Le Général Hieu Examine Son Travail Contre la Corruption.

Le 05 mars 1973, l'Ambassadeur Adjoint Whitehouse envoie le télégramme suivant au Secrétaire d'Etat Américain.

Sujet: Examen par le Général de Division Nguyen Van Hieu du Travail d'Anti-Corruption de la Vice-Présidence

1. Le Général de Division Nguyen Van Hieu, qui dirige la section d'investigation de la corruption dans la Vice-Présidence, discute la campagne anti-corruption durant l'année passée dans une conversation avec le fonctionnaire rapporteur le 23 février. Ses remarques sont résumées ci-dessous.

Résultats Insuffisants

2. Hieu dit qu'il considère les résultats jusqu'ici "décevants". Les réussites obtenues accomplies ne correspondent nullement à la dimension du problème. Il attribue l'absence relative du succès aux facteurs suivants:

(a) Bien que le Vice Président Huong semble avoir été accordé pleine autorité par le Président dans la campagne anti-corruption, Huong en réalité possède les pouvoirs discrétionnaires de conduire les investigations, ou de demander que les investigations soient conduites, seulement contre les personnes de rang de chef de district ou moins.

(b) Pour les investigations des individus de rang de chef de province ou au-dessus, Huong n'entamera pas l'action sans obtenir au préalable l'autorisation du Président. Hieu dit que dans un grand nombre de cas cette autorisation a été difficilement accordée.

(c) Les considérations autres que les faits eux-mêmes sont souvent introduits, même dans l'investigation des cas au niveau de chef de district ou plus bas. Ces facteurs, Hieu dit, inclue la relation de l'accusé aux personnalités proéminentes soit par les liens de famille soit par d'autres liens d'influence. Hieu dit qu'il dépense beaucoup de son temps essayant d'écarter l'introduction de tels facteurs dans la considération des cas de corruption, mais il laisse sous-entendre que le Vice Président Huong lui-même parfois sent obligé de donner du poids à ces facteurs.

(d) La Vice-Présidence manque encore un personnel et un fonds suffisants pour conduire des investigations de grande envergure de corruption. (Hieu a parlé fréquemment de ce point aux fonctionnaires d'Ambassade.)

La Corruption et la Lutte Politique

3. Hieu dit que sa propre expérience pendant l'an passé et son examen de près qui lui a été accordé dans son travail de la corruption à travers la société vietnamienne lui a convaincu que si aucun moyen ne puisse être trouvé d'attaquer le problème efficacement, il pourrait bien devenir un facteur décisif de basculer la population vers les Communistes dans la lutte politique à venir. Il dit que bien que les Vietnamiens Sudistes généralement n'aiment pas les Communistes et regardent leur ascension au pouvoir possible avec un certain degré d'appréhension, il y a une colère latente répandue parmi la population devant les preuves rencontrées constamment d'abus de pouvoir pour le profit personnel, de pratiques de corruption, et en particulier d'extorsion, que le peuple rencontre dans leur vie quotidienne.

Les Cas En Cour de Corruption

4. Hieu donne le résumé suivant de l'état des cas maintenant sous investigation:

(a) L'Affaire Huynh Khac Dung. Hieu dit que l'investigation du cas Huynh Khac Dung, entamée en septembre 1972, a été achevée, et qu'il est possible que le Vice Président Huong recommanderait que Juge Dung soit mis en retraite. Hieu dit que le Ministre de la Justice, Le Van Thu, aussi bien que les autres membres du comité d'investigation associés avec le Judiciaire, ont essayé constamment de faire les accusations contre Dung rejetées, en dépit du fait que les preuves contre Dung soient détaillées et irréfutables.

(b) Le Chef de Province de Go Cong. Hieu dit que Colonel Tran Trong Nghia, Chef de Province de Go Cong, est sous investigation pour corruption excessive. Hieu explique que le prédécesseur de Nghia, Colonel Le Van Tu, maintenant Commandant de la 25ème Division, a développé un système de paiements avec une douzaine ou plus ou moins de résidents riches de la province, y compris le Chef du Service de Sécurité Militaire. Le détournement de fonds de Nghia, selon Hieu, a été dans une échelle moyenne impliquant pour la grande part la pratique fréquente de recevoir une large somme d'argent des hommes d'affaires en retour de l'obtention des permis d'affaires et d'autres faveurs ou protection. Nghia, cependant, dans son avidité s'est éloigné grandement des méthodes traditionnelles et acceptées d'employer l'influence pour le profit personnel et a fait des demandes directes et extravagantes aux individus non reliés à aucunes spécifiques faveurs que Nghia aurait accordées.

(c) Le Chef de Province de Long Khanh. Hieu dit que Colonel Mach Van Truong, récemment nommé Chef de Province de Long Khanh, a dans les dernières semaines fait de nombreux approches au Commandant Sung, un de ses chefs de districts, demandant que Sung extorque l'argent des opérateurs de bois dans son district et de procurer à Truong une portion majeure de ces recettes. Hieu dit que Commandant Sung, qui était Commandant du 8ème Régiment, 5ème Division, quand Hieu était Commandant Général de la 5ème Division, et bien connu dans l'ARVN de sa stricte honnêteté. Sung rapporte à Hieu l'approche fait par Colonel Truong, disant qu'il a dit à Truong qu'il ne pourrait pas accéder à sa demande et par conséquent souhaite être transférer ailleurs. Hieu commente au fonctionnaire d'ambassade que Truong est un ancien associé du Général de Corps Nguyen Van Minh, CG RM 3, et que Hieu est convaincu que Minh a nommé Truong comme Chef de Province en partie afin d'assurer son contrôle sur le commerce lucratif du bois dans Long Khanh. Hieu recommende que ce cas soit investigué mais note que ceci dépend du Président Thieu et du résultat des contacts entre Thieu et le Général de Corps Minh.

Commentaire:

5. Le mandat impressionnant confié au Vice Président par Nguyen Van Thieu à conduire une campagne anti-corruption apparaît ne pas avoir d'impacte significatif sur le problème jusqu'ici. La réussite importante unique, la révélation de la manipulation du Fonds d'Aide Mutuelle et d'Epargne des Soldats et la chute en conséquence du Ministre de la Défense Nguyen Van Vy, n'a pas été suivie par d'autres. L'opinion publique vietnamienne, trop sophistiquée pour avoir placé beaucoup d'espoir dans le mandat du Vice Président en premier lieu, maintenant a la tendance de rejeter la Vice Présidence comme une arme contre la corruption.

Whitehouse

Nguyen Van Tin
Le 28 may 2002

generalhieu.com