Investigations de Corruption dans la Région Militaire 2

Les télégrammes suivants rapportent les investigations de corruption dans la Région Militaire 2 du Général Hieu, nommément dans les Provinces de Phu Bon, Phu Yen et Phuoc Tuy.

10 Avril 1973

P R 101015 Z avril 73

De AmbAm Saigon
Au SecEtat WashDC Priorité 9926

Confidentiel Section 1 de 3 Saigon 6048
Sujet: La Mission Hebdomadaire de l'Ambassade de Saigon 4-10 avril 1973

[…]

B. Trois nouveaux Chefs de Province nommés

Trois nouveaux Chefs de Province ont été nommés pour remplacer ceux ont été changés le 27 mars pour accusations de corruption (mission hebdomadaire le 3 avril). Les nouveaux Chefs de Provinces sont:

Phuoc Tuy: LTC Huynh Buu Son (ancien Sous Chef du Secteur Ba Xuyen)

Phu Bon: LTC Lo Van Bao (ancien Chef du District Dak To - en exile)

Phu Yen: LTC Bui Xuan Hai, District Hoa Vang, Province de Quang Nam).

Pendant ce temps, le Général de Division Nguyen Van Hieu, Spécial Assistant du Vice Président en charge des investigations de corruption, est en train d'effectuer des investigations sur place des accusations contre les Chefs éliminé à Phu Yen et Phu Bon et commencera bientôt le travail à Phuoc Tuy.

26 Avril 1973

R 261215 Z avril 73

De AmbAm Saigon
Au SecEtat WashDC 816

Confidentiel Saigon 7277

Sujet: Investigations de Corruption par le Bureau du Vice Président

1. Dans une conversation le 24 avril avec un fonctionnaire de l'ambassade, le Général Nguyen Van Hieu offre les commentaires suivant sur les investigations de corruption qu'il a récemment achevées pour le Vice Président. Il dit que des investigations spéciales ont été achevées sur les anciens Chefs des Provinces de Phu Bon et Phu Yen, deux des trois Chefs de Province démissionnés par le Président Thieu le 27 mars passé dur les recommandations du Bureau d'Inspecteurs (voir Saigon 5292).

2. Investigation du Colonel Nguyen Van Nghiem. Dans son investigation des accusations de corruption contre l'ancien Chef de Province de Phu Bon, le Colonel Nguyen Van Nghiem, le Général Hieu dit que plusieurs irrégularités ont été découvertes, la seule chose importante étant la rétention du Colonel Nghiem d'environ la moitié des fonds fournis à lui pour le bien être des Montagnards. Hieu ajoute, cependant, que les intentions du Colonel peuvent être bonnes, comme Nghiem apparemment retient des fonds pour acheter du riz pour la distribution ultérieure aux Montagnards. Nghiem déclare que distribuer le riz plutôt la monnaie est préférable dans ces cas, comme la monnaie est plus susceptible d'être chiffonnée le long du chemin. Nghiem est capable de justifier son intention avec quelques évidences, telle que le fait qu'il a déjà acheté du riz avec les fonds. Hieu ajoute que certains accusateurs de Nghiem auraient pu être motivés par la malice et qu'il y aura possibilité encore non vérifiable que des personnes connectées avec les communistes excitent certaines des accusations. En tout cas, il apparaît que les méfaits de Nghiem est moins qu'ils ont l'air en premier lieu. Hieu souligne cependant que la rétention des fonds est une pratique hautement irrégulière.

3. Investigation du Colonel Nguyen Van To. Concernant l'investigation de l'ancien Chef de Province de Phu Yen, le Colonel Nguyen Van To, Hieu dit qu'il y a même moins d'évidence contre lui que dans le cas du Colonel Nghiem. Il a été découvert qu'un député de Phu Yen, Truong Van Nguyen, a utilisé son influence avec les fonctionnaires hauts placés de Saigon pour persuader le Bureau d'Inspecteurs de recommander le licenciement de To à cause des accusations de corruption, même si ces accusations sont largement sans fondation. Hieu caractérise le député Nguyen comme un Révolutionnaire Dai Viet, et ajoute que l'aversion du député pour To est basé sur le refus de ce dernier de céder aux demandes de RDV à propos de la position du parti dans la province. (Note: Nguyen est le frère de Truong Tu Anh, le leader décédé de Dai Viet.) Demandé pourquoi l'administration de Saigon serait influencée par un représentative RDV pendant la période présente de mauvais sentiments entre ce parti et l'administration, Hieu n'est pas clair dans sa réponse. Il dit simplement que dans certaines provinces où les partis traditionnels sont forts, telle que Phu Yen où le parti Dai Viet est né, l'administration du Parti Démocratique n'est pas progressé et ne s'efforce pas trop à progresser. (Commentaire: comme le Parti Démocratique et le Parti Révolutionnaire Dai Viet sont très en désaccord, il semble improbable que l'administration ferait une exception de Phu Yen. Une autre explication est que l'administration accepte l'argument du député Nguyen pour ses propres raisons, peut être y compris le refus de To d'établir un chapitre du Parti Démocratique dans Phu Yen. (voir Nha Trang Q-17.)

4. Le rôle du Bureau d'Inspecteurs et l'Office du Vice Président. Demandé à propos du rôle de l'Office du Vice Président en comparaison avec celui du Bureau d'Inspecteurs, Hieu dit que la fonction de l'Office du Président est fondamentalement celle d'une agence de nettoyage domestique interne au sein de l'administration. Le Bureau d'Inspecteurs a plus "statut légal", qui en un sens lui donne davantage d'autorité mais également impose sur lui un nombre de régulations qui ralentissent son travail. Aussi, le Bureau d'Inspecteurs ne peut pas voir les dossiers de l'administration sans d'obtenir à priori la permission, alors que l'Office du Vice Président peut tout simple "aller et voir". Le Bureau d'Inspecteurs et l'Office du Vice Président ne peuvent faire que des recommandations, mais Hieu implique que les recommandations de l'Office du Vice Président ont plus de poids.

5. Attitude de Hieu envers sa tâche. Parlant généralement à propos des efforts d'anti-corruption du gouvernement, Hieu répète la ligne fondamentalement pessimiste qu'il a donnée aux fonctionnaires de l'Ambassade dans le passé (voir Saigon A-42). Le problème de corruption est énormément difficile, dit-il, et est compliqué par des facteurs tels que l'inflation, qui ronge les pensions et par conséquent augmentent la tentation d'activités engendrant l'argent impropre. Au sommet de ces problèmes est celui de trier les accusations de corruption fausses de celles réelles, ces dernières instiguées par les communistes dans certains mais pas tous les cas. Prétendre qu'il y a corruption est considéré une façon facile de détruire la réputation d'un ennemi personnel ou politique. Hieu dit que des mesures "drastiques" sont nécessaires qui constitueraient une "révolution" virtuelle dans le publique et l'approche gouvernementale au problème de corruption.

Bunker

Document déclassifié par l’US Department of State le 30 juin 2005

Nguyen Van Tin
19 septembre 2009

generalhieu.com