Général Nguyen Van Hieu, un Eminent ARVN Général

Certains ARVN généraux sont connus pour leurs rôles politiques qu’ils teaient pendant la Guerre du Viet Nam (1954-1975), tels que le Général Duong Van Minh (Big Minh), le Général Tran Van Don, Général Nguyen Van Thieu, Général Nguyen Cao Ky; certains d’autres pour leur rôles de combat dans certaines batailles majeures, tels que le Général Do Cao Tri (Opérations transfrontalières cambodgiennes 1970), le Général Ly Tong Ba (Bataille de Kontum, 1972), le Général Ngo Quang Truong (Bataille de Quang Tri, 1972), le Général Le Van Hung (Bataille d’An Loc, 1972), le Général Le Minh Dao (Bataille de Xuan Loc, 1975). Cependant, il y avait un officier général moins connu, néanmoins extrêmement compétent, le Général de Division Nguyen Van Hieu.

Déjà en 1958, alors que Hieu était encore commandant et Chef d’Etat-major Adjoint du 1er Corps d’Armée, un Conseiller Américain a remarqué son talent militaire:

Le 16 février 1958, Hieu fut nommé Chef d’Etat-major Adjoint d’Opérations du 1er Corps d’Armée. Le Commandant du Corps d’Armée était le Général de Corps d’Armée Tran Van Don. En août de cette année-là, Hieu a reçu une évaluation de la part d’un Conseiller Américain. Il est apparent de ce rapport que Hieu avait, pendant les six mois qu’il était au 1er Corps d’Armée, laissé une impression très favorable parmi le Groupe de Conseillers Américain à Danang. Hieu a été hautement recommandé à suivre les cours de l’ U.S. Army Command and General Staff College at Fort Leavenworth, Kansas ; loué pour ses capacités administratives; pour son talent et traitement approprié du personnel; et pour son attitude supérieur vis-à-vis de la réception et de l’écoute des avis venant de la part des conseillers américains. Le conseiller conclut son rapport avec: “Il est une personne qui possède le potentiel destiné pour le plus haut échelon dans l’Armée Vietnamienne. On devrait l’envoyé à une école aux Etats-Unis aussitôt que possible, préférablement à Ft. Leavenworth. On devrait le nommer aux postes de commandement du combat pour lui donner davantage d’expérience de commandement. Cet officier, traité et développé proprement, pourrait bien devenir un officier général compétent future sinon même éminent dans l’Armée Vietnamienne. Son attitude vis-à-vis des Etats-Unis est fort, et sa connaissance linguistique pourrait être un atout énorme pour les opérations d’Alliés.” (1)

Bien qu’il fût de nouveau recommandé de fréquenter l’ U.S. Army Command and General Staff College at Fort Leavenworth, Kansas l’année suivante en 1959, il s’était vu dépasser par d’autres officiers moins doués parce qu’il avait refusé de joindre la Parti Can Lao du Président Diem. Il s’y était allé seulement en 1962.

A sa sortie de l’ U.S. Army Command and General Staff College en 1963, il continuait à servir dans l’état-major, initialement en tant que chef d’état-major de la 1è Division d’Infanterie en août 1963 et à la suite chef d’état-major du 2è Corps d’Armée à Pleiku.

En 1965, en tant que Colonel Chef d’Etat Major, Hieu a eu l’opportunité de démontrer son talent militaire exceptionnel dans la campagne de Pleime (2). Cette campagne était la réponse ARVN à la campagne Plâyme ANV. Les communistes nord-vietnamiens ont ébauché la campagne Plâyme , tôt l’année 1965, visant à couper le Sud Vietnam en deux le long de la 19è Route Nationale de Pleiku, dans les Hauts Plateaux Centraux à Qui Nhon, dans la région littorale. Pour parvenir à ce but, le Commandement ANV engage trois Régiments – le 32è, le 33è et le 66 – sous le commandement du 3è Front. La campagne a été initialement planifié à commencer à la fin de l’an 1965 ou début de l’an 1966. Mais à cause de l’arrivée de l’ U.S. 1st Air Cavalry Division aux Hauts Plateaux Centraux, elle a été déclenchée plus tôt qu’anticipée le 19 octobre 1965. Le plan comprenait trois phases : (1) amorcer une attaque de diversion contre le camp Pleime avec le 33è Régiment pour attirer la force principale du 2è Corps d’Armée hors de Pleiku afin de la détruire avec une embuscade établie par le 32è Régiment ; (2) envahir le camp Pleime avec les deux Régiments ; (3) conquérir la cité de Pleiku avec trois Régiments – le 32è, le 33è et le 66è.

