Phénomène Du Stylo Psychique (2)

J'ai écrit dans la Préface: "Je suis seulement un instrument de mon frère. Le homepage du Général Hieu est une expression de soi-même." Et dans l' Epilogue: Phénomène de Stylo Psychique (1), j'ai brèvement touché sur ce phénomène que j'ai ressenti pendant que je devisais et construisais ce homepage. Je voudrais à ce moment-ci entrer en plus de détails avec quelques exemples typiques de ce phénomène étonnant.

La Photo de la Page de Front

J'ai obtenu cette photo pas longtemps avant le temps où je commence à établir le homepage du Général Hieu. Elle est tombée dans ma main dans les circonstances suivantes: Après la chute de Saïgon aux mains des communistes en mai 1975, une de mes cousines passe par la maison de mon frère dans le quartier de logement des officiers à Chi Hoa et voit la maison en désordre jonchée de papiers et photos éparpillés partout par terre. Elle collecte quelques unes de ces photos. Vers la fin de 1989, elle s'échappe par bateau et amène avec elle cette photo dans l'intention de la montrer aux autorités d'immigration comme preuve qu'elle est liée à un officier vietnamien et serait permis d'entrer aux Etats Unis. Une fois aux Etats Unis, elle la remet à mon père. Au début de juillet 1998, quand j'ai besoin d'une photo pour illustrer mon article Mon Frère, le Général Hieu sur l'internet, mon père me donne cette seule photo de mon frère en tant que général que notre famille possède à ce moment-là. Cette photo cadre bien avec ce homepage parce qu'elle inclue tous les éléments exprimés dans ce homepage: militaire, intelligentsia, vertu, religion, conseillers américains, etc... Je me suis rendu compte que mon frère a lui-même choisi cette photo pour être insérée dans ce homepage. Si cela est vrai, alors il a déposé la fondation de ce homepage depuis 1975!

La Légende de la Léproserie de Di Linh

Quand ma cousine apprend que je suis en train d'écrire sur mon frère, elle me dit que quand elle était encore au Vietnam, elle a vu une photo de mon frère en compagnie avec Monseigneur Jean Cassaigne, le fondateur de la léproserie de Di Linh, qui est mort lépreux, prise à cette léproserie. Cette photo a été publiée dans un livre qu'elle a trouvé dans la librairie de l'ordre bénédictine à Thu Duc. Je la presse de me procurer une copie de ce livre ou au moins une copie de cette photo afin que je puisse avoir la preuve que mon frère a souvent passé son temps à la léproserie. Autrement, qui aurait cru la présence d'un général militaire dans un tel endroit. Néanmoins, avant d'obtenir aucune preuve, quand je rédige l'article Le Traits Vertueux et Religieux du Général Hieu, j'écris, ou plutôt mon frère me fait écrire, que le Général Hieu a l'habitude de visiter Monseigneur Jean Cassaigne à la léproserie de Di Linh.

Puis un samedi, je vais à la Public Library sur la 42ème rue de New York pour chercher des photos de chars. Pendant que je suis en train de passer en revue les titres de livres sous la rubrique "Vietnam" sur un écran d'ordinateur, mes yeux soudainement rencontrent un titre d'un livre en Français, La Vie de Monseigneur Jean Cassaigne. Je soumets immédiatement une requête pour voir ce livre avec l'espoir de trouver la photo en question. Que je suis déçu de ne pas la trouver nulle part! En revanche, je trouve la phrase suivante: À 9h30 le matin du 12 avril 1972, le Général Nguyen Van Hieu entre dans la chambre de Monseigneur Jean Cassaigne et lui décerne la Médaille d'Honneur Nationale de 4ème Classe.". Ainsi, au moins j'ai la preuve de la présence du Général Hieu à la léproserie de Di Linh.

Et puis, ce qui est arrivé par la suite est incroyable. Ma cousine retourne au Vietnam pour visiter sa famille. Elle saisie l'occasion pour retourner à la librairie de l'ordre bénédictine à Thu Duc pour chercher le livre dans lequel elle a vu la photo en question; mais le livre a disparu sans une trace. Cette nuit-là, mon frère apparaît dans son rêve et lui donne l'ordre de monter à Di Linh où elle trouvera ses photos. Le jour suivant, avec beaucoup d'appréhension, elle fait le voyage à la région éloignée de Di Linh. Quelle surprise: lorsqu'elle est conduite à la salle de visiteurs, elle voit une douzaine de photos du Général Hieu suspendues aux murs! Elle demande la permission de faire des copies de ces photos et une fois de retour aux Etats Unis elle me les envoie. J'ai affiché deux de ces photos (1) et (2) sur le website. Et ainsi, mon frère m'a encouragé à ne pas hésiter à écrire quelque chose, parce qu'il me fournira la preuve plus tard!

Le Général Hieu, Commandant Adjoint du 1er Corps.

