Un Général Solitaire

Le Départ D'un Chevalier Solitaire...

Le Général Hieu a été assassiné dans son bureau au quartier général du 3ème Corps d’armée (CA) le 8 avril 1975. Le Général Nguyen Van Toan, Commandant du 3ème CA, aussitôt apparaît sur place et donne l'ordre d'isoler le corps. Les plus proches collaborateurs de Hieu - tels que Colonel Phan Huy Luong, Assistant au Commandant Adjoint /Opérations du 3ème CA, le Général de Brigade Dao Duy An, Commandant Adjoint/Territoriale, le Colonel Nguyen Khuyen, Chef de Sécurité Militaire - ne sont pas permis de se rapprocher du corps de leur malheureux chef. Même avant que la Police Militaire ait pu examiner le lieu, le Général Toan donne l'ordre à l’un des officier de déposer le corps sur une jeep à croix rouge pour le transporter à l'hôpital, sans cérémonie et sans ménagement, sans aucun signes d’affection ou d’émotion apparents. Toutes les lumières ont été éteintes par ordre de celui-ci, plongeant le quartier dans l'obscurité totale. "Tout le monde au quartier général était choqué par l'interdiction de la part de l'Etat Major d'en parler." Le Général Hieu est parti pour de bon dans la solitude.

Dans sa lettre datée le 04 janvier 1999, Colonel Ta Thanh Long écrit:

Je rentre au quartier général du 3ème CA et vois la Police Militaire bloquer toutes issus. Je demande au Colonel Luong: "Qu'est-ce qui s'est passé?" Il répond: "Après le dîner, le Général Hieu retourne à son bureau, quelques minutes après on entend un coup de feu, les gardes sont entrés et l’ont vu couvert de sang s’affaissé sur son bureau, et sonnent l'alarme. Je vous invite à venir comme le premier témoin afin que l'autorité compétente puisse poursuivre l'enquête, parce que vous et le Général Hieu êtes de la même promotion et que dans ce QG, vous êtes le plus proche de lui."

Colonel Ta Thanh Long ajoute dans sa lettre datée le 20 janvier 1999: "À Bien Hoa, nous nous sentions très liés, solidaires." En effet, à partir de février 1975, quand le Président Thieu introduit le clan du Général Toan au 3ème CA - la pureté est submergée par l’impureté, les gens et le Général Hieu lui-même - le considèrent comme "un agneau égaré, seul dans la bergerie au milieu d’une meute de loups affamés."

...qui normalement était un jeune homme affable et sociable...

Le Général Toan en personne, à sa prise de commandement du 3ème CA, observe que le Général Hieu demeure aussi affable qu'auparavant. Il écrit:

Nous n'étions pas très proches, mais comme les autres camarades de classe, nous aimons tous Hieu, en raison de son caractère amical et très humble, bien qu'il ait été un jeune homme pourvu d’un niveau d'étude élevé. Longtemps après la sortie de l'école, nous n'avions pas l'occasion de travailler ensemble. Par conséquent nous ne nous sommes pas revus. Ce ne fut qu'en novembre 1974, quand je fus nommé Commandant du 3ème Corps d’armée que je le rencontrais de nouveau, et qui était à ce moment-là Commandant Adjoint responsable opérationnelle de cette unité. Nous avons coopéré très amicalement et efficacement. Hieu a pu maintenir sa familiarité et son humilité d'antan.

Juste comme le Général Toan, tous les cadets de la 3ème Promotion Tran Hung Dao ont apprécié de l'affabilité et de la sociabilité du Général Hieu.

Hoang Xuan Lam: "Il s’affiche un caractère d'humeur égale, fidèle et plaisant. Tous les cadets aiment le Général et gardent de bons souvenirs de lui par la suite des réunions de classe ou des sessions de contrôle de la situation militaire."
Dinh Van Chung: "Hieu est celui que j'admire le plus. Il était très appliqué, chaque fois que je regardais à travers sa fenêtre, je le voyais à son bureau étudier et écrire. Il était très jovial et très plaisant. N'importe qui le rencontrait pour la première fois l'aurait aimé tout de suite. Il était très loyal envers ses camarades et remplissait ses devoirs avec perfection. Il avait l'apparence d'un professeur, les instructeurs vietnamiens comme français le respectaient et l'aimaient."
Nguyen Van Men: "Je le loue sincèrement pour son caractère et son comportement magnifiques.
Duong Van Thuy: "Pendant la période Hieu était le Commandant de la 5ème Division d'Infanterie, j'étais un député, représentant le secteur de Binh Long, qui se situe dans sa Zone Tactique. Par conséquent nous avions eu beaucoup d'occasions de nous rencontrer. Il était paisible et discret comme toujours. Parce qu'il était un chef très capable, doué à la fois en stratégie et en tactique, et avec son caractère franc, direct, sans favoritisme, honnête, il était respecté par beaucoup de gens, mais aussi détesté par un petit nombre d’autre."
Quan Minh Giau: "Parmi les cadets, Hieu était plutôt taciturne, affable et jovial, jamais vulgaire ou querelleur. Toutes ses actions, même les plus insignifiantes, étaient imprégnées d'un caractère de perfection. J'avais l'impression que sous son air taciturne, son affabilité et solennité se cache une âme forte et déterminée, qui se dirigeait vers un idéal élevé. (...) Envers ses relations comme amis intimes, Hieu se comportait de la même façon affable et patient."
Lu Lan: "Et maintenant, notre entente est capable de surmonter la distance des deux mondes, du vivant et du mort. Quelques années auparavant, Colonel Trinh Tieu, Chef du 2ème Bureau du 2ème CA, a écrit avant sa mort, un certain nombre d'articles au sujet de son service dans l'ARVN, dans lesquels il mentionnait le Général de Division Nguyen Van Hieu, avec un amour et respect absolu envers un Commandant qui a été vaillant, honnête et le plus vénéré."