En premier lieu, le Colonel Hieu contrecarre la première ruse de l’ennemi en anticipant que c’est une embuscade mobile et l’oppose avec une tactique de délai. Il ordonne aussi aux soldats de demeurer à l’intérieur des chars lorsqu’ils sont attaqués aux lieux d’embuscade et de jeter des grenades pour neutraliser les soldats ennemis qui se tiennent tout près des chars prêts à les massacrer par baïonnettes s’ils émergent des chars pour mettre les pieds à terre.

En second lieu, le Colonel Hieu poursuit les troupes ennemis en repli avec l’aide de l’ U.S. 1st Air Cavalry Brigade au massif de Chupong où elles regroupent avec celles du 66è Régiment qui arrivent en retard aux lieux de bataille. En insérant l’ U.S. 1/7 Air Cavalry Bataillon à LZ X-Ray comme une ruse de distraction, il réussit à immobiliser ces trois régiments ANV dans des positions de proche proximité, les rendant ainsi vulnérablse aux frappes par B-52s. Ces derniers bombardent les trois régiments cinq fois par jour pendant cinq jours consécutifs du 15 au 19 novembre.

En troisième lieu, le Colonel Hieu conclue sa contre-attaque avec le Brigade de Parachutistes ARVN qui anticipent les routes prises par les deux bataillons ANV restants et les détruisent aux deux lieux d’embuscade le long de la rivière Ia Drang, le premier au côté nord et le second au côté sud de la rivière(3).

Après plus d’un mois d’opération, la campagne de Pleime a complètement annihilé les forces du Front B3 comprenant quelque 6.000 combattants. Les trois décimés régiments ont été forcés de se rétablir avec de nouveaux recrutés aux bases arrières situées dans les territoires cambodgiennes.

Le Colonel Hieu attribut le succès de la campagne de Pleime à l’obtention de renseignement de la situation militaire ennemie en tout temps à travers toute la durée de la campagne :

“La bataille de la 2è à la 3è phases introduit aussi un aspect jamais vu jusqu’à présent parce que presque 20 ans, pendant la guerre franco-vietnamienne, rarement une opération de poursuite était contemplée après chaque fois l’ennemi apparaissait et quand une telle opération a été conduite, aucun résultat significatif a été achevé. Par conséquent cette fois-ci, la détermination à ne pas permettre à l’ennemi d’échapper, et avec l’appui d’un solide renseignement sur la situation ennemie a permis la bataille de se développer à un degré et échelle maximaux et en même temps de parvenir à la plus grande victoire jamais obtenue par l’ARVN et ses Alliées.” (4).

Vers la fin de la Guerre du Viet Nam, le Général Hieu, en tant que Commandant Adjoint du 3è Corps d’Armée en charge d’opérations, a eu l’opportunité de concevoir et d’exécuter une opération de type blitzkrieg dans le front de bataille de Duc Hue en avril 1974. William Legro considère cette opération “la dernière offensive majeure des Sud Vietnamiens”(5). Dans cette opération à grande envergure, visant de réduire la pression que la 5è Division ANV impose sur l’avant-poste éloigné maintenu par une unité de Rangers à Duc Hue qui fait face au bastion ANV de Svay Rieng en Cambodge, le Général Hieu fait usage des forces opérationnelles de niveau de corps d’armée.

Dans la 1è phase de l’opération, le 28 avril, onze bataillons d’Infanterie ARVN, Forces Régionales, et Rangers conduisent des opérations de dépistage, blocage et reconnaissance en force, supportées par des bombardiers de combat de l’AFVN visant les lieux et camps des troupes ennemies.

Dans la 2è phase, le Général Hieu lance la Task Force d’Assaut de Blindés du 3è Corps d’Armée comprenant trois Task Forces – le 315è, le 318è et le 310è – dans une attaque surprise de dépistage fonçant à 15 kilomètres en profondeur à l’intérieur des territoires du Cambodge visant le camp de base de la 5è Division ANV. Ces attaques blindées sont appuyées par les bases de tir d’artillerie placées aux trois axes d’attaque situés le long de la frontière.