Quand mon frère a été évincé de la commande de la 5ème Division après la bataille de Snoul, je me rappelle vaguement qu'il a été transféré à Danang, Centre du Vietnam, comme Commandant Adjoint du 1er Corps, sous le Commandant Général Hoang Xuan Lam. Mais alors quand j'essaie de vérifier ce fait auprès de plusieurs officiers: Capitaines, Commandants, Colonels, et Généraux - personne ne s'en souvient que mon frère ait jamais tenu cette position à Danang. Un jour, Colonel Ta Thanh Long m'a dit par téléphone qu'il rencontrerait le Général Lam dans un banquet de mariage et lui poserait directement et en personne cette question. La semaine suivante je reçois une lettre de lui affirmant que la réponse du Général Lam a été négative: "Non, le Général Hieu n'a jamais été mon Commandant Adjoint." Le Général Hieu, voyant que tout le monde semble avoir une mémoire courte, m'envoie immédiatement - par l'intermédiaire de ma cousine - ces photos prises à la léproserie de Di Linh en avril 1972. L'une de ces photos montre le Général Hieu portant l'insigne du 1er Corps! Après quoi, j'ai reçu une lettre du Général Lam demandant pardon d'avoir mal informé Colonel Long en disant que le Général Hieu n'a jamais été son Commandant Adjoint; il a été en fait, mais très brèvement!

Récolter les Documents aux National Archives.

Quand mon frère me fait contacter les National Archives à la fin d'août 1998, mon seul but fut de chercher les rapports d'évaluation des conseillers américains concernant le Général Hieu, parce que je pensais que c'étaient les seuls types de documents que les conseiller américains auraient rapportés du Vietnam.

Les règlements établis aux National Archives sont très stricts: on n'est pas permis d'apporter des stylos avec soi, des crayons seraient fournis sur place; on n'est pas permis non plus d'apporter des chapaux ou cartables; toutes sortes de feuilles de papier écrites ou photocopies doivent être revues et tamponnées à la sortie; on est permis de photocpier tous documents mais chaque fois on doit obtenir la permission avant de les photocopier; tous les chercheurs sont supervisés de près, avec les responsables des archives qui ne manqueront pas d'apparaître pour interroger à la moindre infraction ou action douteuse; toute fiche de requête de documents doit être remplie correctement et doit être revue et contresignée par un personnel des archives avant la soumission; le maximum de chaque requête est de 22 boîtes chargées sur une charrette; le temps de l'attente de chaque requête est d'une heure et demie.

À cause de tous ces stricts règlements, afin d'éviter tout gaspillage de temps, on devrait procéder avec soin et décider avec sagesse dans le choix des documents à photocopier. Au début, je cherche les pages dans lesquelles le nom du Général Hieu apparaît. Mais très tôt, je commence à fonctionner dans un mode de pilotage automatique: choisissant cette page, rejetant l'autre page sans savoir pourquoi et pourquoi pas. J'opère ainsi comme un zombi, de 9 heures du matin jusqu'à 5 heures du soir, avec une interruption au milieu de la journée pour déjeuner; commençant le lundi et terminant le vendredi de cette semaine-là. J'emporte à la maison un paquet d'environs 400 pages photocopiées de documents, ne sachant pas comment je vais les utiliser, parce que parmi eux je n'ai obtenu seulement que 4 pages concernant l'évaluation du Général Hieu.

Mais comme vous pouvez le constater, le bilan, est que, de ces documents inordonnés, mon frère a produit plus de 200 pages de 8"x11", parlant au sujet du Général Hieu. Vous devriez savoir que ces articles ont été produits sans aucun plan préconçu de ma part. Normalement un titre soudainement étincelle dans mon cerveau, puis à 3 heures du matin, je vais à mon bureau, ouvre mon ordinateur, commence à taper sans plan, débutant la paragraphe d'introduction sans avoir une idée comment le corps principal et comment la conclusion ressembleraient! Chaque fois qu'un document d'appui est requis, ma main le trouve et soutire sans besoin de le chercher. Le processus de rédaction a été extrêmement aisé et facile: je travaillais sous le guide de mon frère. En d'autres mots, mon frère m'utilise comme son stylo psychique.

Quelqu'un a suggéré que j'ai été capable d'écrire parce que j'avais les documents en mains. Laissez-moi vous offrir un métaphore: Vous et moi nous allons à un supermarché et remportons à la maison des légumes, de la viande, du poulet, du poisson, etc... Une fois dans la cuisine, vous me demandez de cuisiner un repas à 9 plats, à laquelle je proteste avec véhémence parce que je n'ai jamais appris à cuisiner. Mais alors puisque vous insistez, je retrousse les manches et m'attelle à accomplir ma tâche d'en venir avec 9 plats. Vous dégoustez et aimez chacun de ces plats et me réprimandez de vous avoir menti en disant que je ne savais pas cuisiner! Mon cher lecteur, vous devriez savoir que j'ai produit plus de 30 articles traitant des sujets militaires tandis que je n'ai aucune connaissance ou formation militaire! N'est-ce pas là un phénomène du stylo psychique?

Les Traits Vertueux et Religieux du Général Hieu.

Permettez-moi de vous raconter comment j'ai construit cet article. Un jour, je téléphone Colonel Le Khac Ly pour lui demander une pièce d'information concernant mon frère. Il répond qu'il ne le sait pas, puis il continue la conversation avec des souvenirs en bric à brac au sujet de ses relations avec mon frère. Quelques jours plus tard, j'appelle Colonel Ta Thanh Long pour régler une affaire; après quoi, il continue en me racontant ses souvenirs de mon frère. La semaine suivante, j'appelle Colonel Khuyen pour lui remercier de m'avoir envoyé un article, et nous échangeons librement nos pensées à propos du Général Hieu. Dans toutes ces conversations, je ne prêtais pas beaucoup d'attention, et ne prenais pas de notes de nos échanges. Néanmoins, quelques jours plus tard, le stylo psychique produit l'article intitulé Les Traits Vertueux et Religieux du Général Hieu, dont le contenu est tapissé avec les détails glanés des trois conversations téléphoniques sans liens entre eux avec les trois Colonels ci-dessus mentionnés.

