Le Témoignage Du Capitaine Do Duc,
Attaché Du Général Toan

Par l'intermédiaire d'un ami, j'ai vraiment eu de la chance d'avoir pu parler au téléphone avec le Capitaine Do Duc, l'attaché personnel du Général Toan. Ci-dessous est le contenu de notre conversation à propos de la mort du Général Hieu.

J'ai servi comme attaché du Général Toan pendant 7, 8 ans jusqu'à la chute de Saigon. Afin de vous convaincre de ce que je vais vous dire, laissez-moi vous raconter brièvement de mon histoire personnelle. Je suis un Sino-Vietnamien. Né et grandi dans la province de Chau Doc. L'écoeurement dû au comportement arrogant des policiers envers les riches chinois ayant du privilège grâce à l'argent pour se faire dispenser de la conscription lors d'un contrôle de circulation, était la cause de mon engagement dans l'Armée. Je suis issu de la 25ème promotion de l'Académie Militaire de Thu Duc et a été affecté au 5ème Régiment de la 2ème Division d'infanterie (DI). Quant au Général Toan, ayant été témoin de ma bravoure au combat, et comme par bonheur, je parlais plusieurs dialectes chinois, il m'a choisi pour être son attaché. Grâce à cette fonction, je l'accompagnais partout. J'entame le service sous ses ordres avec le grade d'Aspirant et le terminais avec celui de Capitaine.

J'ai quitté le pays en compagnie du Général Toan le 29 Avril 1975. À cette époque-là, le quartier général (QG) du 3ème Corps d'armée (CA) a été transféré au QG de l'Arme blindée à Go Vap. À 17h30, notre groupe composé du Général Toan, le Médecin Lieutenant Colonel Ly Ngoc Duong (Chef de Cabinet), le Colonel Hoang Dinh Tho (Chef du 3è Bureau du 3è CA), le Colonel Le Trong Dam (Chef de Prévôté de la 2ème Région Militaire) et moi, nous nous embarquions dans un hélicoptère piloté par le Commandant Vo Van Luong et le Lieutenant Phi comme co-pilote. L'hélicoptère décollait de Go Vap et se dirigeait tout droit vers la 7ème Flotte américaine.

J'aime le Général Toan parce qu'il était un bon guerrier, généreux envers ses soldats. Il n'avait qu'un seul gros défaut en l'occurrence d'aimer à outrance les jeunes filles.

J'aime également le Général Hieu parce qu'il était compétent, honnête et vertueux. Je l'ai connu depuis les jours où il était encore aux commandes de la 22ème et de la 5ème DI.

Permettez-moi de parler maintenant de ce que j'ai su au sujet de la mort du Général Hieu. Ce jour-là, l'atmosphère était très tendue. Il y avait un couvre-feu complet. Toute la journée, le Général Toan travaillait dans son bureau au QG du 3ème CA. J'étais dans la chambre d'à côté. Celle-ci se trouve juste en face du bureau de Hieu. Je me rappelle que ce jour-là Toan n'a pas eu de contact avec le Général Ly Tong Ba, Commandant de la 25ème DI, parce que quiconque veut le voir doit passer par moi. À 17h30, ce dernier me donne l'ordre de faire venir sa voiture pour retourner à sa résidence, située à 10-15 minutes en voiture, à côté du bâtiment de l'Administration de Bien Hoa, avec une escorte de police militaire et toute sirène hurlante. Après avoir déposé le cartable de Toan, je vais boire un coup avec le Commandant d'aviateur Luong, fraîchement débarqué du 2ème CA grâce à mon intervention, et son collègue le Commandant Cuu (resté au Vietnam), celui ci était reconnu comme le pilote successif de plusieurs Commandants du 3ème CA. Après quelques 10 ou 15 minutes, on nous dit que le Général Toan a retourné en hâte au QG avec son garde du corps. J'abandonne tout et me précipite à leur trousse. Une fois arrivée, le QG est en ébullition, déjà les prévôts militaires sont en pleine investigation sur le lieu du meurtre. Toan a donné l'ordre d'accélérer l'enquête pour atteindre au plus vite le fond de l'affaire. Après une demi-heure, je l'accompagne à sa résidence. Plus tard, j'ai entendu des rumeurs disant que le Général Hieu aimait jouer avec les pistolets et se serait mortellement blessé par accident.

Ce que je suis certain est que Toan ne pouvait pas tirer sur Hieu parce que durant cette journée, je ne l'ai pas quitté d'une semelle jusqu'à ce qu'il retourne chez lui après 17h30. Il respectait beaucoup le Général Hieu. Il s'adresse à lui toujours à titre de "Anh" (Frère Aîné).

Si le Général Toan a dit qu'il avait appris la nouvelle de l'accident pendant son envol, il s'était trompé, peut-être à cause de sa santé déclinante après une opération de pontage cardiaque. Tous ses deux pilotes, les Commandants Luong et Cuu, étaient en train de prendre un verre en ma compagnie; il était impossible qu'il fût en vol en ce moment là.

Si le Général Hieu a été assassiné, alors l'assassin devrait être quelqu'un qui était très familier avec le labyrinthe du bâtiment du QG du 3ème CA. Moi-même, après avoir vécu 2 à 3 mois là dedans, je m'égarais encore quand je devais aller d'un endroit à l'autre. J'ai rarement eu l'occasion d'entrer dans le bureau du Général Hieu, sauf l'exception, quand Toan me disait d'aller l'inviter à venir le voir.

Nguyen Van Tin
14 Août 1999

Révisé le 27.12.2003

Note de l’auteur (03/07/2004) - La présence insolite du Colonel Le Trong Dam, chef de police de la 2ème Région Militaire en compagnie du Général Toan dans l’évacuation héliportée nous amène à nous demander pourquoi celui-ci avait bénéficié tant de sollicitude de la part de son chef. En effet, il existe beaucoup d’autres collaborateurs plus proches et plus méritants au sein de la 3ème CA. Soit il était un ami très intime de la famille Toan, soit il rendit un service exceptionnel. Toan l’avait reçu les bras ouverts en reconnaissance de l’accomplissement de la sale besogne, à savoir l’élimination du Général Hieu (reste à savoir qui avait pressé sur la détente, lui-même ou l’un de ses sbires)?

Il est très probable que lorsque Toan reçoit l’infâme ordre de ses supérieurs d’éliminer Hieu (Thieu? Quang? Khiem?), il ne disposait aucun homme fiable sous la main au 3ème CA – du fait que Toan n’était sur place que depuis 2 petits mois – il a du confier le boulot à ses vieilles connaissances de la 2ème, et c’était le cas du Général Le Trung Tuong, celui qui fut à la tête d’un groupement venant chasser les prévôts militaires du Colonel Quyen hors du QG en ce jour fatidique. Toan et Dam n’auraient pas eu de mal à introduire l’exécuteur d’abord dans son propre bureau, et ensuite, ce dernier n’aurait que quelques pas à faire pour entrer dans celui de Hieu, qui se trouvait juste à côté et de le surprendre. Une fois son forfait accompli, il retournerait se cacher chez Toan, attendrait que le tumulte soit apaisé, et quitterait paisiblement le lieu du crime sans attirer l’attention de qui que ce soit.

Révisé le 21.08.2003

generalhieu.com