Les instructeurs de l' U.S. Army College of Command and General Staff sont d'accord avec ces observations: "Le Commandant Hieu participe dans les activités académique et sociale de sa section. (..) Il est bien aimé et respecté de ses camarades de classe."

Par nature, le Général Hieu aime se trouver en compagnie d’autrui. Il dîne toujours avec ses collaborateurs (comme raconté par Colonel Le Khac Ly, Chef d'EM de la 22ème DI et Colonel Phan Huy Luong, le Commandant Adjoint de l'EM du 3ème CA) au mess des officiers. En fins de semaine, il a l'habitude d'inviter les officiers de son état major (comme raconté par Colonel Trinh Tieu, Chef du 2ème Bureau de la 22ème DI), ou ses collègues (comme raconté par le Général Lam Quang Thi quand celui-ci était encore Chef de l'unité d'artillerie du 1er CA) à le rejoindre dans les compétitions de tir au pistolet.

Dans sa jeunesse, Hieu aime à inviter ses amis pour aller visiter les beaux paysages. Le cadet Quan Minh Giau se rappelle:

Une fin de semaine, nous sommes permis de sortir du centre d’instruction. Hieu m'invite à aller visiter la plantation de thé d'Entreray par moto bicyclette de location. En toute honnêteté, je ne savais pas monter une mobylette; j'avais essayé une fois et n’avais pas réussi, mais quand Hieu m'invite et promet de me l'apprendre, j'ai envie d'y aller. Ainsi, nous prenons chacun son engin, mettons en marche les moteurs, et Hieu m'indique à changer de vitesses, à appuyer sur l'accélérateur, etc... Et il roule lentement au devant, avec moi derrière! En chemin, quand nous engageons sur certaines pentes, je cale le moteur à plusieurs reprises! Hieu se ralentit et me signale quand je dois changer les vitesses, à la 2ème, 3ème, et quand je dois revenir à la 1ère. C'était bien laborieux, mais enfin nous sommes arrivés à notre destination et revenus sain et sauf. Pendant notre trajet, Hieu s'est montré jovial et patient, il ne dénote aucune plainte ou impatience au sujet de ma maladresse.

Avant de rejoindre l'armée, le jeune Hieu aime à s'assoir entouré de gosses, aime à amener ses jeunes frères et soeurs et leurs petits amis aller visiter le zoo, le jardin botanique, le lac Ho Tay, Ha Le. Même quand il amène son amie en promenade, il ne délaisse pas son petit frère!

Je me rappelle bien clairement, une fois, il y avait seulement mon frère et moi...plus une jeune fille charmante! Mon frère et elle pédalent à bicyclettes côte à côte le long d'un sentier rural, entouré de bambous, sans échanger un mot. À ce jeune couple, le paysage n'avait pas pu être plus romantique comme celui-là! Quant à moi, j'étais assis en silence derrière la selle de mon frère. Tout à coup, il chuchota dans mon oreille: "pourquoi ne sautes-tu pas à l'autre bicyclette?" Je me laissai tomber hors de la selle, me dirigeai sur la pointe des pieds vers l'autre bicyclette et sautai à cloche-pied sur la selle de derrière, surprenant notre jeune fille charmante qui perdit momentanément l'équilibre, mais qui réussit néanmoins à stabiliser sa bicyclette après quelques tergiversations. Elle s'exclama: "espèce de diablotin!" avec une voix évidemment amusée qui dénotait son plaisir de notre action préméditée! Je ne soupçonnais pas que je jouais le rôle d'un chaperon à ce moment-là!

...et a été acculé dans l'isolement pendant toute sa carrière militaire parce qu'il était politiquement incorrect...

Le Général Hieu était affable, sociable et altruiste, et pourtant il était continuellement isolé parce qu'il était également franc et spirituel. Il n'avait aucun désir d'imposer son style de vie sur n'importe qui et n’aurait jamais permis à personne de le faire sur le sien. Ceux qui détenaient le pouvoir et reconnaissaient les talents du Général Hieu jouissaient de sa pleine coopération, mais auraient échoué misérablement s'ils auraient voulu qu'il se comporte devant eux avec des courbettes, flatteries de toutes sortes ou se rallie à eux dans des abus de pouvoir et pratiques de concussion ou épouse leur pratique de clan. Passons en revue quelques exemples typiques.