"Blitzkrieg".

Quand mon frère voulait que je parle de la tactique de "Blitzkrieg" dans l'article Général Hieu, un Général Compétent, je me sentais complètement perdu: je n'ai aucune idée sur ce sujet; j'ai sans doute entendu parler de cette tactique quand j'étudiais l'histoire mondiale en secondaire (mais alors je n'aimais pas tellement l'étude de l'histoire). Je parcours les couloirs où je travaille, arrêtant tous les professeurs d'histoire que je rencontre pour leur demander sur le sujet du "Blitzkrieg", sans obtenir une réponse satisfaisante. Tandis que je ressens tout à fait perdu à l'extrême, j'entre et surfe sans but dans l'internet. Tout à coup je clique sur un web site avec le nom Achtung Panzer, un titre Allemand dont le sens m'échappe. Un second déclic m'amène à un site avec le titre Concept du Blitzkrieg! Ça doit être mon frère qui m'a conduit à ce site!

Avec la théorie de "Blitzkrieg" en ma possession, j'ai été guidé plus loin à la bataille de Svay Rieng racontée dans la série du Vietnam Experience que j'ai affichée dans mon article Commandant Adjoint du 3ème Corps. Quelle surprise! je découvre avec étonnement qu'il y a un parfait match entre la théorie décrite dans le livre et l'application de cette théorie telle que réalisée dans cette bataille. Il n'y a aucun doute que la bataille de Svay Rieng a employé la tactique de "Blitzkrieg".

Attaque versus Retrait

Dans l'article le Général Hieu, un Général Compétent, quand j'atteins la section L'Art du Retrait Militaire, je suis coincé parce que je ne sais pas comment parler au sujet du retrait militaire. J'ai été obligé de fermer mon ordinateur et je compte chercher des livres qui traitent sur ce sujet, en particulier les livres rédigés par Pham Kim Vinh, que j'ai entendu parler comme ayant été un professeur de stratégie et de tactique aux Collèges Militaires Vietnamiens. Mais à 3 heures du matin du jour suivant, lorsque j'ouvre mon ordinateur comme d'habitude, mes doigts commencent à taper les lignes qui assortissent entre la posture d'attaque et celle de retrait (action/ réaction, phases bien définies/mal définies, coordination solide/branlante, l'élément du temps à/non à sa disposition, avec/sans appui d'artillerie, ligne d'attaque uni/quadri-dimensionnelle, emplacements ennemis bien visés/inconnus, le moral des troupes haut/bas), tandis que mes yeux suivent avec étonnement l'apparition de ces lignes, bien qu'elles soient le produit direct de mes doigts, mais dont les pensées qu'elles transportent ne sont pas les miennes!

Le Style Unique de Combat du Général Hieu.

Comme je ne possède aucune formation militaire et aucune connaissance militaire, je n'ai aucune idée ce qui consiste un combat, comment pourrais-je décrire le style unique de combat du Général Hieu ?! C'est pourquoi je suis étonné quand tout à coup je commence à taper le titre de cet article.

Après que j'ai fini taper la première paragraphe d'environ une page, dans laquelle j'ai pu attribué le style unique du Général Hieu à sa formation d'état major, j'ai été si content, et ferme mon ordinateur, pensant que la tâche a été achevée. Mais à mon étonnement, le matin suivant, je continue à taper: unique à cause de 3 facteurs: renseignement, unités de reconnaissance et formule de tandem infanterie-armure, sans aucune pré-méditation, et sans avoir aucune idée comment je vais développer ces trois idées principales!

Puis, la première section - le rassemblement de renseignements - a été produite sans trop de difficulté parce que je n'ai qu'à me baser sur les documents que j'ai déjà en mains. Cependant, quand j'arrive à la deuxième section - l'emploi des unités de reconnaissance - je bute contre une impasse parce que les documents que je possède ne font pas mention de cet élément. À ce moment-là, je passe à lire mes e-mails. Quelle surprise! un e-mail apparaît dont l'auteur est Tran Hoai Thu, un ancien officier de reconnaissance du Général Hieu, commandant de la 22ème Division. Et ainsi le contenu de cette e-mail est devenu le contenu de la deuxième section!

Je dois confesser que quand mon frère utilise le stylo psychique pour me faire rédiger la section "Formule de Tandem Infanterie-Armure" est la première fois que je me suis rendu compte que mon frère est excellent dans l'emploi des véhicules blindés, parce que je savais qu'il n'a pas été sorti des unités d'armure.

La Battle de Snoul.

Quand j'attelle à rédiger cet article, je ne sais pas quand est-ce que cette opération a débuté et quand elle est terminée, et ainsi n'ai pas capable de choisir les documents d'ordres d'opération sur quoi me baser pour reconstruire cette opération. C'est la découverte des trois lettres que mon frère a écrites à sa femme du champ de bataille qui m'a permis de déterminer le commencement et la fin de cette opération Snoul. Le résultat a été un rapport, avec tous les détails, de l'opération Snoul sous les propres yeux du Commandant Général qui a devisé et commandé cette bataille.