Selon Samuel Lipsman and Stephen Weiss, “ Vers le 10 Mai, quand les dernières unités de l'ARVN retournaient à leur base, le réseau de transmissions et les logistiques dans la région a été sévèrement perturbé. L'ANV avait souffert plus de 1200 hommes tués, 65 capturés, et des centaines d'armes perdues. Par contre, la vitesse, le secret, et la coordination d'une opération à multi-facettes avaient limité le nombre de tués à moins de 100 soldats du côté sud-vietnamien.” (6).

Entre ces deux opérations militaires majeures, le Général Hieu a démontré son savoir-faire tactique et stratégique en ébauchant et exécutant plusieurs autres opération au niveau de division, telles que campagne de Do Xa en 1964, opération de Than Phong 1 en 1965, opération de Dai Bang 800 en 1967 et bataille de Snoul en 1971. Par comparaison aux autres officiers généraux de différentes Armées – ARVN, US et ANV – le Général Hieu a accumulé le plus grand nombre de batailles majeures dans la Guerre du Viet Nam, laquelle a été dans la plupart des cas conduites au niveau de bataillon parce que les communistes nord-vietnamiens ont décidé d’adopter une guerre de guérilla pendant presque la totalité du conflit.

(Opération Than Phong 1)

Le Général Tran Van Don, avec qui le Général Hieu travaille au début de sa carrière militaire, apprécie ce dernier au-dessus de tous les officiers généraux ARVN: “En février 1972, Don, qui était un Général de Corps d’Armée et à présent est un Vice Premier Ministre, déclare au Consul américain à Danang que Hieu est l’un des généraux les plus capables dans l’ARVN et “le plus honnête général dans l’Armée aujourd’hui”. Cette évaluation est largement reconnue et fréquemment prononcée par les officiers ARVN. Don déclare de plus qu’il prendrait Hieu virtuellement au-dessus de n’importe quel général ARVN qu’il connaît.(7)

Le Général Hieu aurait accompli davantage d’exploits militaires s’il n’a pas été marginalisé pour être politiquement incorrect. Sous la 1è République du Viet Nam du Président Diem, il a été lent à grimper les échelons et a été dépassé à maintes reprises par des officiers moins compétents de suivre les cours de l’ U.S. Army Command and General Staff College at Fort Leavenworth. Sous la 2è République du Viet Nam du Président Thieu, il a été écarté et dénié les postes de commandement en juin 1971 jusqu’à la chute de Saigon.

Néanmoins, il a été capable d’accomplir un exploit majeure lorsqu’il est nommé assistant spécial du Vice Président Tran Van Huong en charge d’anti-corruption, que Hieu considère comme “le problème le plus pressant faisant face à la République du Viet Nam” en plus de la menace des communistes nord-vietnamiens. Il a réussi dans l’investigation du scandale de la Caisse d’Epargne et d’Entre-aide des Soldats dans lequel le Président Thieu a été forcé de remercier le Ministre de la Défense, le Général de Corps d’Armée Nguyen Van Vy. Cependant, par la suite de cette affaire il a été empêché d’obtenir d’autres réussites par manque d’un support réel de la part du Président.(8).

On soupçonne que ce fut son rôle principal dans la lutte contre la corruption dans l’Armée que le Général Hieu a été assassiné le 8 avril 1975 dans son bureau, situé au quartier général du 3è Corps d’Armée à Bien Hoa, le jour précédent au commencement de la bataille de Xuan Loc(9).

Le Général Hieu est né le 23 juin 1929 à Tientsin, Chine. Ses parents proviennent du Nord Viet Nam. Ils émigrent en Chine à la recherche des opportunités commerciales. Il grandit à Shanghai où il fréquente le Collège Français de Shanghai et décroche son Baccalauréat en mathématiques en 1948. Il entre dans l’Université l’Aurore de Shanghai où il suit les cours dans de Département de Sciences jusqu’en 1949 lorsqu’il fuit la Chine avec sa famille et retourne au Viet Nam.

