Bureau du Commandant Adjoint de Division
APO 96345

AVDB-ADS
Le 1 septembre 1969

MEMORANDUM POUR LA MEMOIRE

SUJECT: Discussion Avec Le Général Hieu Au Sujet Des Opérations Dong Tien


1. Je rencontre le Général de Division Hieu, Commandant Général, 5ème ARVN Division, à 0830 heures, le 1 Septembre, dans le but de discuter au sujet des opérations Dong Tien entre les unités de la 1ère Division d'Infanterie américaine et celles de la 5ème Division vietnamienne. Ci-dessous est un sommaire de ses commentaires; je les ai trouvés à la fois importants et significatifs .

2. Au début, je présente les grandes lignes de notre concept proposé pour continuer les opérations Dong Tien contre SR-1. Ceci impliquerait que les unités vietnamiennes devraient se déplacer en gros vers le centre du Trapèze (par exemple, opérant en dehors des Camps d'Artillerie de Support Gola et Lorraine) afin que notre commandant de la 3ème Brigade puisse travailler de nouveau avec le commandant du 8ème Régiment vietnamien pour conduire les opérations Dong Tien dans le Trapèze. Le Général Hieu ne trouve aucune difficulté à accepter ce concept, mais il indique qu'il préfère que les unités puissent se déplacer librement partout afin d'attaquer les forces ennemies. Il dit que pour lui, il n'y pas de problème que ses commandants doivent coordonner avec plusieurs commandants, et indique que ceci est le cas maintenant dans plusieurs endroits dans la région opérationnelle de la 5ème Division vietnamienne; il ajoute qu'il serait souhaitable, dans la mesure du possible, de réduire le nombre de commandants/unités avec qui l'on doit entrer en contact pour coordonner les opérations.

3. Ensuite je discute la région de Phu Hoa, citant les problèmes initiaux de coordination dans le district, indiquant qu'il existe maintenant une bonne coopération partout, et que les réunions journalières de coordination se déroulent au Camp d'Artillerie de Soutien Mortain, entre les commandants des bataillons américains et vietnamiens et le Chef du District et le 1er Conseiller américain. En plus, je dis qu'une idée a été conçue de mettre un bataillon de la 3ère Brigade américaine de la 82ème Division de Parachutistes, à la disposition de la 1ère Division d'Infanterie et ce bataillon fonctionnerait dans le Triangle de Fer en coordination avec les efforts qui se déroulent maintenant dans la région de Phu Hoa, avec le but de nettoyer l'ennemi dans les trente jours prochains. Le Général Hieu approuve ce concept.

4. Je tourne la discussion vers notre objectif d'augmenter la pression contre le Régiment Dong Nai, brossant les grandes lignes d'un concept faisant participer deux bataillons américains et un bataillon vietnamien opérant dans le Couloir inférieur de Song Be et dans la région au nord de Tam Uyen. Le Général Hieu est d'accord avec ce concept et reconnaît que ceci est conforme avec la directive récente du Général Tri lors de sa visite au 7ème Régiment.

5. Le Général Hieu ensuite parle de la pacification. Il commente que les opérations militaires sont relativement directes et faciles à comprendre pour un militaire. La pacification, par contre, est compliquée. Citant la directive récente du Général Tri, il dit que la 5ème Division devrait s'éloigner des zones déjà pacifiées, laissant leur sécurité aux mains des unités de Forces Populaires/Forces Militantes. Il emploie l'analogie d'une poignée de main pénétrant dans une cuvette de poissons; les poissons s'éloignent, et demeurent à distance autant que la poignée de main reste dans la cuvette; cependant, dès que celle-ci est retirée, les poissons retournent à cet emplacement même. Il dit que la même chose arrive avec les VC dans les régions peuplées, par exemple, quand les forces américaines et vietnamiennes s'éloignent, les VC ont tendance à retourner. Il a parlé à tous les chefs de district dans sa zone opérationnelle, aussi bien à plusieurs chefs de village, et beaucoup se sentent indisposés à la perspective des forces américaines et vietnamiennes se retirer des zones peuplées. Selon lui, la province de Binh Duong a suffisamment de troupes de FP/FM, mais ces troupes doivent faire du progrès au point du vue d'efficacité en combat, et ont besoin de l'assurance de soutien des forces américaines et vietnamiennes avoisinantes afin de tenir les VC à distance et de maintenir la sécurité pour la population. Par conséquent, il indique qu'il sent le devoir de superviser ses forces territoriales et de les assister et supporter le plus possible. Je l'assure que je partage son point de vue. Cependant, il considère ceci comme le plus difficile problème, en particulier à la lumière de la directive du Général Tri.