Une Déclaration Audacieuse.

Quand j'ai écrit la phrase: Un Général américain une fois m'a dit: "Dans l'ARVN, peut être seulement le Général Hieu a la capacité et le charisme de tenir un corps d'armée avec efficacité; les autres Généraux sont seulement capables de tenir des unités jusqu'au niveau de division," dans mon tout premier article Mon Frère, le Général Hieu en Juin 1998, alors que je ne possédais pas encore les documents militaires au sujet de mon frère, je sentais de la répugnance parce que cette déclaration sonnait si audacieuse, comment les autres Généraux puissent l'accepter. J'ai l'intention de gommer cette phrase à maintes reprises, mais n'ai pas pu agir sur mon intention, c'était comme si une force invisible me prévenait de faire ainsi.

Après quoi, je concentre mon attention à découvrir des cas dans lesquels mon frère commandait un corps d'armée, sans succès. Les documents en mains ne mentionnent que sa commande jusqu'au niveau de division, en tant que Commandant Général de la 22ème Division et celle de la 5ème, suivie par sa position de Commandant Adjoint du 1er Corps et du 3ème Corps. Peut être notre Général américain a voulu dire que le Général Hieu avait la capacité potentielle mais non pas l'exercise en fait de la commande au niveau de corps. Mais alors soudainement à la fin de décembre 1998, mon frère m'a révélé que le Général Hieu a en effet déployé des unités du 3ème Corps entier dans la bataille de Svay Rieng en avril 1974, racontée dans l'article Commandant Adjoint du 3ème Corps. Sa consigne à moi a été: écris quant même, je fournirai la preuve!

Une Autre Déclaration Audacieuse.

Dans l'article Un Général Compétent, mon frère m'a dicté:

Quand Dieu crée un individu avec une mission spéciale, Il tamponne une marque distintive sur cet individu dès le moment de la conception. Par conséquent, on n'a pas besoin d'être un physionomiste pour être capable de reconnaître l'air majestueux d'un Général dans la physionomie du Général Hieu. Simplement en regardant les photos du Général Hieu, on n'hésitera pas à déclarer qu'il possède les traits d'un Général plus que n'importe quel Général de l'ARVN...
Quand je tape jusqu'à ce point, je chuchote à mon frère: "Oh, là là, n'es-tu pas en train de te vanter un tout petit trop!?"
Pendant ce temps mes doigts continuent à taper: ...ou de n'importe quelle autre Armée,...
Je m'éclate: "Qu'est-ce que tu es en train de dire!?"
Mes doigts ne s'arrêtent pas de taper: ...des anciens temps aussi bien que des temps modernes.
Je hurle tout haut: "Ne me fais pas écrire comme çà, je n'oserai pas l'afficher sur l'internet: les gens vont se moquer de moi et pensent que je suis dérangé!"

Mais alors je n'arrive pas à effacer cette paragraphe. Et j'attends avec anxiété le jour où les lecteurs riposteraient avec véhémence. Mais bizarrement, cet article a été sélectionné et publié dans 6 revues vietnamiennes (dont j'ai eu la connaissance) - 3 au Canada, 2 en Californie et 1 à Atlanta - mots à mots, sans aucune modification ou censure! Tant de lecteurs l'ont lu sans aucune réaction. Il semble que tout le monde l'accepte comme étant une affirmation ordinaire et l'avale sans peine!

Capitaine Do Duc, attaché du Général Toan

Comment ai-je pu trouver Capitaine Do Duc? En fait, Capitaine Do Duc m'a trouvé, ou plutôt mon frère l'a causé, l'a conduit à moi dans une chaîne étonnante d'événements comme suit.

J'ai prêté une copie de la Page du Général Hieu à un de mes amis, qui ensuite l'a prêtée à un de ses amis. Cet ami a un frère qui vit à Little Rock, en Arkansas. Ce frère à lui, Capitaine Do Duc, vient à Brooklyn, New York pour visiter son frère, qui l'amène à la maison de son ami. Une fois entré dans cette maison, Capitaine Do Duc aperçoit la copie de la Page du Général Hieu sur la table, et se met à la lire par curiosité, puis révèle à l'ami de son frère qu'il a été l'attaché du Général Toan et voudrait parler au frère du Général Hieu!

Un Général Effacé et Discret

Un rappel: cet article, comme les autres articles, a été tapé sans aucun plan préalable, ce qui veut dire sous l'influence du stylo psychique comme suit:

Quand je commence à taper le titre de cet article, Un Général Effacé et Discret, j'ai cru que je vais écrire au sujet de la modestie de mon frère. Je ne savais pas que le résultat serait l'opposé de ma présomption.

Le premier sous-titre apparaît sous mes doigts, Un Parmi les Autres Généraux Compétents. "Qu'est-ce que c'est?", je m'étonne.
Puis le second sous-titre apparaît, Le Plus Compétent Général. "Mon Dieu! Comment vais-je prouver une telle assertion!?" En me recourant aux statistiques? Faire une comparaison entre le Général Hieu et les autres Généraux sur la quantité de grandes batailles, d'ennemis tués, d'armements capturés, de chars détruits...? Où pourrai-je trouver les documents de soutien? Il est vrai que je possède certains documents concernant les exploits militaires du Général Hieu, mais quant aux autres Généraux, où trouverai-je du temps pour les chercher? En outre, je n'ai pas l'expertise militaire pour une telle tâche.
Ces lignes de pensées tourbillonnent dans ma tête et mon corps devient rigide avec un sens de résistance, mais mes doigts continuent à taper avec nonchalance: Une chose est certaine: que ce soit ennemi ou ami, que ce soit la presse américaine ou vietnamienne, que ce soit le milieu professionnel militaire ou le public civil, tout le monde est d'accord que le Général Do Cao Tri était le meilleur tacticien. Mais alors le Général Tri semble admirer le Général Hieu le plus.