Hieu s’enbauche dans l’Armée Vietnamienne et s’inscrit à l’Ecole Interarmes de Dalat - 3è Promotion - le 1er octobre 1950. Il est classé second lorsqu’il achève sa promotion de 135 élèves officiers le 30 juin 1951. Sa carrière militaire suit la piste d’un officier d’état-major, débutant comme un membre d’état-major du Ministère de la Défense Nationale à Saigon. En septembre 1952 il est affecté au Haut Commandement de la 3è Région Militaire au Nord Viet Nam. En mai 1964, il est affecté à la Section d’Opérations du Quartier Général de l’ARVN à Saigon, et est promu capitaine le 1 avril 1955 et commandant le 15 octobre 1957. Le 16 février 1958, il est nommé Chef d’Etat-major Adjoint pour les Opérations au 1er Corps d’Armée à Danang. Le 16 décembre 1962, il entre dans l’ U.S. Army Command and General Staff College at Fort Leavenworth et retourne au Vietnam le 10 mai 1963. Après le coup d’état militaire contre le Président Ngo Dinh Diem, il est nommé Chef d’Etat-Major du 2è Corps d’Armée le 12 décembre 1963, où il travaille sous trois Généraux consécutifs: Do Cao Tri, Nguyen Huu Co and Vinh Loc.

Le 28 juin 1966, il est nommé Commandant de la 22è Division d’Infanterie. Le 1er Novembre 1967 il est promu au grade de Général de Brigade, et le 9 août 1969 Général de Division. Le 11 août, il devient Commandant de la 5è Division d’Infanterie sous le Général Do Cao Tri, Commandant du 3è Corps d’Armée. Pendant son temps tenant l’égide de la 5è Division d’Infanterie, il tombe dans la disgrâce après avoir critiqué publiquement la politique américaine de Vietnamisation aussi bien que la corruption dans l’ARVN. Peu après la mort du Général Tri en février 1972, il est mis à part de l’armée en juin de cette année jusqu’au décembre 1973, lorsque le Président Thieu a besoin de ses talents de stratégiste pour défendre Saigon et ses alentours. En novembre 1974, l’Ambassadeur Américain à Saigon déclare: “hormis un déboire militaire sérieux, il est vraisemblable que Hieu demeurerait dans des positions responsables élevées dans le future prochain.” (10). Cependant, les choses se sont déroulées tout autrement: il a été assassiné dans un environnement sécurisé de son bureau à Bien Hoa le 8 avril 1975.

Nguyen Van Tin
Le 8 Juin 2013


(1) American Embassy Saigon, Airgram A-231, Biographic data on MG Nguyen Van Hieu, November 7, 1974, paragraph 6.
(2) Major General Vinh Loc, Why Pleime, Information Printing Office, Saigon, September 1966.
(3) Major General Vinh Loc, Pourquoi Pleime, Information Printing Office, Saigon, September 1966, page 97.
(4) Major General Vinh Loc, Pleime, Trận Chiến Lịch Sử, Information Printing Office, Saigon, July 1966, page 126-133.
(5) W. Legro, Chapter 9 - 1974, Year of decision, Vietnam: Cease Fire To Capitulation , US Army Center of Military History -CMH Pub 90-29 – 1985
(6)Lipman S. and Weiss S., The False Peace, The Vietnam Experience, Boston Publishing Company, page 124.
(7)Il y avait une douzaine de batailles/opérations majeures pendant la Guerre du Viet Nam (1959-1975): Do Xa (1964), Pleime (1965), Khe Sanh (1968), Offensive de Tet (1968), Incursions au Cambodia (1971), Lam Son 719 (1971), Snoul (1971), Kontum (1972), Quang Tri (1972), An Loc (1972), Duc Hue/Svay Rieng (1974), Xuan Loc (1975). Le Général Hieu a conçu et exécuté quatre parmi ces douze batailles/opérations - Do Xa, Pleime, Snoul, et Duc Hue/Svay Rieng. Xuan Loc aurait pu bien aussi être sa bataille comme il était Commandant Adjoint du 3è Corps d'Armée/Opérations et était assassiné la veille du commencement de la bataille le 9 avril 1975. Le matin du 8 avril, vers 8 heures, il est encore en train de conférer avec le Général de Brigade Tran Quang Khoi, Commandant de la Task Force d'Assaut de Blindés du 3è Corps d'Armée à Go Dau Ha en préparation pour l'offensive ANV imminent. at Go Dau Ha in preparation for the eminent NVA offensive.
(8) American Embassy Saigon, Airgram A-231, Biographic data on MG Nguyen Van Hieu, November 7, 1974, paragraph 23.
(9) American Embassy Saigon, Airgram A-043, Review by MG Nguyen Van Hieu of the Anti-Corruption Work of the Vice-Presidency, March 5, 1973.
(10) New York Times, General Kills Self In Saigon Dispute, Saigon, April 9, 1975.
(11) American Embassy Saigon, Airgram A-231, Biographic data on MG Nguyen Van Hieu, November 7, 1974, paragraph 23.

generalhieu.com