charge avec la lutte des batailles décisives dans la RM III, et ses vues seraient clés dans n'importe quel jugement, et sont en fait clés à mes opinions exprimées dans ce papier.

-- En réponse aux questions au sujet de ce qu'il envisage comme le future immédiat, le Général Toan me briefe sur ses renseignements, ses dispositions, et indique quels sont ses plans pour défendre sur place avec ses forces comme elles sont disposées à ce moment-ci. Je lui demande s'il a considéré retirer la 25ème Division de l'ARVN de la région de Tay Ninh, ou la 18ème des approches nord-est à Bien Hoa-Long Binh-Saïgon, et quels seraient ses plans. Il dit qu'il n'y a pas de plans de retrait, et répète que son intention est de lutter sur place "jusqu'à la dernière goutte de sang et de la dernière balle."

-- Je lui demande ses vues sur ses capacités de faire face à la menace développant venant du nord. Il indique que ses forces peuvent s'occuper de l'ennemi existant dans la RM III, et pourrait probablement faire face aussi bien à une division supplémentaire de l'ANV. Cependant, il précise que plus d'une division de l'ANV poserait de "sérieux problèmes".

-- En réponse à ma question sur ce qu'il considère comme le plus sérieux aspect de la menace ennemie, il cite les équipes d'armes combinées d'armure, artillerie et infantry. La capacité de l'ennemi d'utiliser son artillerie avec efficacité a causé des problèmes majeurs, mais le Général Toan regarde l'armure de l'AVN comme menace primordiale. Il désire des chars supplémentaires pour faire face contre cette menace, mais nous n'avons pas discuté l'efficacité des missiles anti-chars TOW montées sur des véhicules blindés M113 comme une alternative. (Plus tard j'ai déterminé indépendemment que l'ARVN a suffisamment de lances TOW et des véhicules blindés M113 pour être utilisés ensemble comme un outil militaire efficace, et qu'ils ont développé des adaptations locales pour monter les TOW sur ces véhicules. Cependant, les véhicules et les TOW sont éparpillés partout dans les unités de l'ARVN, et la probabilité de rassemblement et d'ajustement est basse.)

-- Il indique qu'il a besoin de mobilité tactique supplémentaire, et souhaite des hélicoptères supplémentaires. Cependant, tandis que les hélicoptères pourraient être utiles, le commentaire peut bien être incité par nos associations en 1967, quand j'ai fourni les hélicoptères pour transporter et pour couvrir les troupes de sa 2ème Division.

-- Je parle au sujet des problèmes créés dans les provinces du nord par la présence des familles du personnel militaire près des positions des forces du GVN, et lui demande s'il a aucun plan de retirer les familles dans les positions plus exposées à Saïgon. Il dit qu'il n'y a pas un tel plan, et qu'il n'y pas vraiment aucun endroit où elles peuvent se retirer - et que les familles resteraient sur place avec les soldats. Bien que pas très réaliste, ceci probablement indique l'attitude mentale qu'il sera évidente quand la pression augmente.

-- En réponse aux questions sur l'efficacité de l'Armée de l'Air sudvientnamienne, le Général Toan n'a pas de gentils mots, indiquant que l'Armée de l'Air est inefficace, n'insisterait pas sur les objectifs pour soutenir les forces de terre en face des défenses aériennes de l'ennemi, lâche leurs bombes à une altitude extrêmement haute, et a même bombardé les troupes du Général Toan récemment.

-- Les discussions sur la scène politique et sur les quartiers généraux plus hauts sont très limitées - le Général Toan ne veut pas discuter ses vues, mais s'exprime tout de même avec quelques saloperies.

Nous discutons ensuite le scénario probable des événements futures dans la RM III. Nos vues coïncident: effort majeur anticipé pour isoler Tay Ninh et la 25ème Division de l'ARVN comme effort primaire, avec une large attaque secondaire vers le complexe Bien Hoa-Long Binh-Saïgon venant du nord-est.

Ceci conduirait probablement à une désintégration tactique rapide de la situation à travers la RM III, et déclencherait un effort du GVN de déplacer une division vers le nord du Delta. Cependant, une division n'ajouterait pas la capacité de stabiliser vraiment la situation, et le vide dans le Delta causerait un effondrement plus rapide là-bas.

Saïgon deviendra probablement une cité en siège très tôt - possiblement la dernière semaine d'avril.

Un événement qui pourrait changer la situation dans toutes les forces restantes sudvietnamiennes pourrait être le remplacement du Président Thieu. Il y a un grand rancoeur contre Thieu pour les revers dans les provinces du nord. Correctement ou non, Thieu est en train d'être tenu responsable des désastres dans les RM I et II.

Ma vue pessimiste est qu'il y a très peu que les Etats Unis puisse faire pour changer le cours des événements futures dans le Sud Vietnam, sauf réintroduire la puissance aérienne américaine en quantité considérable - et même ceci ne tournerait probablement pas la marée sur terre.

En même temps, les Etats Unis a un intérêt à la fois moral et pratique à produire un effort maximum pour sauvegarder la situation au Vietnam. Notre crédibilité en tant qu'allié sera mesurée par nos efforts dans les semaines suivantes et, avec espoir, mois suivants. Tandis que la probabilité de succès peut être basse, il est essentiel que les Etats Unis projète une claire image de détermination d'assiser les Sudvietnamiens. Ceci garantira que le GVN a quelque chance marginale de survie, et ce qui est plus important, protègera la crédibilité américaine dans le monde entier.

Au plan pratique, tandis que nous parlons au sujet des plans qui s'étendent sur une période de plusieurs années, nous pouvons accepter presque n'importe quelle sorte d'accomodation budgétaire du Congrès qui nous donnera une forte poussée maintenant. Sans un financement rapide à court terme il y a zéro probabilité d'avoir un problème à être concerné au début de l'année fiscale 1976 serait seulement académique.

Finalement, l'évacuation des réfugiés pourrait facilement grandir en une affaire de millions de gens. Ceci est en train d'être examiné séparément.

(La copie originale de ce memorandum est gardée à Gerald R. Ford Library)

generalhieu.com