Le reste est laissé au lecteur d'examiner et goûter par lui/elle-même... le phénomène du stylo psychique!

La Bataille de Pleime

En Juin 1998, j'ai fortuitement trouvé le livre Thu Gui Nguoi Ban My (Lettres à un Ami américain), dont l'auteur est le Général Vinh Loc. Dans ce livre, il est brèvement fait mention de la bataille de Pleime. Le Général Vinh Loc soutient que si l'on compare cette bataille à celle de Lang Vey, les troupes de l'ARVN apparaîssent meilleur combattants que celles de l'USA, qui ont permis à cet avant-poste de Forces Spéciales de Lang Vey d'être envahi avant le siège de Khe Sanh. Le livre indique également les autres livres écrits par le même auteur, parmi lesquels on peut trouver le titre Pleime publié en 1966.

J'ai immédiatement envoyé une lettre au Général Vinh Loc chez L'Edition Ngay Nay, dans laquelle je demande au Général Vinh Loc au sujet du rôle joué par Colonel Hieu, Chef d'Etat Major du 2ème Corps, dans la bataille de Pleime, et m'offre à acheter le livre Pleime. Cette lettre attend encore une réponse...

Deux ans se sont écoulés... en juin 2000, une force intérieure me pousse à écrire une lettre à la librairie de l'Académie Militaire de West Point demandant la permission d'y faire de la recherche sur la guerre du Vietnam. J'ai été extrêmement content quand je reçois une réponse positive. En deux voyages à la librairie, j'ai pu trouver parmi les quelques 500 livres sur la guerre du Vietnam quelques livres qui font mention de la bataille de Pleime et je copie les pages qui parlent de cette bataille. Cependant, quand je me mets à mon ordinateur, après avoir tapé le titre La Bataille de Pleime, mes doigts s'immobilisent. Quelques jours plus tard, je retourne à la librairie et trouve d'autres documents supplémentaires à propos de la bataille de Pleime que j'ai manqué la première fois. Cette fois, armé avec ces nouvelles données, quand je m'assieds devant mon ordinateur, lignes après lignes s'écoulent avec facilité, comme de l'eau s'écoulant du ruisseau. Le résultat est une narration de la bataille sous la perspective de celui qui a devisé et exécuté le plan de la bataille même!

La Campagne de Do Xa

J'ai pensé que je ne serais jamais capable d'écrire sur cette bataille, comme elle est survenue si longtemps dans le passé - en 1963 ou peut être 1964 - personne ne se souviendrait d'elle et je ne saurais où trouver les documents concernant cette bataille.

Soudainement, un jour en février 2000, dans une conversation téléphonique avec le Général Lu Lan, il mentionne en passant qu'il a été impliqué dans la Campagne de Do Xa. À l'époque, il tenait la position de Commandant Adjoint du 2ème Corps en charge d'opérations et Colonel Hieu était le Chef d'Etat Major du 2ème Corps. Je lui demande immédiatement d'écrire un article sur cette campagne. Il décline sous prétexte que l'événement s'est passé si longtemps et qu'il ne s'en souvient pas grand-chose. Néanmoins, il a pu se rappeler de quelques détails, comme la présence du Commandant Son Thuong, du Commandant Phan Trong Chinh, du 50ème Régiment de la 22ème Division, du ruisseau Nuoc Lah, du Général Nguyen Don de l'ANV, de l'incident de l'hélicoptère de commande touché par le tir ennemi, de la zone de bombardement libre...

La pénurie de ces détails ne me permettait pas d'écrire un article. Cependant, dans les trois à quatre jours suivants, d'une manière tout à fait fortuite, sans aucune intention de recherche de ma part, je me cogne sur une photo du Commandant Son Thuong dans le livre du Général Nguyen Chanh Thi intitulé Viet Nam - Mot Troi Tam Su, une photo du Commandant Phan Trong Chinh dans un volume publié par le 5ème Bureau de l'Etat Major Général intitulé QLVNCH trong giai doan hinh thanh 1946-1955, la participation du Capitaine Ngo Quang Truong et de ses unités de Parachutistes dans cette bataille dans le livre de Tran Ngoc Nhuan intitulé Doi Quan Ngu, la hauteur du sommet Ngoc Linh (2598m/8524ft) dans un website de l'internet, une carte montrant l'emplacement de Do Xa également dans l'internet. La découverte de tous ces détails m'ont permis de rédiger l'article sur la Campagne de Do Xa dans un clignotment d'oeil.

Ce n'est pas tout. Tandis que je suis en train de taper la conclusion, un coup de téléphone venant d'un ami est survenu. Quand je lui dis ce que je suis en train de faire, il m'offre immédiatement un détail au sujet de la Campagne de Do Xa: l'an précédent, le Général Nguyen Khanh a aussi lancé une attaque dans ce repaire de VC. Il a dû éviter une conférence de presse, parce qu'il a peur de devoir répondre aux questions de la bande de journalistes venant de Saïgon au sujet de la nouvelle de la perte d'un bataillon entier qui s'était survenu le jour précédent.