Le cadet Hieu est sorti de l'Académie Militaire de Dalat avec un total de points le plus élevé, mais le cadet Bui Dzinh d'origine du Centre Vietnam a été choisi comme le major de la 3ème promotion de Tran Hung Dao pour faire plaisir à l'Empereur Bao Dai.

Pendant de multiples convulsions militaires suite au coup d'état qui a renversé le Président Diem en novembre 1963, les Généraux entrent dans une rivalité féroce en formant des différentes factions. Hieu maintient sa neutralité et se concentre à accomplir ses devoirs militaires. Ainsi, il continue à exercer sa fonction de Chef d'Etat Major du 2ème CA tandis que le poste de Commandant de cette grande unité change rapidement de main en main: d'abord en janvier 1964, le Général Do Cao Tri (appartenant à la faction des Généraux de Dalat: Don-Dinh-Kim-Xuan); ensuite en septembre 1964, le Général Nguyen Huu Co (appartenant à celle du Général Khanh, puis celle des Généraux Ky-Thieu), et en juin 1965, le Général Vinh Loc (du Général Ky). En particulier, pendant cette période, Hieu a été la victime du favoritisme quand le Général Tri l'a nommé Commandant de la 22ème DI le 07 septembre 1964, puis le Général Nguyen Huu Co, exécutant l'ordre du Général Khanh, le relève de ce commandement quelques semaines après, le 24 octobre 1964 et le remet à son ancien poste de Chef d'EM du 2ème CA.

Hieu jouit de la confiance du Général Tri et a été confié le Commandement de la 5ème DI en août 1969. Mais quand ce dernier s’est tué dans un accident d'hélicoptère en février 1971, le Général Hieu est immédiatement mis à l’écart par le Général Nguyen Van Minh (l’un des acolytes du Président Thieu), puis sous prétexte de la défaite de Snoul, l’a été écarté le 9 juin 1971.

Bien qu'il soit nommé par la suite Commandant Adjoint/Opérations du 1er CA à Da Nang, il a été relégué dans l'inaction par le Général chef de corps Hoang Xuan Lam, agissant apparemment selon le souhait du Général Thieu. Il était une persona non grata au sein de l'état major du 1er CA, et était réduit à se vouer aux inspections des différentes unités et de nouer une relation amicale avec le Colonel Nguyen Dinh Vinh, Commandant Adjoint/Territoires du 1er CA. Quand son père se déplaçait par l'autobus de Saigon à Da Nang pour visiter son fils vers la fin de 1971, Hieu a eu le loisir de conduire son père dans sa voiture à franchir le fameux col de Hai Van pour aller visiter la Cité royale de Hue et d'y passer la nuit dans un palais réservé aux hauts dignitaires, et pendant ces moment là pourtant, la situation militaire était devenu extrêmement critique à Quang Tri. Parce qu'il ne rencontrait jamais, ou que rarement, son adjoint, qui détenait cette fonction de juin 1971 à janvier 1972, quand il a été interrogé par Colonel Ta Thanh Long le 01 février 1999, le Général Lam affirme catégoriquement que le Général Hieu n'avait jamais mis ses pieds à Da Nang en tant que son assistant!

Puis, en mars 1972 le Général Hieu est chargé du portefeuille de Ministre délégué de l'Anticorruption à la demande du Vice Président Tran Van Huong. Et parce qu'il accomplit sa tâche avec diligence, il a été poussé davantage dans la solitude, à l’écart de ses pairs. Durant ce temps beaucoup d'officiers de hauts rangs (Colonels et Généraux) ont été ou limogés ou emprisonnés à cause de leurs forfaitures. Hieu n'a pas hésité de construire des solides dossiers concernant des Généraux pourris qui détenaient le haut du pavé de "la bourse criminelle" à l'époque: le Général Dang Van Quang (Conseiller Spécial présidentiel de Sécurité), le Général Cao Van Vien (Chef d’Etat Major Général), le Général Tran Thien Khiem (Premier Ministre), et le Président Thieu lui même. Ses talents militaires ont été gâchés, mis de côté à cause de cette lourde charge administrative, tandis que de nombreuses batailles éclataient à Quang Tri, Tan Canh-Kontum, et An Loc en Eté 1972. En octobre 1973, Hieu retourne à l'armée en tant que Commandant Adjoint/Opérations du 3ème CA. Quand le Général Hieu faisait face aux officiers hauts gradés, ceux-ci détournaient leurs regards ailleurs, parce qu'ils étaient conscients que Hieu aurait dû apercevoir et connaître leurs dossiers souillés. Parce qu'il a été obligé de collaborer malgré lui avec les sbires de Thieu, une horde d’individus vénaux, et dans ce petit monde clos, impitoyable, le Général Hieu était complètement isolé jusqu'au ... jour de son départ solitaire...


Nguyen Van Tin
10 décembre 1999.

Mis à jour le 27.02.2000
Révisé le 28.08.2003

generalhieu.com