6. Dans une digression, il parle à propos des vues généralement myopes des chefs de district. Leur souci, dit-il, est avant tout les statistiques de pacification, et ils ne prêtent attention aux activités militaires que dans la mesure où elles les aideront dans leur image statistique. Le Général Hieu insiste, cependant, que les commandants de bataillon (ARVN et US) désirent coordonner chaque jour les opérations avec les chefs de district dans lequel leurs troupes opèrent -- comme j'ai indiqué ce qui s'est passé dans le district de Phu Hoa.

7. Le Général Hieu ensuite parle comment faire pour améliorer la coordination des efforts à la fois militaires et politiques contre l'ennemi. Il commente que les commandants de régiment/brigade sont ceux qui ont une vue suffisamment large et des moyens pour concevoir, coordonner, et exécuter les opérations d'envergure. De même, il considère ces derniers et ceux de secteur comme ayant des responsabilités suffisamment larges pour voir la situation au delà des limites étroites du niveau de district. Par conséquent, il annonce qu'il est en train d'ordonner ses commandants de régiment de rencontrer journellement avec les commandants du secteur provincial dans leur région, aussi bien qu'avec les commandants de brigade américaine dans le but d'organiser et de conduire les opérations militaires contre l'ennemi, aussi bien dans le but de supporter la pacification. En plus, il a l'intention de suggérer au Chef de Province de Binh Duong qu'il conduise des conférences hebdomadaires de coordination pour régler les problèmes concernant le support de la pacification. Il envisage que ses commandants de régiment et les commandants de brigade qui opèrent dans la Province de Binh Duong, aussi bien que les chefs de district et les commandants de bataillon, participeraient dans les réunions hebdomadaires du niveau de province. Il souhaite que ces conférences traitent (parmi autres choses) le support et l'aide portés aux Forces Populaires et Forces Militantes. J'assure le Général Hieu que ce concept de coordination est complètement conforme avec les nôtres, et que nous coopérons entièrement.

8. Le Général Hieu ensuite parle de ce qu'il considère comme étant le plus grand problème confrontant ses commandants de régiment qui participent dans les opérations Dong Tien. Citant le Commandant du 7ème Régiment comme exemple, il dit que ce commandant de régiment regarde vers Phu Hoa et voit un de ses bataillons opérant avec un bataillon américain dans la région, et sent qu'il n'a pas de contrôle sur ce bataillon; puis il voit un autre de ses bataillons, le 4/7ème Bataillon, opérant avec un bataillon américain dans la région de Tam Uyen et, de nouveau, sent qu'il n'a pas de contrôle sur ce bataillon. Par conséquent, quand le Général Tri donne l'ordre à ce 7ème Régiment de concentrer ses efforts contre le Régiment Dong Nai, la réaction du commandant de régiment est qu'il a n'a seulement qu'un bataillon qu'il peut consacrer à cette mission, et que ce bataillon, le 2/7ème Bataillon, est impliqué dans une mission au sud (le 1/7ème Bataillon est à Song Be). Le Général Hieu dit que le concept de son commandant de régiment est incorrect; néanmoins, ses commandants de régiment sentent vraiment qu'ils perdent le contrôle sur leurs bataillons impliqués aux opérations Dong Tien. À ce point, je commente que ce n'est pas l'intention du concept de Dong Tien de priver les commandants impliqués du contrôle de leurs propres forces; plutôt, l'intention est de faciliter la planification combinée contre un ennemi commun dans une zone spécifique, pour faciliter la coordination concernant le support d'artillerie, de transport aérien, de logistique et de sécurité locale. Jusqu'ici, les opérations Dong Tien ont permis un effort plus complet et plus pertinent contre les forces ennemies dans les régions opérationnelles des unités alliées combinées. Il devrait y avoir, j'ajoute, aucune contrainte dans la manière les commandants en question emploient leurs forces, à l'exception dans la mesure nécessaire des manoeuvres de coordination, soutien d'artillerie, et d'autres activités de soutien dans leur région commune. Je note que même les limites de la région opérationnelles peuvent être modifiées (par extension de la région opérationnelle), dépendant la situation ennemie. Je cite un exemple récent d'un commandant du 9ème Régiment, exploitant certain renseignement qu'il a reçu à travers des canaux vietnamiens, après coordination de ses plans avec le commandant de brigade. Le Général Hieu est d'accord avec mes commentaires, mais il indique qu'il devrait travailler à éduquer ses commandants de régiment sur ce sujet. Je dis que je discuterais ce sujet avec le Commandant Général et avec les commandants supérieurs de la 1ère Division d'Infanterie.

9. Le Général Hieu dit, pendant la discussion, que la région opérationnelle de division devrait correspondre avec les limites politiques -- il note quelques divergences dans les limites présentes de la 5ème Division vietnamienne et de la 1ère Division d'Infanterie américaine. En outre, il commente qu'il voudrait voir la 3ère Brigade, de la 82ème Division de Parachutistes confiée la responsabilité de la région couvrant le Catchers Mitt et une part de la Zone de Guerre "U".

D.P. McAuliffe
Brigadier General, USA
Assistant Division Commander

generalhieu.com