Mon frère a en fait délivré directement à mes mains toute les informations nécessaires qui ont rendu possible la rédaction de cet article!

Une Douzaine de Portraits

Je me rappelle que quand j'étais en primaire ou en secondaire, ce qui me faisait le plus peur était lorsque mes maîtres donnaient comme sujet de composition de décrire la personne que vous admirez le plus. Dans ces cas, ce n'a été qu'avec grands efforts que j'ai pu accomplir ma tâche.

Mais alors mon frère a gentiment guidé ma main dans la réalisation d'une douzaine de portraits du Général Hieu sans difficulté, avec chaque portrait montrant un différent trait de la personnalité du Général Hieu: Le Général Hieu dans ses Rapports avec Autrui, Vaillant Général Nguyen Van Hieu, les Traits Vertueux et Religieux du Général Hieu, un Compétent Général, un Général Effacé et Discret, un Général Solitaire, un Maître du Kung Fu, J'ai Connu le Général, un Jeune Homme aimable et un Commandandt Vénérable, Quaterback versus Entraîneur.

"Ce n'est pas fini, jusqu'à ce que je dis que c'est fini"

En passant en revue l'Ordre Chronologique de l'Apparition des Articles, je remarque qu'à maintes reprises j'ai hâte de conclure que la construction de ce website est terminé, et avoir mon frère me rappeler gentiment chaque fois que "Ce n'est pas fini, jusqu'à ce que je dis que c'est fini"!

En fait, le 25 septembre 1998, après que j'ai affiché approximativement trente articles, j'ai déterminé que le projet est achevé et m'attelle à écrire la Préface (normalement, la Préface est placée au début du livre, mais n'est rédigée qu'après que le manuscrit est fini). Dans le mois qui suit, quatre autres articles ont vu le jour. Pensant que c'est fini, le 23 novembre 1998, j'écris l'Epilogue. Mais vingt-et-un autres articles ont été rédigés par la suite. Pensant que c'est suffisant, le 12 octobre 1999, j'écris l'Avant-propos, montrant deux façons que les lecteurs peuvent choisir de lire mon homepage que je considère comme achevé. Et le 12 novembre, j'écris mes Remerciements, remerciant tous ceux qui ont contribué dans la réalisation de ce homepage. À ma surprise, quelques cinquante autres articles ont vu le jour, parmi lesquels sept articles sont rédigés par moi (J'ai Connu le Général, un Général Solitaire, un Maître du Kung Fu, Cadet Militaire Hieu, la Campagne de Do xa, Quarterback versus Entraîneur, Griffe D'Aigle 800 dans le Contexte d'Opération de la 1ère Division de Cavalerie Américaine), le reste des articles sont des documents reliés directement ou indirectement au Général Hieu, que quelqu'un m'a envoyés, ou que j'ai trouvés dans l'internet.

En outre, vers mars 2000, après avoir écrit l'article la Campagne de Do Xa - que j'ai déterminé comme le dernier article - je considère ma tâche comme achevé, et ainsi je prépare le manuscrit en format de livre avec l'intention de contacter les maisons d'édition pour faire publier mon livre.

Néanmoins, en ce jour même, le 10 décembre 2000, j'ai l'impression que ce projet n'est pas encore fini et je me résigne à une attitude d'attente pour voir...

Bien que ce homepage ne soit pas tout à fait fini, je remarque qu'aucun autre Général de n'importe quelle Armée dans le monde entier, encore vivant ou déjà décédé, n'ait un webpage d'hommage aussi riche que celui-ci. L'ARVN devrait être fier d'avoir un Général aussi compétent de premier calibre dans ses rangs...

"Je Te L'ai Dit Ainsi, N'est-ce pas?"

Comme écrit dans le paragraphe précédent, depuis 20 décembre 2000, je me suis résigné à une attitude d'attente pour voir..., c'est-à-dire je ne m'efforce plus à rechercher des documents et à me casser la tête pour écrire, et pourtant depuis lors jusqu'aujourd'hui le 09/08/2002, à peu près 40 articles ont apparu sur la Page du Général Hieu:

04.08.2002: Le 52è Bataillon d'Aviation de l'US Army Soutenant La Campagne De Do Xa
29.07.2002: Traduction du Discours Prononcé par le Général Hieu le 14 juillet
28.07.2002: Espoirs et Déceptions de l'Enquêteur d'Anticorruption
30.06.2002: Le Général de Brigade Tran Van Nhut
23.06.2002: Le Général Hieu et le Clan du Delta
13.06.2002: Troisième Lettre Énonçant Le Fait Mis à jour le 19 juillet 2002
02.06.2002: Rapport sur l'Enquête de l'Affaire FAMES
28.05.2002: Le Cas de Corruption du Colonel Tran Trong Nghia
28.05.2002: Le Général Hieu Examine son Travail contre la Corruption
27.05.2002: Trois Cas de Corruption: Dung, Police Judiciaire et Phung Hoang
27.05.2002: Corruption Dans Le Système Judiciaire
27.05.2002: Sept Colonels Punis dans l'Affaires FAMES
26.05.2002: Le Général Hieu Parle du Décret Spécial
26.02.2002: Le Général Hieu Parle du Scandale du FAMES
05.05.2002: Vice-Amiral Hoang Co Minh
02.05.2002: ARVN Généraux en 1967
21.04.2002: La Position Apolitique du Général Hieu
21.04.2002: Colonel Hieu et le Putsch Militaire du 13/09/1964
18.04.2002: La Situation Militaire le 8-9 Avril 1975
08.04.2002: Slideshow des Véhicules Blindés
07.04.2002: Slideshow de l'Album du Général Hieu
02.04.2002: L'Opinion du Général Hieu sur la Vietnamisation
16.02.2002: Général de Division Nguyen Xuan Trang Mis à jour le 04.03.2002
18.01.2002: Conversation avec le Général Le Minh Dao
06.01.2002: La Bataille de Duc Co
05.01.2002: Le Général Patton et son Homologue Le Général Hieu
09.12.2001: La Mission de Frappe à Do Xa
17.11.2001: Entretien Avec Richard Peters
19.10.2001: Nguyen Van Thieu
17.10.2001: La Page du Général Hieu Dans L'Internet
09.09.2001: Le Commandant Adjoint De La Région De Saïgon A Eté Tué
01.09.2001: Le Général Patton et son Homologue Le Général Hieu
25.08.2001: La Bataille de Snoul Rapportée par The New York Times
24.08.2001: Thieu Licencie Son Ministre de la Défense
28.07.2001: La Perspective Américaine de la Bataille de Pleime
27.07.2001: Un Cas de Corruption au Vietnam
18.02.2001: La Bataille de Xuan Loc
14.01.2001: Commandants de 5Div et 22Div
01.01.2001: Une Position Sinécure
27.12.2000: Enquêteur d'Anti-corruption
26.12.2000: La Corruption Comme Une Peste

Ces articles complètent et apportent davantage de lumières aux sujets déjà abordés, en particulier les efforts d'anti-corruption du Général Hieu, son rôle en tant que Commandant Adjoint du III Corps, et les opérations de Do Xa et Pleime. Si j'avais complètement stoppé de construire la Page du Général Hieu à partir du 10/12/2000, ne serait-elle pas grandement tronquée et inadéquate? Mon frère m'a littéralement apporté ces derniers documents et les a mis dans mes mains et il a facilité mes découvertes et mes contacts avec le Général Nguyen Xuan Trang, le Consul Général Américain Richard Peters, le Général Le Minh Dao, le Général Le Trung Tuong, le Général Tran Xuan Nhut... Eh bien, Je te l'ai dit ainsi, n'est-ce pas?"

Dernièrement, mais non la moindre importance?

Quand deux mois passaient - le dernier article a été affiché début août - sans que rien s'est parvenu, je pensais que tout est terminé. Mais début octobre, je sentis soudain une forte envie d'écrire à propos de la période d'état major de mon frère. J'écris alors l'article Une Ebauche de la Période d'Etat Major en rassemblant les témoignages éparpillés dans la Page du Général Hieu. Je croyais que c'était suffisant, mais à ma grande surprise mon frère me faisait produire sept autre articles, en m'introduisant au Captain Am et Colonel Mataxis, afin que la génération prochaine sache son talent exceptionnel de stratège!

15.12.2002: Colonel Hieu et Colonel Mataxis, Chef d'Etat Major du IIè Corps et Chef Conseiller du IIè Corps
05.12.2002: Le IIè Corps Fait Face Aux Attaques des VC dans Phu Bon, Pleiku et Kontum
24.11.2002: La Campagne Dong Xuan 1965 VC et la Stratégie du IIè Corps
17.11.2002: Au Secours du Camp GDIC Duc Co
03.22.2002: Attaque et Contre-Attaque sur la Route Nationale 19
21.10.2002: Opération de Nettoyage Routier
13.10.2002: Chef d'Etat Major du IIème Corps Mis à jour le 19/10/2002
04.10.2002: Une Esquisse de la Période d'Etat Major Mis à jour le 17/11/2002

Dans le passé, je me vantais du talent hors pair de stratège du Général Hieu, mais c'est seulement à présent que mon frère procure des documents pour confirmer mon assertion.

Avec cette série d'articles concernant la période d'état major, je pense que la Page du Général Hieu est complète et ainsi achevée. C'est pourquoi je donne à cette section le titre Dernièrement, mais non la moindre importance?, avec un point d'interrogation car, on ne sait jamais, des documents supplémentaires pourraient se montrer...

Ce N'est Vraiment Pas Encore Fini!

En 2003, ,on frère m'a envoyé les personnes suivantes: le Colonel John Hayes, Chef Conseiller de la 5è Division, le Lieutenant Colonel Roy Couch, Sous-Chef Conseiller de la 5è Division (qui a été tué dans un accident d'hélicoptère en 2/1970) et le Lieutenant Colonel Robert Lott, Sous-Chef Conseiller de la 5è Division. Ces témoins ont fourni des caractérisques uniques supplémentaires du Général Hieu.

En outre, le Général Hieu avait attendu jusqu'en octobre 2003 pour produire son Commandant de la 1/8è Bataillon qui a rédigé le magnifique article intitulé La Bataille de Snoul et ses Conséquences pour rétablir son honneur.

Le Général Hieu identifie ses Meurtriers

Dans mon effort à comprendre le mystère enveloppant la mort de mon frère, je ne pensais pas que j’aboutirais à grand-chose, car elle s’était survenu il y a plus de deux décennies au Vietnam alors que maintenant je vis aux Etats-Unis; en outre, je ne possède pas les talents d’un détective pour savoir faire l’investigation d’un crime, ou la formation légale d’un avocat pour présenter l’accusation devant un tribunal. Néanmoins, mon frère utilise mon inaptitude dans l’identification de ceux qui l’ont tué.

En tout premier lieu, il m’a conduit aux principaux témoins qui étaient présents au Quartier Général du 3è Corps d’Armée le jour du crime, afin de projeter quelques lumières sur cet acte ténébreux. C’est bien étrange: je ne savais pas le nom de ces individus, et pourtant même après plus de vingt ans, je les ai trouvés et ai obtenu leur numéro de téléphone ou adresse pour pouvoir les contacter. Et ce qui est plus incroyable est que chacun d’entre eux se portait volontiers à répondre à ma question: «Est-ce que vous savez quelque chose sur la mort de mon frère?» Supposons qu’ils répondent avec un non tout court et garde le silence, je ne pourrais pas alors rien découvrir. Par contre, parce qu’ils ont parler à longueur, j’ai pu comparer, analyser et rapprocher les différents témoignages afin de discerner qui parle la vérité, qui mente; qui exagère, qui cache quelque chose; qui dit qu’il sait et par contre ne sait pas grand-chose, qui dit qu’il se sait pas et par contre le sait bien ? Cependant, je dois confesser en toute honnêteté que je suis confus devant toutes les contradictions et les divergences dans les témoignages que j’ai obtenus. J’étais aveuglé dans l’épais nuage de fumée.

Et puis, en septembre 2004, après que j’aie contacté quelques derniers témoins clé (le Docteur Ly Ngoc Duong et le Colonel de la Police Le Trong Dam), mon frère me dicte l’article Le Rapport Final. Ce fut un phénomène du stylo psychique, car j’ai tapé d’un trait, sans aucune préparation, sans plan, sans idée préconçue. Et quand l’article atteint la conclusion, je suis surpris que l’argument final se termine ainsi.

L’Art du Retrait des Troupes

J’ai été troublé lorsqu’il soudainement ce titre surgit dans ma tête parce que dans le passé mon frère m’avait dicté un court paragraphe traitant ce sujet dans l’artcile Un Compétent Generalcomme suit:

Dans le milieu militaire, tout le monde sait que le retrait des troupes est l'acte le plus difficile à accomplir, en particulier si le retrait est effectué sous la domination de l'ennemi et surtout quand on est encerclé par lui. Dans une posture d'attaque, on maîtrise totalement tout - on agit: tout a été anticipé et déterminé, tous les mouvements entre les unités ont été bien coordonnés à l'avance, les tirs d'appui sont prêts à intervenir, les objectifs ont été bien localisés, la ligne d'attaque est fixée, les positions de l'adversaire ont été bien connues, on a le temps à sa disposition, le moral des soldats est bien élevé... Dans une posture de retrait, on est sous la pression d'adverse - on réagit: tout est incertain, les mouvements coordonnés entre les unités dépendent largement du bon vouloir de l'ennemi, les tirs d'appui sont devenus inutiles parce que celui-ci est trop proche, les objectifs à détruire sont éparpillés, les positions de l'ennemi sont inconnues, la ligne d'attaque devient multiple et incertaine, l'élément du temps n'est plus à sa disposition, le moral des soldats est affaibli...On doit être un très bon chef pour pouvoir surmonter tous ces variations néfastes afin de maintenir la confiance de ses soldats et la combativité de ces derniers.

Néanmoins, j’obéis sagement à l’impulsion intérieure et ouvre mon computer et commence à taper le clavier sans avoir aucune idée concernant ce que je vais écrire sur ce sujet. Par conséquent, je suis choqué quand mes doigts tapent: En analysant les deux retraits de troupes réalisés par le Général Hieu (1) à Thuan Man en 6/1965 aux Hauts Plateaux et (2) à Snoul en 5/1971 au Cambodge, on pourra éliciter les éléments qui permettent à un retrait de troupes d’être réussi. Vous, en tant que lecteur, devrait être avisé que je n’ai jamais analysé ou comparé ces deux retraits de troupes à ce point-là. Puis mes doigts tapent progressivement l’annonce du premier élément, fournit une courte explication, illustre ce premier concept avec des extraits pris des deux articles Thuan Man et Snoul; ensuite tapent progressivement l’annonce du deuxième élément, fournit une courte explication, illustre ce deuxième concept avec des extraits pris des deux articles Thuan Man et Snoul; ensuite tapent progressivement l’annonce du troisième élément, fournit une courte explication, illustre ce troisième concept avec des extraits pris des deux articles Thuan Man et Snoul; et cetera..., jusqu’au huitième et dernière élément, puis termine avec la conclusion. Je souligne encore une fois que lorsque je commence je n’ai aucune idée combien d’éléments le Général Hieu va énumerer comme étant nécessaire pour le succès d’un retrait de troupes.

Sans connaissance militaire, sans avoir suivi aucun cours militaire élémentaire ou supérieur, sans aucune étude sur le sujet de retrait de troupes, sans analyse et comparaison préalables des deux articles Thuan Man et Snoul, puis rédiger d’un coup et sans ébaucher de grandes lignes l’article. N’est-ce pas là un cas typique du phénomène de stylo psychique?

generalhieu.com